Archives par étiquette : chansons

POÉSIE : LA SOURCE



Vos poèmes, vos poèmes préférés – Les livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller….

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit et partagent sur Facebook avec leurs petits enfants …..
LA  SOURCE

CE POÈME  LA SOURCE EST DEVENU UNE CHANSON
Auteurs : Guy BONNET – Henri DJIAN
Compositeurs : Guy BONNET – Daniel FAURE

Elle chante au milieu du bois,
La Source et je me demande,
S’il faut croire à cette légende
D’une fille qu’on y trouva

Elle était blonde elle était douce
Elle aimait à se reposer
Dans le bois couchée sur la mousse
Ecoutant les oiseaux chanter
Un jour qu’elle allait à la ville
Par le bois où elle passait
Elle vit soudain, immobiles,
Trois hommes qui la regardaient
Trois hommes qui la regardaient

Elle chante au milieu du bois,
La Source et je me demande,
S’il faut croire à cette légende
D’une fille qu’on y trouva

Ils étaient là trois à l’attendre
Trois hommes loups cette brebis
Elle avait la chair bien trop tendre
Ils avaient bien trop d’appétit
Elle ne savait pas défendre
Le souffle léger de sa vie
Elle tomba sur l’herbe tendre
Comme un oiseau tombe du nid
Comme un oiseau tombe du nid

Elle chante au milieu du bois,
La Source et je me demande,
S’il faut croire à cette légende
D’une fille qu’on y trouva

Quand on l’a soulevée de terre
Comme une grande fleur coupée
Sa robe blanche et la lumière
On aurait dit une mariée
Quand on l’a soulevée de terre
On aurait dit comme un grand lit
Entre les feuilles, entre les pierres,
Une claire source a jailli
Une claire source a jailli

Elle chante au milieu du bois
La source, et je me demande
S’il faut croire à cette légende
D’une fille qu’on y trouva.

Auteurs : Guy BONNET¤Henri DJIAN – Compositeurs : Guy BONNET¤Daniel FAURE



CHOU BLANC Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez

retour sur la rubrique du même tabac« La poésie, c’est le sourire du langage »

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

EN PASSANT : Rue du Pélican à Paris

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px


Blog note de
Papy Larue

Quand notre nouveau pote M LARUE nous a proposé une série sur les noms de rues pour éduquer nos potes âgés et leurs choupinets..
On s’est dit :
« Avec un nom comme le sien…. il est né pour ça..! » personne n’a osé le mettre à la rue car il y était déjà .. En plein reportage dans la rue du 4 septembre

Combien de matelots combien de capitaines
GPS en main égrainent des noms de rues sans savoir de quoi ou de qui ils parlent…! Et restent penauds dans leurs gouffres amers.

Aidons les à savoir qui sont ces personnages ….
Car celui qui a donné son nom à une rue parle encore comme Tristan Bernard :

Donner son nom à une rue ou à une route, quel puissant stimulant pour encourager les jeunes gens à bien faire !
De Tristan Bernard / Compagnon du Tour de France – 1935

Aujourd’hui :
La Rue du Pélican à Paris

La véritable signification de la rue du Pélican à Paris

La rue du Pélican à Paris est située à côté du Louvre et du Palais-Royal.

Ce nom curieux est une transformation de son nom d’origine : la rue du « Poil-au-Con ».

Un nom qui ne devait rien au hasard puisqu’il faisait référence aux nombreuses prostituées qui peuplaient les lieux au XIVe siècle.

Historique

Cette rue, qui était entièrement construite en 1305, était située hors des murs de l’enceinte de Philippe Auguste. En 1313, cette voie étant devenue un lieu de prostitution, on lui donna le nom de « rue du Poil-au-Con ».

Au début de la Révolution, en 1792, elle fut appelée « rue Purgée » lorsque les prostituées furent chassées de la rue. Jean de La Tynna (historien) indique qu’elle ne méritait guère ce nom, des filles publiques continuant à l’habiter !

En 1800, elle prend le nom de « rue de la Barrière-des-Sergents » à cause de sa proximité de l’ancienne barrière de ce nom qui était située rue Saint-Honoré.

En 1806, elle prend la dénomination de « rue du Pélican ».

La rue présente, comme de nombreuses vieilles rues, un gabarit variable ceci résultant des législations successives en la matière

Une décision ministérielle du 13 fructidor an VIII () signée L. Bonaparte fixe la largeur de cette voie publique à 7 mètres.

Cette largeur est portée à 10 mètres, en vertu d’une ordonnance royale du 22 novembre 1832.

 

« Cette rue portait déjà au XIVe siècle un nom obscène qu’elle devait aux femmes « folieuses de leur corps » qui l’habitaient. C’est dans un bouge de la rue du Pélican que dans le Roi s’amuse, Victor Hugo a placé le roi François Ier allant courtiser les filles.
.
« Cette antique rue », dit A. Callet, « cache sous cette appellation d’un volatile connu par ses sentiments du devoir familial, un de ces noms suffisamment grivois que le bon peuple de Paris ‘lequel aymait les propos sallés’ et les mots crus, décernait volontiers aux rues de sa chère Cité où foisonnaient les ribaudes et s’ouvraient les joyeuses ’bouticles à peschié’.
Ami lecteur, devine si tu peux et imprimes si tu l’oses ».
Pendant la Révolution, on la nommait rue Purgée, puis en 1806 rue de la Barrière-des-Sergents, à cause de la barrière de ce nom située rue Saint-Honoré près de la rue des Petits-Champs . Sous l’Empire elle reprit le nom de Pélican. »
Nouveau Dictionnaire Historique de Paris, Gustave Pessard, 1904

SOURCES 

http://www.parisrues.com/


PAPY LARUE

Restez svelte 160px

Bannière ruedesplantes 468/60px

Share Button

Pas si simple le passé simple…?

Meilleurs complements alimentaires

BLOC du Passé par CHOU BLANC

Quand utiliser le passé simple de l’indicatif ?

Le passé simple de l’indicatif est un temps du passé. Il s’emploie le plus souvent dans les récits écrits (contes…). Il indique une action ou un fait unique ou bref.


 Voici que les plus malins  nous donnent des exemples sur l’emploi du Passé simple :

Dieu ordonna à David de guetter… et David Guetta
Dieu ordonna à Hélène de S’égarer… et Hélène Ségara
Dieu ordonna à Thierry d’en rire… Et Thierry Henry
Dieu ordonna a Bruce de lire … et Bruce Lee
Dieu ordonna au coca de coller… et le coca-cola
Dieu ordonna à Mouss de taffer… et Mous tafa.
Enfin, Dieu ordonna à Carla de bronzer et Carla Brunit

Mais peut être préférez vous
le FUTUR ..COMPLIQUÉ

Alors, allez y prenez votre temps….
Mais c’est déjà bien commencé …
Enfin je devrai dire MAL commencé…!!
Je parle de ma pension de retraite bien sûr..!

CONJUGAISON SUBTILE

ÊTRE ET AVOIR EN PÂTURE AUX VERBORICULTEURS  SUBTILS

« Il ne faut surtout pas perdre le fil car c’est très subtil ! »

ÊTRE et AVOIR

 

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau.

Bien qu’opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.

Ce qu’Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l’avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s’est fait avoir.

SOURCE: chanson d’ Yves Duteil

 

– « A ne vouloir ni Dieu Ni Maitre le verbe être c’est fait avoir …! »

 

Chou Blanc est effectivement magnétiseurCHOU BLANC
( Merci au cont
ributeur pour son texte)

Share Button