Archives par étiquette : cinéma

G AIMÉ : LE MAMBO… C’est trop booooo


VETEMENTS ET ACCESSOIRES       SANTÉ ET SOINS DU CORPS       VOYAGES VALISES
G AIMÉ DÉCOUVRE : LE MAMBO

Le mambo est un genre musical cubain et un style de danse.

En 1937, Orestes López, joueur de violoncelle cubain avec à la contrebasse son petit frère , compose un morceau nommé Mambo à partir du Nuevo ritmo du danzón.

C’est avec Francisco « Machito » Grillo et Pérez Prado que la danse Mambo (dérivée de la rumba) naît dans les night-clubs « Los Angeles Dance » de Mexico et « La Tropicana » de la Havane en 1943, avant de conquérir New York en 1949, au « Park Plaza Hotel Ballroom » de Harlem d’abord, puis dans les clubs Palladium, China Doll, Havana Madrid et Birdland.

Le Palladium était une immense salle de bal pouvant accueillir mille couples située à l’angle de Broadway et de la 53e rue.

Le mambo a été programmé d’abord le dimanche matin, puis les mercredis soir et enfin tous les jours, avec les orchestres de Tito Puente, Tito Rodriguez et Jose Curbelo.


Leonard Bernstein « Mambo »

5ª SINFONIA / MAMBO Nº 5. Beethoven/Pérez Prado

Le mambo et la samba furent introduits pour la première fois en Europe par José Gandimbas et son orchestre « Jo and the Latin boys » aux « ambassadeurs » de Paris en 1945 avec « Che mambo che ».

En 1947, Jose Gandimbas introduira aussi en Europe le Bolero Mambo à Deauville, France.

En 1954, le Mambo connaît une grande popularité aux États-Unis grâce aux succès de Perry Como (Papa Loves Mambo) et Rosemary Clooney (Mambo Italiano).
En France, ces morceaux seront repris par Dario Moreno.

La mode du mambo va durer jusqu’à l’arrivée du cha-cha-cha en 1954.

Enfin précisons que cette musique, telle qu’on la connaît aujourd’hui, est le fruit de nombreux raffinements qui ont eu lieu notamment en Amérique du Nord, à qui l’on doit l’introduction d’instruments provenant du jazz.

À la suite du succès de Lou Bega en 1999 qui avait repris Mambo No. 5 de Perez Prado façon dance, d’autres ,comme Gerard Darmon font la reprise de Mambo Italiano

MAMBO: Films thématiques

  • Cette danse est le thème du film Mambo Kings avec
    Antonio Banderas.
  • La scène du bal de West Side Story comporte une séquence de mambo devenue célèbre par les prestations de Rita Moreno et George Chakiris sur la musique de Leonard Bernstein.

MAMBO STARS

Voici avec ces deux compilations les instants mambo de deux stars des potes âges
SOPHIA LORENS ET BRIGITTE BARDOT

Mambo Danse

Danse d’origine cubaine et voisine de la salsa, le mambo est particulièrement apprécié sur le continent américain.

Le mambo se danse sur un rythme musical 4/4. Un pas de base se fait sur 8 temps, correspondant à 12 mouvements. 1 et 2, 3 et 4, 5 et 6, 7 et 8. Il y a un petit arrêt dans les mouvements sur les comptes pairs.

Les danseurs se font face car leurs pas de bases sont réalisés en miroir l’un par rapport à l’autre.

Les partenaires sont en position fermée (type latine). Certains danseurs de mambo enserrent la taille de leur partenaire dans leur bras droit et posent donc leur main droite sur la hanche gauche de la danseuse : les deux partenaires sont alors collés l’un à l’autre.

SOURCE : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mambo


G AIMÉ

Share Button

Musicochou paumé: LADY LADINDE …. JE CHERCHE APRES TITINE

Sommeil plus (mélatonine) 120 gélules

hypnose-002ba.jpg dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note
de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire,  je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

AUJOURD’HUI  LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR
« 
JE CHERCHE APRÈS TITINE
 » …  dont nous connaissons tous le refrain……

Je cherche après Titine, Titine, oh ! Titine !
Je cherche après Titine et ne la trouve pas
Je cherche après Titine, Titine, oh ! Titine !
Je cherche après Titine et ne la trouve pas

Mais pour le reste…?? qui est Titine…? le savez vous ….?

Je cherche après Titine est une chanson humoristique de 1917, dont les paroles furent écrites par Marcel Bertal, Louis Maubon et Henri Lemonnier puis mise en musique par Léo Daniderff. Elle nous parle de « Titine », diminutif de « Martine » ou de « Christine », que le chanteur cherche désespérément, sous peine d’être déshérité. Il nous vante ses « yeux en losange » et son « regard très compromettant », « son cœoeur frivole » et termine en nous disant que c’est « une chienne qui a vraiment du chien ».
La chanson fit partie des musiques choisies par Charlie Chaplin pour son film Les Temps modernes, en 1936. Charlot en garçon de restaurant se met à chanter Titine dont il a écrit les paroles sur sa manche. Perdant le fil de sa lecture, il se met à improviser des paroles incompréhensibles.
Ce sont les premiers mots prononcés au cinéma par le personnage imaginé par Chaplin, ses films précédents étaient muets.



La chanson fut reprise ensuite, notamment par Jacques Helian (1952), Andrex (1958), Yves Montand (1959) ( vidéo ci-dessous) et Georgette Plana (1971). Jacques Brel, en 1964, s’inspire de cette chanson pour écrire Titine. Cette chanson connut une vaste et durable popularité au point que les paroles « Je cherche après Titine » ont passé en phraséologie humoristique courante. La musique est téléchargée de nos jours comme sonnerie de téléphone portable…écoutez la au piano….



et si vous voulez la chanter au  trepas des anciens…. voici le texte….. et Titine..
EH OUI …. C’EST BIEN ELLE…!

Parole de chanson Titine, Je cherche après Titine

{Refrain:}
TITINE C'EST ELLE Je cherche après Titine, Titine, oh ! Titine !
Je cherche après Titine et ne la trouve pas
Je cherche après Titine, Titine, oh ! Titine !
Je cherche après Titine et ne la trouve pas

Mon oncle le baron des Glycines
Qui a des fermes et des millions,
M’a dit : Je pars pour l’Argentine
Et tu connais mes conditions :
Mon héritage je te le destine
Mais tu ne toucherais pas un rond
Si tu ne prenais pas soin de Titine
Pour qui j’ai une adoration…  »
Y a huit jours qu’elle n’est pas rentrée
Et je suis bien entitiné…
{au Refrain}

Elle avait les yeux en losange
Un regard très compromettant
Elle était frisée comme un ange
Et s’tortillait tout en marchant
Titine, avec son coeœur frivole
Changeait de flirt dix fois par jour
J’en avais honte, mais ce qui me désole
C’est qu’elle est partie pour toujours
C’était … vous la reconnaîtrez bien
Une chienne qui a vraiment du chien.
{au Refrain}

dinde


LADY LADINDE
“La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours”

Share Button

Une belle époque pour une main perdue

CHOUCHINÉ CLUB

Chouchiné club, c’est la rubrique ciné-club… Pour laquelle, je vais régulièrement chiner des films cultes du cinéma.
J’espérai vous redonner l’ambiance des salles obscures, le gout des Mikos… sans le bruit des Mentos qui sortent de leurs rouleaux et des becos… du dernier rang….!

En prenant de l’âge j’ai décidé de revenir au cinéma et de vous entrainer dans mon sillage si la toile en vaut la peine …et en novembre vous avez deux belles occasions….

FILM N 1 : J’AI PERDU MON CORPS

l’histoire d’une main qui s’échappe d’un laboratoire et qui fait tout pour retrouver le corps auquel elle appartient,

Bien que d’une délicatesse exceptionnelle, ce film est un bulldozer! J’ai perdu mon corps, premier long-métrage d’animation de Jérémy Clapin, renverse tout sur son passage: Grand Prix à la Semaine de la critique à
Cannes, Grand Prix et Prix du public lors du dernier festival d’Annecy … Le raz-de-marée d’éloges est tant critique que public. Et pour quoi? Pour l’histoire d’une main qui s’échappe d’un laboratoire et qui fait tout pour retrouver le corps auquel elle appartient, celui de Naoufel, jeune livreur de pizzas dont la vie a basculé le jour où il est tombé amoureux de l’énigmatique Gabrielle. J’ai perdu mon corps est aussi une belle réflexion mélancolique sur les souvenirs et le temps qui passe, avec un scénario incroyablement cohérent où se mélangent différents points de vue sans qu’on ne s’emmêle les crayons.
Ça regorge de moments bouleversants, comme cette rencontre entre les deux futurs amants: leur échange se fait essentiellement à travers l’interphone d’un immeuble …
Et, si le réalisateur accorde une place primordiale à l’intime et aux sensations de ses protagonistes, il n’oublie pas la dimension romanesque du récit, lorgne presque, par moments, vers le thriller. Bref, c’est inclassable.
Et inoubliable. A. L. F.    (L’EXPRESS NOVEMBRE 2019)

FILM N 2 : LA BELLE ÉPOQUE

 

Nicolas Bedos, né le 21 avril 1979 à Neuilly-sur-Seine, est un dramaturge, metteur en scène, scénariste, réalisateur, acteur et humoriste français. Fils de l’humoriste Guy Bedos, il se fait connaître à partir de 2004 dans le milieu du théâtre en écrivant quatre pièces.

 LA BELLE ÉPOQUE
DE NICOLAS BEDOS. AVEC DANIEL AUTEUIL, FANNY ARDANT, DORIA TILLIER … IH 55

 Victor (Daniel Auteuil) et Marianne (Fanny Ardant) ne peuvent plus se saquer.
Enfin, c’est surtout Marianne qui coince. Qui n’en peut plus de son mari. Qui, lui, a fini par se foutre de tout. Pour le secouer un peu, son fils et un ami lui offrent un truc insensé: vivre un moment de son choix, grâce à une société qui propose à des gens fortunés de reconstituer (avec décors,acteurs et tout le toutim) un souvenir, un événement, une époque. Un dîner au XVIIe siècle, gifler Adolf Hitler, échanger avec William Faulkner. .. Victor lui, opte pour revenir quarante ans en arrière,lors de sa rencontre avec Marianne, incarnée par une jeune femme (Doria Tillier) dont s’éprend le sexagénaire, qui oublie que tout cela est pour de faux. C’est malin. Le scénario,lui, est bluffant. D’une maîtrise rare dans le cinéma français actuel, à laquelle s’ajoutent une inventivité et une intelligence savoureuses.

   Si Nicolas Bedos avait l’âge de son personnage principal, le lieu commun voudrait qu’on parle d’ «Œuvre de la maturité ».
Mais Bedos n’affiche que 39 printemps! Et il a écrit La Belle Epoque tout seul comme un grand ! Un éclair de génie qui n’a rien du coup de bol
puisque son premier long-métrage, Monsieur et Madame Adelman, était déjà formidable.
Nous sommes donc en présence d’un auteur majeur doublé d’un cinéaste du même métal.
Un oiseau rare. Qui nous fait piaffer de joie.
C. Ca. (L’EXPRESS NOVEMBRE 2019)

SOURCES :
RUBRIQUE CINÉMA l’express novembre 2019

retour sur la rubrique du même tabac

CHOU FLEUR


RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button