Archives de catégorie : chou fleur

les synthèses de fin de mois et la rubrique choupinet choupinettes

LIBRE EXPRESSION: Sur le tablier de votre grand-mère ?

BLOC DU BÉTON DÉSARMÉ…!!
A l’heure où le médecin est en cabinet fermé…. où le barman de fin de soirée arrosée est aux 35 heures….
La parole semble prisonnière….
Allez voir le curé…? Oui.. Mais il y a si longtemps que vous n’avez pas vu un confessionnal que vous avez peur de vous tromper de porte …!
Alors … “Entrez sans frapper” …. est fait pour vous ….
Soufflez, sur les braises si vous le voulez…
Ainsi jaillira la lumière..!
L
a parole est à vous….. Soyez les rédacteurs d’un jour pour vous exprimer ….
Pour nous parler…!
ALLEZ Y ON VOUS ÉCOUTE….
La Chouette est sur votre épaule pour mieux vous entendre..!


LIBRE EXPRESSION: Sur le tablier de votre grand-mère ?

Je crois que les jeunes d’aujourd’hui ignorent ce qu’est un tablier …
Vous souvenez-vous du tablier de votre grand-mère ?

Les mères et grand-mères portaient un tablier par-dessus leurs vêtements pour les protéger car elles avaient peu de robes de rechange.
 En fait, il était beaucoup plus facile de laver un tablier habituellement en coton qu’une robe, une blouse ou une jupe, faites d’autres tissus.
Le principal usage du tablier de grand-mère était donc de protéger la robe, mais en plus de cela :
 – Il servait de gant pour retirer un plat brûlant du fourneau, bien avant l’invention des
“mitaines à fourneau”.
– Il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants et, à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses sales .
– Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les oeufs , les poussins à réanimer, et parfois les oeufs à moitié éclos, que maman déposait dans un fourneau tiède afin de faciliter leur éclosion.
– Quand il y avait de la visite, le tablier servait d’abri aux enfants timides, d’où l’expression :
«Se cacher dans les jupons de sa mère» .
 – Par temps frais , maman le relevait pour s’y emmitoufler les bras et les épaules, par temps chaud, alors qu’elle cuisinait devant le poêle à bois, elle y épongeait la sueur de son front.
– Ce bon vieux tablier faisait aussi office de soufflet , alors qu’elle l’agitait au dessus du feu de bois pour le ranimer.
– C’est lui qui servait à transbahuter pommes de terre et bois sec jusque dans la cuisine
– Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes ; après que les petits pois aient été récoltés, venait le tour des choux.
– En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l’arbre.
 – Quand des visiteurs arrivaient à l’improviste, c’était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière .
– A l’heure du repas, grand-mère allait sur le perron agiter son tablier, c’était signe que le dîner était prêt, et les hommes aux champs savaient qu’ils devaient passer à table.
– Grand-mère l’utilisait aussi pour sortir la tarte aux pommes du four et la poser sur le rebord de la fenêtre, afin qu’elle refroidisse ; de nos jours sa petite fille l’y pose aussi, mais pour la décongeler… Autres temps, autres mœurs!
Il faudra de bien longues années, avant que quelqu’un invente un vêtement, qui puisse rivaliser avec ce bon vieux tablier utile à tant de choses.
Danger ?
On deviendrait bien fou aujourd’hui
rien que de songer à la quantité de microbes
qui pouvaient s’accumuler sur le tablier
en une seule journée !!

En réalité ,
la seule chose que les enfants de l’époque
aient attrapée au contact du tablier
de maman ou de grand-maman,
c’est de l’amour !! 

En souvenir de leur tablier ayez une pensée pour nos grands-mères

– Crévindiou Mamy… il cause bien ton pote….!!!!

SOURCE :
un contributeur anonyme

AVIS AUX LECTEURS CONTRIBUTEURS

Si vous avez un texte à nous soumettre voici nos coordonnées
SI vous devez encore l’écrire ….
Alors laissez les plumes de la chouette tranquilles, Prenez plutôt une alouette elle a l’habitude d’être plumée … En chantant..!

choublanc@mafeuilledechou.fr

AVERTISSEMENT CAMARADES :
– j’en suis le modérateur.. Aussi pour que la Chouette ne se fasse pas voler dans les plumes et que les autorités du web et ne la fasse tomber de son clocher, nous ne publierons rien qui ne soit dans l’esprit de notre ligne éditoriale ou qui soit contraire aux bonnes mœurs, au respect de la vie privée etc etc…
“Expression libre comme le vent” OUI mais le vent peut tourner et dans ce cas c’est pas la girouette qui tournera mais le vent…. pareil que dans les ronds points..!
Débat donc… mais pas déballage..!

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

CONTES: La fiancée du petit lapin

VETEMENTS ET ACCESSOIRES        SANTÉ ET SOINS DU CORPS     VOYAGES VALISES

Conte

La fiancée
du
petit lapin

 


TIENS… L’autre jour c’était un petit canard…??  

LE CHOURISTE
La fiancée
du
petit lapin
Écrit par Les frères Grimm
Jacob et Wilhelm GRIMM sont deux écrivains et érudits, nés à Hanau, Jacob en 1785 pour Jacob et 1786 pour Wilhelm.
Ils font leurs études à l’université de Marbourg. Jacob comme philologue, s’intéresse à la littérature médiévale et à la linguistique et Wilhelm comme critique littéraire. Ils travaillent dans la diplomatie et dans diverses bibliothèques à Kassel.
En 1830, les deux frères sont engagés à l’université de Göttingen. Wilhelm en tant que bibliothécaire et Jacob comme chargé de cours en droit ancien, en histoire de la littérature et en philosophie.
Ils quittent l’université pour des motifs politiques et reviennent à Kassel en 1837.
Quelques années plus tard, Frédéric-Guillaume IV de Prusse les invite à s’installer à Berlin, ce qu’ils font dès 1841.
Devenus professeurs dans son université, ils demeurent à Berlin jusqu’à la fin de leur vie. Wilhelm meurt le 16 décembre 1859 et Jacob le 20 septembre 1863.

Les frères Grimm s’intéressent également aux contes populaires allemands. Après les avoir réunis à partir de différentes sources, ils les publient en deux volumes sous le titre de Contes pour les enfants et les parents, 1812-1829. Une nouvelle édition paraît en 1857; elle contient des histoires supplémentaires et devint le fameux livre intitulé Contes de Grimm.

  La fiancée du petit lapin
conte de Grimm
Il était une fois une femme avec sa fille qui avaient un beau jardin de choux.
Un lapin y vint, à la saison d’hiver, et voilà qu’il leur mangeait tous les choux. Alors la femme dit à sa fille :
– Va au jardin et chasse-moi le lapin !
– Ouste ! ouste ! dit la fille. Petit lapin, tu nous boulottes tous les choux !
– Viens, fillette, dit le lapin, mets-toi sur ma queue de petit lapin et suis-moi dans ma chaumière de petit lapin.
La fille ne veut pas.
Le lendemain, revient le petit lapin qui mange encore les choux, et la femme dit à sa fille :
– Va au jardin et chasse-moi le lapin !
– Ouste ! ouste ! dit la fille. Petit lapin, encore tu nous boulottes nos choux !
– Viens, fillette, dit le lapin, mets-toi sur ma queue de petit lapin et suis-moi dans ma chaumière de petit lapin.
La fille ne veut pas.
Le surlendemain, voilà le petit lapin revenu, en train de boulotter les choux.

Alors, la mère dit à sa fille :
– Va au jardin et chasse-moi le lapin !
– Viens, fillette, dit le lapin, mets-toi sur ma queue de petit lapin et suis-moi dans ma chaumière de petit lapin.
La fille s’assied sur le petit bout de queue du lapin, qui file au loin et la mène dans sa chaumière.
– Maintenant, fillette, fais bouillir le chou vert et le millet, je vais inviter les gens de la noce.
Et les invités de la noce arrivèrent tous ensemble. Mais qui étaient les gens de la noce ? Je peux te le dire parce que c’est ce qu’on m’a raconté : les invités, c’étaient tous les lapins, et le corbeau y était venu aussi comme curé pour unir les époux, et le renard était le sacristain, et l’autel sous l’arc-en-ciel.
Mais la fillette se sentait triste : elle était toute seule.
Arrive le petit lapin, qui lui dit :
– Viens servir ! Viens servir ! Les invités sont gais !
La fiancée ne dit rien. Elle pleure. Petit lapin s’en va. Petit lapin revient.
– Sers-les donc ! lui dit-il. Sers-les donc ! Les invités sont affamés !
La fiancée ne dit rien. Elle pleure. Petit lapin s’en va. Petit lapin revient.
– Sers enfin ! lui dit-il. Sers enfin ! Les invités vont s’impatienter !
La fiancée ne dit toujours rien ; alors petit lapin s’en va. Elle fait une poupée de paille, qu’elle habille de ses vêtements, lui met une cuillère de bois dans la main, la pose devant la marmite au millet, puis s’en retourne chez sa mère.
Petit lapin revient encore une fois en criant :
« Vas-tu servir ? Vas-tu servir ? » Il se précipite sur la poupée de paille et lui frappe un coup sur la tête, qui lui fait tomber son bonnet.
Il s’aperçoit alors que ce n’est pas sa fiancée et s’éloigne ; et il est tout triste.

SOURCES :         
http://feeclochette.chez.com/grimm.htm


LAPINOUCHOURestez svelte 160px

Share Button

les Trompettes de Jéricho … de la botanique à la bible… en musique…!

animation ruedesplantes

trompettes-de-jericho.jpgCHOUONS ENSEMBLE
par Chou fleur 

 C’est le WEEK END les choupinets et les choupinettes voilà de quoi jouer avec Papy et Mamy et s’instruire parfois….

AU PROGRAMME DE CE WEEKEND

– 1 – Les trompettes de JERICHO ..La légende biblique
– 2 – Les trompettes de JERICHO .. dans le jardin de PAPY
– 3 – PAPY VIDÉO solo de trompette Surprenante jeune fille
– 4- PAPY SONG RADIO TROMPINETTE ( trompette classique)

 

QUELLE EST LA LÉGENDE DES TROMPETTES DE JERICHO ?

Cette légende est relative à un récit biblique selon lequel cette cité (prétendue imprenable) de Jericho  serait en 1473 avant J.C.  tombée aux mains d’envahisseurs car 7 prêtres aidés et poussés par la volonté divine auraient pendant 7 jours joué des instruments (chofars) qu’on a appelé trompettes par commodité et c’est par ce procédé que les remparts se seraient fragilisés rendant la prise de la cité possible.

Jéricho est rasée intégralement. La ville et son butin furent alors maudits. Josué nouveau maitre des lieux déclara alors : « Maudit soit devant l’Éternel l’homme qui se lèvera pour rebâtir cette ville de Jéricho ! Il en jettera les fondements au prix de son premier-né, et il en posera les portes au prix de son plus jeune fils. » Il en sera ainsi quelques siècles plus tard.

http://www.ndweb.org/wp-content/uploads/2018/03/Prise-de-J%C3%A9richo-Jehan-FOUQUET.pdf

Le septième jour, ils devaient marcher 7 fois autour de Jericho et les prêtres devaient souffler dans leur trompettes seulement à la fin du septième tour de la ville. Après avoir fait 7 fois le tour de la ville, les prêtres soufflèrent dans leur trompettes et Josué ordonna aux hébreux de lancer l’assaut. Les murailles de Jericho s’effondrèrent alors

Bref, cette “belle et palpitante” légende nous a laissé cette expression qui signifie que dans certaines situations, l’emploi de moyens totalement détournés peuvent s’avérer efficace, à condition d’y croire comme ces prêtres étaient poussées par leur foi…

Pourquoi pas…!

Jehan Fouquet(~1420-~1480),

Prise de Jéricho par Josué,
Antiquités judaïques (1415-1420) BNF

 

DES TROMPETTES DE JERICHO DANS LE JARDIN DE PAPY

Nom botanique   CAMPSIS

C’est une très belle plante grimpante au feuillage caduc.

Magnifique floraison estivale en forme de trompette. Plusieurs variétés existent, personnellement ‘Mme Galen’ est la plus belle (orangé foncé).

Ses rameaux sont munis de crampons, elle se fixe seule à son support. Croissance rapide.
Elle est résistante au gel dans le sud de la France, plus au nord il faudra la placer dans un endroit abrité.

En bref : plante grimpante sans soucis, belle floraison….

Les trompettes de Jéricho

TOUT SAVOIR POUR NE PAS SE TROMPETTE :
Cet instrument associe le ciel et la terre dans une célébration commune dans laquelle les anges sont représentés sonnant de la trompette.
La trompette, instrument de musique, était utilisée pour régler les principaux moments du jour ou bien annoncer les grands événements historiques et cosmiques .

Les premières trompettes ont été inventées dans l’Antiquité. Elles apparurent en Egypte, il y a plus de trois mille ans. Deux trompettes ont d’ailleurs été retrouvées dans le tombeau de Toutankhamon.
En Grèce, la trompette était appelée salpinx et était considérée comme une discipline olympique. On y trouvait trois épreuves : le son le plus fort, avec le plus de décibels, le son portant de loin et le son le plus aigu.
A Rome, on utilisait le cormu ou buccina et le lituus ; les Celtes utilisaient le carnyx.



–  PAPY VIDÉO –
–  SOLO DE TROMPETTE –

 


PAPY SONG –
– RADIO TROMPINETTE – 60  TITRES

Restez svelte 160px
CHOU FLEUR   retour sur la rubrique du même tabac        
RETRO :
C’est du même tabac…..

2503

Share Button