Archives par étiquette : cinéma

A toi Audiard avec ton ton flingueur…

Print pagePDF pageEmail page

MICHEL AUDIARD

« Les tontons
flingueurs »

Hommage  aux
« Tontons » d’Audiard,
petites phrases et
caricatures incluses.

 

 » On est gouvernés par des lascars qui fixent le prix de la betterave et qui ne sauraient pas faire pousser des radis. « 

–  » Si on mettait un point rouge sur la tête de tous les cons, le monde ressemblerait à un champ de coquelicots ! « 

–  » Moi, les dingues, j’les soigne, j’m’en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j’vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’Paris qu’on va l’retrouver, éparpillé par petits bouts, façon puzzle…
Moi, quand on m’en fait trop, j’correctionne plus, j’dynamite, j’disperse, j’ventile. « 

les tontons flingueurs

1 –  » Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. « 
( Les tontons flingueurs )
2 –  » Les ordres sont les suivants : on courtise, on séduit, on enlève et en cas d’urgence on épouse. « 
( Les barbouzes )
3 –  » Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent.  » ( 100 000 dollars au soleil )
4 –  » La tête dure et la fesse molle, le contraire de ce que j’aime. « 
( Comment réussir quand on est con et pleurnichard )
5 –  » Un pigeon, c’est plus con qu’un dauphin, d’accord, mais ça vole. « 
( Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages )
6 –  » Mais pourquoi j’m’énerverais ? Monsieur joue les lointains ! D’ailleurs je peux très bien lui claquer la gueule sans m’énerver !  » ( Le cave se rebiffe )
7 –  » Quand on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner.  » ( Le Pacha )
8 –  » La justice c’est comme la Sainte Vierge. Si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe.  » ( Pile ou face )
9 –  » Si la connerie n’est pas remboursée par les assurances sociales, vous finirez sur la paille.  » ( Un singe en hiver )
10 –  » Deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche. « 
( Un taxi pour Tobrouk )

 

 

11 –  » Vous savez quelle différence il y’a entre un con et un voleur ? Un voleur de temps en temps ça se repose.  » ( Le guignolo )
12 –  » Dans la vie, il faut toujours être gentil avec les femmes même avec la sienne. « 
( Série Noire )
13 –  » Je suis pas contre les excuses, je suis même prêt à en recevoir. « 
( Les grandes familles )
14 –  » Il vaut mieux s’en aller la tête basse que les pieds devant. « 
( Archimède le clochard )
15 –  » Quand on a pas de bonne pour garder ses chiards, eh bien on n’en fait pas. « 
( Mélodie en sous-sol )
16 –  » Plus t’as de pognon, moins t’as de principes. L’oseille c’est la gangrène de l’âme. « ( Des pissenlits par la racine )
17 –  » Deux milliards d’impôts ? J’appelle plus ça du budget, j’appelle ça de l’attaque à main armée. » ( La chasse à l’homme )
18. –  » Je suis ancien combattant, militant socialiste et bistrot. C’est dire si, dans ma vie, j’en ai entendu, des conneries.  » ( Un idiot à Paris )
19 –  » Le flinguer, comme ça, de sang froid, sans être tout à fait de l’assassinat, y’aurait quand même comme un cousinage.  » ( Ne nous fâchons pas )
20 –  » A travers les innombrables vicissitudes de la France, le pourcentage d’emmerdeurs est le seul qui n’ait jamais baissé.  » ( Une veuve en o r)

Signé : Michel Audiard

CHOUVERT

Share Button

Dialogue avec mon peintre jardinier

Print pagePDF pageEmail page

logo art et palette peinture 2016

L’ART ET LA PALETTE AUX CHOUX

« Le beau est dans la nature, et se rencontre dans la réalité sous les formes les plus diverses.
Dès qu’on l’y trouve, il appartient à l’art, ou plutôt à l’artiste qui sait l’y voir. »


Ainsi s’exprimait Courbet le jour de noël 1861 devant l’auditoire de jeunes artistes de son atelier éphémère de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris.

Aujourd’hui l’art et la palette aux choux est entre cinéma et peinture car l’ouverture de l’exposition  de notre ami Gérard FALLY peintre jardinier nous donne l’occasion de revoir quelques unes de ses toiles en invitant ceux qui sont proche de  Meung sur Loire à nous représenter pour les admirer.

La peinture  de GERARD FALLY C’est un Hymne au potager

Tout ceux qui croient que Gérard et moi sommes de vieux potes et que je ne loupe aucune occasion d’entretenir mon amitié avec lui  se trompent….

Je ne connais pas Gérard Fally …!!
Je suis simplement tombé amoureux de ses toiles exposées dans un restaurant de TOURS où j’étais en vacances.
Ce jour là, ce sacré peintre jardinier m’a gâché mon entrecôte… j’ai dévoré tous les légumes qui étaient autour de moi…..

Ma germaine m’a dit…Tu dois le remercier de t’avoir fait apprécier les fruits et légumes sans lui….
Tu serais  déjà mort….!!

Alors merci docteur FALLY..!

porteur de bonheurchou et tomates      Art pictural-art potager, une relation existe-t-elle entre ces deux démarches qui, au premier abord, semblent étrangères l’une à l’autre.
Regardant les œuvres de Gérard Fally, l’on comprend un tel rapprochement. Avec intelligence et créativité, il assemble sur la toile fruits et légumes vivants et tentants, il exalte leur beauté simple et naturelle. Sous la lumière vibrent les couleurs, rouge et orangé lorsque le peintre assemble des tomates et poivrons en farandole ; vert nuancé pour des poires aux courbes élégantes, sagement rangées sur une étagère nappée de blanc. Elles semblent se parler ou, au contraire, s’ignorer ; l’artiste leur confère une réelle personnalité. Ou encore ce sont des fleurs à la lumineuse blancheur, éclatantes de pureté. Loin d’évoquer platement ce thème, Gérard Fally communique une grande présence à ces fruits et légumes.
Avec minutie, il peint un peu à la manière du trompe-l’oeil, s’attarde au détail entre un réalisme évident et poésie. D’une botte de raves, il compose un bouquet multicolore, élégant et il nous tente avec des fraises à l’apparence si savoureuse dans une composition rustique et délicate à la fois, dans laquelle la lumière irrigue fruits et pots. A travers ces propositions, on devine l’attirance du peintre pour la nature et ses produits révélés en une matière raffinée et une palette rutilante ou atténuée. Hymne au potager, cette oeuvre sereine réjouit par sa fantaisie et sa rigueur conjuguées.

Nicole Lamothe. Univers des Arts, mai 2009
cibler d’autres œuvres – cliquez pour d’autres œuvres
Pour aider mes potes âgés à entrer dans le régime fruits et légumes voici une visite guidée des oeuvres de.. de .. de.. l’ami GERARD.
     

barre verte

« Parce que c’était lui parce que c’était moi »

Le cinéma a dit maintes fois cette phrase de Montaigne à son ami La Boétie…
Mais jamais comme  JEAN BECKER  dans dialogue avec mon jardinier où
Daniel Auteuil et Jean Pierre Darroussin sont deux amis….. NATURE… !

bestiole des potagers resistant et inépuisableA revoir en VOD …. entre amis..!!!

L’ histoire…

Ayant acquis une honnête réputation de peintre parisien, un quinquagénaire fait retour aux sources et revient dans le centre de la France profonde prendre possession de la maison de sa jeunesse.
Autour de la bâtisse s’étend un assez grand terrain qu’il n’aura ni le goût ni le talent d’entretenir. Aussi fait-il appel à candidature, par voie d’annonce locale.
Le premier candidat (qui sera le bon) est un ancien complice de la communale, perdu de vue et ainsi miraculeusement retrouvé.
Il sera le JARDINIER.
Le côtoyant au long des jours le PEINTRE découvre par touches impressionnistes un homme qui d’abord l’intrigue puis l’émerveille par la franchise et la simplicité de son regard sur le monde.
Sa vie est jalonnée de repères simples.
Bonheur sans éclat. Aucune aigreur, nulle jalousie chez le jardinier. Et ses héros sont toujours des gens modestes.

 

Son système de valeurs passe par un unique critère qui, consciemment ou non, lui tient lieu d’étalon pour juger des choses et des gens : le bon sens. L’art lui-même que pratique son ami ne trouve grâce à ses yeux qu’après des heures d’observation discrète…

 

Ainsi ils poursuivent une sorte d’adolescence tardive et fraternelle, qui mêle tout ensemble leurs familles, leurs savoirs, les carottes, les citrouilles, la vie, la mort, le voyage en avion, les groseilliers, les goûts et les couleurs. Et de tout revoir avec les yeux de l’autre, chacun renouvelle le spectacle du monde.

Sans tapage, ils nous invitent dans leur découverte du quotidien à «partager», autre sésame du jardinier qui fait pousser pour offrir, comme le peintre peint pour montrer.
Henri Cueco, peintre lui-même et chroniqueur radio sensible à la vie des humbles nous offre là une histoire d’amitié attachante et simple comme une histoire d’amour.

barre verte

 CHOU BLANC

Share Button

CHOUCHINÉ CLUB: LE RAPACE Lino Ventura .. Musique inoubliable de François de Roubaix

Print pagePDF pageEmail page

CHOUCHINÉ CLUB

Chouchiné club, c’est la rubrique ciné-club… Pour laquelle, je vais régulièrement chiner des films cultes du cinéma.
J’espère vous redonner l’ambiance des salles obscures, le gout des Mikos… sans le bruit des Mentos qui sortent de leurs rouleaux et des becos… du dernier rang….!

barre bleue

LE RAPACE (1968)
– JOSÉ GIOVANNI -LINO VENTURA

Musique de Francois De Roubaix

« Le Rapace » est un film franco-italo-mexicain de José Giovanni sorti le 6 avril 1968.
Musique : François de Roubaix
(éditions Hortensia)
Histoire:
A Vera Cruz, en 1938, un aventurier et tueur à gages, le Rital, a fait évader des prisonniers politiques, et se joint à un groupe de conjurés qui fomentent un coup d’État. Le Rital doit abattre l’actuel président.
Il entreprend de surveiller la demeure de la Camito, maîtresse du président, en compagnie de Miguel, un jeune homme idéaliste et exalté qu’il surnomme Chico. Ils ignorent tous deux que le plan des conjurés prévoit leur élimination…

 

Faites vous plaisir chercher sur votre box en replay…. il doit couter que trois « Chous »

barre bleue

PAPY VIDEO VOUS DÉPAYSE

Toute la musique n’est pas « Le Rapace ». A partir de 4:21, c’est « Où est passé Tom ? ».

La musique est magnifique et va bien avec ce regard attendrissant, si international, de ces enfants et leurs mamans. Merci pour cette vidéo Papy.

barre bleue

Cuando llega el dìa

ACCORD

Song : G#
Am                   C
Cuando llega el día
Am                   G
y cuando sale el sol
Dm   G7     C
Campesinos
F                   Em             G
hay que trabajar y trabajar

Am                   C
Cuando llega la luna
Am                   G
y cuando duerme el patròn
Dm   G7     C
Campesinos
F              Em             G
hay que esperar y esperar
Am
siempre esperar.

LE CHOURISTE

 

PAROLES
Cuando llega el día y cuando sale el sol
Campesinos hay que trabajar y trabajar

Cuando llega la luna y cuando duerme el patròn
Campesinos hay que esperar y esperar
siempre esperar.

et la traduction :
Quand le jour approche et quand se lève le soleil
Paysans il faut travailler et travailler

Quand la lune arrive et quand dort le patron
Paysans il faut espérer et espérer
Toujours espérer

barre bleue

Musicien autodidacte, il découvre le jazz à l’âge de 15 ans alors que son père, Paul de Roubaix, produit et réalise des films institutionnels ; le mélange entre musique et cinéma ne le quittera plus.
Doué d’un remarquable sens de la mélodie, il travaille énormément sur les sonorités, la diversification instrumentale et les mariages entre instruments. Il fut également l’un des premiers à utiliser le synthétiseur dans la musique de films

En pionnier, il aménage dans son appartement parisien de la rue de Courcelles un des tout premiers home studios 8 pistes dès 1972, où il travaille, finalise ou pose les bases de musiques qu’il complète ailleurs, généralement avec son fidèle ingénieur du son Jean-Pierre Pellissier (cordes, batterie).

barre bleue

Au début des années 1970, il connaît un passage à vide au cinéma, et se consacre davantage à la télévision. Sa dernière musique de film, Le vieux fusil (1975), semblait explorer une nouvelle direction prometteuse

lorsqu’il trouve la mort dans un accident de plongée.

barre bleue

294retour sur la rubrique du même tabac

Share Button