Archives de catégorie : les potes H

chargé de l’éducation des potes âgés et de leur descendance

QUE DIRE À UN JEUNE DE 20 ANS

BLOC DU BÉTON DÉSARMÉ…!!
A l’heure où le médecin est en cabinet fermé…. où le barman de fin de soirée arrosée est aux 35 heures….
La parole semble prisonnière….
Allez voir le curé…? Oui.. Mais il y a si longtemps que vous n’avez pas vu un confessionnal que vous avez peur de vous tromper de porte …!
Alors … « Entrez sans frapper » …. est fait pour vous ….
Soufflez, sur les braises si vous le voulez…
Ainsi jaillira la lumière..!
L
a parole est à vous….. Soyez les rédacteurs d’un jour pour vous exprimer ….
Pour nous parler…!
ALLEZ Y ON VOUS ÉCOUTE….
La Chouette est sur votre épaule pour mieux vous entendre..!

QUE DIRE À UN JEUNE DE 20 ANS

« Quand on a connu tout et le contraire de tout,
quand on a beaucoup vécu et qu’on est au soir de sa vie,
on est tenté de ne rien lui dire,
sachant qu’à chaque génération suffit sa peine,
sachant aussi que la recherche, le doute, les remises en cause
font partie de la noblesse de l’existence.
Pourtant, je ne veux pas me dérober,
et à ce jeune interlocuteur, je répondrai ceci,
en me souvenant de ce qu’écrivait un auteur contemporain :
«Il ne faut pas s’installer dans sa vérité
et vouloir l’asséner comme une certitude,
mais savoir l’offrir en tremblant comme un mystère».
A mon jeune interlocuteur,
je dirai donc que nous vivons une période difficile
où les bases de ce qu’on appelait la Morale
et qu’on appelle aujourd’hui l’Éthique,
sont remises constamment en cause,
en particulier dans les domaines du don de la vie,
de la manipulation de la vie,
de l’interruption de la vie.
Dans ces domaines,
de terribles questions nous attendent dans les décennies à venir.

Oui, nous vivons une période difficile
où l’individualisme systématique,
le profit à n’importe quel prix,
le matérialisme, l’emportent sur les forces de l’esprit.

Oui, nous vivons une période difficile
où il est toujours question de droit et jamais de devoir
et où la responsabilité qui est l’once de tout destin,
tend à être occultée.

Mais je dirai à mon jeune interlocuteur que malgré tout cela,
il faut croire à la grandeur de l’aventure humaine.
Il faut savoir, jusqu’au dernier jour,
jusqu’à la dernière heure, rouler son propre rocher.
La vie est un combat le métier d’homme est un rude métier.

Ceux qui vivent sont ceux qui se battent.
Il faut savoir:
que rien n’est sûr,
que rien n’est facile,
que rien n’est donné,
que rien n’est gratuit.
Tout se conquiert, tout se mérite.
Si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu.

Je dirai à mon jeune interlocuteur que pour ma très modeste part,
je crois que la vie est un don de Dieu
et qu’il faut savoir découvrir au-delà de ce qui apparaît comme l’absurdité du monde,
une signification à notre existence.

Je lui dirai
qu’il faut savoir trouver à travers les difficultés et les épreuves,
cette générosité, cette noblesse,
cette miraculeuse et mystérieuse beauté éparse à travers le monde,
qu’il faut savoir découvrir ces étoiles,
qui nous guident où nous sommes plongés
au plus profond de la nuit
et le tremblement sacré des choses invisibles.

Je lui dirai
que tout homme est une exception,
qu’il a sa propre dignité
et qu’il faut savoir respecter cette dignité.

Je lui dirai
qu’envers et contre tous
il faut croire à son pays et en son avenir.

Enfin, je lui dirai
que de toutes les vertus,
la plus importante, parce qu’elle est la motrice de toutes les autres
et qu’elle est nécessaire à l’exercice des autres, de toutes les vertus,
la plus importante me paraît être le courage, les courages,
et surtout celui dont on ne parle pas
et qui consiste à être fidèle à ses rêves de jeunesse.
Et pratiquer ce courage, ces courages,
c’est peut-être cela. »
«L’Honneur de Vivre»

Hélie de Saint Marc

– Crévindiou ce Saint Marc… Il cause bien dans le poste..!
C’est presque parole d’avant GILLES

SOURCE :
Violaine ma contributrice
Petit Cyr & Cie

AVIS AUX LECTEURS CONTRIBUTEURS

Si vous avez un texte à nous soumettre voici nos coordonnées
SI vous devez encore l’écrire ….
Alors laissez les plumes de la chouette tranquilles, Prenez plutôt une alouette elle a l’habitude d’être plumée … En chantant..!

choublanc@mafeuilledechou.fr

AVERTISSEMENT CAMARADES :
– j’en suis le modérateur.. Aussi pour que la Chouette ne se fasse pas voler dans les plumes et que les autorités du web et ne la fasse tomber de son clocher, nous ne publierons rien qui ne soit dans l’esprit de notre ligne éditoriale ou qui soit contraire aux bonnes mœurs, au respect de la vie privée etc etc…
« Expression libre comme le vent » OUI mais le vent peut tourner et dans ce cas c’est pas la girouette qui tournera mais le vent…. pareil que dans les ronds points..!
Débat donc… mais pas déballage..!

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

CADRES SUR TABLE: Portrait de LA SOLISTE

hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de Choucaline

Capacités de notre cerveau à découvrir
« QUI EST L’AUTRE »

Avec CADRES SUR TABLE, nous inaugurons cette série inédite de portraits de cadres de nos entreprises et administrations, afin que nous ayons un regard amusé en direction de ceux ou celles que nous reconnaitrons….. mais également pour espérer leur faire découvrir leurs qualités et leurs défauts ….
Les portraits sont, comme pour toutes démonstrations, rédigés en grossissant le trait ……. mais si peu diront certains…..!

Tu devrais leur dire que tu vas les « encadrer » les uns après les autres, semaine après semaine, et que tous vont y passer ….
La jeune louve , le petit chef
, le serviteur fidèle, l’animateur, la soliste (ce jour), le chef d’orchestre, le cinglé du boulot, pour finir par le planqué… qui est peut être celui qui a eu le temps de tirer le portrait de ses petits camarades…!!!

PORTRAIT DE L’ENCADRÉ DU JOUR :  LA SOLISTE

La soliste

La lueur tamisée sourdant du vase péruvien caresse soyeusement l’étagère en olivier.
Le philodendron exubérant embaume, frémissant de toutes ses feuilles. Sur la table, un désordre – savamment organisé – où vous parvenez tout de même à retrouver le carnet de rendez-vous. A la page du jour. Mais, seule indication: une frise d’oursons rieurs.

Une fois de plus, où donc la « soliste» a-t-elle bien pu passer?

Déjeune-t-elle dans ce fameux bistrot où se rencontrent auteurs de théâtre et autres artistes? Ne serait-elle pas encore en train de fureter à la Natio­nale ou à Pompidou, sous prétexte de documentation? Ou bien. en pleine crise de bouderie suite à l’accrochage d’hier?

Plus ennuyeux, vous ne repérez toujours pas la maquette de l’annonce pour la presse régionale. De dépit. elle est bien capable de l’avoir flanquée à la corbeille.

Pas commode de travailler avec cette jeune sauvageonne

C’est qu’il n’est pas commode de travailler avec cette jeune sauvageonne, si entière, si féline, impossible à apprivoiser.
Pas intolérable non plus, il faut le reconnaître. Sous ses airs désinvoltes, au-delà de ses rêveries, elle dissimule une véritable passion pour son travail. Et malgré ses fugues, ses soudaines disparitions, vous pouvez lui faire confiance pour créer de petites merveilles, fignolées avec la minutie amou­reuse d’un ébéniste ou d’un doreur sur bronze.

Encore faut-il que le sujet lui plaise! Et savoir l’accompagner! La laisser œuvrer en paix, tout en la rassurant. Car, la soliste ne brille vraiment que sur les thèmes qui lui agréent.
Malgré son indépendance, elle éprouve aussi le besoin d’un appui, d’un pilote, suffisamment subtil pour à la fois respecter sa liberté et étayer ses incertitudes.

Avant tout : des ménagements! Cette créature hypersensible – plus imaginative et émotive que rationnelle – se cabre pour un rien. Elle ne rechigne pas devant les difficultés, ne craint pas de relever les défis. Mais, elle ne peut supporter les ordres, ni de se voir imposer un cadre, une hiérarchie. Pas plus d’ailleurs qu’elle n’aime en imposer.

Créative, curieuse de tout. ouverte aux nouveautés, elle se révèle cependant capable du pire comme du meilleur. Quand la gagne l’ennui, quand les problèmes s’accumulent, quand un dossier piétine, elle s’effondre, laisse tomber aussi vite qu’elle a pu s’en­thousiasmer. Et si les résultats ne sont pas à la hauteur, ce n’est pas de sa faute à elle, mais, évidemment. « parce qu’on ne lui a pas donné les moyens

En dehors de ses penchants pour l’effort solitaire et de ses sautes d’humeur, ne vous attendez pas à en découvrir beaucoup plus long sur elle. La qualité de sa vie privée lui semble infiniment plus précieuse que la réussite dans son métier. Et elle veille soigneusement à ne pas confondre les deux domaines.

Elle recherche, avant tout. un maximum d’autonomie.

Sa carrière? Pour la soliste, le terme n’a pas grande signification. Elle recherche, avant tout. un maximum d’autonomie. Afin de vivre à son rythme à l’intérieur de l’entreprise, selon sa fantaisie au-dehors. Ainsi n’a-t-elle rien d’une ambitieuse. Elle tient simplement à assurer « le matériel». Pour être tranquille. Et pour pouvoir satisfaire ses désirs.

Plus qu’une promotion ou qu’une augmentation. elle souhaite davantage de loisirs, de ce « temps libre» qui lui permette de se réaliser. L’essentiel est de se conduire à sa guise, de la manière qui lui paraît la bonne, quitte à se situer en marge, ou à être classée comme telle.

Cette attitude ne l’empêche pas de se montrer attachée à sa « botte» et elle a la fierté de ses productions. Mais, panthère autant que lunaire, la soliste tient à garder ses distances, à pouvoir vaquer à son aise, sans renoncer à ses idées ni à ses envies.


Ainsi, a-t-elle plus l’esprit de corps que l’esprit maison. Les « pots» la rasent copieusement. Elle aura toujours un bon prétexte pour s’en échapper. Elle adore aussi les réunions, séminaires … Pour elle, ce ne sont que discours filandreux et considérables per­tes de temps.

S’installant toujours à l’écart, elle parlera peu, même si – avec sa mémoire infaillible – elle enre­gistre tout mot à mot, prête à vous ressortir le moindre détail de la discussion plus d’un mois après.

En fait, elle semble être ailleurs. Et. souvent, ses pensées vagabondent effectivement loin, très loin. Se demandant par exemple, si elle arrivera à temps pour le vernissage de son peintre bien-aimé. Ou bien. composant le programme du concert de ce soir sur sa chaîne hi-fi. « Pourquoi pas le concerto pour clave­cin en fa majeur de Bach? Mais, non! Pas Jean­ Sébastien, bande de primates! Wilhelm-Friedmann. voyons! ».

Car – autodidacte ou bardée de diplômes – la soliste a ses goûts bien à elle, reflets de sa forte personnalité. Elle se sent riche et heureuse d’une culture aussi profonde qu’étendue, très authentique.
Elle n’en révèle que des bribes si ce n’est avec les êtres qu’elle estime, et s’en sert plutôt pour remettre les gens à leur place.

C’est qu’elle a ses têtes et qu’elle ne se prive pas de le faire sentir. Elle n ‘hésitera pas à requérir ouver­tement contre les incompétents. Délestant les intri­gues, les clans, les manœuvres des mafias, elle n’en possède pas moins un sens certain de la répartie et vous expédiera d’une petite remarque cinglante les phraseurs, les bluffeurs, les théoriciens fumeux. .. tous ceux qui lui retournent les sangs.

Par contre, généreuse, douée pour l’amitié.

Par contre, généreuse, douée pour l’amitié, très fidèle quand elle a élu, elle n’hésitera pas à retourner vivre chez sa mère pour mettre son studio à la disposition d’un « copain» en difficulté. Ou à traverser Paris pour visiter une camarade qui vient d’être opé­rée.

En fait, notre soliste est toute « mozartienne » . Prétendant se moquer de l’opinion des autres, elle aime néanmoins être aimée.
Elle le recherche avec la pudeur et la discrétion qui peuvent lui donner la réputation d’être froide, guindée. Et qui fait qu’elle reste en général méconnue, mal comprise.
Mais. certains matins, peut-on la voir arriver la mine abattue, les jambes flageolantes, les yeux au bas des joues. La fête? Une folle nuit chez Régine?
En réalité, notre secrète vient d’attraper une bonne bronchite dans l’école glacée où elle donne des cours du soir aux immigrés.
Cela, personne ne peut s’en douter… Et personne ne l’apprendra, pas même les plus intimes de ceux avec lesquels elle a bien voulu se lier.

Mais, la lampe semble faiblir. Le philodendron rendre l’âme. Le masque vénitien se moque, sardoni­que et … la soliste n’est toujours pas rentrée.
Son lamento de la veille serait-il son chant du cygne?
Allez savoir! Elle serait bien capable, un beau matin, de filer cultiver la lavande avec un berger de Haute-Provence. Ou bien de rejoindre par le premier avion le grand gourou Barbhapu en son ashram de BOMBAY

Fière, fantasque et indomptable soliste. Si attachante aussi.

SOURCE : Extrait de cadres sur table – Document de formation en ressources humaines pour cadres bancaires années 70

LISTE DES ENCADRÉS … EN BOITE

CE TABLEAU RÉCAPITULE LES PRÉCÉDENTS PORTRAITS DÉJÀ PUBLIÉS

LA JEUNE LOUVE
LE PETIT CHEF
LE SERVITEUR FIDÈLE
L’ANIMATEUR
LA SOLISTE
LE CHEF D’ORCHESTRE
LE CINGLÉ DU BOULOT

La Boîte à outils du manager – 3e éd. – 50 fiches pratiques pour piloter son équipe Broché
Manager est un apprentissage quotidien : la singularité de chacun, manager et collaborateur, la multiplication des situations, les transformations numériques… obligent à s’adapter en permanence.
En 51 fiches pratiques, cette 4e édition propose des réponses simples et opérationnelles, et des plans d’action applicables à un grand nombre de situations quotidiennes pour le manager :
. développer et maintenir la motivation de ses collaborateurs ;
. développer leurs compétences ;
. mieux communiquer ;
. mener un entretien annuel ;
. mobiliser l’équipe ;
. exercer son autorité ;
. conduire le changement.
Parce qu’être manager ne s’improvise pas, cet ouvrage s’adresse à tous les managers, débutants ou confirmés, désireux de s’appuyer sur des repères précis, des lignes directrices claires, des témoignages et des auto-évaluations, dans une démarche cohérente et pertinente.
Dans cette 4e édition, outre la question prégnante du digital et son impact toujours plus grand sur le management, l’accent est mis sur le partage d’expérience de terrain, en tant que manager d’équipe mais aussi de soi-même.



retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

DAME MIELINE : Le miel dans l’art contemporain

Propolis 60 gélules

BLOG DE
DAME MIELINE

 

C’est comme ça que tout a commencé entre Dame MIELINE et moi...

Un neveu turbulent je devrais dire un cul bidon de banlieue.. Tant tout ce qui dépassait, de ses vêtements trop courts, était tentant pour mes abeilles affolées par son bâton enfoncé dans la ruche..

Je me suis précipité le premier avant sa Taty MIELINE… Béatrice m’avait appris et démontré que la chromothérapie était efficace sur les piqures d’abeilles…
Après 3 minutes de lumière rouge et
30 secondes de vert dans la pénombre de mon sellier et je pouvais me retourner pour voir plus calmement la Taty qui m’observait…
AH la classe… Rien à voir avec son neveu ..
j’étais troublé .. Elle y avait mis les formes …. Mais aussi par le sentiment, qui devint vite certitude, que je l’avais déjà vu maintes fois sur grand écran.. Je… non non..!
On n’est pas à Paris Match ici..
Depuis que nos nous sommes liés d’amitiés… Elle a confirmé son appartenance au PAF venant soigner l’enveloppe de ses nerfs dans le potager du voisin..
Oh bonheur le mien…!
Elle savait jouer la comédie mais pas avec moi .. D’une grande culture… Elle ne savait pas écrire… C’est ce qu’elle croyait car à partir d’aujourd’hui nous lui ouvrons nos colonnes pour une série sur… Devinez :
LE MIEL ET LES ABEILLES … Histoire de se faire pardonner son cul bidon de banlieue suit notre Déesse Venus pour profiter et nous aussi de sa grande culture…..
Cherchez pas.. Pour vous et moi, elle s’appelle Mieline …. Sans doute pour mettre de la douceur autour de ses nerfs malades.

Le miel dans
l’art contemporain

Le thème de Cupidon voleur de miel

Le thème de Cupidon voleur de miel se retrouve dans quelques gravures d’Albrecht Dürer (dont une aquarelle de 1514), contemporain (1471-1528) de Cranach l’Ancien, avec lequel il a d’ailleurs eu l’occasion de travailler au début de sa carrière.

Beaucoup plus tard, Picasso s’est explicitement inspiré de Cranach l’Ancien pour une lithographie de 1960.

1960, Picasso
L’ Amour piqué, Jean Antoine Marie Idrac, 1877, (Musée des Beaux Arts, Lille, France).

Ajoutons que les abeilles sont également présentes dans les arts décoratifs tels que la gravure, l’orfèvrerie et la joaillerie, ainsi que dans la faïence, la porcelaine et la verrerie…

Quand les abeilles font de l’art

Depuis quelques années, les abeilles ne sont plus simplement qu’un symbole ou un sujet de la mythologie… Elles participent à l’art, elles inspirent et « collaborent » avec des artistes contemporains.

Ganetha Dyck

Aganetha Dyck est née en 1937 à Winnipeg dans le Manitoba au Canada. Cette plasticienne commence sa production artistique sur le tard et expose seule pour la première fois en 1979. Son travail consiste en la réappropriation d’objets du quotidien…. et collabore avec les abeilles créant ainsi de délicates sculptures originales.
sa technique :

Sa démarche consiste à placer des objets de la vie courante dans des ruches et de les y laisser plusieurs semaines voire plusieurs mois, ainsi les abeilles se les approprient, les recouvrant de cire et d’alvéoles. A travers son travail on peut y voir une certaine critique de notre société. Ce parallèle fait avec les abeilles, en connexion avec la nature, et l’humanité témoigne que nos destins sont liés, de notre vulnérabilité.

 En conclusion, je vous dirais simplement : si les abeilles inspirent autant les artistes, par de là le monde, c’est bien parce qu’elles sont le reflet de l’état de santé de notre planète, l’incarnation de la nature… La nature, un grand sujet dans l’art, qui a inspiré à coup sûr d’innombrables artistes à travers les différentes époques.

Déjà paru dans la Chouette

DAME MIELINE : Le thème du miel dans l’art

MIELINE VOUS PROPOSE SES ARTICLES
PARUS OU A PARAITRE

La larme de Rê créa l’abeille…
Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel
Vénus et Cupidon voleur de Miel de Lucas Cranach l’Ancien– Cupidon voleur de miel dans les gravures d’Albrecht Dürer
– Le miel… Une valeur médicinale démontrée.
Le thème du miel dans l’art
– Le miracle des abeilles
– Le miel dans l’art contemporain


SOURCES :
https://stefaniebousquet.wordpress.com/2015/12/14/les-abeilles-muses-et-artistes/
https://hitek.fr/42/blake-little-photos-miel-preservation_2687

Propolis 60 gélules

DAME MIELINE ET CULBIDON

 

Share Button