Archives de catégorie : les potes H

chargé de l’éducation des potes âgés et de leur descendance

LADY LADINDE: Ouvrir le parapluie… car les responsabilités vont pleuvoir demain



dinde BLOC NOTE LADY LADINDE
Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire,  je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique
 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

AUJOURD’HUI  C’EST LA SEMAINE DU PARAPLUIE…
BONJOUR LES PÉPINS
LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR L’EXPRESSION :
OUVRIR LE PARAPLUIE



Musique d’ambiance

Dans le vocabulaire de la sociologie moderne, l’expression ouvrir le parapluie signifie refuser une responsabilité en faisant intervenir l’échelon supérieur dans les décisions à prendre.
Cette expression est devenue le symbole  de tout fonctionnement bureaucratique à la française.

Cette expression est parfois  utilisée pour désigner ce que font les pleutres quand ils sont incapables d’assumer leurs erreurs, ou bien leurs responsabilités.
C’est généralement assez répandu dans les organisations fortement hiérarchisées.
Ouvrir le parapluie, c’est mettre en avant des arguments permettant de dire  » c’est pas moi, c’est l’autre ! » quand une erreur a été commise.
« Ouvrir le parapluie » est le plus souvent utilisé pour désigner le fait de ne pas assumer une décision pour ne pas risquer de se tromper, en cherchant à renvoyer la balle ou refiler le bébé à quelqu’un d’autre.

C’est une attitude courante dans les cascades hiérarchiques des ministères.

Énervant ! Mais tellement humain ! avec un bémol que nous dirions tiré du vécu…!

Trouvez moi parmi vous… le roi des pépins pour m’expliquer… 

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs » Nous avons cherché dans nos rangs…. de salades, un pote âgé ayant eu une vie active (façon de parler) chez les fonctionnaires à responsabilité.
C’est dans cette catégorie, que l’on trouve ceux qui parfois n’ont pas eu les épaules assez larges pour assumer tous seuls des décisions difficiles à prendre. « 


– Chou Vert vous dirait :  Ceux qui n’ont pas eu assez de couilles dans le pantalon…!

– P’ov con deux suffisent …… le problème, c’est qu’on a peur de se les faire couper et qu’il n’y en a pas de rechange….
Non, il faut savoir par exemple, que chaque cadre de la fonction publique a, dans ses attributions, un niveau de responsabilité pour le secteur d’ activité qui lui est confié.

Pour gérer cela, on lui accorde une délégation de pouvoir et de signature.

 

« – Quèsaco un délégation.. ? »

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs » – Une délégation, cela implique que quelqu’un qui a de multiples attributions, en confie quelques unes à un de ses collaborateurs.

L’acte de délégation, comporte donc la liste des attributions qui sont confiées … l’accord du délégant, et bien évidemment l’accord du délégué: celui qui reçoit la délégation..

L’un comme l’autre peuvent à tout moment suspendre cet accord

– L’un pour reprendre tout ou partie de ce qu’il a délégué

– L’autre y renoncer ponctuellement ( pour cause de patate trop chaude à gérer) ou définitivement  pour désaccord sur la gestion à mener ( dans ce cas, il démissionne ou change d’attributions….. ou de quartier) « 

La patate chaude

– Je disais donc…..Pour gérer, on lui accorde une délégation de pouvoir et de signature.
Parfois l’affaire qu’il gère peut avoir des incidences, au delà de son secteur d’activité, pouvant mettre en difficulté sa boite ou comme moi la crédibilité, les finances ou l’autorité de l’ ETAT.

Dans ce cas là, au lieu de prendre la décision seul, dans le cadre de la délégation de pouvoir que l’on vous a confié, vous revenez auprès de celui qui vous l’a accordée en lui demandant de prendre la décision à votre place ou de vous « couvrir »  en confirmant qu’il est d’accord avec ce que vous allez faire en son nom.

C’est dire que cette situation se rencontre par temps d’orage, de tempête, voire d’ouragan et là…… il est normal que l’on prenne un parapluie pour s’abriter derrière son supérieur hiérarchique  pour ne pas…. se mouiller…!

Le métier demande parfois des sacrifices ( non rétribués, ni récompensés en reconnaissance infinie) … en l’occurrence des situations existent, où vous demandez la protection et on vous dit :
« – C’est ce qui faut faire… mais si les arbres sont arrachés dans la tempête….Eh bien…. »
– Je dirais que mon directeur ne connais pas le droit »  dans le pire des cas :
« – Que ce con de directeur ne sait ni lire ni écrire«
et si ça souffle trop fort  » qu’il m’a insuffisamment informé de la situation …! »

«-  Et moi que dois je faire… ?»
« – Vous rien ……vous avalerez une couleuvre de plus »

Tout le monde comprendra pourquoi à 60 ans et un jour, j’ai quitté ce navire où le capitaine pensait qu’en jetant ses  hommes par-dessus bord, le navire avancerait plus vite et que le reste de son voyage se ferait sans encombres.


– OH PUREE…. Rappelez-vous de ça jeunesse…. !

«  C’est dans la tempête que l’on voit les bons capitaines »

– Jamais phrase n’a été aussi vraie
«Oh combien de marins, combien de capitaines ……combien de pépins percés   remplaçant des paratonnerres … ont laissé sombrer de fidèles marins dans des gouffres amers » 

– C’est pourquoi aujourd’hui du fond de ma retraite, dans mon jardin sans couleuvre, …J’ai la faiblesse de croire que je n’ai plus à ouvrir le parapluie….Sous ce ciel serein, mon parasol me suffit, car il m’évite que le ciel ne me tombe sur la tête……
et pourtant ….. Je suis toujours dans le pastis…Mais celui là, c’est du pastis 51

et j’écoute avec ce vieux Distel…..la pluie tomber … sur les autres… mais au plus loin de mon pastis ( Eh oui…. car lui , ne sait pas nager comme moi… que l’on a jeté par dessus bord plusieurs fois) !

Sacha distel et Patty Pravo ( Sacha Show – TV 1 970)


S. DISTEL..Toute la pluie tombe ..(1970) par dividu

LADY LADINDEretour sur la rubrique du même tabacdinde

RETRO :
C’est du même tabac…..

« SE FAIRE LIMOGER »


– PAPY… Dis leur de lire la hiérarchie c’est la chianlie … le merdier….
Tu sais bien qu’elle marche très fort sur les réseaux sociaux

Share Button

Pote Yvon Auturbain : L’apothicaire – L’apotecari


BLOG NOTE

YVON AUTURBAIN

Chaque mois qui passe amène un retraité de plus dans les rangs des potes âgés.
Ceux qui comme Yvon ont eu une longue vie de labeur seront intéressés par ses recherches sur les métiers du passé de son pays catalan..!

Vous l’aurez compris Yvon est un catalan de souche ( arrels) et ne participe que si sa rubrique est bilingue….
Tant que la Chouette ne nous demande pas l’indépendance de son clocher…. On a bénis sa proposition d’autant qu’entre fouine et belette Yvon est un rat de bibliothèque qui sait partager son turbain….
Les opposants au projet on dit …. Avec lui les lecteurs.. -« Ben…Yvon en chier …! »

« C’est à l’être capable d’acquérir le plus grand nombre d’arts que la nature a
donné l’outil de loin le plus utile: La main ».
Aristote

Enric Ortí, sardana « Quan tot quedi lluny » Concert a Mataró 7 de març 2010

A CHAQUE SEMAINE
SON MÉTIER D’AUTREFOIS

PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE…
AUJOURD’HUI :
L’apotecari – L’apothicaire

     L’apotecari   –    L’apothicaire     

SANT PATRO – SANT COSME l SANT DAMIÀ

SAINT PATRON – SAINT COSME ET SAINT DAMIEN

 

Les apothicaires  ou épiciers, ( du fait des épices utilisées) préparaient les médicaments (0 médecines) qui se confondaient très souvent avec des produits d’ usage habituel : sirops, eaux, onguents, cataplasmes, herbes, tisanes, mélanges …

De nombreux documents font référence aux activités des apothicaires, et le plus souvent aux responsabilités qu’ils avaient et au contrôle dont ils étaient l’objet.

il faut imaginer le danger que présente une composition, une preparation, dans le contenu de laquelle demeure  le « secret de l’apothicaire.


PROVERBES

Mieux vaut mauvais repas
que bonne médecine d’apothicaire. 

L’apothicaire d’Olot,
Tant qu’a faire, il vous donnait tout 

Les apothicaires… se sont des gens aux mélanges douteux

apothicaire

Els apotecaris 0 especiaires, preparaven els medicaments (0 medicines) que es confonien molt sovint amb productes d’us habitual : xarops, aigües, ongüents, cataplasmes, herbes, tisanes,
barreges …

Nombrosos documents fan referència a les activitats
dels apotecaris, i cada vegada més a les responsabilitats que
tenien i al control del qual eren subjectes.

Cal imaginar el perill que presenta una composicio, una preparacio, el contingut de les quals que den el « secret de l’apotecari ».

PROVERBIS

Val més men jar dolent
que bona medicina d‘apotecari.

L’apotecari dOlot,
preu per preu, s‘ho fotia
tot

Els apotecaris .. Son gents de potingues


SOURCE :
Les métiers… autrefois
Revista Terra Nostra N 68… R GUAL

illustrations bois gravés catalans du XVIII Siècle Jean AMADE

YVON AUTURBAIN

Share Button

Le grand incendie de Londres du 2 septembre 1666


LE BLOG CHAUD BRULANT
DU POTE OFEU

 

  Londres en flammes …
nous sommes le 2 septembre 1666 

Dans la nuit du 2 septembre 1666, un feu se déclenche dans l’arrière-boutique d’un boulanger londonien du nom de Faryner.
L’incendie s’étend très vite dans la rue Pudding Lane, près du pont de Londres.
Les maisons en bois enduites de poix favorisent sa propagation.

Détail d’un tableau de 1666, par un artiste inconnu, représentant l’incendie tel qu’il devait apparaître dans la soirée du mardi 4 septembre à un observateur situé dans un bateau

Le feu dans une métropole active et fragile

La capitale anglaise, qui compte à cette époque près de 500 000 habitants, est une métropole active et populeuse, à défaut d’être belle. Elle se relève d’une épidémie de peste qui l’a touchée l’année précédente, en 1665, et provoqué 70 000 décès.

Comme le sinistre a déjà gagné plusieurs maisons, le maire de la ville, sir Thomas Bludworth, est alerté et se rend sur place mais il ne voit pas de raison de s’alarmer outre mesure et laisse les sauveteurs à leur travail.
Son indécision  retarde la création de coupe-feu par démolition qui était, à l’époque, la principale technique de lutte contre les incendies. Des démolitions de grande envergure sont ordonnées dans la nuit, mais il est déjà trop tard, car le vent a eu le temps d’attiser les flammes.

C’est alors que le feu gagne des entrepôts de chanvre et de poix situés à
Thames Street, au bord de la Tamise.

L’embrasement de ces entrepôts accélère la propagation de l’incendie le long du fleuve et les sauveteurs sont très vite dépassés. Dix mille maisons et près d’une centaine d’églises sont la proie des flammes. La cathédrale Saint-Paul s’écroule sous le poids de sa charpente (elle sera ensuite reconstruite avec le dôme qu’on lui connaît).

Le roi Charles II Stuart se joint bientôt aux sauveteurs. Des soldats entreprennent de faire sauter les maisons, rue par rue, pour mieux étouffer le feu.
Le lundi, le sinistre se propage vers le nord et le cœur de la Cité. Cette journée voit l’apparition de rumeurs accusant les Français et les Hollandais d’avoir allumé l’incendie, donnant lieu à des lynchages.

Celui-ci s’éteint enfin au bout de six jours. Grâce au sang-froid des habitants, il n’aura en définitive fait que huit victimes. Mais la plus grande partie de la capitale est à reconstruire et 100 000 personnes sont sans abri.

Les conséquences économiques et sociales de l’incendie sont accablantes.

Craignant une révolte des sinistrés, Charles II encourage leur évacuation vers d’autres villes. Plusieurs projets urbanistiques novateurs sont proposés pour la reconstruction de la ville, mais des problèmes pratiques entraînent leur abandon et le plan des anciennes rues sera largement suivi pour la reconstruction.

Le feu et la pierre

Une maquette géante du Londres du XVIIe siècle a été brûlée  sur la Tamise pour marquer le 350e anniversaire du grand incendie qui a dévasté la capitale anglaise en 1666


Il y a 350 ans, le feu avait détruit 80% de la ville en septembre 2016  une immense maquette représentant la cité de l’époque s’est enflammée, sur les eaux de la Tamise pour que le désastre ne se reproduise pas.

Une maquette géante du Londres du XVIIe siècle s’est s’enflammée dimanche soir sur la Tamise

La capitale se remémore la catastrophe depuis le début de la semaine avec le «London’s Burning Festival». Au Museum of London, l’exposition «Fire! Fire!» (Au feu!) permet de découvrir des objets d’époque et les moyens utilisés pour lutter contre le feu.
Un «jardin de feu» de la Compagnie Carabosse, un collectif français, illumine le parvis de la Tate Modern, le musée d’art moderne et contemporain. De nombreux spectacles et visites guidées sont organisées dans la ville. Et un jeu de lumière projette des flammes sur le dôme de la cathédrale Saint-Paul.

Les festivités ont culminé ce dimanche soir avec la mise à feu d’une maquette en bois longue de 120 mètres, représentant le vieux Londres. L’opération s’est déroulée sur les eaux de la Tamise pour… éviter que le désastre ne se reproduise.

le figaro

Le Monument au Grand Incendie de Londres plus communément connu sous le nom Le Monument, est une colonne romaine dorique en pierre de 61 mètres dans la Cité de Londres, proche du nord du pont de Londres. Il est situé au croisement de Monument street et de Fish Street Hill, à 61 mètres du lieu où le Grand incendie de Londres commença en 1666.

Un autre monument marque l’endroit où le feu fut stoppé, proche de Smithfield. Une station du métro londonien porte également le nom de Bank and Monument.


SOURCES :
LE FIGARO
wikipedia
www.herodote.net

POTE OFEU

Share Button