Archives par étiquette : art

LA FORNARINA ….. de RAPHAEL

– ça y est FIRMIN …..ils nous ont recruté un spécialiste de la renaissance italienne..!
Eh Ouais camarade GASTON … encore un  « ESTRANGER » … ROMANESCO qu’il s’appelle …!
– Ah ça c’est vrai…..  c’est ni un chou fleur…. ni un brocolis…. Un chou ROMANESCO …
et élégant l’italien …. Jugez vous même..!

LPalais Barberini Rome’ART ET LA PALETTE AU CHOU

SÉRIE:
LA RENAISSANCE ITALIENNE
Peinture de RAPHAËL

Informations pratiques:

PALAIS BARBERINI ROME
Adresse 
:
Via Barberini, 00184 Roma, Italie
Style architectural 
:
Architecture baroque1627
Photos des œuvres interdites ( Romanesco est revenu en pleurant)

Horaires d’ouverture : lun. Fermé
mar.-dim. 08:30–19:00
 
 

La Fornarina…. de RAPHAËL

LA FORNARINA est conservée à la galerie nationale d'art antique du Palais Barberini de Rome (Italie).Artiste de la cour et de l’Église, représentant de la Renaissance et des somptuosités italiennes, Raphaël a peint de nombreuses femmes dans sa carrière.
Madones, infantes, jardinières, etc., le féminin s’est toujours illustré avec grâce et pudeur sous les coups de pinceau du peintre.
Les regards des Vierges, souvent baissés et protecteurs ; les traits finement ciselés de leur visage célèbrent le style artistique de Raphaël.
Et pourtant, une jeune femme ne ressemble aucunement aux autres réalisations du peintre. Portraiturée de manière beaucoup moins virginale et sacralisée, mais physique et sensuelle, une demoiselle fait figure d’exception
….

La Fornarina

Le Portrait d’une jeune femme (La Fornarina) (en italien, Ritratto di giovane donna (La Fornarina)) est une peinture exécutée entre 1518 et 1519, de l’artiste italien de la Renaissance Raphaël.
C’est une peinture à l’huile sur bois de 85 x 60 cm conservée à la galerie nationale d’art antique du Palais Barberini de Rome (Italie).

La Fornarina son modèle…et plus

La donna velata ou La Velata est un tableau de Raphaël conservé à la Galerie Palatine du Palais Pitti à Florence

On considère généralement que le peintre a réalisé le portrait de sa légendaire amante, dont il avait également fait un portrait connu sous le nom de La donna velata conservé au Galerie Palatine du Palais Pitti de Florence.

La femme est identifiée au XIXe siècle comme étant la fornarina (« la boulangère ») Margherita Luti, fille du boulanger Francesco Luti de Sienne.

La Fornarina sa madone impudique…..

Dans le tableau de LA FORNARINA, la femme est représentée à mi-corps, assise portant un chapeau de style oriental et les seins nus. Elle fait le geste de se couvrir le sein gauche, ou de le recouvrir avec sa main, et est illuminée par une forte lumière artificielle qui vient de l’extérieur.
Elle a, à son bras gauche, un ruban étroit qui porte la signature de l’artiste RAPHAEL URBINAS.

La Fornarina lui appartient…..

L’histoire raconte qu’elle aurait été l’amante de Raphaël et que ce dernier aurait nourri pour elle des sentiments passionnés. Il lui aurait d’ailleurs déclaré son amour à travers la toile.
Aussi, suffit-il de regarder plus attentivement le bracelet que la demoiselle porte au bras gauche. On peut y lire le sceau du peintre : « Raphaël Urbinas ».
Étreignant le bras plus qu’il ne le pare – les plis de la peau en sont témoins -, le bijou perd sa mission de coquetterie et d’apparat pour devenir marque de possession.
Comme l’artiste signe son tableau, il appose son appartenance au sujet de ce dernier : l’objet de ses désirs, la jeune femme brune.
« Marquée au fer rouge », la Fornarina lui appartient.

Hommage à travers les âges…..

L’idylle de la Fornarina et de Raphaël, ou plutôt leur « longue liaison », traversera les âges, rendue immortelle par une toile de Jean-Auguste Dominique INGRES, cristallisant les jeunes gens dans une éternelle étreinte.
La Fornarina y est représentée sur les genoux de Raphaël, dans son atelier, devant le tableau en cours d’exécution.

On notera que Ingres à repris le portrait de la Fornarina telle que Raphaël l’avait peinte

SOURCES: WIKIPEDIA EVENE 

 

retour sur la rubrique du même tabacROMANESCO

  RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Fais moi un dessin… Tiens voilà….

hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de Choucaline

CHOULAGER :

« Les Capacités de notre cerveau et ses pensées positives »

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT POUR GUÉRIR LE CORPS

  Fais moi un dessin… Tiens voilà… Le petit garçon à la fleur rouge et à la tige verte

«Évitez les gens négatifs. Ils sont les plus grands destructeurs de confiance en soi

Il était une fois un petit garçon qui allait à l’école pour la première fois: Un bon. matin quelques jours après le début des classes, la maitresse a dit: «Aujourd’hui, nous allons faire un dessin.»

   «C’est bien», a pensé le petit garçon. Il aimait beaucoup dessiner. Il pouvait dessiner toutes sortes de choses: des lions, des  tigres, des éléphants, des girafes. Il a ouvert alors sa boîte de crayons et s est mis à dessiner.

Mais la maîtresse a dit alors : «Attendez! Je n’ai pas dit de commencer!» et elle l’a fait patienter jusqu’à ce que tout le monde soit prêt.
«Maintenant»
, a dit la maîtresse, «nous allons dessiner des fleurs. »

Mais la maîtresse a dit: «Attendez! Je vais vous montrer comment.» Et elle a dessiné une fleur sur le tableau noir. Elle était rouge, avec une tige verte.
«Voilà», a dit la maîtresse, maintenant vous pouvez commencer. »

Le petit garçon a regardé la fleur de sa maîtresse puis il a examiné ses propres fleurs.
Il préférait  ses fleurs à celles de sa maîtresse, mais il n’a rien dit, il a retourné sa feuille de l’autre côté et a dessiné une fleur comme celle de son enseignante.
Elle était rouge avec une tige verte.

Un jour, la maîtresse a dit:
« Aujourd’hui, nous allons faire quelque chose avec de la glaise.»
«C’est bien»
, a pensé le petit garçon.
Il aimait beaucoup la glaise. Il pouvait faire un tas de choses avec de la glaise: il pouvait faire des trains, des autos, des camions, des avions, etc.
Et il s’est mis à pétrir sa boule de glaise.

Mais la maîtresse a dit: «Attendez! Je n’ai pas dit de commencer!» Et elle l’a fait patienter jusqu’à ce que tout le monde soit prêt.
«Maintenant», a dit la maîtresse, «nous allons faire une assiette.»
«C’est bien»,
a pensé le petit garçon.
Il aimait bien faire des assiettes. Il pouvait en faire de très belles: des rouges, des roses, des bleues, des orangées, des jaunes, etc. Et il a commencé à en réaliser quelques-unes de toutes les formes et de toutes les grosseurs.

Mais la maîtresse a dit:
«Attendez! Je vais vous montrer comment [aire
Et elle leur a montré comment faire une assiette creuse.
«Voilà», a dit la maîtresse, «maintenant vous pouvez commencer.»
Le petit garçon a examiné l’assiette de sa maîtresse, puis il a regardé les siennes. Il préférait les siennes. Mai il n’en a rien dit, il a pris sa glaise, l’a remise en boule et a fait une assiette comme celle de son institutrice.
C’était une assiette creuse.  

Le petit garçon a vite appris à attendre, à regarder et à faire les choses comme sa maîtresse. Et bientôt, il n’a plus rien fait à sa manière à lui.

Un jour, le petit garçon a emménagé avec sa famille dans une autre ville et s’est retrouvé dans une autre école avec une nouvelle maîtresse.

Dès le premier jour, sa nouvelle maîtresse a dit: « Aujourd’hui, nous allons faire des dessins!»
«C’est bien»,
a pensé le petit garçon,
et il a attendu que sa maîtresse lui dise quoi faire, mais elle ne disait rien. ne se promenait tout simplement dans la classe.

Quand elle est arrivée près du petit garçon, elle lui a dit: «Tu ne veux pas faire un dessin?

Oui», a dit le petit garçon, «mais un dessin de quoi? »

Je ne peux pas savoir tant que tu ne l’as pas fait», a dit la maîtresse.

Comment dois-je dessiner? », a demandé le petit garçon?
Mais comme tu veux», a-t-elle dit.

Avec quelles couleurs?» a-t-il demandé.

– N’importe quelle couleur», a répondu la maîtresse. «Si tout le monde faisait le même dessin, en prenant les mêmes couleurs, comment pourrais-je les différencier, et savoir qui a fait quoi?

– Je ne sais pas», a dit le petit garçon. Et il s’est mis à dessiner :
Une fleur rouge avec une tige verte!

LE CHOURISTE

Rappelez-vous :
Faites attention de ne pas imposer vos idées aux autres. Vos mots et vos gestes exercent une influence majeure sur
l’estime et la confiance des gens qui font partie de votre cercle d’influence, particulièrement sur vos enfants.

Pour ceux qui possèdent une haute estime d’eux-mêmes et qui ont confiance en eux, rien n’est impossible. Par contre, pour ceux dont l’estime d’eux-mêmes est médiocre et qui ont perdu confiance en eux, même le plus petit accomplissement devient impossible.

– j’ai pigé…! Il faut encourager les autres à exploiter leur créativité et n’accordez aucune importance à l’opinion des gens qui se permettent de critiquer la vôtre.

SOURCE:

Patrick Leroux
(Livre : Pour le cœur et l’esprit)
Description :
Les histoires émouvantes et exaltantes m’ont toujours fasciné. Déjà tout petit, je prenais un réel plaisir à écouter mes parents et mes grands-parents m’en raconter pour m’endormir. Puis enfant, elles servaient à me transmettre leurs valeurs, et à éveiller mon imaginaire et à stimuler mon apprentissage. Je suis persuadé que vous découvrirez dans ce recueil plusieurs histoires qui vous réchaufferont le coeur et stimuleront votre esprit.

ACHETER..? : https://amzn.to/2txQaKI

retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE
RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Saints guérisseurs : Côme et Damien les deux font la paire

Nous fêtons aujourd’hui les Côme et les Damien

Ces deux  Saints comme patrons des médecins et de pharmaciens ont toute leur place dans la catégorie des saints guérisseursUNE SERIES POUR TOUT CONNAITRE SUR NOS SAINTS GUERISSEURS -un par mois

SAINT CÔME  – SAINT DAMIEN

Martyrs à Cyr (IIIe siècle) – Fête le 26 Septembre

– Les deux frères Côme et Damien sont ordinairement représentés par les artistes, tenant en main les attributs de leur profession

Flacons de pharmacie et des instruments de chirurgie .
Leurs deux noms sont d’origine grecque
Côme : Signifie « bien en ordre »
Damien: Signifie « Dompteur »

INVOQUÉS :

– invoqué pour la guérison du carreau
(
maladies abdominales infantiles où le ventre est gros et dur )
– de l’énurésie
– troubles de l’appareil digestif.
(la gastrite entre autre)

Au Brésil, les saints jumeaux sont considérés comme protecteurs des enfants (donne aux enfants des sacs de bonbons à l’effigie des saints)

À Isernia, près de Naples, ils sont considérés comme des saints phalliques et sont invoqués pour les problèmes de fertilité.

SAINT PATRON:
Au Moyen Age, ils sont devenus les patrons des docteurs ainsi que d’une variété de professions associées à la médecine,
comme :

  • des chirurgiens.
  • des docteurs
  • des pharmaciens .
  • des dentistes
  • des sages femmes
  • coiffeurs et barbiers.

LA VIE DE SAINT CÔME ET SAINT DAMIEN

Saints Côme et Damien, médecins, par Johann Anwander (1762), église de l'Assomption (Dillingen).Saint Côme (ou à l’ancienne Cosme), patron des chirurgiens, né en Arabie, pratiquait la médecine à Aigéai en Cilicie, ainsi que son frère, Damien, lui, saint patron des pharmaciens.
Ils souffrirent ensemble le martyre sous Dioclétien, en 303 ou 310.

On les appelle « anargyres » parce qu’ils soignaient « sans accepter d’argent ».

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

lls naquirent en Cilicie ou en Arabie et pratiquèrent la médecine dans le port maritime d’Égée (aujourd’hui Ayash) puis dans la province romaine de Syrie.
ils n’acceptaient aucun paiement pour leurs services, ce qui leur valut le surnom d’anargyroi c’est-à-dire sans argent, et attirèrent ainsi un grand nombre de gens à la foi chrétienne.

Pendant les persécutions de Dioclétien, Côme et Damien furent arrêtés sur l’ordre du préfet de Cilicie, un certain Lysias dont c’est la seule initiative connue.
Il leur ordonna d’abjurer sous la torture. Selon la légende ils restèrent fidèles à leur foi en dépit de toute une série de tortures affreuses auxquelles ils restèrent insensibles ; finalement ils furent décapités. Leurs frères cadets Antime, Léonce et Euprepius, qui les suivaient partout, partagèrent leur martyre.

La plus célèbre de leurs cures miraculeuses rapportées, la greffe d’une jambe de Maure pour remplacer la jambe nécrosée d’un patient, fit l’objet de nombreuses peintures et miniatures.

CI–CONTRE: Greffe d’une jambe par les saints Côme et Damien, panneau de la prédelle de la Pala di San Marco de Fra Angelico au musée national San Marco, Florence.

CULTE ET RELIQUES

Les restes des deux frères furent enterrés à Cyrrhus (actuellement en Syrie), puis les corps furent rapportés à Rome, sans les têtes qui furent rapportés ultérieurement.

Dès le IVe siècle, on a consacré aux saints jumeaux des églises à Jérusalem, en Égypte et en Mésopotamie.
Théodoret enregistra le partage de leurs reliques. Jugées miraculeuses, elles furent enterrées dans la ville de Cyrus en Syrie.
Des églises furent construites en leur honneur mais fit transporter leurs vestiges à Constantinople. C’est là qu’à la suite d’une guérison qu’il attribua à l’intercession de Côme et Damien, Justinien fit construire et décorer une église en témoignage de gratitude ; elle est devenue un lieu célèbre de pèlerinage.

À Rome le pape Félix IV (526-530) reconsacra  la basilique Santi Cosma e Damiano ; celle-ci a été bien des fois reconstruite mais reste célèbre pour ses mosaïques du VIe siècle représentant les saints.
Saint Côme et Saint Damienun vrai casse tête
 Les crânes des saints Côme et Damien sont vénérés à Madrid, où ils se trouvent depuis 1581, date à laquelle Marie d’Autriche en fit don au couvent de Clarisses des Descalzas Reales.

Ajoutons que leurs crânes sont également vénérés dans l’église Saint-Michel de Munich.
Si l’on en croit l’inscription, l’ossuaire du crâne a été fabriqué à Brême vers 1400 et apporté avec les reliques à Saint-Michel en 1649 par Maximilien Ier de Bavière.

Bizarrement, les chefs de saint Côme et Saint Damien seraient aussi dans une châsse du trésor de l’abbaye de Brageac dans le Cantal, où ils auraient été rapportés par Guy et Raoul de Scorraille au retour de la première croisade vers l’an 1105.

AUJOURD’HUI ENCORE…..
Il se forma en France, sous l’invocation de saint Cosme, une confrérie de chirurgiens, dite de Saint-Cosme, qui pendant longtemps partagea l’enseignement et la pratique de la chirurgie avec la faculté de médecine de Paris.

PRIÈRE A SAINT CÔME ET SAINT DAMIEN

Prière

Ô martyrs de Jésus-Christ, Côme et Damien, nous vous honorons en toute humilité et avec l’affection de notre cœur.

Par vos excellents mérites, vous avez reçu du Seigneur le pouvoir de protéger tous ceux qui se tournaient vers vous dans leur misères.

C’est pourquoi nous ne cesserons d’invoquer votre intercession.

Comme durant la vie mortelle, vous avez soigné les maladies dangereuses, par les moyens de la médecine et l’invocation du Nom de Jésus Christ, comme les Apôtres, ainsi, maintenant que vous êtes puissants dans le Ciel, tournez vers nous vos regards de pitié.

Nous sommes faibles, pêcheurs, malades; nous sentons le besoin de l’aide divine.

Nous vous en prions : assistez-nous, obtenez nous du Seigneur la guérison de nos maladies, priez le Bon Dieu de nous libérer du pêché.

Nous vous demandons ces grâces non seulement pour nous, mais aussi pour nos parents, nos familles, pour nos amis et nos ennemis, afin que, protégés par vous sur la terre, d’âme et de corps, nous puissions venir au Ciel louer et bénir le Seigneur pour l’éternité.

DICTON POUR LES POTES ÂGÉS

  • Servez Saint-Côme et Saint-Damien, vous vous porterez toujours bien.

SOURCE :

https:/Restez svelte 160px/www.saintsguerisseurs.fr/le-nom-des-saints/saint-c%C3%B4me-et-damien/
https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4me_et_Damien
https://nominis.cef.fr/contenus/saint/1921/Saints-Come-et-Damien.html

vigne rouge 120 gélules

 

Chou Blanc est effectivement magnétiseur CLIQUEZ POUR VOIR SON SITEune précédente rubrique : SAINT FIACRE
La ligne éditoriale de cette série est accessible
BON COURAGE...!

CHOU BLANC (Les autres saints guérisseurs – faire catégorie SAINT THOL )

Share Button