Archives par étiquette : chemin

Profitez de nous….. Apprenez de nous….

Sommeil plus (mélatonine) 120 gélules


LE BLOG NOTE

de PAPY QUISÉ

Choupinet a demandé à son PAPY QUISÉ :

Comment faisiez vous avant
PAPY,  avec aucune technologie:

Pas d’avions
Pas d’Internet
Pas d’ordinateurs
Pas de drames

Pas de téléviseurs
Pas d’argent
Pas de voitures
Pas de téléphone portable?

PAY QUISÉ a répondu :
« Tout comme votre génération vit aujourd’hui :
Pas de prières
Pas de compassion
Pas d’honneur
Pas de respect
Aucune personnalité
Pas de honte
Pas de modestie

Nous, les gens nés entre 1940-1980 sommes les bienheureux …

Notre vie en est une preuve vivante.

En jouant et en faisant du vélo, nous n’avons jamais porté de casque.

Après l’école, nous avons joué jusqu’au crépuscule; nous n’avons jamais regardé la télé.

Nous avons joué avec de vrais amis, pas des amis sur internet.

Si jamais nous avions soif, nous buvions de l’eau du puits et non de l’eau embouteillée.

Nous ne sommes jamais tombés malades en partageant le même verre de jus avec quatre amis.

Nous n’avons jamais pris de poids en mangeant des assiettes de pâte tous les jours.

Rien n’est arrivé à nos pieds malgré l’errance aux pieds nus.

Nous n’avons jamais utilisé de suppléments pour rester en bonne santé.

Nous avions l’habitude de créer nos propres jouets et de jouer avec ceux-ci.

Nos parents n’étaient pas riches. Ils ont donné l’amour .. pas le matériel.

Nous n’avons jamais eu de téléphone portable, de DVD, de console de jeux, de Xbox, de jeux vidéo, d’ordinateurs personnels, d’Internet, de chat, mais nous avions de vrais amis.

Nous rendions visite à nos amis sans y être invités et avons partagé et apprécié la nourriture avec eux.

Des parents vivaient à proximité pour profiter du temps passé en famille.

Nous avons pu avoir des photos en noir et blanc, mais vous pouvez trouver des souvenirs colorés dans ces photos.

Nous sommes une génération unique et la plus compréhensive, car nous sommes la dernière génération à écouter ses parents …

Et nous sommes aussi les premiers qui ont dû écouter leurs enfants.

Nous sommes une édition limitée!

Profitez de nous.

Apprenez de nous.

Nous sommes des trésors appelés à disparaître.

La philosophie du porteur de lanterne

« On ne peut donner que deux choses à ses enfants: des racines et des ailes. »
Proverbe juif.

 

LE CHOURISTE

Bonjour à toutes et à tous,

j’adore le texte de mon pote  Papy Quisé…. je souhaiterai cependant qu’il mène, dès demain, un réflexion moins passéiste, en s’appuyant sur une philosophie de la vie dont voici la teneur :
Lorsque l’âge avance et que vous vous interrogez sur votre utilité à continuer votre chemin de vie dans ce  » nouveau monde » qui ne vous ressemble plus, je vous invite à suivre la logique  du proverbe chinois qui dit :
 » L’expérience est une lanterne que l’on porte pendue dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru. »
Même si je considère, à titre personnel, que mon expérience est utile pour moi et pour mon comportement de demain, il n’en demeure pas moins que si j’accepte de suivre cet adage, je le fais pour cette raison :

Ceux qui marchent derrière moi….  Mes fils, mes petits enfants, vont en suivant mon sillage, voir leur chemin éclairé par la lanterne de mon dos.
Ainsi, ils pourront mieux voir les difficultés de leur propre chemin et ne pas faire les mêmes erreurs que moi, et surtout s’inspirer ou agir de façon identique quand j’ai pu au cours de mon parcours leur montrer de belles choses dont je suis fier…!
Alors oui, je suis content de poursuivre mon chemin…. et si Dieu met du chemin sous mes pas, j’aspire à être, pour encore longtemps, d’une grand utilité pour eux.
Plus je marche et plus leurs pas sont assurés….!
Moins j’ai peur de la mort et plus ils sont sereins…!

Croyez bien que tel est mon devoir et aussi celui de tous ceux qui me lisent aujourd’hui et qui se reconnaissent dans cette philosophie de fin de vie…!
Bonne et longue route à tous mes potes âgés….




PAPY QUISÉ

Share Button

AU BOUT DU CHEMIN DE PLUIE

mes compagnons du chemin de pluieAu bout du chemin de pluie

Ils allaient dans la vallée, tous alignés derrière un seul homme
Alignés dans l’ombre de celui qui passait devant et qui les unissait tous
ils allaient donc, tous alignés sous la pluie battante.
Vers où.. ? Nul ne le savait….
Ils marchaient sans arrêt depuis des jours et des jours,
Sous la pluie du jour qui ressemblait à la pluie d’hier,
une cousine de la pluie de demain…
Ceux qui trouvaient long ce chemin de pluie …
questionnaient les autres et faisaient remonter vers l’avant
une seule question :
« Où allait-on sous cette pluie glacée… »
Lorsque la question arrivait au chef de file… Il disait :
« Je vais vers LUI… »
Entre les gouttes de pluie ses mots redescendaient vers le dernier..
qui s’entendait dire : « –  Il va vers LUI … »
«-  Allez … avances tu es le dernier… »
celui de devant
Les jours s’écoulaient sans que la pluie ne cesse…
Les rivières grossissaient autour d’eux,
et de ruisseaux en rivières, de rivières en fleuves,
leurs méandres rendaient encore plus long le chemin.. !
Au fil des jours les plus anciens ou les plus fatigués, se laissaient dépasser.
Après une courte pause, seuls  les plus valides reprenaient  leur place dans la file,
bien plus  loin derrière, heureux de ne pas être dans les derniers.. !
Seul l’avant dernier, devenant le dernier, savait qu’un des leurs n’était plus là… !
« – Pourtant il me suivait de près »  se disait-il …. ?
C’était comme cela depuis si longtemps, que ça n’ébranlait pas la file, qui restait constituée, sachant que celui qui était leur guide devant.. « allait vers LUI»

Ils marchaient toujours? comme si l’eau qui leur tombait dessus ne les pénétrait pas ;
– « Quand même.. ? »  Disaient certains… «…   S’il va vers LUI,  il doit le connaitre.. ? »
– « C’est qui LUI… d’abord.. ? »
Une réponse leur revenait assez vite
– « Ben LUI quoi.. ! »

Les jours succédaient aux jours, comme la pluie succédait à la pluie…
Ils marchaient pour certain mécaniquement…
Ils le suivaient depuis si longtemps, que certains s’agitaient dans les rangs.
«  Nous n’en voyons pas le bout » disaient-ils en implorant  le ciel….
– «  Sait-il au moins où il va .. ? »

Dame ténébres
Celui du deuxième rang leur répondit à sa place :
– « Je dis oui… car je l’ai vu et entendu parler aux étoiles et à la pluie.. !
Ce sont eux qui lui donnent la direction à prendre »

 

Cet épisode peu banal calma pour un temps les inquiétudes des uns et des autres,
mais très vite sur toute la file on entendait :

«  Aller vers LUI sous la pluie et dans le froid, et par nuit noire.. Existe- t-il LUI..,
Il est où LUI… son pays est-il si lointain ? »
Poussés par les autres, plusieurs  sortirent du rang  pour dire à celui qui les guidait :
«  On trouve tout cela bien long …. Même si notre sort est lié au tien, et que nous sommes tous obligés de te suivre …. OU VAS-TU.. ??? »
-« Je vais vers LUI..  Je sais qu’il est là….  je le sens.. ! »
Comme une trainée de poudre se répercuta, jusqu’au dernier, cette phrase :
« – Il sait qu’il est là …  c’est du sûr…. il sent sa présence.. ! »
Le dernier à bout de forces s’exclama :
-« Tout ça pour LUI, qui ne se montre même pas .. !!!»
Ceux qui s’étaient mobilisés…  toujours présents dans  les premiers rangs ne se satisfaisaient pas de sa réponse.
Les plus véhéments parlaient même de le « maitriser »…
-«  Si tu sais qu’il est là .. C’est le moment de nous conduire à LUI »
Un silence s’installa quelques instants entre les êtres… quand tout à coup, ils virent celui qui les guidait sans relâche, depuis si longtemps, ouvrir ses bras… et s’illuminer…
Les uns après les autres, ils en firent tous de même en sautant de joie :

merci un jour nouveau se lève
– «  C’EST LUI… LE VOILA..!  LE SOLEIL …C’EST LUI LA LUMIÈRE »

Disant ces mots … ils virent la pluie cesser et un magnifique soleil percer de  ses rayons les nuages noirs.

pas seul dans le grand tout
c'est lui le voilà « Nous sommes chez LUI …. c’est ici que commence, pour vous tous, le royaume de la lumière »
– il rajouta même
« Entrez… TOUS »

Chacun passa devant leur guide se séchant presque instantanément….

Personne n’osait lui demander qui il était .. ni quel âge il avait, tant il paraissait âgé sous sa barbe blanche..
le maitre du temps 1Toutefois quand le dernier qui n’avait plus rien à perdre passa devant lui, de part son grand âge, il posa son genou à terre pour souffler, s’inclina devant lui  pour lui rendre grâce .

– « Qui es tu….??? » , demanda le vieil homme
– «  JE SUIS LE TEMPS et  comme vous au fil du temps d’autres viendront dans la lumière… » 

 


– « REGARDE… ! Ils sont déjà en route avec pour guide un bout de mon temps…
il les accompagne au fil du temps qui fut jadis le vôtre »

 

barre bleue

Il pleut aujourd’hui camarade….

il pleut .... putain de sale tempsRappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là

Amis vous l’avez compris, il pleut au dessus de moi ….
au dessus de vous
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant

Il pleut toujours  sur Brest comme il pleut dans mon coeur
la destination a l’air sympa…. mais le voyage est d’une grande pénibilité…. surtout quand il pleut .. et moi j’ai des gouttières dans ma tête…..
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens

– PUTAIN DE SALE TEMPS … MONSIEUR PRÉVERT..!!!

Au fin fond de ma nuit, j’espère pour encore longtemps, sortir du noir en disant tes mots magiques : « de deux choses « lune » l’autre c’est le soleil  » et ça marche … Il est revenu ce matin encore …!!
Quel beau cadeau camarade PRÉVERT….!!  C’est le présent qui recommence ….!
Avec ta philosophie, je suis sûr de mon lendemain; car l’avenir ….
Ben c’est le présent de demain..!


– Purée j’ai bien cru qu’il nous ferait pas de « Happy End »

Choublanc est effectivement magnétiseur -voir son site

CHOU BLANC

Share Button