Archives par étiquette : artiste

Dialogue avec mon peintre jardinier

Print pagePDF pageEmail page

logo art et palette peinture 2016

L’ART ET LA PALETTE AUX CHOUX

« Le beau est dans la nature, et se rencontre dans la réalité sous les formes les plus diverses.
Dès qu’on l’y trouve, il appartient à l’art, ou plutôt à l’artiste qui sait l’y voir. »


Ainsi s’exprimait Courbet le jour de noël 1861 devant l’auditoire de jeunes artistes de son atelier éphémère de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris.

Aujourd’hui l’art et la palette aux choux est entre cinéma et peinture car l’ouverture de l’exposition  de notre ami Gérard FALLY peintre jardinier nous donne l’occasion de revoir quelques unes de ses toiles en invitant ceux qui sont proche de  Meung sur Loire à nous représenter pour les admirer.

La peinture  de GERARD FALLY C’est un Hymne au potager

Tout ceux qui croient que Gérard et moi sommes de vieux potes et que je ne loupe aucune occasion d’entretenir mon amitié avec lui  se trompent….

Je ne connais pas Gérard Fally …!!
Je suis simplement tombé amoureux de ses toiles exposées dans un restaurant de TOURS où j’étais en vacances.
Ce jour là, ce sacré peintre jardinier m’a gâché mon entrecôte… j’ai dévoré tous les légumes qui étaient autour de moi…..

Ma germaine m’a dit…Tu dois le remercier de t’avoir fait apprécier les fruits et légumes sans lui….
Tu serais  déjà mort….!!

Alors merci docteur FALLY..!

porteur de bonheurchou et tomates      Art pictural-art potager, une relation existe-t-elle entre ces deux démarches qui, au premier abord, semblent étrangères l’une à l’autre.
Regardant les œuvres de Gérard Fally, l’on comprend un tel rapprochement. Avec intelligence et créativité, il assemble sur la toile fruits et légumes vivants et tentants, il exalte leur beauté simple et naturelle. Sous la lumière vibrent les couleurs, rouge et orangé lorsque le peintre assemble des tomates et poivrons en farandole ; vert nuancé pour des poires aux courbes élégantes, sagement rangées sur une étagère nappée de blanc. Elles semblent se parler ou, au contraire, s’ignorer ; l’artiste leur confère une réelle personnalité. Ou encore ce sont des fleurs à la lumineuse blancheur, éclatantes de pureté. Loin d’évoquer platement ce thème, Gérard Fally communique une grande présence à ces fruits et légumes.
Avec minutie, il peint un peu à la manière du trompe-l’oeil, s’attarde au détail entre un réalisme évident et poésie. D’une botte de raves, il compose un bouquet multicolore, élégant et il nous tente avec des fraises à l’apparence si savoureuse dans une composition rustique et délicate à la fois, dans laquelle la lumière irrigue fruits et pots. A travers ces propositions, on devine l’attirance du peintre pour la nature et ses produits révélés en une matière raffinée et une palette rutilante ou atténuée. Hymne au potager, cette oeuvre sereine réjouit par sa fantaisie et sa rigueur conjuguées.

Nicole Lamothe. Univers des Arts, mai 2009
cibler d’autres œuvres – cliquez pour d’autres œuvres
Pour aider mes potes âgés à entrer dans le régime fruits et légumes voici une visite guidée des oeuvres de.. de .. de.. l’ami GERARD.
     

barre verte

« Parce que c’était lui parce que c’était moi »

Le cinéma a dit maintes fois cette phrase de Montaigne à son ami La Boétie…
Mais jamais comme  JEAN BECKER  dans dialogue avec mon jardinier où
Daniel Auteuil et Jean Pierre Darroussin sont deux amis….. NATURE… !

bestiole des potagers resistant et inépuisableA revoir en VOD …. entre amis..!!!

L’ histoire…

Ayant acquis une honnête réputation de peintre parisien, un quinquagénaire fait retour aux sources et revient dans le centre de la France profonde prendre possession de la maison de sa jeunesse.
Autour de la bâtisse s’étend un assez grand terrain qu’il n’aura ni le goût ni le talent d’entretenir. Aussi fait-il appel à candidature, par voie d’annonce locale.
Le premier candidat (qui sera le bon) est un ancien complice de la communale, perdu de vue et ainsi miraculeusement retrouvé.
Il sera le JARDINIER.
Le côtoyant au long des jours le PEINTRE découvre par touches impressionnistes un homme qui d’abord l’intrigue puis l’émerveille par la franchise et la simplicité de son regard sur le monde.
Sa vie est jalonnée de repères simples.
Bonheur sans éclat. Aucune aigreur, nulle jalousie chez le jardinier. Et ses héros sont toujours des gens modestes.

 

Son système de valeurs passe par un unique critère qui, consciemment ou non, lui tient lieu d’étalon pour juger des choses et des gens : le bon sens. L’art lui-même que pratique son ami ne trouve grâce à ses yeux qu’après des heures d’observation discrète…

 

Ainsi ils poursuivent une sorte d’adolescence tardive et fraternelle, qui mêle tout ensemble leurs familles, leurs savoirs, les carottes, les citrouilles, la vie, la mort, le voyage en avion, les groseilliers, les goûts et les couleurs. Et de tout revoir avec les yeux de l’autre, chacun renouvelle le spectacle du monde.

Sans tapage, ils nous invitent dans leur découverte du quotidien à «partager», autre sésame du jardinier qui fait pousser pour offrir, comme le peintre peint pour montrer.
Henri Cueco, peintre lui-même et chroniqueur radio sensible à la vie des humbles nous offre là une histoire d’amitié attachante et simple comme une histoire d’amour.

barre verte

 CHOU BLANC

Share Button

Saturnin le petit canard ……. De mes années 60

Print pagePDF pageEmail page

–  PAPY VIDÉO –
LES AVENTURES DE SATURNIN LE CANARD

« Hier c’était la Saint Saturnin…!  il nous paraissait indispensable que je vous fasse vivre une retrochoupotée de 1960 avec  la série de l’ O.R.T.F

 Enfin beaucoup ne savent pas que les deux voix de ce petit canard se sont éteintes:
Robert Lamoureux le 29 octobre 2011
Ricet Barrier le 21 mai 2011″

barre bleue
RICET BARRIER

Vous souvenez vous des aventures de Saturnin, série d?animation de l’ORTF, tournée entre 1965 et 1970 qui raconte les aventures d’un jeune canard et ses copains ?
Saturnin le canard a fait sa première apparition sur grand écran, s’il vous plait, dans le film franco-italien de Jean Tourane Une fée… pas comme les autres.
Jean Tourane était à la base un photographe animalier (et aussi le maire d?un village des Yvelines).
Les dialogues étaient écrits par la grande Louise de Vilmorin, romancière aimée de St Ex, André Malraux et Orson Welles, dont les œuvres (Madame de) ont souvent été adaptées à l?écran et la voix du canard était assurée par Robert Lamoureux.

Dans ce film, Saturnin, canard poète venait sauver un village d?animaux terrorisé par un singe très méchant.

Si le film rencontra un succès certain d?aucuns reprochèrent à l?auteur d’avoir réalisé un film fade et insipide, voire répugnant : en effet, pour certains passages, il est patent que l?auteur a utilisé des animaux morts.
Le succès du film (qui a même été exporté aux USA en 1964) donna au réalisateur l’idée de tirer un feuilleton pour la télévision avec le personnage le plus amusant du film, le fameux canard .

Si dans les épisodes TV, la voix de Saturnin était assurée par le seul et unique chanteur Ricet Barriet (la servante du châtiau), décédé il y a quelques jours, il a fallu une cinquantaine de canards pour jouer le rôle principal du caneton, en raison de la longueur des tournages et du très rapide changement de morphologie des animaux qui perdaient leur duvet.

Il est également très possible que les différents acteurs aient fini en civet ou en confit.
Les pauvres volatiles ne devaient pas être à la fête pendant le tournage ( chaleur des studios, manipulations, animaux affublés de lunettes, chapeaux) aussi, il est peu probable qu’une telle série puisse être encore tournée de nos jours en France avec les lois protégeant les animaux.

Et c’ est tant mieux ma foi !
En revanche, les américains ont repris le flambeau avec une série appelée Dynamo Duck, diffusée sur la chaîne Fox Kids ; Il est probable que la série de Jean Tourane a inspiré les scénettes comiques de Patrick Bouchitey « la vie privée des animaux »

.Emission jeunesse de Jean TOURANE. 78 épisodes entre 1960 et 1971. Avec les voix de : Ricet BARRIER : Saturnin / Annie COLETTE : Belette / François LALANDE : Arsène. Dans cet extrait, Maurice CHEVIT : Léprouvette. Musiques : Ricet BARRIER et Bernard LELOU. Le générique est chanté par : Isabelle AUBRET. Au départ en 1954, Saturnin est le héros de deux films : Saturnin le poète et le lac aux fées et la fée pas comme les autres. Le narrateur était Robert LAMOUREUX.

Nouvelle série dans les années 80 (avec la voix de Michel ELIAS)

En 1994 les américains rachetèrent les droits, et Saturnin le canard devint Dynamo Duck.

barre bleue
PAPY SONG –
RICET  BARRIER et ROBERT LAMOUREUX

barre bleue

RICET BARRIER

LA VOIX DE SATURNIN  S’EST ÉTEINTE LE 21 MAI 2011

Étrange fantaisiste dans le paysage de la chanson française, souvent entendu sur Inter, chez Claude Willer ou Chez José Arthur, il a failli être prof de gym.
Il a été un élève du petit conservatoire de la chanson de Mireille.
Les frères jacques ont interprété une vingtaine de chansons de cet iconoclaste.
C?est jacques Canetti qui lui met le pied à l?étrier et lui fait enregistrer son premier disque en 1958

Il a prêté sa voix à de nombreuses séries enfantines : SATURNIN, COLARGOL, BARBAPAPA

VOICI QUELQUES CHANSONS DE LUI ET DE ROBERT LAMOUREUX

barre bleue

–  PAPY VIDÉO –
ROBERT LAMOUREUX AVEC SON SKETCH LE PLUS CONNU LA CHASSE AU CANARD

« Alors chef t’as…… glissé de l’autre côté pour revoir tes potes de la
7 ème compagnie…..!
Pas siiiii viiiiteee… mon gars rigolons encore une fois »

« Salut Robert, sois heureux fait les rire là haut? comme tu nous à fait rire en bas …!
Voila Robert… Alors pas adieu …. mais au revoir »

.

barre bleue

PAPY VIDEO
2423

Share Button

ALICE …..MAIS SAPRITCH..TI C’EST VOUS MES TCHERI TCHERI….

Print pagePDF pageEmail page

les indiscretions  du salon de coiffure BLOC NOTE
de Chou Frisé

 Pour la sainte Alice j’ai une pensée pour celle qui m’appelait mon chou et le plus souvent tcheri tcheri.
Pour les jeunes générations qui n’ont pas connu le jex four…..
J’ai nommé la meilleure amie de mes amis  homosexuels  :
ALICE SAPRITCH

Alice Sapritch, de son vrai nom Alice Sapric,  est née le 29 juillet 1916. Cette actrice et chanteuse d’origine arménienne naturalisée française est .morte le 24 mars 1990 à Paris

À force d’obstination, de  petits  rôles et de présence au théâtre,  le succès arrive en 1971, à l’âge de
55 ans.
Elle impressionne le public avec deux rôles la même année :

L’un comique, dans le film La Folie des grandeurs (quatrième plus gros succès de Gérard Oury et régulièrement rediffusé à la télévision), où elle est Doña Juana et exécute un strip-tease comique. Elle y rivalise avec Louis de Funès (déjà croisé dans Sur un arbre perché) et Yves Montand.

L’autre, dans le téléfilm Vipère au poing, révèle son talent de tragédienne.
Elle y incarne Folcoche, la mère indigne et infâme qui maltraite ses enfants.

Thierry Le Luron l’imite beaucoup, ce qu’elle prend assez mal au début.
Dans les années 1980, elle participe régulièrement à l’émission radiophonique Les grosses têtes où elle est la cible récurrente des moqueries de ses camarades sur son âge et fait aussi preuve d’auto-dérision (« Avant, j’étais moche ») en tournant des spots publicitaires pour les produits d’entretien Jex Four.

Personne ne s’étonnera que la Chouette ait une préférence pour le téléfilm « Le cri de la  chouette » tiré du roman d’Hervé Bazin

Les potes âgés eux, se rappelleront de sa dernière prestation en « Catherine Médicis » en 1989, un an  avant qu’un cancer ne nous en prive.

SOURCE : Wikipédia

barre bleue

  Comment les « jeunes » vivent ils cette artiste disparue ..?

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

– Je l ai vu à Cholet dans ma ville? quand j était petit !! je lui avais demandé, si elle avait fait beaucoup de film !! Elle ma répondu :
« 
Oui mon ptit chou… Mais surtout des navets !! ».
Je m’en souviendrai toujours…..

– Que dire d Alice mis a part que? c’était une femme d exception au talent incroyable … dramatique , comique , une façon de s’approprier les rôles d une façon tellement charismatique, que personne ne peut encore rivaliser aujourd?hui sur des rôles au cinéma qui ont été les siens et qu elle s est appropriée a la force de son talent incroyable et unique . elle manque cruellement au cinéma encore aujourd?hui. Paix à son âme.

 – Je remarque les « Bonsoir Madame Sapritch » et « Bonsoir Monsieur Sabatier ». Eh oui, à l’époque, on insistait beaucoup sur les formules de politesse. Cela tend à se dégrader de nos jour. Je remarque aussi une certaine qualité? de la langue qui se dégrade sérieusement de nos jours.

– De quand date ce passage? il me semble que c’est de 1985, si quelqu’un avait la? date exacte 🙂

– Alice tu nous manques trop… Trop marrante cette femme?

barre bleue

 LU SUR LE  NET PAS NET c'est TUNET qui tire la chasse

MAIS NON   ...JE PERDS PAS MON PANTALON... NON MAIS ...!– Dans ces forums, il y en a même que nous avons refusé de publier … QUOI..! Merde, c’est fait … COUPEZ … COUUUUPEEEEZ

 

– Ils sont 2 : Il y en a 1 qui la prend par devant, et l’autre par derrière. Comme dirait Francky Vincent :
« Alice ça glisse, au pays des merveilles… »   CQFD LOL !!!

barre bleue

855

Share Button