Archives de catégorie : soupe au chou

la rubrique cuisine comme chou frisé aime la faire …simple….. une cuisine d’homme …enfin presque

ALIMENTATION : Pêche Nectarine ou ….. Brugnon.. C’est qui lui…?


logo com pote comnunique LE BLOC NOTE
DE COM’ POTE
– C’est l’information du pote âgé faite par un pote pas con … mais très COM…!!!

Pour votre information on va tenter de vous donner la pêche pour ce mois d’aout …
Mais si je vous donne un brugnon ou une nectarine..
Est ce que vous irez aussi bien….?

Com’pote parle d’alimentation depuis longtemps dans la Chouette…
OUI AU FAIT C’EST VRAI…!  JAMAIS DES PÊCHES..!

littel com poteLes pêches et les nectarines
se ressemblent, mais sont bien
différentes
Les pêches et les nectarines se ressemblent, mais sont bien différentes! Getty Images/StockFood/Achim Deimling-Ostrinsk

Getty Images/StockFood/Achim Deimling-Ostrinsky

Pêches, nectarines, brugnons: vous les confondez?
Pourtant, ces fruits sont bien différents les uns des autres.
Voici de quoi vous aider à ne plus passer pour une poire auprès de votre maraîcher!

À chair jaune, blanche ou rouge, lisses ou duveteux, ces trois fruits de l’été se ressemblent tellement qu’il est parfois difficile de s’y retrouver…
Alors, on éclaire votre lanterne une bonne fois pour toutes sur les pêches, les nectarines et les brugnons!

D’où viennent ces fruits?

On dit souvent que les nectarines et les brugnons seraient le fruit d’un croisement entre un prunier et un pêcher.
Eh bien non, c’est faux! Pêches, nectarines et brugnons sont en réalité de simples mutations naturelles du Prunus persica, ou “pomme de Perse”.
Curieusement, c’est au nord de la Chine, il y a 3.000 ans, que le pêcher apparaît, et non pas en Iran, comme son nom pourrait l’indiquer.

À l’origine, cet arbre ne donne que des pêches. Symbole d’immortalité, la pêche se fraye un chemin vers l’Occident, par la route de la soie, où Alexandre Le Grand la baptise “pesca”.
Très vite, les Grecs puis les Romains l’adoptent.
Sa culture se répand dans toute l’Europe.

Et la nectarine et le brugnon dans tout ça? La mutation du pêcher serait survenue au XVIe siècle mais peu de chercheurs se sont penchés sur la question.

Aujourd’hui, parmi les 3 stars à noyau, le brugnon est en voie de disparition car il présente l’inconvénient d’être très fragile à cause de sa chair assez molle.

Du coup, il arrive souvent en compote chez les revendeurs.
En outre, beaucoup plus juteux que la pêche et la nectarine, il est boudé par “les jeunes consommateurs qui aiment le snacking et ne veulent pas avoir du jus plein les doigts”,

Exit donc le brugnon!

 

Quels sont leurs bienfaits?

Rien de tel que le carotène contenu dans ces fruits pour avoir une peau… de pêche éclatante et préparer son corps au bronzage!

D’ailleurs, les fruits du Prunus persica sont faibles en calories, stimulent le transit intestinal et sont très digestes: avec eux, pas question d’aller nager le ventre lourd.

Ils sont aussi riches en potassium, phosphore et magnésium, et offrent une bonne source d’antioxydants.
Pour bénéficier au maximum de leurs nutriments, comme pour tous les fruits, il est préférable de ne peler ni les pêches ni les nectarines mais de simplement les rincer à l’eau. Choisissez, si possible, la version bio.

Origine de la pêche MELBA
Tous ces fruits deviennent finalement les stars de l’été
au XIXe siècle.

À tel point, qu’à la fin du siècle, est créée la fameuse “pêche Melba” à l’Opéra de Covent Garden à Londres, en l’honneur de la cantatrice australienne Nelly Melba. Après un concert, elle déguste ce dessert à base de pêches, de glace à la vanille et de purée de framboises. Elle en reste sans voix! 

chouette-profCulture générale

Un marché juteux

L’été, pêches et nectarines sont les fruits préférés des Français, juste derrière le melon.
Et 60% d’entre eux privilégieraient l’origine France. Mais le plus gros producteur mondial reste la Chine avec 20 millions de tonnes de pêches et nectarines par an. Viennent ensuite l’Italie (1,6 million), et l’Espagne (1,1 million).

SOURCE : En savoir plus?… Allez sur L’express.fr
http://www.lexpress.fr/styles/saveurs/peches-nectarines-brugnons-les-confondre-c-est-pecher_1560915.html

sondages vos opinions
Compléments alimentaires Ruedesplantes

duo compoteCOM’POTE

Share Button

Vous êtes noisette ou café crème….?

Café noisette ou café crème: quelle différence ?

– Avez-vous déjà eu à choisir entre un café noisette et un café crème ?
Moi, oui…!

À ce moment, j’ai beaucoup hésité avant de répondre au serveur.
En réalité, je ne connaissais pas exactement leur différence.

– Je n’y avais jamais pensé puisque je n’étais pas un vrai aficionado.
Grâce à un spécialiste, j’ai réussi à découvrir ce qui les démarque l’un de l’autre.
Je commence même à connaître mes préférences.
En effet, je pense qu’il est de mon devoir de vous livrer leurs secrets.

Café court et café allongé

Le café noisette est un café court tout simple qui vient de la dissolution de café corsé dans de l’eau bouillante.
Son nom lui vient de sa couleur noisette lorsqu’il se mélange avec de la mousse de lait.
Vous ne comprenez pas le mot « corsé » ?             Je vous l’explique.
En général, les experts l’utilisent pour parler d’un café qui a subi une torréfaction de longue durée (1). Nombreux d’entre eux s’en servent également pour désigner la force de cette boisson. Ils disent que le café est corsé lorsque son ratio dépasse les 30 % et son goût et son arôme sont prononcés (2).

Le café crème, quant à lui, est un café allongé qui contient de la crème liquide.
Certaines personnes avancent que le lait peut remplacer cette dernière, mais les connaisseurs ne peuvent pas y adhérer.
Lorsqu’ils commandent du café crème, ils s’attendent à y voir de la crème et rien d’autre.

Vous vous demandez encore ce que signifie « allongé » ?            Suivez les explications ci-après.
Les puristes appellent « allongé », le café qui est réalisé avec une double quantité d’eau (en comparaison à un café serré avec peu d’eau).
En effet, son goût est doux, mais il est puissant. Il est riche en caféines, une substance active que l’eau dissout rapidement.
Le café allongé (3) est également connu sous la dénomination café à l’américaine.

La préparation du café noisette et du café crème

Puisque le café noisette et le café crème sont différents, leur réalisation est également différente.

Lorsque vous préparez un café crème, vous avez besoin de sucre et de crème liquide froide. Comme outil, il vous faut une tasse de grande taille, un fouet, ainsi qu’un contenant froid.

Il s’agit d’une recette simple que même un amateur comme moi a réussi à maitriser en peu de temps.

  • Commencez par faire un café expresso quelconque et mettez-le dans la grande tasse
  • Fouettez votre crème tout en vous assurant qu’elle reste froide. Pour cela, utilisez le contenant froid.
  • Ajoutez la crème ainsi obtenue dans votre breuvage et dégustez (4).

Lors de la préparation du café noisette, il vous suffit de disposer d’une seule tasse. Comme ingrédient, il vous faut du sucre et un peu de lait froid.
Une fois que vous avez votre contenant et votre lait en main, vous pouvez vous mettre à l’œuvre.

Pour faire du café noisette, servez-vous d’un café express simple de 15 cl.
Donnez-lui une couleur noisette en y ajoutant du lait d’environ 1 cl.
Pour donner du goût à votre boisson, vous pouvez y mettre du sucre à votre guise.

En ce qui me concerne, j’ai essayé de suivre une recette spécifique pour donner un vrai goût de noisette à mon café (5).      J’y ai même ajouté de la chantilly.

Les déclinaisons de café noisette et de café crème

J’espère que les informations que je vous ai données vous ont permis de faire la différence entre ces deux types de café.
Cependant, j’ai quelques connaissances supplémentaires à vous transmettre.

Laissez-moi vous parler des types de café noisette et café crème.

Sachez que le cappuccino (6) que vous avez l’habitude de prendre est une variété italienne de café noisette.
Il contient de l’expresso, de la mousse de lait, ainsi que du lait chaud.
Certains aficionados l’agrémentent de poudre de chocolat (7).

Le mokaccino est la variante du café crème.
Pour le réaliser, il vous faut du café, du crème liquide et du sucre glace.
Pour lui donner plus de goût, vous aurez aussi besoin de deux barres de chocolat au lait. Comment je prépare mon mokaccino ?
J’ai trouvé une recette en ligne (8).
Elle convient pour la préparation d’un litre de mokaccino.

 En résumé, le café noisette diffère du café crème par leur mode de torréfaction.
Celle-ci influe fortement sur la saveur et la senteur de ce breuvage. Ils se démarquent l’un de l’autre par leur recette et leurs composants.
Si la noisette contient principalement du lait, la crème, quant à elle, se compose de crème fouettée. Leur seul point commun et qu’elles peuvent se déguster avec du sucre (selon les préférences de chacun). Les deux cafés possèdent chacun des variantes telles que le cappuccino et le mokaccino.

SOURCES :

https://www.comitefrancaisducafe.fr/
https://www.selection.ca/cuisine/trucs-cuisine

Utilisez vous le bon ratio café-eau ?

Vous est-il déjà arrivé d’avaler une gorgée de café et de penser : «mince, il n’est vraiment pas fort!»
Peut-être qu’il y a trop d’eau – ou pas assez de café!
Pour commencer, on applique en général la règle des deux cuillères à soupe de café par tasse, puis on modifie si nécessaire les infusions suivantes.

PAPY KFÉ

Share Button

ALIMENTATION ET CANCER

Meilleurs complements alimentaires

logo com pote comnunique LE BLOC NOTE
DE COM’ POTE

– C’est l’information du pote âgé faite par un pote pas con … mais très COM…!!!

littel com poteDans ma rubrique , je veux, cette semaine,
avec le docteur Jean-Christophe Charrié vous
parler
de NOTRE ALIMENTATION…!
et de son
régime ” anticancer ”  …

  “De tes aliments tu feras ta médecine” – Hippocrate


Jean-Christophe Charrié

Les clés de l’alimentation anti-cancer

 

littel com potePour ce médecin généraliste, c’est une évidence et un constat quotidien:
Ce que nous mangeons peut tenir à distance les maladies, et nous soulager aussi bien que certains médicaments.
Certains des principes alimentaires proposés par Jean-Christophe Charrié,
médecin généraliste, sont communs à d’autres régimes
– comme dans la méthode Seignalet, les laitages sont exclus, par exemple.
Mais ils s’inscrivent dans une approche et dans un raisonnement résolument différents, car ils prennent en compte l’interaction des aliments avec le système hormonal et neurovégétatif de chacun.


Vous accompagnez de nombreux patients atteints de cancer.
Ceux qui respectent vos consignes se portent-ils mieux?

J.-C C. : Cette maladie est évidemment plurifactorielle, de même que sa guérison.
Cependant, on sous-estime le poids de l’alimentation.
En parallèle des traitements classiques, les personnes qui respectent ces conseils se portent généralement mieux.
Un de mes patients est atteint d’un cancer du pancréas métastasé depuis cinq ans, contenu par une chimiothérapie spécifique qui stabilise sa maladie. Il suit mes consignes alimentaires, mais lorsqu’il oublie sa maladie et fait des écarts, ses marqueurs se multiplient par dix … puis reviennent à leurs taux initiaux dès qu’il reprend strictement son régime.
Une autre de mes patientes avait une tumeur au sein qu’elle n’a pu faire opérer du fait de son allergie  aux anesthésiants.
Elle observe donc très strictement ce régime, en parallèle à un traitement à base de plantes. Alors que l’hôpital lui prédisait quelques mois de vie, elle est toujours là, pleine d’entrain, plus de cinq ans après le diagnostic de son cancer.
Elle vient d’ailleurs d’écrire avec moi un livre de plus de cent cinquante recettes anticancer, qu’elle a élaborées à partir de mes conseils.

littel com poteQuelle est la spécificité de votre régime “anticancer” ?

J.-C.C. : Il faut commencer par éviter de nourrir les cellules cancéreuses, ce qui passe par .
l’éviction complète de toute forme de sucre, y compris les édulcorants.
Seul le sirop d’agave est un compromis acceptable, en petite quantité, car il est riche en fructose et ne met pas en marche les mêmes mécanismes liés à l’insuline.
Il faut ensuite adopter un régime anti inflammatoire d’épargne pancréatique, car l’inflammation fait le lit du cancer.
Enfin, j’invite à supprimer les aliments à action hormonale stimulante (gelée royale, soja, lin, fenouil, luzerne, lait et flocons d’avoine, algues alimentaires d’eau de mer, ail en excès, gingembre .. .) ainsi que les plantes à action hormonale (sauge, angélique, houblon,anis, estragon, coriandre, réglisse, souci,safran, cyprès, ginseng, basilic, sureau noir, saule blanc,
livèche .. .).

Dans de nombreux régimes anticancer, les vertus des aliments choisis ou exclus ne sont pas considérées de manière assez globale, mais à partir de telle ou telle molécule ayant démontré des propriétés anticancéreuses.
Ce qui amène à en conseiller certains qui, globalement, favorisent la maladie.
Ainsi, le gingembre, préconisé contre les nausées induites par les chimiothérapies, comporte une molécule anti nausée très efficace, mais l’aliment dans sa globalité favorise la multiplication cellulaire. On l’évitera donc en cas de cancer.

De même, j’interdis à mes patients le ginseng ou la gelée royale. Trop souvent conseillée après une chimio pour reprendre des forces, cette dernière peut favoriser la croissance des cellules
cancéreuses et la multiplication cellulaire.

 

 

 

Les clés de l’alimentation anti-cancer et maladies inflammatoires, infectieuses,
auto-immunes… 
Poche – 
Jean-Christophe Charrié Excellent livre avec une partie théorique indispensable pour
comprendre ce qu’on fait et une partie pratique avec de bonnes recettes.
Facile à lire, accessible à tous , nul besoin de posséder des connaissances médicales approfondies pour comprendre les enjeux d’une alimentation saine dans la lutte anti cancer et les maladies inflammatoires génératrices de nos douleurs.
Les recettes claires et pas trop compliquées vous ouvrent à d’autres façons de se nourrir
Ce livre explique clairement et simplement les conséquences de nos habitudes alimentaires sur notre santé et en particulier sur celle des malades du cancer, des dégénérescences mentales et les maladies inflammatoires ou auto-immunes.
Offrez vous cette merveille ou offrez le à vos amis, ceux que vous voulez garder!

UNE ÉTUDE A CONFIRMER
BIO CONTRE CANCER
Une étude  menée par des épidémiologistes de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) suggère une « diminution de 25 % du risque
de cancer ( tous types confondus) observée chez les consommateurs “réguliers” d’aliment bio comparé aux consommateurs plus “occasionnels”» ..

Elle porte sur 68946 personnes suivies de 2009 à 2016 via l’étude Nutri-santé et repartie en quatre groupes selon leur fréquence de consommation de produits bio.
Au cours de cette période et sur ce panel, 1340 nouveaux cas de cancers ont été enregistrés, avec 2,1 % de malades parmi les mangeurs occasionnels de bio et  1,5 % chez les plus gros consommateurs …
De ce fait  ce 25% se rapporte en réalité à un nombre très faible de cancers.

Et comme les auteurs de l’étude le précisent, ces données doivent être confirmées par d’autres enquêtes sur d’autres populations.
En attendant, il faut continuer de manger des fruits et légumes: bio ou conventionnels, leur effet protecteur vis à vis des cancers n’est, pour le coup, plus à démontrer .

Cuisinez pour avoir 80% de légumes dans vos plats

SOURCES :
60 millions de consommateurs
PSYCHOLOGIES MAGAZINE
Epicerie et saveursduo compoteCOM’POTE

Share Button