Archives de catégorie : chou les tropiques

le carnet de voyages de nos auteurs et autres con tributeurs

PRADES : Notre dame de la Volta

banniere 468px 60px ruyedesplantes
VETEMENTS ET ACCESSOIRES      SANTÉ ET SOINS DU CORPS     VOYAGES VALISES

LOGO choulestropic CARNET
DE VOYAGES

de
Aubin CHOULESTROPIC

.
Parmi les potes âgés du potager municipal
Aubin CHOULESTROPIC a la passion des voyages …
Cette fois encore, nous lui arroserons ses salades et ses tomates pour qu’il parte assouvir sa passion….
Mais cette année, nous avons, en contrepartie, exigé qu’il alimente la rubrique voyages de l’été dans la Chouette…. Ambiance Ambiance…..

PRADES :
Notre dame de la Volta (XIVème)

Prades est la Capitale du Conflent, localisée au pied du massif du Canigou dans les Pyrénées Orientales
– j’ en étais sûr… Allons y pour la commune de M Jean Castex Premier Ministre…
LA CHOUETTE doit vouloir monter sur son clocher…
!!!

Le monument principal de la ville de Prades est l’église paroissiale Saint-Pierre, sise au cœur du centre ancien.

Dépendant de l’abbaye de Lagrasse, les parties les plus anciennes de l’édifice remontent vraisemblablement au XIIe siècle, bien que son origine remonte au moins au XIe siècle.

Nous avons délaissé le retable  du Maître Autel, réalisé en 3 ans (1696-1699) par Joseph Sunyer, réputé comme étant le plus grand retable baroque de France car l’église Saint-Pierre abrite également la Salle du Trésor qui rassemble une riche collection d’objets religieux dont plusieurs vierges romanes.
Parmi celles -ci, nous avons choisis de vous faire découvrir :

Notre dame de la Volta

Notre-Dame de la Volta est une statue en bois polychrome datant du XIVe siècle.
Elle représente une Vierge à l’enfant.
La première mention de la statue date de 1398.

 

Dés 1417, elle prend le nom de ‘Notre-Dame de la Volta’. (volta = vuelta = tour )

Ce vocable provient du circuit que faisaient les processions où elle était portée
« soit autour de l’église »
« soit autour de la cité »
On pourrait traduire par « notre dame du tour de ville »

Voici quelques photos réalisée par Aubin lui même….!!!
et vous pouvez les agrandir….

Faisant  partie du trésor de l’église, elle est conservée dans une vitrine située dans le clocher.


Cette statue particulièrement vénérée ( voir les ex-votos nombreux ) par les habitants de Prades et des paroisses environnantes était cachée « en lieu sûr » et exposée à la vénération des fidèles qu’aux jours de fête de la vierge, habillée d’un manteau rouge comme en témoignent les trois ex-votos qui l’accompagnent.

L’habillage de la vierge lors des processions par une robe et le fait qu’elle en fut pas exposée en permanence pourraient expliquer le bon état de conservation de la polychromie des vêtements dont le premier repeint est tardif puisqu’il date de la seconde moitié du XIXème siècle.
SOURCES : site – https://books.openedition.org/pupvd/7284
https://www.journees-du-patrimoine.com/SITE/eglise-saint-pierre-prades-son-tre-194048.htm
http://www.vernet-les-bains.fr/sites/otvernet/files/15_balade_en_conflent_1.pdf

AUBIN CHOULESTROPIC1EN SAVOIR PLUS

Capitale du Conflent, localisée au pied du massif du Canigou, à la confluence de plusieurs rivières, l’accueillante petite ville de Prades recèle un merveilleux patrimoine artistique.
Incontournable, son église Saint-Pierre, datée des XIIe et XVIIe siècles, mérite absolument la visite. Son chœur abrite en effet un splendide retable baroque dédié à saint Pierre. Classée Monument Historique, cette œuvre remarquable du sculpteur catalan Joseph Sunyer est le plus grand retable baroque de France ! Admirez également la salle du trésor de l’église dont la collection regroupe des reliquaires, des pièces d’orfèvrerie, ainsi qu’une statue de Notre-Dame de la Volta datant du XIVe siècle.

L’église Saint Pierre possède de nombreux retables baroques dont le plus grand de France.
Passez la porte qui mène au trésor de l’église pour découvrir, parmi d’autres objets de valeur, des statues de vierges en bois peint des 14ème et 15ème siècle.

Une statue de Vierge à l’Enfant, dite Notre-Dame-de-la-Volta, du XIVe siècle (Logo monument historique Classé MH)

Prière pour le Conflent

LE CHOURISTE

   Mon Dieu !
Toi qui fis cette terre du Conflent
étendue au pied de la majesté du Canigou,
cette symphonie de pêchers roses de fleurs sur le violet
des collines, la neige des cimes, et ce ciel infiniment bleu…
comme une invitation à l’émerveillement et à la louange.
Toi pour qui nos ancêtres ont bâti nos deux grandes abbayes
de Saint-Michel et de Saint-Martin,
et tant d’émouvantes
chapelles romanes,
comme une invitation au silence et au recueillement.
Permets que nous nous arrêtions un peu aujourd’hui,
pauvres pèlerins pressés de ce XXIe siècle,
vivant à la surface des êtres et des choses,
pour découvrir, tout au fond de nous-mêmes,
cet autre ciel et ce silence intérieur,Ta demeure enfin,
où sans bruit de paroles
Tu veux engager le dialogue avec
Ta créature,
si petite et si grande à la fois,
parce qu’éternellement attendue et aimée.

Une carmélite de Vinça,

AUBIN CHOULESTROPIC1

Aubin CHOULESTROPIC


Share Button

CHOULESTROPIC : Pour la sainte Blandine, Il s’arrête à Lyon à l’amphithéâtre des trois gaules

banniere 468px 60px ruyedesplantes
VETEMENTS ET ACCESSOIRES      SANTÉ ET SOINS DU CORPS    VOYAGES VALISES

LOGO choulestropic CARNET
DE VOYAGES

de
Aubin CHOULESTROPIC

.
Parmi les potes âgés du potager municipal
Aubin CHOULESTROPIC a la passion des voyages …
Cette fois encore, nous lui arroserons ses salades et ses tomates pour qu’il parte assouvir sa passion….
Mais cette année, nous avons, en contrepartie, exigé qu’il alimente la rubrique voyages de l’été dans la Chouette…. Nous le suivrons donc semaine après semaine…

Ambiance Ambiance…..

Lyon: L’amphithéâtre des trois gaules

Mon voyage à travers le temps s’arrête aujourd’hui à Lyon à l’amphithéâtre des trois gaules,


Ce lieu est connu pour être le lieu des exécutions de  martyrs chrétiens en 77 , dont SAINTE BLANDINE
et SAINT POTHIN.

C’était le lieu des assemblées des représentants gaulois, sorte d’assemblée nationale de l’époque gallo romaine, mais aussi lieu de cérémonies au culte officiel ou exécutions;

Le poteau symbolise le lieu où était attachée SAINTE BLANDINE au moment de son exécution

Ne vous fiez pas aux apparences; cet amphithéâtre tel qu’il est peut paraitre petit, mais c’était l’un des plus grands de Gaule; très peu de choses ont été déblayées…
S’il fallait le dégager, il faudrait raser une grande partie de ce qui est autour, y compris la ligne de métro C .
L’amphithéâtre , situé sur les pentes de la CROIX ROUSSE à Lyon, n’a été découvert qu’au début du XXeme siècle.
Urbanisation aidant, on l’a recouvert afin de pouvoir construire des habitations et la ligne de funiculaire; c’est en recherchant le temple de Cybèle ( toujours pas trouvé d’ailleurs), que l’on a découvert l’amphithéâtre que beaucoup de gens, lyonnais y compris, confondent avec les théâtres de Fourvière

 SOURCES :  site – balademaconnaise

 AUBIN CHOULESTROPIC1EN SAVOIR PLUS SUR SAINTE BLANDINE

Sainte martyre Blandine de Lyon

Sainte martyre Blandine de Lyon. Fresque de la chapelle orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu (Drôme)

Sainte Blandine, dite de Lyon, est une chrétienne de la première communauté chrétienne de Lyon.
Elle est martyrisée en 177 sous Marc-Aurèle.

À l’origine esclave romaine, elle se joint à la communauté chrétienne.
Blandine et ses 47 compagnons (dont l’évêque de Lyon, saint Pothin) sont les Martyrs de Lyon en 177 qui sont morts soit en prison, soit livrés aux bêtes dans l’amphithéâtre des Trois Gaules, retrouvé sous le jardin des plantes de la Croix-Rousse

UNE FEMME SOUS LA TORTURE, BLANDINE
« Je suis chrétienne et chez nous il n’y a rien de mauvais ».

LE CHOURISTE Jeune esclave, Blandine a été martyrisée à Lyon sous Marc-Aurèle en 177 avec une quarantaine d’autres chrétiens de Lyon et de Vienne. Leur martyre a été relaté par des témoins oculaires qui ont rédigé une « Lettre des Églises de Lyon et de Vienne » adressée aux Églises de Phrygie et d’Asie et retranscrite au IVe siècle par Eusèbe dans son Histoire ecclésiastique.
Il s’agit ainsi d’événements d’une historicité sûre.
Lettre de l’an 177 des chrétiens de Vienne et de Lyon à leurs frères d’Asie et de Phrygie
L’HISTORIEN EUSÈBE RACONTE…

« En la personne de Blandine, le Christ montra que ce qui paraît aux yeux des hommes sans beauté, simple, méprisable, est digne, aux yeux de Dieu, d’une grande gloire à cause de l’amour qu’on a pour lui, cet amour qui se montre dans ce qu’on est capable de faire et ne se vante pas d’une apparence extérieure.
Nous tous, en effet, nous avions craint, et avec nous sa maîtresse – laquelle était aussi engagée dans le combat et au nombre des martyrs – que Blandine, dans cette lutte, ne soit pas capable, à cause de sa faiblesse physique, de faire avec assurance sa confession de foi.
Mais Blandine fut remplie d’une telle force qu’elle épuisa et fit capituler tous ceux qui successivement la torturèrent de toutes les façons, du matin au soir.
Eux-mêmes se reconnaissaient vaincus, ne sachant plus quoi lui faire, et ils s’étonnaient qu’elle respirât encore, quand tout son corps était brisé et ouvert.
Ils avouaient qu’une seule espèce de ces tortures était suffisante pour arracher la vie à quelqu’un ; à plus forte raison, des tortures si cruelles et si nombreuses !
Cependant la bienheureuse, comme une courageuse athlète, trouvait une nouvelle jeunesse dans la confession de sa foi.
C’était pour elle une reprise, un repos, un apaisement dans tout ce qui lui arrivait, que de dire :
« Je suis chrétienne et chez nous il n’y a rien de mauvais ». »

 

 AUBIN CHOULESTROPIC1

Aubin CHOULESTROPIC


Share Button

Saint Malo ….. lumières entre le ciel et l’eau

Beauté Cosmétiques
 CARNET DE VOYAGE

par Chou Blanc

 Nos découvertes 

LES REMPARTS DE SAINT MALO où la découverte de ces pierres qui protègent la lumière entre le ciel et l’eau.

Elles vont en faire évader plus d’un….. Bon vent ..!

Régisseur… LUMIÈRE…

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs Chou blanc y était Pentax en batterie …. SA VIDÉO EST A VOIR

Mais quand le jour sur les vagues tremblantes
S’en va mourir; quand, souriant encor,
Le vieux soleil glace de pourpre et d’or
Le vert changeant des mers étincelantes,

François René de CHATEAUBRIAND

Le saviez vous…?

Chateaubriand (1748 – 1848.) est né à Saint Malo

Ses restes ont été transportés à Saint-Malo et déposés face à la mer, selon son vœu, sur le rocher du Grand Bé (Le mot « bé » ou « Bey » veut dire tombe en celtique)., îlot situé dans la rade à 400m de sa ville natale, auquel on accède à pied depuis Saint-Malo lorsque la mer s’est retirée.

Vingt ans avant sa mort l’’écrivain a manifesté son désir d’’être inhumé sur ce lopin de terre, face au large, pour poursuivre sa conversation avec la mer.

Son épitaphe est le suivant :tombeau de CHATEAUBRIAND (PHOTO WIKIPEDIA)

Un grand écrivain français
 a voulu reposer ici
pour n’entendre que la mer et le vent.
Passant,
respecte sa dernière volonté. »

Connaissez vous la composition du drapeau de
Saint-Malo …?

L’’emblème du Drapeau Malouin avec sa devise :
« Ni français, ni breton, malouin suis-je » représente l’’indépendance de la Ville.

Un quartier à fond rouge (les corsaires utilisaient le rouge comme pavillon d’attaque), avec une hermine passante cravatée d’or, couleurs propres aux armes de la ville, rappelant notamment son appartenance au duché de Bretagne. La Croix d’argent est celle de tous les pavillons des ports de guerre sous Louis XIV.


Chou Blanc est effectivement magnétiseur

Chou Blanc

2118

Share Button