Archives par étiquette : charlie chaplin

Papy…. C’est qui CHARLOT..?

Print pagePDF pageEmail page

LE BLOG

DE  PAPY QUI

C’EST QUI
CHARLIE CHAPLIN…?

– C’est pas Charlot des fois..?


Né en 1889 et mort en 1977, Charlie Chaplin est l’inventeur de Charlot, l’un des personnages les plus célèbres de l’histoire du cinéma.

Ce vagabond généreux et maladroit était le grand comique du cinéma muet dans les années 1910 et 1920.

Son nom est même entré dans le langage courant :
un charlot, c’est quelqu’un qu’on ne prend pas au sérieux. Charlie Chaplin jouait Charlot mais il réalisait aussi ses films, écrivait les histoires et composait même la musique !

Chaplin va hésiter un moment avant de le définir par son chapeau melon, son pantalon trop grand, les chaussures qui le font marcher en canard. De la tête à la ceinture, il est très bien habillé ; de la ceinture aux pieds, c’est un traîne-misère

La première apparition de ce célèbre personnage inventé et interprété par le Britannique Charlie Chaplin.se fait dans un petit film de 7 minutes, Charlot est content de lui (ou Kid Auto Races at Venice) réalisé par Henry Lehrman,
Ce vagabond touchant est présenté pour la première fois au public.

C’est un film muet, sans musique et en noir et blanc évidemment.
Le personnage a déjà tous les attributs qui feront sa marque de fabrique :

Le chapeau melon, la canne, la moustache ainsi que la tenue sombre et débraillée.

On reconnaît également son attitude désinvolte, le regard un peu perdu et l’air mélancolique qui agasse les autres personnages mais qui lui assurera son succès auprès du public.

Il y a plus de cent ans sortait le premier Charlot il sera suivi d’une soixantaine de titres, qui ont imposé ce personnage devenu éternel.

Fils d’artistes de music-hall

Charlie Chaplin en compagnie de Jackie Cougan dans le film « The Kid ». (Keystone)

Il avait pour nom Charles Spencer Chaplin, né à Londres le 16 avril 1889, fils d’artistes de music-hall qui se séparent avant ses trois ans, le père aux abonnés absents, la mère sans un rond vouée à l’hôpital psychiatrique, faisant de lui l’enfant abandonné dont il fera le poignant portrait qu’il brossera dans le Kid, son premier long métrage.

Les fées ne se sont pas penchées sur son berceau mais elles lui ont fait un don, celui du génie.

Tout le monde ne connaît que Charlot, mais sans toujours réaliser que cet homme complet fut, avec un égal talent, son réalisateur, son scénariste, son producteur, ce qui lui permit de perdurer là où la plupart de ses confrères ne parvinrent pas à négocier le passage au parlant, et même son compositeur.

Découvert par Mack Sennett, le roi de la comédie, il enchaîne les petits studios d’alors (Keystone, Essanay, Mutual, First National) voyant son chèque décuplé à chaque renégociation de contrat.

De la ruée vers l’or à l’expulsion d’Hollywood

 

La gloire arrive avec United Artists, dont il est l’un des fondateurs, mais au moment de « l’Opinion publique » et
« la Ruée vers l’or »,  on commence à  chercher des poux à ce créateur pour cause de jeune âge de ses deux premières épouses.

Cet épisode difficile  arrête pour dix mois la production de son  film le Cirque.

 

 

Avoir des opinions n’est pas bien, surtout quand on fait profession de pacifisme, ce que la commission des activités anti-américaines assimile aussitôt à du bolchevisme.

On peut penser que, outre le refus (un temps) de passer au
parlant…. puis sa critique du taylorisme, telle qu’elle s’exprime dans les Temps modernes, et la montée des tensions politiques vont jouer dans son expulsion d’hollywood

En 1952, alors que Chaplin embarque pour Londres afin d’y présenter son film Les Feux de la rampe, les autorités américaines en profitent pour annuler son visa de retour. S’il revient, il sera arrêté, le temps pour les autorités de vérifier qu’il est “admissible selon les lois des Etats-Unis”.

Chaplin décide alors d’établir sa résidence permanente en Suisse plutôt que de continuer à se battre contre les États- Unis. Il réalise deux autres films en Europe: Un Roi à New York et La Comtesse de Hong-Kong, publie deux livres autobiographiques: “My Autobiography” et “My Life in Pictures”, continue à écrire des scénarios et à composer de nouvelles partitions musicales pour ses anciens films muets pratiquement jusqu’à sa mort, dans la nuit de Noël 1977.

Finalement, on aime bien la France qui fit Chaplin commandeur de la Légion d’honneur.
Cela a une autre classe que d’être chassé du pays qui vous avait procuré du boulot.

Sur sa vie cliquez

SOURCES :


https://www.humanite.fr/il-y-cent-ans-charlie-chaplin-crea-charlot
http://www.rtl.fr/actu/charlot-a-100-ans-le-personnage-de-charlie-chaplin-4-en-videos-7769545710

PAPY QUISÉ

Share Button

Musicochou paumé: LADY LADINDE …. JE CHERCHE APRES TITINE

Print pagePDF pageEmail page

hypnose-002ba.jpg dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note
de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire,  je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

barre bleue

AUJOURD’HUI  LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR
« 
JE CHERCHE APRÈS TITINE
 » …  dont nous connaissons tous le refrain……

Je cherche après Titine, Titine, oh ! Titine !
Je cherche après Titine et ne la trouve pas
Je cherche après Titine, Titine, oh ! Titine !
Je cherche après Titine et ne la trouve pas

Mais pour le reste…?? qui est Titine…? le savez vous ….?

barre bleue

Je cherche après Titine est une chanson humoristique de 1917, dont les paroles furent écrites par Marcel Bertal, Louis Maubon et Henri Lemonnier puis mise en musique par Léo Daniderff. Elle nous parle de « Titine », diminutif de « Martine » ou de « Christine », que le chanteur cherche désespérément, sous peine d’être déshérité. Il nous vante ses « yeux en losange » et son « regard très compromettant », « son cœur frivole » et termine en nous disant que c’est « une chienne qui a vraiment du chien ».
La chanson fit partie des musiques choisies par Charlie Chaplin pour son film Les Temps modernes, en 1936. Charlot en garçon de restaurant se met à chanter Titine dont il a écrit les paroles sur sa manche. Perdant le fil de sa lecture, il se met à improviser des paroles incompréhensibles.
Ce sont les premiers mots prononcés au cinéma par le personnage imaginé par Chaplin, ses films précédents étaient muets.



La chanson fut reprise ensuite, notamment par Jacques Helian (1952), Andrex (1958), Yves Montand (1959) ( vidéo ci-dessous) et Georgette Plana (1971). Jacques Brel, en 1964, s’inspire de cette chanson pour écrire Titine. Cette chanson connut une vaste et durable popularité au point que les paroles « Je cherche après Titine » ont passé en phraséologie humoristique courante. La musique est téléchargée de nos jours comme sonnerie de téléphone portable…écoutez la au piano….



et si vous voulez la chanter au  trepas des anciens…. voici le texte….. et Titine..
EH OUI …. C’EST BIEN ELLE…!

barre bleue

Parole de chanson Titine, Je cherche après Titine

{Refrain:}
TITINE C'EST ELLE Je cherche après Titine, Titine, oh ! Titine !
Je cherche après Titine et ne la trouve pas
Je cherche après Titine, Titine, oh ! Titine !
Je cherche après Titine et ne la trouve pas

Mon oncle le baron des Glycines
Qui a des fermes et des millions,
M’a dit : Je pars pour l’Argentine
Et tu connais mes conditions :
Mon héritage je te le destine
Mais tu ne toucherais pas un rond
Si tu ne prenais pas soin de Titine
Pour qui j’ai une adoration…  »
Y a huit jours qu’elle n’est pas rentrée
Et je suis bien entitiné…
{au Refrain}

Elle avait les yeux en losange
Un regard très compromettant
Elle était frisée comme un ange
Et s’tortillait tout en marchant
Titine, avec son cœur frivole
Changeait de flirt dix fois par jour
J’en avais honte, mais ce qui me désole
C’est qu’elle est partie pour toujours
C’était … vous la reconnaîtrez bien
Une chienne qui a vraiment du chien.
{au Refrain}

barre bleue

dinde

LADY LADINDE
“La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours”

Share Button