Archives de catégorie : chouette des clochers

les confidences du magnétiseur de service chaman mâtiné médium spirituel;
je déconne ………car il choulage bien du monde

AU FIL DES HEURES : Le mois de décembre

Print pagePDF pageEmail page


« Au fil des heures »,
c’est un pote âgé
grand amoureux
LE CHOURISTEdes enluminures
médiévales qui
s’est déguisé en
moine Top O’Clock.

Il fait sa rentrée en faisant son entrée dans la rédaction.


Pendant un an, LA CHOUETTE lui a réservé
le premier dimanche du mois pour nous
présenter le mois qui arrive avec l’enluminure et les commentaires qui figurent dans le plus beau des manuscrits enluminés du Moyen Age.

Les Très riches Heures du Duc de Berry

L’Homme anatomique, ou Homme zodiacal, enluminure réalisée par les Frères de Limbourg et portant les armes du duc Jean de Berry, f.14v.

Les Très riches Heures du Duc de Berry constituent, de l’avis unanime, l’un des plus beaux, et pour beaucoup, le plus beau des manuscrits enluminés du Moyen Age.

ll est commandé par le duc de Berry aux frères Paul, Jean et Herman de Limbourg vers 1410-1411. Inachevé à la mort des trois peintres et de leur commanditaire en 1416, le manuscrit est probablement complété, dans certaines miniatures du calendrier, par un peintre anonyme dans les années 1440.

C’est en tous cas le plus réputé. Jean, duc de Berry, était fils, frère et oncle des rois de France. Il fut donc mêlé à tous les grands moments de l’histoire de son époque.
Sa passion était toutefois de collectionner les splendeurs artistiques de son temps. Il possédait notamment une bibliothèque de près de 150 manuscrits enluminés, dont quinze Livres d’Heures.

On appelait ainsi des recueils de prières à l’usage des laïcs, qui voulaient se tourner vers Dieu à différentes heures fixes de la journée.

Et comme les prières variaient suivant le temps de l’année, et que chaque jour amenait la fête de tel ou tel saint, les Livres d’Heures s’ouvraient presque toujours par un calendrier.
C’est dans ces mois de l’année, accompagnés des représentations des travaux des champs et des activités diverses (réjouissances, offices, travaux, astrologie…) que je puiserai l’essentiel de mes rubriques….
C’est avec les pièces de ce remarquable Livre d’Heures du Duc de Berry, que j’espère enluminer vos dimanches par les plus belles illustrations qui constituent l’essentiel de l’ouvrage.

Décembre, folio 12

 Pour le dernier mois de l’année, le peintre n’a pas retenu l’iconographie traditionnelle de la tuerie de cochon pour Noël pour préférer une scène de vénerie.
Il s’agit plus précisément de la curée, au moment où l’un des chasseurs, à droite, achève de sonner l’hallali.
Les chiens dépècent le sanglier. La scène se déroule au centre d’une forêt dont les arbres sont encore en feuilles.

À l’horizon se dresse le château de Vincennes, achevé par Charles V, avec son donjon central et ses tours, aujourd’hui en grande partie arasées.
Ce château est le lieu de naissance du duc Jean de Berry, ce qui pourrait expliquer sa présence ici.
Il fut aussi choisi par Jean Fouquet, vers 1455, comme arrière-plan de l’enluminure Job sur son fumier dans le livre d’heures d’Étienne Chevalier.

Cette scène de curée est souvent rapprochée d’un dessin attribué à Giovannino de’ Grassi, actuellement conservé à la bibliothèque de Bergame, au contenu presque identique, avec les mêmes animaux dans les mêmes postures, mais quelques chiens en moins.

Pour Meiss, la miniature du mois de décembre serait le modèle de ce dessin et Paul de Limbourg en serait l’auteur. Cependant, le fait que des chiens ont été ajoutés impliquerait l’inverse.

Luciano Bellosi y voit plutôt une œuvre du peintre des années 1440. Cette hypothèse est renforcée par la forme des visages des personnages, aux yeux révulsés et aux visages maussades, qui rappellent les personnages du Livre du cœur d’Amour épris.

source : WIKIPEDIA

barre verte


TOP O’CLOCK

Share Button

PEINTURE: Le baiser de Judas, des fresques de Giotto, Fra angelico, Cimabue

Print pagePDF pageEmail page

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :

Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir pour nous suivre dans la découverte d’un tableau plein d’émotion:

Le baiser de Judas, (détail d’une fresque à Assise, Giovanni CIMABUE, v.1280)

LE BAISER DE JUDAS

LE CHOURISTEL’expression baiser de Judas a pour origine le baiser de Judas à Jésus-Christ afin de désigner aux soldats l’homme à arrêter, signant sa trahison.

L’expression baiser de Judas désigne l’approche apparemment amicale d’un individu, mais qui signale l’engagement ou la reprise d’hostilités.


L’Évangile selon saint Luc 22, 48, relate cet épisode

45 (Jésus) Après avoir prié, il se leva et vint vers les disciples, qu’il trouva endormis de tristesse.
46 Et il leur dit :
 » Pourquoi dormez-vous ? Levez-vous et priez, afin de ne point entrer en tentation. « 
47 Comme il parlait encore, voici qu’une troupe de gens parut ; celui qu’on appelait Judas, l’un des Douze, marchait en tête. Il s’approcha de Jésus pour le baiser.
48 Et Jésus lui dit : «  Judas, tu livres le Fils de l’homme par un baiser ! « 
49 Ceux qui étaient avec Jésus, voyant ce qui allait arriver, lui dirent :
 » Seigneur, si nous frappions de l’épée ? « 

50 Et l’un d’eux frappa le serviteur du grand prêtre, et lui emporta l’oreille droite.
51 Mais Jésus dit :  » Restez-en là. «  Et, ayant touché l’oreille de cet homme, il le guérit.
52 Puis, s’adressant aux Princes des prêtres, aux officiers du temple et aux Anciens qui étaient venus pour le prendre, il leur dit :  » Vous êtes venus comme après un brigand, avec des épées et des bâtons.
53 J’étais tous les jours avec vous dans le temple, et vous n’avez mis pas la main sur moi. Mais voici votre heure et la puissance des ténèbres. « 
54 S’étant saisis de lui, ils l’emmenèrent et le conduisirent dans la maison du grand prêtre…
Pierre suivait de loin.

logo lardon D« Le baiser de Judas » une scène de la vie du Christ réalisée par Giotto

Le baiser de Judas. Giotto di Bondone Padoue, chapelle des Scrovegni. Fresque

Aujourd’hui nous regardons une peinture ou plutôt une fresque qui date de 1304-1306 : « le baiser de Judas » une scène de la vie du Christ réalisée par Giotto pour la chapelle des Scrovegni dans l’Eglise de l’Arena à Padoue.

Peintre et architecte toscan de la fin du Moyen Âge.
Célèbre Auteur des fresques de la vie de Saint François à Assise, Giotto est à l’origine du renouveau de la peinture occidentale.
Les fresques de la Chapelle Scrovegni de Padoue sont considérées comme l’un de ses chef-d’œuvres.
Il avait probablement autour de quarante ans quand il a commencé la décoration de la chapelle

Son client, le Padouan, Enrico Scrovegni, était un riche marchand, qui fit construire à Padoue une chapelle familiale.

De 1303 à 1306, Giotto peint les cinquante-trois fresques de la chapelle Scrovegni autour des thèmes des Vices et des vertus, des scènes de la vie de la vierge et Du christ


Loué par ses contemporains, Dante, Pétrarque et Boccace, admiré par Léonard de Vinci et copié par Michel-Ange, Giotto di Bondone (vers 1267-1337) a été perçu au fil des siècles comme l’auteur d’une révolution picturale sans précédent depuis l’Antiquité.

Cette mutation radicale n’est pas seulement d’ordre stylistique, elle s’explique aussi par une attitude différente vis-à-vis du monde sensible que l’artiste entend restituer dans sa diversité et sa réalité tridimensionnelle.

LE CHOURISTE– L’historien d’art André Chastel fut au XXe siècle un commentateur important de Giotto qui insista sur l’importance de peintre dans l’histoire de l’art italien et la peinture occidentale en générale.

Pour lui, la force nouvelle de son art tient à la possibilité de représenter comme un jeu de forces qui se répondent, la définition externe des êtres (leur place dans l’espace) et la communication affective (les expressions des personnages)

André Chastel – France Culture 2014

chouette-prof
JUDAS était il en service commandé..??

Irénée de Lyon, évêque de Lyon…
fait mention d’un Évangile de Judas à la fin du IIesiècle dans son ouvrage Contre les hérésies:

l’Évangile de Judas y est attribué à la secte gnostique des Caïnites

GNOSTIQUE ,OUPS….!  CAÏNITES OUPS OUPS …. GLUPPS….!!
Le gnosticisme est un système de pensée dualiste qui regroupe des doctrines variées du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient qui se caractérisent généralement par l’affirmation que les êtres humains sont des âmes divines emprisonnées dans un monde matériel créé par un dieu mauvais ou imparfait : Le mouvement connut son apogée au cours du IIe siècle.
Les Caïnites sont une secte paléochrétienne, gnostique et antinomiste apparue au cours du IIe siècle.
Le théologien chrétien Origène disait des Caïnites qu’ils avaient « entièrement abandonné Jésus. » Leur interprétation de l’Ancien Testament tendait à prouver que la création du monde n’était pas seulement l’œuvre d’un Démiurge inférieur (opinion de la plupart des Gnostiques), mais d’un être activement maléfique, n’ayant fait le monde en question que dans le dessein pervers d’empêcher que l’élément divin dans l’homme se réunisse avec le Dieu Parfait et Inconnaissable.

Le baiser de Judas. Fra Angelico Provient du trésor d’argent de l’Eglise Santissima Annunziata à Florence; détrempe sur bois. Florence, musée du couvent San Marco

Le lancement du texte intégral, à Pâques 2006, a été accompagné par des ouvrages grand public racontant l’histoire de la découverte de l’œuvre.

Paul Verhoeven résume l’ouvrage en mettant l’accent sur la relation qui s’y révèle entre Jésus et Judas :
« L’Evangile de Judas part du principe suivant :
le seul disciple qui ait réellement compris Jésus était Judas Iscariote, le traître bien connu. […]
Selon cet Evangile, Jésus dit à Judas qu’il [Judas] a été choisi « pour offrir en sacrifice l’enveloppe humaine qui L’entoure [qui entoure Jésus] ».
En d’autres mots, en trahissant Jésus, Judas fait en sorte qu’il soit arrêté et crucifié, ce qui était précisément l’objectif de Dieu. […]

Judas devient ainsi un pion dans le grand dessein de Dieu »

« Tu sacrifieras l’homme qui me sert d’enveloppe charnelle. »

L’ouvrage, tel que publié en 2006, et complété par quelques lignes retrouvées en 2008, se présente moins comme un texte narratif que comme un texte à contenu « philosophique » ou gnostique.

La phrase clef qui permet d’identifier ce manuscrit à « l’Évangile de Judas » dont parle Irénée de Lyon est cette citation attribuée à Jésus :
« Tu sacrifieras l’homme qui me sert d’enveloppe charnelle. »
Pour condamner cette « justification » de la « trahison » de Judas, Irénée de Lyon cite en effet cette même phrase en l’attribuant à l’Évangile de Judas, dans son ouvrage Contre les hérésies.

Le baiser de Judas Iscariote, anonyme XIIe siècle, Galerie des Offices, Florence

Interprétations

Très logiquement, s’agissant d’un texte gnostique, les premiers éditeurs (ceux du National Geographic) y voient une défense de Judas contre les autres apôtres et de la Gnose contre les courants chrétiens dominants.

Selon l’hypothèse émise par cette équipe éditoriale, et largement reprise par les médias, le texte présenterait une interprétation originale de la trahison de Jésus par Judas, un de ses apôtres :
Tu les surpasseras tous, car tu sacrifieras l’homme qui me sert d’enveloppe charnelle.

En dénonçant Jésus, il aurait été le seul de ses disciples à avoir vraiment compris le message qu’il voulait véhiculer.

SOURCE :
FRANCE CULTURE 2014
https://fr.wikipedia.org

LE logo lardon 1LARDON

Share Button

PHILO PHILO PHILOMENE : SOCRATE – Dialogue pour passer le temps

Print pagePDF pageEmail page

logo La philo mène la danse (2)PHILOMÉNE est arrivé à sa retraite au milieu de nos potes âgés avec la volonté de planter des pensées….
Je vous parle pas des fleurs, mais des idées, qu’elle cultive sous le cerisier quand il fait trop chaud pour biner ….
Autour d’elle, quelques uns qui en avaient assez d’être au raz des pâquerettes, mais qui pour autant ne souhaitaient pas cultiver les pensées de Pascal…!

La Chouette, perchée sur le cerisier, les écoutant philosopher, c’est vite rendue compte que ça volait haut, et leur a demandé de rédiger une rubrique pour son blog …

Philomène mènera donc la danse de temps en temps avec pour partenaires des philosophes grecs …. et avec eux l’éloquente et persuasive Sophie … qui compte bien faire un « malheur »…!
Attention, comme disait ma mère, c’est
parfois profond … !
Ne perdez pas le fil de Philomène…!
Prenez votre casque spéléo éclairant, cordes, et piolets pour … remonter….

SOCRATE 
Dialogue pour passer le temps
accéder aux citations de Socratelogo mini philo mène

Socrate était un philosophe grec du Vème siècle av. J.-C. C’est à Athènes qu’il pratiquait la philosophie (l’amour de la sagesse) par le dialogue, un dialogue méthodiquement conduit, suivant le principe de la maïeutique, c’est-à-dire l’art d’accoucher des âmes.

Cette métaphore a été adoptée par Socrate, en raison de la profession de sa mère, qui était sage-femme. Socrate n’a jamais rien écrit, c’est grâce aux dialogues rédigés par Platon que la « philosophie » de Socrate nous est parvenue.
Il meurt en 399, condamné à boire la ciguë, après avoir été accusé notamment de corrompre la jeunesse et de ne pas croire aux dieux de la cité.

 Socrate et les 3 passoires

 Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la sagesse. Quelqu’un vient un jour trouver   le grand philosophe et lui dit :
« Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami? »
– Un instant, répondit Socrate. Avant que  tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des 3 passoires :
« Les 3 passoires ? »
Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire.
C’est ce que j’appelle le test des 3 passoires.

 La première passoire est celle de la vérité.

« As-tu vérifié si ce que  tu veux me dire est vrai?
– Non. J’en ai simplement entendu parler…http://mafeuilledechou.fr/2013/03/15/socrate-dialogue-pour-passer-le-temps/
– Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité. »

Essayons de filtrer autrement en utilisant :

Une deuxième passoire, celle de la bonté.

 « Ce que tu veux m’apprendre  sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?
– Ah non ! Au contraire.
 »
– Donc, continua Socrate, «tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain si  elles sont vraies».
Tu peux peut-être encore passer le test, car….

il reste une passoire, celle de l’utilité.

« Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?
– Non. Pas vraiment. »

Alors, conclut Socrate, :

« Si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile…
Pourquoi vouloir me le dire ? »

 

logo philo SOPHIEEn vous disant pour conclure qu’’il faut tourner 7 fois la langue dans sa bouche avant de parler, je rejoins la pensée de Balzac

« Le silence entre pour les neuf dixièmes dans la sagesse. »

Pour nous bébé rédacteurs, comme nous parlons de moins en moins et que nous utilisons de plus en plus un clavier, avant de taper des bêtises, nous devrions plutôt dire « tourner sept fois son clavier dans sa bouche« .

Mais ça moi, je ne sais pas le faire….. ! D’autant plus que je trouve indigeste  le jeu des chiffres et des lettres….Toutefois, je ne veux pas vous paraitre chinois car c’est un excellent passe temps…!

«Connais-toi toi-même.»
[ Socrate ]


logo philo mène 50 PHILOMENE

Share Button