Archives de catégorie : pate

les desserts de chouchou : dé gueulasse eh……des glaces

Les cannellonis à la brandade de morue de PAPY JEAN.!


BLOC NOTE de Papy Cook
 » PAROLES  D’HOMMES  »

« De la cuisine simple comme un bonjour« 

Papy Jean, la tête et la marmite bien remplies

« Dans la vie il n’’y a pas de hasards  il n’’y a que des rendez vous »  c’’est ce que m’’a dit Chou Blanc après m’’avoir conté sa rencontre  avec un chef cuisinier.. j’’ai nommé Papy JEAN.

Le Petit Pâtissier Chaïm SOUTINE (1893-1943)

Le Petit Pâtissier Chaïm SOUTINE (1893-1943) vers 1922-1923

VOICI LES PROPOS QUE M’’A TENU CHOU BLANC CE JOUR LA (après la séance de magnétisme sur Jean).

Le petit patissier – Soutine- La collection de Soutine du musée de l’’Orangerie est la plus importante d’’Europe.

« Jean à 82 ans, avec dans la voix le son des marmites qui s’’entrechoquent couvrant le bruit des engueulades des marmitons qu’’il a formé …C’’est qu’’il en a vu Papy Jean des jeunots incapables de vous peler des patates en huit faces…….
Des jeunots qu’’il envoyait chercher de l’’huile de coude en urgence à l’’épicier du coin pour pouvoir faire sa recette de jeunottes  aux fines herbes… !
C’’est sur cette base que Chou blanc, le voyant fort tremblant de ses deux bras, l’a fait repartir quelques années en arrière, quand il régnait en maitre sur son piano et  ses marmitons.

Par un mystère dont seuls les magnétiseurs ont le secret, ses bras ont été assimilés à des marmitons tremblants devant lui, et sa tête a été invitée à reprendre le commandement dans sa cuisine pour dresser  ces deux bras cassés… !

OUI  Jean tremblait,  au point de ne plus pouvoir touiller et gouter ses sauces … Pourtant son esprit est resté suffisamment  clair pour permettre, à la demande de Chou Blanc, de redonner vie à  une de ses recettes qui faisaient les beaux jours du restaurant « Les Expéditeurs ».

Ah il fallait le voir commenter son texte, et reprendre du service au piano  pour intimer inconsciemment ordre de stabilisation à ses deux bras, qui se sont mis à diriger la manœoeuvre, en mimant par un geste tournoyant la béchamel que l’’on touille, et que l’’on mélange à la brandade.      

Oui ce jour là, les deux bras de Jean et sa main droite lui  obéirent au cri de OUI CHEF… !

OUI,  LE CHEF ÉTAIT REVENU quelques instants, durant cette séance prometteuse pour son rétablissement……!
OUI,  LE CHEF ÉTAIT REVENU avec  ses moyens, montrant par là  que ce corps meurtri  par les années avait conservé dans son esprit un amour du métier  si vivant, qu’’il traversait le temps, pour redonner à son poignet suffisamment de souplesse pour essuyer une larme qui perlait au coin de son œil.

OUI,  ROMÉO  REVIENDRA à son fourneau pour le bonheur de sa femme Juliette qui adore le  chef…. et surtout sa  cuisine… ».
Longue vie à PAPY JEAN…….. Longue vie à sa recette de cannellonis à la brandade de morue. »

« Merci  Chou blanc de nous avoir confié cette recette  et surtout de lui avoir donné une âme……! »

LES CANNELLONIS
A LA BRANDADE DE MORUE DE PAPY JEAN

Bonjour,

Voici comme convenu

la recette des cannellonis à la brandade de morue.

     Pour 4/6 personnes

     Préparer la pâte à choux

     1/4 de verre d’huile

     1/2 l d’eau

     250 grammes de farine

     Estragon et persil haché

     Malaxer le tout et laisser reposer la pâte jusqu’à l’obtention d’une pâte moelleuse.

     Préparer la farce de brandade

     Faites une sauce béchamel avec3/4 l de lait et 1/4 l de crème fraîche et

     Mélangez 2 pots de 200 g de brandade pure de morue.

 

     Préparez 1 boîte de cannellonis (tube) en les farcissant de brandade et de pâte à chou.
Pour  faciliter la manoeœuvre obturez les extrémités de  fromage râpé.

     Cuisson

     Beurrez et nappez un fond de plat de sauce béchamel, disposez les cannellonis  dans le plat, recouvrir de sauce béchamel  nappez le tout de gruyère râpé et passez au four 1/4 d’heure thermostat 200°.

     Chouette appétit.

Papy COOK

 

Share Button

Chandeleur – Chante leur, chant de leurs misères… Chante chante chandelle amère

groupe de bougies animées

BLOC NOTE de Papy Cook
 » PAROLES  D’HOMMES « 

barre bleue
Nous reprogrammons cette année le poème de Papy Cook car tous le monde n’a pas allumé sa chandelle avec….. 

 

 La fête de la Chandeleur

La fête de la Chandeleur, qui a lieu le 2 février chaque année, est connue de tous comme étant l’occasion idéale de faire sauter des crêpes.
Pourtant, si cette coutume populaire a beaucoup d’adeptes, en revanche la plupart des gens ignorent le sens et les origines de cette fête.
Comme de nombreuses fêtes populaires, c’est une fête chrétienne qui puise un certain nombre de ses traditions dans les survivances de rites païens très anciens.

La « Présentation du Seigneur »

Presentation au temple par Bellini

Presentation au temple par Bellini

La Chandeleur est une fête religieuse chrétienne appelée également « Présentation du Seigneur ».
En effet, les Chrétiens célèbrent à cette date le moment où Jésus est présenté au temple, 40 jours après sa naissance.
Autrefois, on appelait également cette fête « Purification de la Vierge », car on célébrait en même temps les « relevailles » de Marie.
Le terme de relevailles, un peu oublié de nos jours, désigne le moment où la jeune accouchée reprenait une activité normale et se rendait au lieu de culte pour se purifier.

Des « chandelles » à la « chandeleur »

La fête de la « Présentation du Seigneur » s’accompagnait autrefois d’une procession avec des cierges allumés. C’est ce qui explique le nom courant de cette fête, « chandeleur », qui vient du latin « candelorum » et signifie « chandelles ».
Si l’on allume des cierges lors de cette fête, c’est en référence à un évènement raconté par l’Évangile selon Saint Luc (2,21-40). En effet, lorsque Jésus fut présenté au Temple, il fut reconnu en tant que messie par Saint Siméon qui l’appela alors « Lumière du monde ».

L’utilisation des chandelles lors d’une procession nocturne est cependant antérieure aux coutumes chrétiennes. En effet, les Romains de l’antiquité et les Celtes avaient des rituels similaires, ayant pour but de purifier la terre et d’en assurer la fertilité.
Autrefois, les cierges bénis à la Chandeleur étaient soigneusement conservés par les fidèles. Ils les allumaient en cas de danger car on leur prêtait des vertus protectrices

sur site calendrier.fr

           Chant de leurs misères      

Quand mes semailles me laissent un peu de farine
Pour montrer que l’année sera belle à ma voisine,
Je me plie comme une crêpe à la tradition
En illuminant ma fenêtre et mon balcon

Chante, chante, chandelle éphémère
Chante chante et masque mes misères

Cette année de galère, je cherche mes chandelles
Dans tous les coins, pas la moindre d’entre elles
Sans elles, comment lui montrer ce qu’il reste de ma vie
Sans elles, comment masquer le prix de ma survie

Chante chante chandelle amère
Chante ton chant de leurs colères

groupe de bougies animées

Fait entendre le son de ta voix, je saurai que tu es là
Las ma chandelle est morte et je suis bien las
Las de courir après une flamme jadis si vive
Quand dans le noir, le froid mes douleurs ravive

Chante chante chandelle de la chandeleur
Chante ton chant de leurs douleurs

Pour illuminer ma demeure comme un bienheureux,
je dis bonjour chère voisine , avez vous chandelle pour deux
et si malgré la crise vous aviez bonne douzaine d’œufs
Souffrez qu’a la flamme de votre chandelle j’y allume un bon feu

Chante chante chandelle en pleurs
Chante ton chant de leurs malheurs

Bon feu, pour que poêle cuise votre crêpe de sarrasin
car ici il faut que je le confesse, oh combien j’ai été crétin
d’illuminer pour moi seul , ma fenêtre et mon balcon
alors que nous avions chandelle et flamme à l’abandon

Chante chante chandelle en fleur
Chante le chant de leur bonheur

Même sans Louis d’or à la main, je suis prêt à attendre demain
Attendre que lèvent les semailles de mes grains
Pour occuper la faux du temps , aux raz des pâquerettes
j’aurai ainsi ma chance, dans un an de lui conter fleurette

Chante chante chandelle des beaux jours
Chante le chant de leurs amours

Crêpes, croyances et rituels !

A la Chandeleur, tout le monde, petits et grands, se plie avec plaisir à la tradition gourmande de faire sauter les crêpes.

Savourer ce délicieux dessert léger et croustillant en est le premier intérêt, mais on peut suivre cette tradition également par superstition ou pour le côté symbolique de la crêpe…

Présage de bonheur…

D’une manière générale, faire sauter les crêpes à la Chandeleur est censé assurer un constant bonheur tout au long de l’année.

Plus spécifiquement, les jeunes filles qui souhaitent se marier doivent faire sauter la crêpe six fois de suite sans la faire tomber.

Une prouesse difficile à réaliser, mais qui leur garantira, d’après la légende, de rencontrer le fiancé idéal dans l’année.

Enfin, faire sauter une crêpe en tenant une pièce de monnaie dans la main assurera la prospérité, tout comme le fait de conserver dans une armoire la première crêpe réalisée lors de la Chandeleur assurera de bonnes récoltes…

C’est du moins ce qu’on dit, mais les résultats ne sont nullement garantis !

Symbolique de la crêpe

Pour les Chrétiens, la symbolique de la crêpe est évidente : par sa rondeur et sa belle couleur dorée, la crêpe symbolise le soleil, source de lumière.
Elle rappelle ainsi la prophétie de St Siméon au sujet du Christ.
Cependant la crêpe de la Chandeleur n’est pas sans rappeler la galette de céréales que les Romains de l’Antiquité mangeaient en l’honneur de la déesse Proserpine.
Ce qui incite à penser que la fête de « Présentation du Seigneur », instaurée vers le Vème siècle, visait à remplacer des rites païens qui perduraient encore.
Quoiqu’il en soit, nous aurons tous plaisir à déguster des crêpes à la chandeleur, à moins que vous ne fassiez comme les Marseillais qui se régalent, le jour de la Chandeleur, d’un délicieux biscuit appelé navette.

retour sur la rubrique du même tabac

PAPY COOK


     RETRO :
     C’est du même tabac…..

3116

Share Button

Histoire de la marmelade d’orange



BLOC NOTE de Papy Cook
 » PAROLES  D’HOMMES  »

« De la cuisine simple comme un bonjour« 

L’ORANGE OUVRE L’APPÉTIT….

Tambouille... le sale type ... enfin le type de la salle....! Papy Cook avec son comparse TAMBOUILLE nous  racontent aujourd’hui:

L’HISTOIRE DE LA MARMELADE

Le Chouriste dit: Si le terme de marmelade est régulièrement associé à tous types de fruits, il n’est pas inutile de rappeler ici qu’une directive datant de 1979 dispose que le terme « marmelade » ne peut s’appliquer qu’à des produits élaborés à partir d’agrumes. Donc, pour les puristes : oui à la marmelade d’orange mais non à la marmelade de fraises.

Histoire de la marmelade d’orange

 L’histoire commence vers 1700 dans le port de Dundee. Un bateau en provenance de Séville vint s’abriter pour fuir la tempête. La cargaison d’oranges risquait de s’abîmer dans les cales. Un couple d’épiciers : les Keiller, flairèrent la bonne affaire et achetèrent le tout à bas prix.

Ils vendirent immédiatement beaucoup d’oranges mais ils comprirent rapidement qu’ils ne pourraient pas tout vendre à temps. Comment éviter le gaspillage ?   Madame Keiller eut alors l’idée d’en faire de la confiture qui s’avéra délicieuse mais là encore le temps manquait. Elle s’aperçut alors qu’en laissant un peu d’écorce, les pots se remplissaient plus vite et que l’ensemble était délicieux.

Toute la famille se mit au travail et cette marmelade connut un vif succès.

 

De cette confiture pour soigner Marie  Stuart….. Mary’s maladie donna le mot «marmalade».

Le nom marmelade (marmalade en anglais) viendrait d’ailleurs d’une anecdote: le cuisinier français de Marie Stuart lui en proposa alors qu?elle était malade et le nom Mary’s maladie donna le mot «marmalade».

Il faut savoir que la noblesse d’alors parlait français mais que le peuple, et donc les serviteurs, s’exprimait en anglais : on a donc un mélange entre le français avec « maladie » et non « illness » et l’ordre des mots anglais « Mary’s maladie ». Le personnel, ne comprenant pas le mot « maladie »,  crut qu’on parlait de la confiture.

Toujours est-il que la famille Keiller dut rapidement agrandir l’entreprise, continuant d?acheter des cargaisons d’oranges en provenance de Séville. En 1797, les descendants de James Keiller ouvrirent la première usine de confiture du monde.

Plus tard, la reine Victoria, friande de cette confiture, lança véritablement la mode d?en prendre au petit déjeuner et la nation suivit l?exemple de sa souveraine.

 À déguster sur fond de musique traditionnelle et cornemuse?

LE TRUC UN PEU POUSSIÉREUX DE TAMBOUILLE.

Les confitures étaient, dans le passé, le moyen privilégié pour conserver les fruits les plus fragiles (par exemple, les fraises, les abricots, les mûres) après la récolte.

C’est le sucre qui permet à la confiture de se conserver :
il attire par osmose l’eau vers l’extérieur des germes, ce qui les dessèche. Si la quantité de sucre n’est pas suffisante pour assurer cette conservation à température ambiante (environ 60%), on obtient une compote.
On utilise généralement du sucre blanc cristallisé car le sucre non raffiné peut contenir des impuretés qui risquent d’altérer la conservation.

Quand on fait des confitures artisanales, il arrive parfois qu’un dépôt de moisissures se forme à la surface du bocal.
Il faut que les fruits soient bien cuits et que les bocaux soient impeccables pour assurer une conservation optimale.

On peut aussi verser de la paraffine fondue ou quelque gouttes d’eau-de-vie sur les confitures tiédies pour limiter les risques.
Anciennement, les pots étaient retournés pour laisser la confiture chasser l’air par le couvercle fermé modérément.
Une fois refroidi le pot était remis à l’endroit.

J’ajoute que la méthode du pot retourné sur le couvercle dès qu’il est rempli et fermé assure toujours une excellente conservation.
Chouette appétit.
Restez svelte 160px
Papy COOK

 

 

 

Share Button