Archives par étiquette : amour

Barry LYNDON film de 1976 – 7 Oscars


CHOUCHINÉ CLUB

Chouchiné club, c’est la rubrique ciné-club… Pour laquelle, je vais régulièrement chiner des films cultes du cinéma.
J’espère vous redonner l’ambiance des salles obscures, le gout des Mikos… sans le bruit des Mentos qui sortent de leurs rouleaux et des becos… du dernier rang….!

« Barry Lyndon » un film de 1976 aux 7 Oscars

Barry Lyndon glana sept nominations aux Oscars : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur adaptation, meilleur photographie, meilleur direction artistique, meilleur musique, et meilleur costume.
Barry Lyndon remporta un Oscar pour la musique, pour la photo, la direction artistique et les costumes mais, une fois de plus, Stanley Kubrick était privé de reconnaissance personnelle.

 Les réactions du public et de la critique étaient désastreuses à la sortie du film.
Le tournage de Barry Lyndon avait duré  300 jours répartis sur deux ans pendant lesquels il y eu deux interruptions importantes. Le budget atteignit la somme de 11 millions de Dollars.
Kubrick avait investi tellement de temps et d’énergie dans Barry Lyndon que son échec commercial (aux USA) le pire de sa carrière, l’affecta fortement. Le film ne rapporta que 9,5 millions de Dollars sur le marché américain, loin des 30 millions nécessaires à la Warner pour réaliser un bénéfice

Ryan O’Neal (VF : Bernard Murat) : Barry Lyndon, né Redmond Barry Marisa Berenson (VF : elle-même) : la comtesse de Lyndon


Barry Lyndon impressionne, car c’est peut-être le film qui se rapproche le plus de cette fameuse synthèse rêvée entre toutes les formes d’art (ou du moins le plus grand nombre d’entre elles).

 

Il y a le cinéma,

  • Il y a le cinéma, le mouvement, magnifiquement rendu dans quelques scènes de violence ou de déplacement dans l’espace (avec des travellings arrières, certes).

     

    Il y a la peinture,

  • Il y a la peinture, chaque plan étant conçu comme une œuvre picturale d’une grande sophistication.
    Stanley Kubrick s’est inspiré, pour la composition de ses plans, de certains tableaux de Thomas Gainsborough, John Constable, William Hogarth, George Stubbs, mais aussi des peintres comme Watteau et Chardin.
     

    On peut évoquer l’emploi du zoom arrière, justifié ainsi par Kubrick : quand on découvre une peinture on s’attache d’abord à un détail avant d’en découvrir l’ensemble et de saisir le sens de l’image. On peut parler aussi de l’abandon du Cinémascope, qui donne aux plans de Barry Lyndon une douceur, une proximité, une humanité troublantes.

Il y a le théâtre,

Il y a le théâtre, dans le jeu parfois caricatural des acteurs, en état de grâce dans leur grande majorité.

groupe de bougies animées

Eclairage à la bougie !

En 1973, année du début du tournage de Barry Lyndon, l’idée d’éclairer un film entier à la chandelle était une hérésie. Kubrick, ancien photographe, s’était néanmoins largement documenté sur le sujet.

Le cinéaste se mit en quête d’un objectif géant pouvant laisser entrer la lumière suffisante.
Il lui fallu trois mois pour le trouver, un Zeiss 50 mmm conçu par la NASA pour être utilisé sur la Lune.
Une caméra spéciale a ensuite été aménagée pour fixer cet objectif. Pour les scènes éclairées à la bougie Kubrick a également utilisé un éclairage complémentaire fixé au plafond.

Collaboration houleuse

Kubrick réussit difficilement à convaincre Ken Adam de superviser la photo et les décors de Barry Lyndon, ce dernier conservant un souvenir douloureux de sa collaboration avec le cinéaste sur Docteur Folamour (1974). Adam finit par accepter mais rentra immédiatement en conflit avec Stanley Kubrick.
En effet, Kubrick souhaitait tourner l’essentiel de son film en extérieur, dans d’authentique demeures du XVIIIe et avait l’intention ferme d’éclairer ses scènes intérieurs à la chandelle !
Ken Adam quittera plus tard le plateau et ne travaillera plus jamais avec Kubrick.

Et bien sûr …. il y a la musique… ! grand-piano- noir

  • il y a la musique, magnifique musique, sublime musique, peut-être encore plus finement utilisée ici que dans le film 2001 ou dans Orange Mécanique.
    La très mythique scène de séduction de Lady Lyndon par Redmond Barry (citée en référence par Scorsese à tout bout de champ) est tout simplement, ce que Kubrick a tourné de plus parfait, de plus beau et de plus bouleversant.
    Et c’est aussi son utilisation la plus splendide de la musique, grand merci à Schubert et à son piano trio.


Refus d’une musique originale

« Dans le film 2001, j’ai utilisé Ligeti, compositeur contemporain.
Mais si l’on veut utiliser de la musique symphonique, pourquoi le demander à un compositeur qui de toute évidence ne peut rivaliser avec les grands musiciens du passé ? Et c’est un tel pari que de commander une partition originale.
Elle est toujours faite au dernier moment, et si elle ne vous convient pas, vous n’avez plus le temps d’en changer. Mais quand la musique convient à un film, elle lui ajoute une dimension que rien d’autre ne pourrait lui donner. Elle est de toute première importance »
.
(Stanley Kubrick, dans Kubrick, Michel Ciment, Calmann-Levy).

Le choix du Trio de Schubert

« J’avais d’abord voulu m’en tenir exclusivement à la musique du XVIIIe quoi qu’il n’y ait aucune règle en ce domaine. Je crois bien que j’ai chez moi toute la musique du XVIIIe enregistrée sur microsillons. J’ai tout écouté avec beaucoup d’attention. Malheureusement, on n’y trouve nulle passion, rien qui, même lointainement, puisse évoquer un thème d’amour ; il n’y a rien dans la musique du XVIIIe qui ait le sentiment tragique du Trio de Schubert. J’ai donc fini par tricher de quelques années en choisissant un morceau écrit en 1814. Sans être absolument romantique romantique, il a pourtant quelque chose d’un romanesque tragique »
(Stanley Kubrick, dans Kubrick, Michel Ciment, Calmann-Levy).

Bande originale

 


La bande originale mêle donc folklore irlandais (joué par The Chieftains) et musique classique, avec entre autres :

Le scénario  

Barry Lyndon est un film historique anglo-américain de Stanley Kubrick sorti en 1975 et adapté du roman picaresque de William Makepeace Thackeray, Mémoires de Barry Lyndon.

La scène finale, en 1789, montre lady Lyndon, entre deux âges, signant d’un air nostalgique le chèque de la rente annuelle de Barry sous le regard de lord Bullingdon.


Le film dépeint le destin d’un jeune intrigant irlandais sans le sou dans la fastueuse société anglaise du XVIIIe siècle,


On le suit:

  • de son ascension sociale pleine d’audace et de perversité, après avoir épousé une lady qui lui apportera une fortune considérable et lui donnera un fils,
  • à sa déchéance dans la grange où le duel a lieu, entre son beau fils et lui Le tirage au sort donne à lord Bullingdon le privilège de tirer en premier.
    Son pistolet se déclenche de manière inopportune.
    Barry, de manière volontaire et magnanime, tire au sol. Mais lord Bullingdon refuse d’arrêter le duel. Il fait feu et cette fois, son tir touche la jambe de son adversaire. Barry doit être amputé sous le genou.
    Durant la convalescence de Barry, lord Bullingdon prend le contrôle de son patrimoine.
    Lord Bullingdon va  faire une offre Barry:
    il lui
    garantit une rente annuelle de 500 guinées à vie s’il quitte l’Angleterre et met fin au mariage avec lady Lyndon. Brisé psychologiquement et physiquement, Barry accepte l’offre. Il se rend en Irlande, puis il voyage à travers le continent européen en redevenant un joueur professionnel, mais bien loin de ses succès d’antan.
    Il ne reverra plus lady Lyndon. La scène finale, en 1789, montre lady Lyndon, entre deux âges, signant d’un air nostalgique le chèque de la rente annuelle de Barry sous le regard de lord Bullingdon.

Le film se termine par cet épilogue :
« It was in the reign of King George III that the aforesaid personages lived and quarrelled ; good or bad, handsome or ugly, rich or poor, they are all equal now »
(« Ce fut sous le règne du roi Georges III que ces personnages vécurent et se querellèrent ; bons ou mauvais, beaux ou laids, riches ou pauvres, ils sont tous égaux maintenant »)

SOURCES :
http://www.ed-wood.net/barry_lyndon.htm
http://www.allocine.fr/film/fichefilm-135/secrets-tournage/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Barry_Lyndon

 

retour sur la rubrique du même tabac

Share Button

La petite fille aux champignons

 logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera, cet automne, en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. conservez vos braises on va faire griller les châtaignes

Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de la grillade , la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire…
ça y est..
Vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !

logo mamy turlututu small– Alors.. ACTION Mamy..! Fais nous peur avec un conte russe qui nous raconte un retour des champignons de deux petites filles imprudentes….

Mais attention il fait un peu peur car on ne sait jamais  comment se terminent les imprudences d’enfants ……

– Pour moi, qui ai déjà joué avec les allumettes…..
Tu peux y aller Mamy…. Je crains plus grand chose…!

logo mamy turlututu smallLa petite fille aux champignons

Conte russe de Monsieur Léon TOLSTOÏ

jonas– EH Mamy c’est qui ton Léon Tolstouille

– Un peu de patience mon petit Jonas..
j’y viens laisse moi mettre  mes chaussons..! et j’appelle Papy qui t’expliquera ça

LE CHOURISTE

L’auteur de « Guerre et Paix » ou « Anne Karenine », le Russe
Léon Tolstoï, est né
le 9 septembre 1828.

L’auteur de Guerre et Paix, Anna Karenine ou encore La mort d’Ivan Ilitch, est l’un des plus grands écrivains russes au même titre que Tchékhov ou Dostoïevski. 
Lev Nikolaévitch, de son vrai nom, est mort
à 82 ans en 1910, dans la gare d’Astapovo
à 350 km de Moscou.  

Né dans une famille plutôt aisé, Léon Tolstoï préfère mener une vie plutôt rigoureuse, aux côtés de paysans, alors que ses succès littéraires lui ont ouvert la porte des mondanités de l’Empire. 

Sur la fin de sa vie, l’écrivain a entretenu une correspondance avec celui qui sera le leader de l’indépendance indienne, Gandhi. Ce dernier a puisé une source d’inspiration dans La lettre à un hindu écrit par le Russe, et s’en servira comme modèle de non-violence.

L’écrivain russe, né en 1828,
aurait fêté ses 187 ans.

Léon Tolstoï en 1897

jonas– Eh Mamy t’avais raison rien qu’a voir sa tête on sait qu’on va avoir peur ……

– Tu ne dois pas avoir peur Jonas écoute plutôt ce conte russe ….

logo mamy turlututu small
La petite fille aux champignons
Léon Tolstoï (1828-1910)

C’est des jaunettes appelée aussi girolles par chez moi

Deux petites filles s’en revenaient à la maison, rapportant des champignons.
Elles devaient traverser la voie ferrée, et, croyant la locomotive très éloignée, elles grimpèrent sur le talus et s’engagèrent sur la voie.
Soudain, on entendit le sifflet d’un train; l’aînée revint en arrière, et la plus jeune courut en avant.
L’aînée alors lui cria :
— Ne retourne pas en arrière !
Mais la machine, en avançant, faisait tant de bruit, que la petite fille n’entendit pas ce que lui disait sa sœur; elle comprit, au contraire, qu’elle lui ordonnait de revenir; elle revint donc sur ses pas, et, trébuchant, elle tomba sur les rails, où elle éparpilla les champignons qu’elle voulut ensuite ramasser.La machine approchait de plus en plus vite, et le mécanicien sifflait désespérément.L’aînée cria :Laisse, laisse les champignons !Mais la petite, croyant qu’elle lui disait de les ramasser, resta accroupie sur la voie.Le mécanicien ne put arrêter la machine, et le train passa sur l’enfant.L’aînée pleurait, criait, tous les voyageurs étaient aux portières, et le conducteur courut à la dernière voiture pour voir ce que la petite fille était devenue.Quand le train fut passé, on la vit d’abord étendue immobile entre les rails, la tête inclinée.

Puis le train s’éloigna; et l’enfant, relevant la tête, se mit à genoux, finit de ramasser ses champignons, et, après, courut vers sa sœur.

– Purée c’était chaud heureusement que j’avais la tenue adaptée pour enterrer la petite…..

jonas– Eh mamy que j’ai raison …? Les enfants de ne doivent jamais traverser les voies de chemin de fer.. Hein.!!
– Oui mon petit….. ils sont pareils que toi … Imprudents….
– NON MAMY…! EUX ILS SONT PLUS IMPRUDENTSlogo mamy turlututu small

– Attention mes petits….. les anges gardiens ne peuvent être partout….. et au moment où vous faites vos bêtises…
SOYEZ PRUDENTS …..


– Un ange passe… Tout heureux d’avoir sauvé la petite fille…
Il s’en trouve si charmé que c’est  …   jaune comme une jaunette,qu’ il  s’en retourne  tout regonflé au ciel..!


logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est un autre épisode….

Share Button

Fête des grands pères …..EH Papy c’est de toi con…. qu’on cause dans le poste

La Fête des grands-pères


« Ce que j’aime chez mon Papy, c’est qu’il m’emmène à la pêche »

Didier BARBELIVIEN - grand père yves duteil - grand père yitzhakg brassens - grand père     MUSIQUE D’AMBIANCE

 FÊTONS LES PAPYS avec POTE et POTIN

Source http://www.dromadaire.com


Après la fête des grand-mères, la fête des grands-pères !

Le succès de la fête des grands-mères est tel chaque année qu’il était normal qu’à leur tour les grands-pères aient leur jour de fête. C’est ainsi que depuis 2008 le premier dimanche du mois d’octobre est dédié aux grands-pères, afin de les célébrer tout particulièrement et de valoriser leur rôle, fondamental pour la société et la famille.

   Pour fêter cela j’ai demandé à mon choupinet s’il m’aimait et pourquoi..?

 
– Et alors il a dit quoi… ?

–           Voilà sa réponse  …..

« Ce que j’aime chez mon Papy, c’est que :
– il m’emmène à la pêche
– il a toujours du temps pour moi
– il m’apprend à bricoler
– il sait construire des cabanes
– il me lit des livres et raconte des histoires
– il me raconte les bêtises que faisait mon papa (ma maman) quand il (elle) avait mon âge !


Ce que j’aimerais faire pour mon Papy, c’est :
– le voir plus souvent
– l’aider quand il a des problèmes avec son ordinateur
– lui dire des choses gentilles au lieu de le taquiner
– le comprendre quand il voit les choses autrement que moi et respecter sa sagesse. »

EH oui.. Je ne l’avais pas vu comme ça ……J’ai voulu en savoir plus sur l’art d’’être grand père

Voilà ce que disent ceux qui savent parler mieux que moi de l’art d’être grand-père

.

La plus émouvante :
« Moi j’admire, ébloui, la grandeur des petits. »
Victor Hugo

La plus désopilante :
« Être grand-père ne m’ennuie pas du tout. Ce qui m’ennuie c’est d’être marié à une grand-mère. »
Groucho Marx

La plus vraie :
« Ce qui fait que les grands-pères s’entendent aussi bien avec les petits enfants, c’est que, pour ces derniers, la vie n’est pas encore assez sérieuse et que, pour les aïeuls, elle ne l’est plus autant. »
Tristan Bernard

La plus amusante :
« Aux grands-pères : vous avez eu à cœur d’inculquer les bonnes manières à votre progéniture, vous aurez le même enthousiasme à enseigner les mauvaises à la leur. »
Grenon et Goupil

La plus malicieuse :
« Un des plus grands mystères de l’existence est de comprendre comment le garçon qui n’était pas digne d’épouser votre fille a pu devenir le père de la plus belle petite-fille du monde. »
Proverbe juif

La plus poétique :
« En me voyant si peu redoutable aux enfants,
Et si rêveur devant les marmots triomphants,
Les hommes sérieux froncent leurs sourcils mornes.
Un grand-père échappé passant toutes les bornes,
C’est moi. […] »
Victor Hugo

         Tu connaissais toi ?…
 Le recueil de Victor Hugo « L’art d’être grand-père »
–     Non .. ?
–     Alors tu Cliques… c’est pour aller plus loin

 

 « Il doit avoir une dent contre moi ….dimanche je l’amène voir Sainte Apolline »



1030

Share Button

Les secrets du sourire

Choucaline plus proche de toi tumeurBbloc note choucalineLOC NOTE
de Choucaline

« Un sourire n’est d’aucune utilité tant qu’il n’a pas été donné. »
Musique d’ambiance

Ce vendredi 1er octobre…
C’est la journée mondiale du sourire. 

Pour célébrer cette heureuse journée avec ceux qui nous entourent, nous prenons le jour de l’humour pour passer du rire au sourire…. Vous le verrez sans perdre au change…!!!

Les secrets du sourire : cinq faits étonnants

Je suis bien sûr qu’il est revenu et qu’il flotte aujourd’hui autour de nous, avec ce demi-sourire mystérieux qu’on retrouve sur la cathédrale de Reims, et que Papa aimait tant. (Franck Johannès)Le sourire est l’une des expressions du visage les plus courantes mais aussi les plus mystérieuses.

Cette expression, qui apparaît dès les premiers mois de la vie, se prête à de multiples interprétations.
Elle a aussi des effets étonnants sur soi et sur les autres.

« Si la vie te donnes une centaine de raisons de pleurer, montre à la vie que tu as un milliers de raisons de sourire. »

17 muscles en action

Saviez-vous que pas moins de 17 muscles entrent en action lorsque vous souriez ? Pour chaque sourire, les muscles zygomatiques majeurs et mineurs s’animent tandis que le muscle risorius, qui abaisse le coin des lèvres, est inhibé.

Mais ce mouvement ne se limite pas à relever les commissures des lèvres. Un vrai sourire fait aussi se contracter les muscles autour des yeux, et plus précisément l’orbiculaire palpébral inférieur.

Il s’agit d’un muscle qui ne peut être activé que par une émotion agréable.

En conclusion, pour savoir si un sourire est sincère ou feint, mieux vaut regarder votre interlocuteur au niveau de ses yeux et non de sa bouche ! Les petites rides au coin des yeux ou pattes d’oies sont le signe d’une authentique joie ou sympathie.

« Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune »

Une expression énigmatique

L'ange au sourire de la cathédrale de Reims

L’ange au sourire de la cathédrale de Reims

En général, le sourire est une expression faciale associée au plaisir, à la joie ou à l’amusement. Mais pas seulement…

Ce mouvement des lèvres peut aussi servir à exprimer une très large palette d’émotions : l’insolence, le mépris, l’ironie, la tendresse, la moquerie, la timidité ou même la peur dans le cas d’un rictus. Le psychologue Paul Ekman a d’ailleurs répertorié 19 sourires différents.

Il s’agit donc d’une expression complexe, dont l’interprétation dépend du reste du visage (regard, sourcils) et de la gestuelle de la personne. Cela explique sans doute pourquoi le sourire assez énigmatique de La Joconde a fait couler autant d’encre !

 Un sourire est une clé secrète qui ouvre bien des cœurs

Inné ou acquis ?

A la naissance, les nourrissons ne sourient pas.
Le sourire apparaît chez les bébés entre le 30e et le 45e jour et au plus tard à l’âge de 3 mois.

Cette expression sert au bébé à exprimer son contentement après un repas, à l’écoute d’un son mélodieux ou à la vue d’une personne familière.

C’est d’ailleurs par l’imitation de sa mère et de ses proches que le bébé va véritablement apprendre à sourire.

« Les rides devraient simplement être l’empreinte des sourires. »Mark Twain

Un phénomène contagieux

Le sourire a avant tout un rôle social : des études ont prouvé que nous sourions involontairement en réponse à un autre sourire, par une sorte de mimétisme inconscient.

Quand quelqu’un nous adresse un sourire, nous aurions donc tendance à y répondre en l’imitant, même très faiblement et de manière invisible.

Le sourire est un outil social aux multiples usages. C’est un signe universel de politesse, mais aussi de convivialité (pour accueillir quelqu’un), d’apaisement (pour neutraliser l’hostilité) et… de séduction.

  Un sourire coûte moins cher que électricité, mais donne autant de lumière – (Abbé Pierre)

Un excellent anti-stress

Un enfant de quatre ans rit et sourit naturellement plus d’une centaine de fois dans la journée.

Si vous n’avez pas cette habitude, sachez qu’un sourire, même forcé, abaisse le rythme cardiaque quand on est stressé. Il s’agit donc d’un remède relaxant gratuit et à la portée de tous.

Pour profiter de ses bienfaits, placez-vous devant un miroir et souriez légèrement dix secondes, puis moyennement dix secondes, et enfin largement dix secondes. Recommencez pendant deux minutes : ça va déjà mieux, non ?

 « N’attendez pas d’être heureux pour sourire, souriez plutôt afin d’être heureux ». Edward E. Kramer


SOURCE : Audrey Vautherot  – Gralon.fr

Choucaline plus proche de toi tumeur CHOUCALINE

Share Button