Archives par étiquette : 14-18

Commémoration armistice du 11 novembre 1918

Print pagePDF pageEmail page

Tableau représentant la signature de l’armistice de 1918 dans le wagon-salon du Maréchal Foch. Derrière la table, de droite à gauche, le général Weygand, le maréchal Foch (debout) et les amiraux britanniques Wemyss, G.Hope et J.Marriott

Posée sur le coq en haut du clocher, LA CHOUETTE a gardé les yeux grands ouverts de 1939 à 1945 elle ne peut oublier ce qu'elle a vu..... et entendu...!
BLOC DE MARBRE
par Wiki

« A mon Papy PIERRE ….
Pour qu’il revive un peu »

Avec l’armistice du 11 novembre 1918…..
C’est la
fin de la première guerre mondiale (1914 -1918)


L’armistice est signé dans un wagon spécial par le  maréchal Foch, au carrefour de Rethondes, au milieu de la forêt de Compiègne, le 11 novembre 1918.

Fin du plus terrible conflit que le monde avait connu jusque là.

Le lundi 11 novembre 1918, à 11 heures, dans toute la France, les cloches sonnent à la volée. Le monde reprend son souffle, au front le soulagement est général. La guerre a fait en moyenne huit millions de morts et six millions de mutilés.

Les survivants ont perdu la foi dans les valeurs morales et spirituelles, et, devenus pacifistes, se battent pour que cette guerre qui s’achève reste la «der des der»……. Raté..! 

TÉMOIGNAGES….

Tout au long de la matinée, depuis le front jusqu’à l’arrière, commence alors à se répandre l’incroyable nouvelle.
À Saint-Amarin, dans le Haut-Rhin, un colonel français pique une colère et menace de fusiller ceux de ses soldats qui fraternisent avec des Allemands venus leur offrir des cigares.
Vers 10 h 20, à Paris, des badauds aperçoivent Foch en tenue de campagne qui déboule au ministère de la Guerre puis rejoint l’Élysée en compagnie de Clemenceau.

HÉLAS IL EN FALLAIT UN…
Repose en paix Pierre-Auguste Trébuchon

Une demi-heure plus tard, sur les bords de la Meuse, l’agent de liaison Pierre-Auguste Trébuchon, affecté au 415e régiment d’infanterie, est mortellement atteint d’une balle dans la tête alors qu’il courait porter un ultime message sur le front.
Âgé de 40 ans, il est réputé être le dernier des 1 394 000 soldats français tués au champ d’honneur entre 1914 et 1918.
Une dizaine de minutes plus tard, non loin de là, son camarade de régiment Octave Delaluque, sonne les treize notes du cessez-le-feu, bientôt relayé sur toute la longueur du front par les clairons des armées alliées.

LA LETTRE DU POILU  Jean SAFON

Quelques lignes, consignées sur le front, laissent entrevoir l’émotion qui saisit alors les troupes engourdies.
«Te dire notre joie à tous est impossible, écrit ainsi un soldat anonyme à sa mère. Ma première pensée a été pour ceux que j’aime, pour toi, ma chère vieille maman, qui vas retrouver ton pays redevenu français.»

Stationné dans la Somme, Jean Safon raconte pour sa part : «Le colonel nous fit arrêter et nous indiqua les clauses principales de l’armistice. Puis il nous fit défiler avec la clique et le drapeau, mais à mesure que nous le dépassions, tout le monde se mettait à chahuter, ce qu’il comprenait fort bien : nous étions vainqueurs. Mais nous n’avons même pas eu un quart de vin ce jour-là dans le village où nous avons été cantonnés

« A la mémoire de mon papy PIERRE  gazé et blessé au Fort de Vaux ….
J’ai connu le fond du fond avec lui, lorsque pour le décorer un
11 novembre…… On a eu le culot de lui demander 2 f 50 pour payer sa propre médaille …!
La FRANCE RECONNAISSANTE…!

Il va s’en dire que depuis ce jour là,  j’ai refusé toutes les médailles qui m’ont été proposées  … Ah non mais …!
Un chou c’est un chou ..!
 »

  RETRO : C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac

2220

Share Button

LADY LADINDE : ELLE A PEUR DE SE FAIRE LIMOGER…. C’EST QUOI LIMOGER..?

Print pagePDF pageEmail page

 hypnose-002ba.jpg dinde BLOC NOTE LADY LADINDE  Bloc note de LADY LADINDE

 

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idioteaussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire,  je vais vous en faire part….

De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture. Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire.

AUJOURD’HUI  LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

SE FAIRE LIMOGER

– Lady Ladinde prétend qu’elle va se faire limoger à cause de nous… Elle dit que nous la harcelons de vocabulaire et d’expressions qu’elle ne comprend pas…. et ceci  exprés pour la discréditer au sein du comité de rédaction.
Pourtant nous nous devons de l’instruire comme nous nous y sommes engagés

– Sait- elle au moins ce que signifie « SE FAIRE LIMOGER » qui est le fait d’être mis en disgrâce..de se faire exclure… MAIS OU EST ELLE ?dinde

– Je suis là mes agneaux…. continuez je viens juste de retirer le persil de mes oreilles…. et de fermer le pot de moutarde maille qui me montait au nez …

– De quoi on parle chérie…… de ma moutarde préférée …?
AH ça oui pour moi, il n’y a que maille qui maille .. en tout cas avec ma farce ? ( vous savez celle du dindon…..)  AH OUI J’aim….

– Tais toi chéri… j’écoute Gaston qui cause dans le poste…..

– Voyons vite cela ensemble…. avec les vieux de la vieille….! Car je crois que la grande dinde, elle croit que ça veut dire qu’elle sera condamnée à faire la vaisselle… de Limoges

Se faire limoger signifie aujourd’hui être mis en disgrâce, se faire exclure.
Mais l’expression a-t-elle un lien avec la ville de Limoges et vaisselle ?

Pour un officier, c’est se faire relever de son commandement.
Par extension, pour une personne ayant des responsabilités, c’est être mis en disgrâce ou être frappé d’une sanction disciplinaire (mise à la retraite, révocation, licenciement…)

À son origine se trouve un homme, le général Joffre, qui a dirigé les armées françaises lors de la guerre de 1914-1918. En août 1914, alors que les Allemands mènent une offensive stratégique vers l’Alsace-Lorraine et la Belgique, le général Joffre doit organiser ses troupes et gérer une crise dans le haut commandement de l’armée française.

En effet, compte tenu des échecs des premières batailles menées contre les Allemands dès le début de la guerre, le général décrète que certains des officiers généraux sont des incapables.

Convaincu qu’il lui faut cependant s’en contenter, il entrevoit une solution le 15 août 1914 dans un télégramme que lui fait parvenir le ministre de la Guerre.

Celui-ci lui explique que des officiers n’apportant pas satisfaction peuvent être mis à la retraite sur simple rapport motivé du commandant en chef. De fait, 40 % des hauts gradés de l’armée se retrouvent ainsi disgraciés moins de deux semaines plus tard.

Ils sont d’abord envoyés à l’arrière du front, puis dans la XIIe région, laquelle comprend Charente, Corrèze, Creuse, Dordogne et Haute-Vienne… où se trouve justement Limoges.

De là serait née l’expression se faire limoger, c’est-à-dire être démis de ses fonctions et envoyé à Limoges.

– « Certaines sources s’accordent à dire que la plupart des officiers n’ont pas réellement été contraints de rester dans la XIIe région et encore moins à Limoges… »


« Néanmoins, si aujourd’hui plus personne n’est envoyé à Limoges lorsqu’il se retrouve écarté de son poste ou mis en retraite prématurée, cette expression est pourtant restée dans les usages, comme référence à ces officiers. »

 

 » Faire le ménage et la lessive ça me connait … L’expression n’a donc rien à voir avec la vaisselle ….. Mais qu’en disent les habitants de Limoges ? »

 – Au fait…! J’ai pas fait la vaisselle ce matin…  je risque de me faire Limoger par la générale Ladinde… j’y cours

Allez vient ma poule.. On rentre …

– J’arrive mon lapin…. « ♫♫♪ ♥ Maréchal nous voilà ♪♪- ♫ ♫♪♪ »

-Oh purée de marron c’est pas rien de se farcir LADINDE… et le dindon en prime… si tu as quelque chose sur le gaz …. Vas y … ON COMPREND CAMARADE POILU… De toute manière on avait fini

SOURCE : Site  www.projet-voltaire.fr

dinde LADY LADINDE
retour sur la rubrique du même tabac “La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours

RETRO : C’est du même tabac…..
177

Share Button

LOUISE : Le bois que portait Louise…… C’est le Bon Dieu qui le portait

Print pagePDF pageEmail page

AUJOURD’HUI C’EST SAINTE LOUISE …..
HOMMAGE LEUR EST RENDU

pour les amoureux de la littérature Vos poèmes, vos poèmes préférés – Les livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

Il est des chansons comme  » LOUISE » qui vous parlent au coeur et au corps pendant longtemps…

Merveille des mots que la musique transcende sans jamais faire oublier que seul le poème qu’elle illumine lui permet d’exister ….
Pourquoi certaines chansons disparaissent-elles de la mémoire collective? Cette chanson devrait être comme certaines chansons de Barbara , ou de Charles Trenet …… inoubliables!
gerard berlinerGérard Berliner, pseudonyme de Raymond Berliner, est un chanteur, auteur-compositeur-interprète et acteur français né et mort à Paris (5 janvier 1956-13 octobre 2010).

Je l’avoue, de Gérard Berliner, je ne connaissais qu’une seule chanson, LOUISE…. Mais quelle chanson!

C’est sa rencontre avec le parolier Frank Thomas qui le propulse au premier plan grâce à la chanson Louise (album Voleur de maman) qui devient le tube de l’été 1982 (1,5 million de disques vendus).

  ILS L’ONT DIT SUR LE NET Louise – « Ah Louise! La première fois que j’ai écouté cette chanson, il y a 12 ans, j’ai eu un coup au coeœur.
Cette voix à fleur de peau me donne des frissons et retranscrit tellement bien le destin de cette servante qui perdra l’homme qu’elle aime lors de la guerre de 14-18.
En quelques phrases, tout est dit et avec quelle émotion que je défie quiconque de ne pas être bouleversé par cette chanson.
 »

Paroles Louise

Gérard Berliner

 La Grande Bergère auteur(s) : Jean-François Millet (1814-1875) datation : vers 1863 lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay   Mais qui a soulagé sa peine
Porté son bois porté les seaux
Offert une écharpe de laine
Le jour de la foire aux chevaux

Et qui a pris soin de son âme
Et l’a bercée dedans son lit
Qui l’a traitée comme une femme
Au moins une fois dans sa vie

Le bois que portait Louise
C’est le Bon Dieu qui le portait
Le froid dont souffrait Louise
C’est le Bon Dieu qui le souffrait

C’n’était qu’un homme des équipes
Du chantier des chemins de fer
À l’heure laissée aux domestiques
Elle le rejoignait près des barrières

Me voudras-tu moi qui sais coudre
Signer mon nom et puis compter,
L’homme à sa taille sur la route
Passait son bras, la promenait

L’amour qui tenait Louise
C’est le Bon Dieu qui le tenait
Le regard bleu sur Louise
C’est le Bon Dieu qui l’éclairait

Ils sont partis vaille que vaille
Mourir quatre ans dans les tranchées.
Et l’on raconte leurs batailles
Dans le salon après le thé

Les lettres qu’attendait Louise
C’est le Bon Dieu qui les portait
La guerre qui séparait Louise
C’est le Bon Dieu qui la voyait

Un soir d’hiver sous la charpente
Dans son lit cage elle a tué
L’amour tout au fond de son ventre
Par une aiguille à tricoter

Si je vous garde Louise en place
C’est en cuisine pas devant moi
Ma fille prie très fort pour que s’efface
Ce que l’curé m’a appris là

Et la honte que cachait Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a cachée
Le soldat qu’attendait Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a vu tomber

Y a cinquante ans c’était en France
Dans un village de l’Allier
On n’accordait pas d’importance
A une servante sans fiancé

Le deuil qu’a porté Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a porté
La vie qu’a travaillé Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a aidée

Gérard Berliner

Gérard Berliner meurt des suites d’une crise cardiaque le 13 octobre 2010 à l’Hôpital Necker à Paris. Écoutons le interpréter Louise à la télévision

ÉCOUTONS ENCORE….  AIMER C’EST PLUS QUE VIVRE

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC  retour sur la rubrique du même tabac
« La poésie, c’est le sourire du langage »


RETRO : C’est du même tabac…..
219- 340

Share Button