Archives par étiquette : cinéma

Le film Marie Madeleine est un portrait authentique et humaniste…




BLOG 
de  MAMY KT


– Mamy ne fait pas que du point de croix

Les femmes sont intimement associées à la
résurrection de Jésus, presque autant que le bleu l’est à la mer.

Les évangiles ne racontent-ils pas qu’elles
sont les premières à avoir vu Jésus vivant et à l’avoir annoncé ?

Elles sont quelques-unes, dont Marie de Magdala, disciples qui suivaient Jésus depuis la Galilée et qui lui sont restées fidèles jusqu’à la mort,

C’est à elles que deux hommes en habits éblouissants ont révélé que celui
qu’elles cherchaient était vivant et qu’il les précédait en Galilée, là où sont
tous les gens venus d’ailleurs

C’est à elles que Jésus s’est montré et à qui il a parlé, pour la première fois après sa mort.
Ce sont elles qui, bravant leur peur, puis les railleries, ont annoncé la Résurrection aux autres disciples.
Les quatre évangélistes le rapportent….. la chose n’est pas si fréquente

Un film témoigne pour l’une d’entre elles
MARIE MADELEINE

J’ai aimé …… Mais peut être ne suis je qu’une
Mamy KT

A vous de voir avec quelques extraits et quelques témoignages…   Laissons les parler….

MARIE MADELEINE
Bande Annonce VF (2018)

Découvrez la bande annonce du film MARIE MADELEINE réalisé par Garth Davis.

MARIE MADELEINE est un portrait authentique et humaniste de l’une des figures spirituelles les plus énigmatiques et incomprises de l’histoire.
Le biopic biblique raconte l’histoire de Marie (Rooney Mara), une jeune femme à la recherche d’un nouveau mode de vie.
Contrainte par les hiérarchies de l’époque, Marie défie sa famille traditionnelle de rejoindre un nouveau mouvement social dirigé par le charismatique Jésus de Nazareth (Joaquin Phoenix).
Elle trouve rapidement sa place tant dans le mouvement qu’au cœur d’un voyage qui mènera à Jérusalem.

Écrit par Helen Edmundson et Philippa Goslett, MARIE MADELEINE est réalisé par Garth Davis
Avec:  Rooney Mara, Joaquin Phoenix, Chiwetel Ejiofor, Tahar Rahim.
Date de sortie au cinéma : 28 mars 2018
Genre : Historique, Biopic
Bande Annonce VF © 2018 – Universal Pictures France

 ILS L’ONT DIT SUR LE NET

Garth Davis, réalisateur du magnifique « Lion » signe cette adaptation biblique centrée sur la figure féminine de Marie Madeleine, personnage mystérieux et incompris, très souvent jugée à tort de prostituée…

J’ai été plutôt surpris de voir les mauvaises critiques que le film a reçu car, outre un récit d’une grande lenteur, tout est d’une qualité maitrisée et séduisante.
Une véritable histoire démentant les préjugés est construite autour d’elle ; fille de pêcheur, elle refuse de se marier et de vivre un destin tout tracé.
Son comportement rentre en désaccord avec les moeurs et devient problématique si bien qu’on la croit possédée.
C’est dans cette incompréhension avec son entourage que sa foi envers Dieu se déploie jusqu’à dominer sa raison d’être en la menant sur le chemin de Jésus, supposé Messie aux puissants pouvoirs.
L’interprétation de Rooney Mara est captivante, pleine d’empathie, de quiétude et de grâce sur la couche d’un feu ardent et palpable. Son binôme avec Joaquin Phoenix est intense : à la fois humain et mystique, c’est avec pudeur et audace qu’il campe Jésus de Nazareth, rôle auquel bon nombre d’acteur se prendrait le pied dans le cliché !
Les dialogues sont habités et repose la question de la légitimité de la foi et du pouvoir que nous avons en chacun de nous de la convoquer. L’émotion est tangible, marquée par des personnages secondaires justes (Tahar Rahim détourne toutes les idées reçues sur Judas) et une quête vers Jérusalem guidée par l’espoir d’une nouvelle ère.
Même sans être croyant, on sait tous comment ça finit, et malgré cette prévisibilité, une certaine émotion se dégage, au service de l’Histoire, au service d’une vérité oubliée.
J’ignore le degré de liberté qu’ont pris les scénaristes sur les écrits mais, malgré quelques temps morts qui auraient pu être déjoué, le propos résonne encore aujourd’hui : enfermés dans nos idéologies respectives, on s’arrête aux idées reçues et il est difficile d’avancer ensemble sur un même pas afin d’éviter les confrontations.

La Marie Madeleine de Mara reflète alors la paix intérieure, la conviction et l’altruisme, qualités rarement communes à chacun de nos jours…

L’AlsacienMarseillais

Jésus les mystères révélés

Vénéré par des milliards d´êtres humains, Jésus de Nazareth, l´homme le plus célèbre du monde, n´aurait laissé aucune trace tangible de son passage sur Terre… Vraiment ?

The Jesus Code est une série passionnante qui analyse la figure du Christ comme un personnage historique à part entière, par le biais de techniques scientifiques de pointe et de découvertes archéologiques récentes.

Ce docu-drama captivant enquête sur l´authenticité d´artéfacts afin d´apporter des éléments nouveaux sur la vie de Jésus :
le Suaire de Turin qui aurait servi à envelopper son corps après la crucifixion, les reliques de la Sainte-Croix et les ossements de Jean le Baptiste, ou encore les Évangiles de Judas et de Marie-Madeleine qui soulèvent bien des interrogations.
Les scènes reconstituées sont d´un esthétisme rare et font revivre cette époque lointaine dans un réalisme saisissant.

Voici pour vous tous l’épisode 6 sur Marie Madeleine

-Tu devrais leur dire que c’est sa fête aujourd’hui

Épisode 6 MARIE MADELEINE

LA VÉRITABLE HISTOIRE:
La Bible dépeint Marie Madeleine comme un soutien loyal à Jésus. Elle était au pied de la croix où il fut crucifié. C’est aussi elle qui découvrit le tombeau vide et qui fut le premier témoin de sa résurrection.
Sans jamais avoir le statut d’apôtre, elle en remplit tous les critères. Elle est souvent nommée dans les Evangiles.

Origine : Etats-Unis     Date de diffusion : 2015
Studio/Chaine : RMC Decouverte   Durée : 41 min      Titre original : The Jesus code


Déjà publiés
par MAMY KT

C’ est quoi l’assomption Mamy..?

Les femmes sont sur le chemin de croix depuis longtemps

Sainte Véronique et le voile de la sainte face

Sainte Marthe connue pour avoir donné hospitalité au christ

 

 

 

MAMY KT


Share Button

CHOUCHINÉ CLUB: LE RAPACE Lino Ventura .. Musique inoubliable de François de Roubaix

Meilleurs complements alimentaires

CHOUCHINÉ CLUB

Chouchiné club, c’est la rubrique ciné-club… Pour laquelle, je vais régulièrement chiner des films cultes du cinéma.
J’espère vous redonner l’ambiance des salles obscures, le gout des Mikos… sans le bruit des Mentos qui sortent de leurs rouleaux et des becos… du dernier rang….!

Hier lino ventura aurait eu 100 ans

 L’association Perce-Neige, fondée par l’acteur Lino Ventura, accueille des personnes handicapées mentales.

Lino Ventura aurait fêté ses 100 ans le 14 juillet 2019. L’immense acteur a créé l’association Perce-Neige, qui vient en aide à près de 900 personnes handicapées mentales sur l’ensemble du territoire. Aujourd’hui, il existe 35 résidences pour accueillir ces « individus pas comme les autres ». Pour obtenir une place dans ces centres, les délais d’attente varient de cinq à dix ans.

La Chouette programme, en hommage à l’artiste, le film et les musiques du film :  LE RAPACE

LE RAPACE (1968)
– JOSÉ GIOVANNI -LINO VENTURA

 

Musique de François De Roubaix

« Le Rapace » est un film franco-italo-mexicain de José Giovanni sorti le 6 avril 1968.

Musique : François de Roubaix
(éditions Hortensia)

Histoire:
A Vera Cruz, en 1938, un aventurier et tueur à gages, le Rital, a fait évader des prisonniers politiques, et se joint à un groupe de conjurés qui fomentent un coup d’État

. Le Rital doit abattre l’actuel président.

Il entreprend de surveiller la demeure de la Camito, maîtresse du président, en compagnie de Miguel, un jeune homme idéaliste et exalté qu’il surnomme Chico.

Ils ignorent tous deux que le plan des conjurés prévoit leur élimination…

 

Faites vous plaisir chercher sur votre box en replay…. il doit couter que trois « Chous »

PAPY VIDÉO VOUS DÉPAYSE

Toute la musique n’est pas « Le Rapace ». A partir de 4:21, c’est « Où est passé Tom ? ».

La musique est magnifique et va bien avec ce regard attendrissant, si international, de ces enfants et leurs mamans. Merci pour cette vidéo Papy.

Cuando llega el dìa

ACCORD

 

Song : G#
Am                   C
Cuando llega el día
Am                   G
y cuando sale el sol
Dm   G7     C
Campesinos
F                   Em             G
hay que trabajar y trabajar

Am                   C
Cuando llega la luna
Am                   G
y cuando duerme el patròn
Dm   G7     C
Campesinos
F              Em             G
hay que esperar y esperar
Am
siempre esperar.

LE CHOURISTE

PAROLES :

Cuando llega el día y cuando sale el sol
Campesinos hay que trabajar y trabajar

Cuando llega la luna y cuando duerme el patròn
Campesinos hay que esperar y esperar
siempre esperar.

et la traduction :

Quand le jour approche et quand se lève le soleil
Paysans il faut travailler et travailler

Quand la lune arrive et quand dort le patron
Paysans il faut espérer et espérer
Toujours espérer

Musicien autodidacte, il découvre le jazz à l’âge de 15 ans alors que son père, Paul de Roubaix, produit et réalise des films institutionnels ; le mélange entre musique et cinéma ne le quittera plus.

Doué d’un remarquable sens de la mélodie, il travaille énormément sur les sonorités, la diversification instrumentale et les mariages entre instruments. Il fut également l’un des premiers à utiliser le synthétiseur dans la musique de films

En pionnier, il aménage dans son appartement parisien de la rue de Courcelles un des tout premiers home studios 8 pistes dès 1972, où il travaille, finalise ou pose les bases de musiques qu’il complète ailleurs, généralement avec son fidèle ingénieur du son Jean-Pierre Pellissier (cordes, batterie).

Offrir un CD des musiques de François de Roubaix la Chouette l’a trouvé :      https://amzn.to/2tC4GkA



Au début des années 1970, il connaît un passage à vide au cinéma, et se consacre davantage à la télévision. Sa dernière musique de film, Le vieux fusil (1975), semblait explorer une nouvelle direction prometteuse

Lorsqu’il trouve la mort dans un accident de plongée.

2retour sur la rubrique du même tabac94

 

Share Button

PEINTURE : La Cène de Léonard de Vinci

L’ART ET
LA PALETTE AUX CHOUX

Par Chou Blanc

Il y a parfois des jours où vos doigts se conduisent comme des pinceaux sur votre clavier et sont attirés par la lumière qui rayonne d’un tableau et là vous vous laissez emporter à vouloir la partager avec le plus grand nombre…. presque à les inviter à rompre le pain si  quotidien….

Détail

La Cène de Léonard de Vinci est une fresque murale qui représente le dernier repas de Jésus Christ avec ses douze apôtres le soir du jeudi saint, juste avant d’être arrêté par les Romains.
Soir, qui n’est autre que la veille du jour de sa crucifixion. On retrouve de gauche à droite les douze apôtres entourant Jésus: Barthélemy, Jacques le Mineur, André, Judas, Pierre, Jean, Jésus, Thomas, Jacques le Majeur, Philippe, Matthieu, Thaddée et Simon.

Considérée par les Chrétiens comme un des piliers de la foi chrétienne, elle représente la commémoration d’institution de l’Eucharistie. L’Italie étant le berceau du catholicisme, les souverains de l’époque, les Sforza, envisageaient de faire du couvent de la Sainte Marie Des Grâces un mausolée.
Ainsi, le jeune duc, Ludovic Sforza fit appel aux services de Léonard De Vinci et quelques autres artistes peintres pour décorer la chapelle, le réfectoire et certaines pièces du couvent.
Et c’est ainsi qu’en 1494, Léonard commença son chef-d’œuvre.

Que s’est-il passé lors du dernier repas de Jésus (la cène) ?


La dernière cène  Extrait de Jésus de Nazareth de Zeffirelli
Au cours du repas, Jésus prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le partagea et le donna à ses disciples ; il leur dit : « Prenez et mangez, ceci est mon corps. » Il prit ensuite une coupe de vin et, après avoir remercié Dieu, il la leur donna en disant :
« Buvez-en tous, ceci est mon sang, le sang pour [signer] le pacte. Il sera versé pour la multitude et pour le pardon des péchés. Je vous le déclare : désormais, je ne boirai plus de ce fruit de la vigne jusqu’au jour où, avec vous dans le Royaume de mon Père, je le boirai nouveau. Après avoir chanté le chant religieux, ils s’en allèrent à la colline des Oliviers. »

 

La Cène, peinte par le génie et l’illustre Léonard de Vinci, fait une longueur de 8,80m sur 4,60m de hauteur.
Elle a été peinte sur l’un des murs du réfectoire du couvent de la Santa Maria delle Grazie, un couvent Dominicain situé à Milan, en Italie.

Il semblerait que Léonard de Vinci se soit inspiré de l’œuvre d’Andrea Del Castagno qu’il aurait vu à Florence peu avant de réaliser son chef-d’œuvre.
Mais étant lui-même un grand observateur des écrits bibliques, il a su capter l’essence-même du moment où Jésus annonça à disciples que l’un d’eux allait le trahir. La réalisation de cette peinture, commanditée par le duc Milan, Ludovic Sforza, lui a pris alors quelques années.
Il l’a entamé vers 1494 ou 1495 et ne l’achève qu’en 1498. Pressé par le chancelier de Milan et le prieur, qui lui demanda d’accélérer la cadence, il n’en fit rien et s’est même défendu devant le duc, le même qui a fait construire notamment l’Abside ou encore le Turion où repose son épouse, Béatrice d’Este.

 

Quant à Léonard de Vinci, il s’est vu partager entre deux œuvres dont Il Cavalli et la Cène qui nous intéresse. Comme d’usage, la Cène a été peinte dans le réfectoire du couvent. Une scène de repas dans un réfectoire n’est pas hors de propos.
Après toutes les intempéries et les siècles qu’elle a traversé, la Cène y est encore pour ravir les yeux des visiteurs et des amateurs d’art.
À cette époque, à la renaissance, l’on n’avait encore jamais entendu parler de 3D, mais en observant la Cène, on aurait dit que Léonard de Vinci en est le précurseur.
Un trompe l’œil sur le plafond prolonge la salle.
Grâce aux techniques appliquées, souvent, les visiteurs qui se retrouvent directement en face de la fresque se croient être devant des statues ou encore ont le sentiment de se trouver à cette même table. On a cette impression que le regard de Jésus nous suit qu’importe l’emplacement par rapport au mur. Notre génie a centré ses dessins sur Jésus.

Pour ce qui est de la technique de peinture utilisée par Léonard de Vinci pour La Cène, notre génie a opté pour la « tempera » (appelée également détrempe).
Commençant avec une fine couche préparatoire sous les esquisses, il enduit la terre rouge de carbonate de calcium et de magnésium. Pour la dernière étape, l’imprimatur a fait ressortir les couleurs.
En finition, il applique une émulsion d’œuf et d’huile dont on en est moins sûr (la tempera proprement dit).
Mais cette technique a une faille, celle de ne pas résister à l’humidité. La Cène, une fois terminée, fut par la suite, par tradition, peinte dans de nombreux monastères.

Quelques années après son achèvement, l’humidité a eu raison de la fresque de La Cène. Antonio da Beatis a déclaré en 1517 qu’elle était en état de dégradation à cause de l’humidité pour cause de malfaçon en faisant sans doute référence à la technique que Léonard de Vinci a choisi.
Et au fil des siècles, l’œuvre a été mainte et mainte fois maltraitée. Les occupants du monastère ont jugé bon de poser une porte pour faire communiquer le réfectoire et la cuisine, gâchant totalement la partie basse du chef-d’œuvre.
Par suite, la même salle a servi d’écurie à l’armée napoléonienne et cerise sur le gâteau, le monastère a été bombardé.
Par le plus heureux des hasards, le mur est resté intact.

Entre temps, certaines mesures ont été prises pour restaurer et préserver la fresque.

La première de ces mesures a eu lieu en 1726 par Michelangelo Bellotti. Mais apparemment, cette intervention aurait empiré son état.
En 1770, Giuseppe Mazza a tenté de réparer les dégâts. Stoppé en plein travail, il n’a pu rien faire. Andrea Appian et Bernardino Luin tentèrent à leur tour de la détacher sans mais sans succès.

En 1901, Luca Beltrami et Luighi Cavenaghi ont utilisé une technique plus moderne, la photographie mais ne parvenant pas à leur fin Oreste Silvestri est entré en jeu peu avant le bombardement du couvent.
Mauro Pellicioli a aussi tenté de raviver la Cène mais après une première intervention avant 1901, Pinin Brambilla Barcilon est revenu à la charge.
Sa campagne a durée plus de 20 ans, de 1978 à 1999. En total, il y a eu pas moins de 5 interventions pour tenter de rendre sa jeunesse à l’œuvre de Leonard de Vinci.

De par sa symbolique La Cène fut copiée et très souvent parodiée voire revisitée d’où les travaux de ceux qui essayent de recenser petit à petit les différentes versions de La Cène.

copie par l’Atelier de GIAMPIETRINO, La Cène, vers 1520, huile sur toile, 424 x 802 cm, Tongerlo, Da Vinci-Museum.

SOURCE :
http://www.lacene.fr/la-cene-de-leonard-de-vinci.html

Chou Blanc

 

Share Button