Archives de catégorie : les potes H

chargé de l’éducation des potes âgés et de leur descendance

POTE H : Pourquoi dit-on “22 v’là les flics !” ?

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un cable …. SUPER…..Vous faites aussi…. Alors à bientot

D’où vient l’expression
« “22 v’là les flics !” »

22, v’là les flics ! est une expression
française familière, voire argotique, qui est employée lorsque quelqu’un tient à
avertir les membres d’un groupe dont il fait partie qu’il s’agit de fuir un danger.

Origine de l’expression

Il existe de nombreuses théories quant à l’origine de cette expression argotique qui, en France, sert à avertir de l’arrivée de la police :

C’est une référence au 22 quai des orfèvres qui est l’adresse de la
police judiciaire de Paris. Explication semblant également erronée, le siège de la police judiciaire parisienne étant au 36, quai des Orfèvres.

Cependant, il s’avère que l’adresse du Palais de justice par laquelle les camions de police arrivent pour escorter les prévenus et accusés
notamment se situe au 22 quai des Orfèvres, à tout le moins avant son transfert aux « Batignolles » ;

 À la fin du XIXe siècle, il y avait onze boutons sur la vareuse des policiers et ils se baladaient toujours par deux

« 22 » correspondrait au nombre de lettres utilisées dans
l’expression
« Attention voilà les flics » ;

Le terme « 22 voilà les flics » pourrait venir des bars ou
troquets où les policiers arrivaient en masse le 22 de chaque mois, jour mensuel de la paie ;

On comptait 22 trous avec lesquels les policiers laçaient leurs chaussures ;


22 serait une déformation du juron « vingt dieux », lui-même étant une Déformation de « vain(s) Dieu(x) » ;

Utilisée pour prévenir de l’irruption de la police, l’expression «22 v’là les flics !» n’a en réalité rien à voir avec les forces de l’ordre, mais est
issue du milieu de l’imprimerie.

 

Il faut remonter au XIXe siècle, lorsque les linotypistes – ouvriers
chargés de composer le texte destiné à être imprimé –, avaient mis au point ce code afin de prévenir de l’arrivée d’une personne.

Le corps 22, destiné aux gros titres (contre 9 ou 10 pour des
caractères de textes normaux), était tout désigné pour annoncer la venue inopinée d’un responsable.

Ainsi, si l’un des employés se mettait à crier «22» à ses collègues, c’était pour indiquer que le chef arrivait et qu’il fallait vite interrompre une pause non autorisée par le patron.

Le «44» a même été un temps utilisé pour indiquer l’arrivée du grand patron, mais c’est le «22» qui s’est imposé dans le langage.
L’usage populaire s’est ensuite chargé d’ajouter «les flics», symboles de l’autorité.

– On dit aussi que le 22 viendrait de l’addition des chiffres
correspondant au rang des lettres du mot « chef » dans
l’alphabet. 3+8+5+6=22 
;

 

SOURCE :
wikipedia
c.news


POTACHE

.

.

 

Share Button

BOBO LES OS

Bannière ruedesplantes 468/60px
retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité BLOC NOTE CHOULAGER
par chou blanc

Ma grand mère Marthe, magnétiseuse
traitait avant moi l’arthrose
Voilà ce qu’elle m’a confié :

ARTHROSE: Bobo les os

L’arthrose est une maladie qui touche les articulations, on l’appelle aussi arthropathie chronique dégénérative.
Elle est caractérisée par la douleur, mécanique et diurne et la difficulté à effectuer des mouvements articulaires.

Au niveau de l’articulation, la surface du cartilage se fissure, s’effrite et finit par disparaître. Ensuite, des excroissances osseuses se forment et nuisent aux mouvements.

L’arthrose est une dégénérescence du cartilage des articulations sans infection ni inflammation particulière. Cette dégénérescence conduit à une destruction plus ou moins rapide du cartilage qui enrobe l’extrémité des os. Anatomiquement, cette destruction s’accompagne d’une prolifération osseuse sous le cartilage.

C’est la maladie articulaire la plus fréquente. Les premiers symptômes apparaissent généralement à partir de 40-50 ans, mais la maladie commence souvent bien plus tôt dans la vie.

Schématiquement, on peut considérer que l’arthrose est le résultat :

  • De contraintes physiques anormales sur un cartilage normal ; on n’en est cependant pas certain
  • De contraintes physiques normales sur un cartilage anormal ;
  • De la conjonction des deux situations précédentes.

Les principaux facteurs de risques suspectés sont :

  • Généraux : âge, poids, ménopause, autres rhumatismes
  • Génétiques : la notion d’arthrose familiale est bien démontrée pour les arthroses du genou, de la hanche et de la main. On parle alors de vices architecturaux congénitaux : par exemple, le genu varum qui touche plus fréquemment les hommes (les jambes prennent la forme de parenthèses) et le genu valgum chez les femmes (c’est la déformation inverse des jambes) ;
  • Locaux :
    • Traumatismes importants ou faibles à répétition (travaux pénibles, sports violents, lésion du ménisque… notamment pour les footballeurs c’est l’arthrose du pied) ;
    • Anomalie de position de l’articulation (scoliose, malformation de la hanche, …) ;
    • Autres maladies osseuses ou articulaires localisées (séquelles d’arthrite, séquelles de fractures, maladie de Paget…).

La maladie ne fait pas rire mais on peut en rire .. Regardez…….



POESIE: La mignonne petite arthrose

Mignonne, allons voir si l’arthrose
Qui ce matin tant m’ankylose
Depuis qu’a sonné mon réveil
Pour clore une nuit de sommeil
Aura perdu de sa vigueur
Après un footing d’un quart  d’heure.
Las ! Voyez comme sont les  choses,
Il faudrait que je me repose.
Mes maux, loin de se calmer
Las, las, ne cessent d’empirer.
Ô vraiment, marâtre nature
Avec l’âge la douleur perdure  !
Donc, si vous m’en croyez,  mignonne,
Tandis que votre âge bourgeonne
En sa plus verte nouveauté
Avant que ne ternisse votre  beauté,
Pour assouvir toutes envies
Cueillez dès aujourd’hui les  roses de la vie ! ”

source Ajc nature

Souplesse articulaire BIO 120 gélulesSOIGNER UNE ARTHROSE DES MAINS:

Vous pouvez soigner par vous-même.
Les douleurs des doigts peuvent avoir de nombreuses causes.Ils sont sujets à l’arthrite, à l’arthrose, aux entorses..
Massage sur les doigts
Sur chaque doigt, il existe un point qui soulage la plupart des douleurs. Il est situé exactement au centre de la jointure entre la première et la seconde phalange du doigt.
Si tous les doigts sont atteints la tradition chinoise veut qu’ils soient massés dans l’ordre indiqué sur le schéma : annulaire,pouçe,médius, index,auriculaire


Pincer le bout des doigts…puis massez
– En suivant l’ordre des N°donnés ci-contre, et même si un seul doigt est douloureux, pincez le bout des doigts, d’abord de la main gauche puis de la main droite. Inutile de vous faire mal, il suffit que la pulpe du doigt cède légèrement sous la pression.
– Massez chaque doigt en commençant par la face supérieure avec le pouce de l’autre main :
– Vous Prenez le doigt comme pour le pincer (entre le pouce et l’index pouce dessus), le pouce progresse légèrement sur le dos puis les doigts de la main active suivent le pouce qui recommence sa progression


. Pour un massage correct, le pouce progresse environ cinq fois sur chaque doigt.
Une fois que le dos d’un doigt est traité, on agit pareillement avec la face interne du doigt.

Massage entre les doigts

Les faces latérales peuvent si nécessaire faire l’objet du même traitement
En plaçant le pouce sur le dos de la main, il faut masser d’avant en arrière
Chaque espace interdigital, en particulier l’espace entre le pouce et l’index.
L’espace à masser est, dans tous les cas,l’espace de forme triangulaire entre les deux doigts et l’articulation.
Vous pouvez également prendre prudemment chaque doigt par la dernière phalange  et le tirer doucement.

LE SAVIEZ VOUS..?
Avec l’arthrose, la question est souvent de savoir si l’activité physique est contre-indiquée ou conseillée. En fait, ce sont les excès qu’il faut éviter, dans un sens ou dans un autre. En effet, les mouvements répétitifs d’une articulation peuvent être à l’origine d’une arthrose. Mais inversement, la sédentarité l’est aussi. Ce qu’il faut, c’est mobiliser nos articulations régulièrement et sans excès. “

 Vous pouvez aussi
demander de l’aide
à nos magnétiseuses ou magnétiseurs

Tous les  4
travaillent aussi
sur photo ou
au téléphone


Chou Blanc est effectivement magnétiseur -voir son siteCHOU BLANC 

  RETRO : C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac

Pour accéder à la fiche arthrose imprimable de Chou Blanc même pas peur..!
1999

Share Button

Mon arbuste n’est ni caduc ni persistant, il est marcescent…?

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px

barre verte
L’HOMME DES BOIS
Bloc Note de GUI7

Dans les méandres de l’internet au cœur de la toile d’une araignée céleste jaillit parfois la lumière…
C’est ainsi que j’ai découvert l’origine de mon nom.
Malgré sa consonance bien française, GUI7 est d’origine germanique et se traduit: “celui des bois
Ceux qui connaissent mon amour de la terre et de toutes les créatures de l’univers ne s’en étonneront pas.
J’ ai ainsi compris que quelque part dans la généalogie de ma famille, il y avait l’homme, qui avait vu l’homme, qui avait vu l’ours….!
barre verte

Mon arbuste n’est ni caduc ni persistant…
il est marcescent…?

Caduc et persistant sont des termes couramment employés, et bien spécifiques. Marcescent, c’est, en quelque sorte, une combinaison des deux.

Un arbuste (ou un arbre) caduc perd entièrement ses feuilles en automne.
Un persistant renouvelle son feuillage en douceur, au printemps, parfois sur plusieurs années, tout en conservant l’ancien, qu’il perd ensuite petit à petit.

Les feuilles des persistants sont souvent plus coriaces, et presque toujours vernissées. Ces derniers, sauf exception, supportent difficilement la pollution atmosphérique, car les dépôts se plaçant sur le feuillage l’empêchent de respirer.

Olivier nous explique
comment différencier
un arbuste caduc d’un
persistant et d’un
marcescent.

Feuillage marescent du Charme commun / Charmille – Crédit photo : ©Le Mur Végétal

Les marcescents perdent leurs feuilles tardivement

Les marcescents conservent leurs feuilles sèches une bonne partie de l’hiver.
Ces dernières tombent durant le printemps, lors de la pousse des nouvelles.
Les charmes et les hêtres sont dans ce cas… bien qu’ils deviennent souvent caducs en vieillissant.

Jeunes, on peut les planter serrés, pour former des palissades, que l’on taille régulièrement, en belles clôtures pour protéger le potager ou dessiner des labyrinthes.
Chênes et châtaigniers sont aussi des arbres à feuillage marcescent.

Certaines années, des feuillages caducs deviennent presque marcescents, lorsque des chaleurs estivales se prolongent jusqu’en novembre et qu’une gelée les trouve encore verts.
Dans ce cas-là, ils tombent tranquillement au fil des mois suivants.

Si les persistants semblent plus gais en hiver que les caducs, ils alourdissent le jardin en été.
N’en abusez pas : un sur trois pour les haies, et un pour cinq ou six en massifs ou en isolé suffisent amplement. Et puis, les silhouettes nues des caducs sont si intéressantes lorsque les feuilles tombent !


“- Ce vers lisant est agaçant…
il veut toujours briller et tout savoir…      Pardonnez le..”

SOURCES:    LA CROIX
www.promessedefleurs.com
LE MUR VEGETAL
barre verte
L’ HOMME DES BOISanimation ruedesplantes

Share Button