Archives par étiquette : animaux

PAPY JANOT : Sa comptine préférée


C
omptine

JEANNOT LAPIN



Dans la rosée, dans la bruyère
Il gambade tous les matins
Il broute des journées entières
Jeannot Lapin
Jeannot lapin, Jeannot lapin
Trotte vite vite vite
Jeannot lapin, Jeannot lapin
Dans la bruyère et le thym

Il se sauve dans sa cachette
Si tout là-bas aboie le chien
Il se méfie de la belette
Jeannot lapin
Jeannot lapin, Jeannot lapin
Trotte vite vite vite
Jeannnot lapin, Jeannot lapin
Dans la bruyère et le thym

Mais hélas le chasseur le guette
Il veut en faire un bon gratin
Il finira dans une assiette
Jeannot lapin
Attention Jeannot lapin,
Jeannot lapin, Jeannot lapin
Trotte vite vite vite
Dans la bruyère et le thym

SOURCE :

https://greatsong.net/PAROLES-COMPTINES

PAPY JANOT

 

Share Button

AMOUR ET TRADITION : Saint Georges terrasse le dragon

rose saint georges

SAINT GEORGES TERRASSANT LE DRAGON

La vie de Sant Jordi
par Chou blanc (catalan)

Sant Jordi (Saint Georges en Français) est le saint patron de diverses nations comme l’Angleterre, la Bulgarie, le Portugal ou la Catalogne.

Sant Jordi est donc une fête catalane que l’on célèbre le 23 avril.

L’homme offre une rose à sa « princesse », et la en savoir plus en catalan et espagnolfemme offre un livre à son « chevalier ».


C’est une fête des amoureux de plus, comme la Saint Valentin…


Voici l’origine de cette fête :

« Sant Jordi était un militaire romain chrétien. Pour ne pas avoir renoncé à ses croyances, il fut martyrisé au temps de l’empereur romain Dioclétien, vers l’an 303.
Une des légendes qu’on attribue à Sant Jordi, devenue rapidement la plus populaire, explique qu’un dragon terrorisait les habitants d’un village. Pour le calmer, ils devaient lui donner un agneau et une jeune fille, choisie au hasard.

lancelot-blodeel-1496-1561-légende-de-saint-georges

BRUGES – lancelot-blodeel-1496-1561-légende-de-saint-georges

Un jour la malchance tomba sur la fille du roi, qui fut amenée devant le dragon.
Sant Jordi la libéra d’une façon miraculeuse, tua le dragon et des roses rouges jaillirent du sang de ce dernier.
La jeune fille, le roi et tout le peuple se convertirent au christianisme.


Les rois catalans manifestaient souvent leur dévotion à Sant Jordi et demandaient de l’aide pour combattre les infidèles.
En ce temps là, des pays aussi différents que la Georgie, l’Angleterre, le Grèce et la Catalogne firent de Saint Georges leur patron.


En 1926 en Catalogne est venu s’y ajouter le Jour dit du livre, une festivité bien enracinée, vivante partout en Catalogne et qui à l’origine était une commémoration de la mort de Cervantes. »


Moi je ne connais que le Nuits Saint Georges pour chasser ma Germaine de mes nuits…

Par Saint Georges …! comme disent les anglais…Pourquoi quand je remonte de ma cave fait-il toujours nuit très tôt ….

Et mon dragon de femme d’ajouter
– « Va te coucher… Ne pas dormir nuit »

A Nuits Saint Georges en Bourgogne, le nom de Saint-Georges est directement lié à la production de vin. Au IVe siècle, on y aurait rapportés à Nuits les reliques de St Georges et un clos de vignes de la paroisse aurait alors pris ce nom.
Les premières traces de l’homme dans la commune datent du Magdalénien au lieu-dit le Trou-léger. (ils buvaient moins que moi)

Le 25 juillet 1971, l’équipage d’Apollo XV donna officiellement, à un trou lunaire, le nom du « Cratère Saint-Georges », en rendant hommage à Jules Verne. En effet, dans son roman Autour de la Lune, une fine bouteille de vin de Nuits est par hasard retrouvée dans le compartiment des provisions, afin de fêter « l’union de la Terre et de son satellite ».

Sacré Jules avec de tels bagages je ne m’étonne pas qu’il ait fait « cinq semaines en ballon… »
… de rouge
( je précise …. car j’ai toujours peur que quelqu’un soit resté à la cave et ne sache pas rentrer de nuit ….. c’est que l’escalier est raide et on peut vite passer nuit à trépas

retour sur la rubrique du même tabacavec ma mémé qui m'a tout racontéCHOU BLANC

RETRO
C’est du même tabac…..


3201

Share Button

Le bonnet d’âne du pote H

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..

Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un cable …. SUPER…..

Vous faites aussi…. Alors à bientôt….!


Connaissez-vous l’histoire du
bonnet d’âne ?

On a tous entendu parler du bonnet d’âne pour les mauvais élèves à l’école, quelle terrible punition !

Si cette pratique a définitivement disparu, il n’en reste pas moins que pour ne pas rester dans l’ignorance concernant ce couvre-chef un peu particulier, il convient de s’intéresser un peu plus aux légendes et histoires du bonnet d’âne, bien que certaines ne soient pas justifiées.

Alors, pourquoi ? A quelles fins ? Et comment fut utilisé le bonnet d’âne ? Voici ces quelques petites anecdotes…

Entre encouragement et punition

Si dans la majorité des cas on associe le bonnet d’âne à la punition du mauvais élève, il est très intéressant de savoir que cela n’a pas toujours été le cas, bien au contraire !

Effectivement, avant d’être cet abominable objet de la honte, redouté de tous les élèves, et surtout du plus cancre de la classe ; le bonnet d’âne fût aussi un symbole d’encouragement…Bien que la thèse ne soit pas toujours confirmée, elle reste intéressante à aborder.

En effet, il est estimé que l’âne n’a pas toujours été considéré comme cet animal plutôt stupide et surtout têtu, ce qui d’ailleurs, dans la réalité, s’avère plutôt totalement injustifié par ceux et celles qui connaissent bien cet animal. Chaque âne dispose de son propre caractère et si certains peuvent être difficiles, d’autres sont à contrario très dociles et attachants…

Il paraît donc, d’après certaines légendes qu’au XVIIIe siècle, le bonnet d’âne était plutôt utilisé comme référence de choix à acquérir la sagesse et l’intelligence de cet animal aux grandes oreilles.

Cette image valorisante de l’âne était, à cette époque, influencée de la religion,  qui faisait référence à cet animal qui a pu à la fois, réchauffer le Christ et lui servir de moyen de transport. L’âne était alors considéré comme un animal, patient, sage et très humble.
Ainsi, on prétend donc et également, que ce bonnet d’âne aux élèves aurait pu leur être mis sur la tête en vue de pouvoir leur faire acquérir ces belles qualités.

Au fil du temps, des encouragements d’antan, on peut donc se rendre compte très vite que ce misérable bonnet d’âne fût devenu cet accessoire de la honte et de l’humiliation, et donc, pour les mauvais élèves cette terrible punition !

Le professeur pouvait alors ridiculiser le cancre de la classe en l’affublant de ce méprisable couvre-chef : le bonnet d’âne.
Le cancre pouvait porter le bonnet toute la journée et voir même parfois, il pouvait être contraint à rentrer chez lui avec !

Le bonnet d’âne et fort heureusement fût bannit par l’Éducation Nationale qui l’a vite jugé comme accessoire de mauvais traitement.

 

Les punitions d’antan…

Entre la retenue, le piquet, la baguette et donc, parmi les punitions de l’école de l’époque, le bonnet d’âne eut aussi sa place.

Bien souvent fabriqué par le maître lui-même et tout simplement en papier, il servait à humilier le plus mauvais élève. On peut le dire, bien souvent plus pour les garçons que les filles qui, elles, pouvaient arborer dans leur dos une langue rouge de boeuf, faite de papier, pour tout simplement signaler leur passe-temps favori, le bavardage !

Finalement c’est au cours du XXe siècle que la punition s’est transformée en lignes à recopier ou exercices à faire, verbes à conjuguer, tables de multiplications à réciter…

Plutôt un soulagement quand on peut imaginer l’humiliation que devait représenter ce terrible bonnet d’âne vis-à-vis des camarades…

Bref, il compte désormais, et heureusement, parmi les objets des musées de l’école et ainsi nous pouvons aujourd’hui, en toute sérénité, devenir, au gré du savoir, un bon comme un mauvais élève !


– Ben voyons …! Comme un fait du hasard il a oublié les piquets …
de grève….! Eh oui on punit encore la bête humaine..!!!

 

SOURCE :

site top famille .fr


POTACHE

.

.barre bleue

Share Button