Archives de catégorie : les potes ag

les délires de nos potes agés lorsqu’ils sortent de leurs jardins bien sûr

G AIMÉ: Simon & Garfunkel


VETEMENTS ET ACCESSOIRES   SANTÉ ET SOINS DU CORPS    VOYAGES VALISES
G AIMÉ REDÉCOUVRE SIMON & GARFUNKEL

Simon and Garfunkel en 1968.

Témoins privilégiés d’une génération en pleine mutation, Paul Simon et Art Garfunkel connaissent un succès retentissant durant les années 60.

Une réussite que le duo de folk et de pop américain doit à une mélodie et à des arrangements vocaux particulièrement aboutis sur “The sound of silence”, “Mrs Robinson” ou encore sur “Bridge over trouble water”.

Paul Frederic Simon, né le 13 octobre 1941 à Newark, est un auteur-compositeur-interprète et musicien américain. Il forme d’abord un duo avec Arthur Garfunkel, puis continue une carrière soliste. Arthur Ira Garfunkel, plus connu sous le nom de Art Garfunkel, né le 5 novembre 1941 à Forest Hills, à New York (dans le quartier de Queens), est un chanteur américain, resté célèbre pour le duo Simon and Garfunkel qu’il formait avec Paul Simon.
En 2003, il retrouve  GARFUNKEL une nouvelle fois pour une tournée américaine suivie d’une tournée internationale en 2004 (Amérique du Nord et Europe) et 2009 (Japon, Australie et Nouvelle-Zélande). Dans les années 1970, Garfunkel compose une série d’albums en solo, dont l’album Breakaway (en) (1975),

The Sound of Silence (1965) dans l’Histoire de la musique.

La rumeur courait depuis quelques jours, c’est désormais officiel :
La chanson The Sound of Silence de Art Garfunkel, Paul Simon et Simon & Garfunkel sortie en 1965 a été élue plus belle chanson de tous les temps, selon une enquête internationale menée au mois de décembre dans 80 pays et publiée vendredi 15 janvier 2021 par le très influent « Watch and Listen ».

Plus de 1000 chansons du monde entier en compétition

Comme chaque décennie, le magazine américain « Watch and Listen », pointure de la critique musicale mondiale, dévoile son palmarès des 50 meilleures chansons de tous les temps. The Sound of Silence de Art Garfunkel, Paul Simon et Simon & Garfunkel domine largement le classement 2021 en récoltant plus de 45% des votes, devant Imagine de John Lennon, seconde avec 25% et Like a Rolling Stone de Bob Dylan, troisième avec 17%.


– Mrs Robinson

Bridge over trouble water

CECILIA

Leur chanson a été adaptée en français par Pierre Delanoë et chantée par Joe Dassin en 1970.

EL CONDOR PASA

El cóndor pasa est d’abord une œuvre théâtrale musicale classée traditionnellement comme zarzuela, d’où est extrait l’air de la célèbre chanson du même nom.
La musique a été écrite par le compositeur péruvien Daniel Alomía Robles en 1913.

Mais la partition ne fut publiée comme composition originale et enregistrée par Robles qu’en 1933 aux États-Unis.

Une rencontre “coup de foudre”

Paul Simon en 1965, juste après sa rencontre avec Los Incas

D’après le journal péruvien La República,  Paul Simon, en avait entendu en 1965 une version interprétée par le groupe Los Incas . Charmés par la beauté des mélodies andines interprétées sur instruments traditionnels, Simon et Garfunkel en demandent l’origine au groupe et si l’on pouvait en acheter les droits, car Paul Simon dès cet instant envisage une transposition en chanson de ce thème

Les paroles de l’adaptation en anglais par Paul Simon

Simon and Garfunkel en 1982.

En 1970, ces paroles de Paul Simon s’accordent à la fois avec leur temps (flower power, éveil de la conscience écologique),

“Je préférerais être une forêt plutôt qu’une rue
Oui j’en serais une, si je le pouvais, j’en serais une assurément
Je préférerais sentir la terre sous mes pieds
Oui je le ferais, si au moins je le pouvais, je le ferais sans nul doute”
Mais ici le condor est devenu un cygne ǃ Peut-être un “chant du cygne”, puisque l’album où est inséré cette chanson est le dernier album en studio du duo…

Pour vous voici les adaptations en anglais et en français pour Marie Laforêt

ils ont aimé aussi

 

 

Simon & Garfunkel
BEST SONGS 1 heure


G AIMÉ

Share Button

C’est sainte Catherine…. Tout bois reprend racine

barre verte

portadaimgvert.JPGBLOC NOTE
par Chou vert

“L’année dernière les potes âgés se sont plaint que nous n’honorions pas la profession des jardiniers en ayant consacré la publication du jour de la sainte Catherine aux Catherinettes….

Pour cette année on n’a fait le 25 novembre, ni les uns, ni les autres..!
Si vous n’êtes pas jardinier, cliquez la Catherinette
vous serez sur l’article de l’année dernière
bestiole des potagers resistant et inépuisable” – C’est vrai que les deux prenant racine nous nous devions d’y donner accès “
barre verte

C’est sainte Catherine…. Tout bois reprend racine


La Sainte Catherine est le 25 novembre, et le dicton est bien connu des jardiniers :
“A la Sainte Catherine, tout bois prend racine !”

En effet, c’est le moment de s’occuper des plantations (arbres à racines nues, arbustes…), De là à planter tout et n’importe quoi, qu’il vente ou qu’il neige, pourvu que le calendrier affiche la date du 25 novembre… il y a un pas qu’il vaut mieux ne pas franchir! Rassurez-vous cela dure tout l’hiver…! En effet, il faut noter que les plantations faites en novembre ou décembre résistent mieux aux sécheresses de l’été suivant car elles ont eu le temps de bien s’enraciner.

En réalité, tout dépend des conditions climatiques de votre région :
il ne faut rien faire lorsqu’il gèle car l’arrosage nécessaire lors des plantations serait contrarié par le gel…
Éviter aussi de planter par temps de pluie.

La majorité des arbustes sont aujourd’hui vendus en container, ce qui permet de les planter une grande partie de l’année.

Conseil d’achat
• Si vous plantez tard dans la saison, surveillez l’état de la plante que vous achetez. Racines, branches et bourgeons peuvent avoir souffert du stockage.
• Quand vous achetez des sujets en container, n’hésitez-pas à attendre des conditions absolument favorables à la plantation : ils sont aussi bien à attendre chez vous qu’à la pépinière

barre verte

LE SAVIEZ VOUS :

  AU CANADA

Le jour de cette fête, on fait cuire une sucrerie à base de mélasse, la tire de la Sainte-Catherine.
La tire d’’érable consiste à faire chauffer le sirop d’érable à 113,5°C (précisément !!!). La tire est ensuite déposée chaude directement sur la neige fraîche, propre et compacte.
On se sert ensuite de spatules en bois (palettes) pour prendre la tire sur la neige et la déguster.

 
L’ARBRE DE LA LIBERTÉ

 C’est, à l’époque de la Révolution, l’’un des signes symbolisant, entre autres, la liberté.
Plantés, en général dans l’’endroit le plus fréquenté, le plus apparent d’une localité, comme signes de joie et symboles d’’affranchissement, ces végétaux devaient grandir avec les institutions nouvelles.
L’’usage de planter des arbres comme signe de la joie populaire est immémorial. On le trouve chez les Gaulois comme chez les Romains.
Ces arbres eurent pour précurseurs l’’arbre de mai, que l’’on plantait dans beaucoup d’’endroits pour célébrer la venue du printemps

LES PREMIERS ARBRES : 1789 1791

À l’’époque de la Révolution, par imitation de ce qui s’était fait en Amérique à la suite de la guerre de l’’indépendance avec les poteaux de la Liberté, l’’usage s’’introduisit en France de planter avec cérémonie un jeune peuplier dans les communes françaises. L’’exemple en fut donné, en 1790, par le curé de Saint-Gaudens, dans la Vienne, qui fit transplanter un chêne de la forêt voisine au milieu de la place de son village.

Un poteau de la liberté (Liberty Pole en anglais) est un grand poteau de bois, souvent utilisé comme porte drapeau, planté au sol, qui peut être surmonté par une insigne ou un bonnet phrygien.
Ils étaient souvent érigés dans les places avant et pendant la Guerre d’indépendance des États-Unis. Une lutte souvent violente concernant les Poteaux de la liberté érigés par les Fils de la Liberté à New York et périodiquement détruits par les autorités britanniques (puis remplacés à nouveau par les Fils de la Liberté) fit rage pendant 10 ans :
Quand un drapeau était en place (le plus souvent rouge) sur un poteau, c’était un appel aux Fils de la Liberté ou aux citadins afin qu’ils se rencontrent et exprime leurs opinions vis-à-vis des règles britannique.
barre verte

La légende des Arbres Yves Duteil

barre verte

2048Restez svelte 160px

Share Button

L’art et la palette au chou : Les baigneuses de Degas

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs Il Y A BIEN DES LUNES…. DEGAS ET LE NU ÉTAIENT AU MUSÉE D’ORSAY
– Première grande exposition monographique consacrée à Edgar Degas (1834-1917) à Paris depuis la rétrospective de 1988 au Grand Palais, Degas et le nu participe de l’ambition du musée d’Orsay de donner à voir l’avancée des connaissances sur les grands maîtres de la deuxième moitié du XIXe siècle, après les hommages à Claude Monet (1840-1926) et Edouard Manet.  

La CHOUETTE vous fait redécouvrir ses dames ….. avec  de quoi vous inciter à aller passer l’éponge ou la serviette pour leur sécher le dos”

L’’ART ET LA PALETTE AU CHOU

par
Chou Blanc
.

.LES BAIGNEUSES DE EDGAR DEGAS

Étonnant de découvrir des nus chez Edgar DEGAS …pour moi qui ne voyais en lui que le voyeur inspiré des petits rats de l’’opéra. Est ce la fin du 19ème siècle qui se veut plus permissive que certains peintres osent le nu pour le nu, dans des scènes inhabituelles en peinture?
Attardons nous sur le thème des baigneuses car il n’’est pas sans rappeler celui de la danse…. C’est grâce à Degas que le “nu au bain” devient très réaliste. Il expose “le tub”, une collection appelée “suite de nus de femmes se baignant, se lavant, s’essuyant, se séchant, se peignant“.
A compter de 1879, à travers des oeuvres telles que Femme à la coiffeuse, Degas s'intéressa presque exclusivement au thème pourtant fort ancien des femmes à la toilette. Ironique, parfois cruel, mais toujours objectif et brillant dans la représentation, son réalisme atteint à une crudité souvent démystifiante de la femme. Pratiquant depuis longtemps le pastel, il privilégiera cette technique lorsque sa vue trop dégradée lui interdira le travail de l'huile trop minutieux. Il en profitera pour évoluer vers une technique plus enlevée et plus libre, modelant les volumes par le seul stratagème de la lumière et relevant l'ensemble par quelques touches de couleur pure. Le “tub” (ci -dessus) c’’est une sorte de bassine en métal, précurseur des baignoires dans lequel on se lave; et on se lave nu.

les silhouettes sont saisies sur le vif, disputées au temps qui passe, arrachées à l’instant. Degas ne travaille que de mémoire, jamais sur le motif…les gestes intimes de la toilette sont ici aussi prétexte à l’’étude du corps, à une recherche savante des formes plastiques, des combinaisons linéaires.

Les baigneuses de Degas suscitèrent nombre de controverses. A cette époque,il était impensable  de représenter une femme honnête nue dans de telles positions intimes ce n’est pas un scandale comme le tableau de Courbet “l’origine du monde“, mais les critiques se firent violentes.
Le regard misogyne d’’un peintre est tout aussi impitoyable que celui qu’’il pose sur les danseuses.

D’’aucuns n’’y voient qu’’une scène intimiste, reproduisant des gestes simples et gracieux, une nuque que l’’on rince, une jambe sortant de la baignoire ou un bras que l’’on frictionne…. D’’autres n’’y trouvent que du mépris pour ce petit animal piégé épié et qui se croit seul. Pour eux, la femme est observée sans concession par Degas.
Les poses de ces jeunes femmes sont interprétées comme l’expression d’une “certaine animalité” et dériveraient de celles de l’Aphrodite accroupie dans l’Antiquité.

On pardonnait difficilement à Degas  de touchait à l’image symbole, “sacrée“, de la femme, mère, “ménagère » Qui ne peut être représentée ainsi, “nue, dans les humiliantes poses des soins intimes”.

Il  s’’en expliquait lui-même ainsi :  « C’’est la bête humaine qui s’’occupe d’’elle même, un chatte qui se lèche. Jusqu’’à présent, le nu avait toujours été représenté dans des pauses qui suppose un public ; mais mes femmes ne sont que de simples et braves personnes qui ne s’’occupent que de leur condition physique »

Edgar Degas : Après le bain, femme nue s’essuyant la nuque

Voyeurisme d’’un peintre génial qui aimait se servir de pastels qui lui permettent d’esquiver sa règle première reposant sur le rôle primordial du dessin.
Ses bâtonnets de pastels lui permettent simultanément de tracer les traits et d’’apposer les couleurs que l’’on peut estomper avec les doigts afin d’’obtenir des contours flous.
Avec lui ces corps ne sont plus qu’’un prétexte pictural, un support quelconque où il peut associer  des zébrais de raies de lumières, des chairs bleuies en entremêlant des tons violents de rose et de vert.

Merci Monsieur DEGAS …d’’être resté l’’un des rares à ne pas avoir réduit le corps de la femme à un spectacle sexuel.

SOURCES:   Plusieurs site du net nous ont aidé à rédiger cet article

LE SAVIEZ VOUS ?

.

.

Nous ne résistons pas au plaisir de vous faire découvrir le seul Edgar Degas du musée du LOUVRE,
“La Sortie du bain”
(1880),
tableau d’une grande sensualité.
Un impressionniste au Louvre, direz-vous?
Les collections s’arrêtent en effet officiellement en 1848 et les œœuvres postérieures sont exposées au musée d’Orsay et au Centre Pompidou.
Mais lorsque Victor Lyon fit, en 1961, une donation de 65 peintures, dont celle-ci, et de 3 pastels, l’une des clauses imposait la conservation en un lieu unique.

Source : Louvre secret et insolite, par Daniel Soulié.
Parigramme et Louvre éditions, 196 p., 19€.

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

Le vieil HIBOU voyeur à ses heures a déjà survolé le thème des danseuses de DEGAS pour voir cet article …..

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc   retour sur la rubrique du même tabac        
RETRO :
C’est du même tabac…..


Compléments alimentaires Ruedesplantes

Share Button