Archives de catégorie : choupinettes & choupinets

Tout pour les petits bout de chou….pas les choux de Bruxelles qui sont une espèce de chou …je le répète pour les urbains, c’est un chou adulte…ils sont cons mais cons ..ils croient aussi que les radis poussent en botte

Les Incendies de la Commune: Les tuileries sont en feu..!

Print pagePDF pageEmail page

LE BLOG CHAUD BRULANT
DU POTE OFEU

 

Quand les communards mettent le feu au château des tuileries

L’Incendie des Tuileries. Georges-Jules-Victor CLAIRIN (1845 – 1919) © Photo RMN-Grand Palais – C. Jean

En ce temps là « la commune »

Au cœur de Paris et en bordure de Seine, accolé au Louvre, le palais des Tuileries avait été construit au XVIe siècle par Catherine de Médicis
Ce château est considéré comme la demeure historique des monarques français,puis résidence  de Napoléon III durant tout le Second Empire.

Dès le 26 mars 1871, la Commune proclame le pillage du lieu qui est peu à peu vidé, saccagé et démantelé. Durant la « Semaine sanglante », tant pour terrasser le symbole de la tyrannie que pour retarder l’avance des troupes versaillaises, l’incendie de cet édifice est organisé par des communards à grand renfort de chariots de poudre, de goudron liquide, d’essence de térébenthine et de pétrole.

Le feu et la pierre

Durant trois jours et trois nuits, du 23 au 26 mai, le château des Tuileries et ses deux ailes flambèrent pour ne laisser que des ruines.

 

Le communard Gustave Lefrançais écrit dès 1871 dans son Étude sur le mouvement communaliste à Paris en 1871 :


« Oui, je suis de ceux qui approuvèrent comme absolument moral de brûler ce palais essentiellement monarchique, symbole abhorré d’un exécrable passé […], où tant de crimes antisociaux avaient été prémédités et glorifiés. »

Dès mai 1871 Georges Clairin (1843-1919), offre la représentation picturale de cet événement,
( voir ci dessus) de l’incendie observé depuis l’angle de la Conciergerie où sont repliés quelques fédérés. Conduits par une égérie à drapeau rouge, ces communards sont juchés sur un amas informe de débris indistincts. le palais en flammes apparait à l’arrière-plan.

 

Meissonier (1815-1891) a représenté quant à lui les décombres désolés du château après l’extinction du feu.

«Les Ruines des Tuileries», de Jean-Louis-Ernest Meissonier. Photo Daniel Arnaudet. RMN 

 



Le 19 juillet 1870 éclatait la guerre franco-prussienne.

La rapide défaite des armées françaises en 1871, l’effondrement du Second Empire et les conditions sévères imposées par Bismarck pour la signature de la paix – cession de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, occupation de Paris par l’armée prussienne – déclenchèrent l’insurrection des Parisiens et la formation d’un gouvernement révolutionnaire.

La Commune de Paris eut une durée de vie très brève, de mars à mai 1871. Le soulèvement de Paris aurait pu réussir si le reste de la France avait suivi, mais les tentatives d’insurrection à Lyon, à Marseille, à Saint-Etienne, au Creusot, à Limoges, à Narbonne et à Toulouse tournèrent court.

Paris, isolé, fut soumis à un blocus militaire par les armées française et prussienne.

Les troupes régulières basées à Versailles et commandées par Mac-Mahon reprirent possession de la capitale au cours de la « semaine sanglante » (21-28 mai 1871).

Les communards élevèrent plus de 500 barricades pour entraver la progression des versaillais et, le 23 mai, ils incendièrent plusieurs édifices publics :
le palais des Tuileries, la Cour des comptes, le Conseil d’Etat, l’Hôtel de Ville de Paris, le ministère des Finances, le palais de la Légion d’honneur.

La répression qui s’abattit sur la Commune décapita pour longtemps le mouvement révolutionnaire en France.

Jean-Louis-Ernest Meissonier | La Barricade, rue de la Mortellerie, juin 1848, dit aussi Souvenir de guerre civile

Share Button

Mille milliards de mille sabords  » de tonnerre de Brest « 

Print pagePDF pageEmail page

FLONFLON ADORE ….

Elle adore qu’on lui fasse des résumés qui font croire aux autres qu’elle a tout lu..!!!! qu’elle sait tout…!!!

En particulier sur les
BD de TINTIN et les jurons du

Capitaine Haddock comme :

« Mille milliards… de mille sabords »


– « Flonflon..! c’est quoi un sabord ? »

– Le capitaine Haddock, compagnon d’aventure de Tintin, est connu pour ses multiples jurons.
Une de ses expressions favorites est « mille milliards de mille sabords ». Mais qu’est qu’un sabord ?

Il s’agit en réalité d’un terme d’architecture navale désignant une ouverture sur le côté d’un navire.
Ouverture par laquelle passent les canons, les avirons ou simplement une prise d’air.
L’origine de ce mot n’est pas établie avec précision mais elle est liée à l’apparition de l’artillerie à poudre sur les navires aux XIVe et  XVe siècles.

chouette-prof– On va essayer d’aider cette pet’ite..
et les pet’its bouts de chou..!!!

De la même famille que le verbe saborder :
Faire des ouvertures dans les parois d’un navire pour le faire couler .

Le sabordage désigne le fait de couler volontairement un navire en pratiquant des ouvertures ( des sabords ) sous la ligne de flottaison pour créer des voies d’eau .

Pour que l’expression soit tout à fait exacte il faut ajouter à mille milliards de mille sabords  »
de tonnerre de Brest  »
.

Le tonnerre de Brest vient du coup de canon faisant un bruit identique au tonnerre , coup de canon qui était tiré du Bagne de Brest pour annoncer à la population qu’un prisonnier s’était évadé , et qu’une prime récompenserait celui qui le capturerait .

Cette expression a perduré lorsque un coup de canon annonçait chaque jour l’ouverture et la fermeture des portes de l’arsenal à 6h et à 19h, au pied du château de Brest .

Pour votre culture, voici les différents sabords présents sur un navire:

  • le « sabord de chasse » est situé à l’avant du bateau pour l’attaque
  • le « sabord de retraite » est à l’arrière.
  • le « sabord de charge » est une ouverture dans la carène destinée à l’embarquement des marchandises ou des chevaux
  • le « sabord de nage » est quant à lui un trou permettant le passage d’un aviron.
  • la porte réservée à l’entrée des voyageurs est aussi appelée sabord.

Sources

fr.wikipedia.org/wiki/Sabord
www.universalis…lopedie/sabord/

www.tusavaisque.com

FLONFLON ADORE

Share Button

Bête comme chou musical..!

Print pagePDF pageEmail page

               CHOUPINETS ET CHOUPINETTES 
  C’EST LES VACANCES..!

                   MUSICOCHOU VOUS FAIT DÉCOUVRIR …

                 UNE MUSIQUE PAS BÊTE

PAR LES PETITS CHANTEURS A LA CROIX DE BOIS

barre bleue

Déjà publié le 31 03 2010
Avec la complicité de

DENISE  MA2   MAMYVONNE

 

Share Button