Archives de catégorie : BLOG de CHOU BLANC

les billets de chou blanc …..le spirituel du lot

Côté pile le placebo… Côté face le nocebo….. EN PLEINE FACE..!

Meilleurs complements alimentaires

BLOC NOTE apothicaire

CHOULAGER
par  Chou blanc

Côté pile le placebo… Côté face le nocebo….. EN PLEINE FACE..! Explications…..

Certains malades à qui l’on administre le placebo, persuadés de prendre une molécule active, vont déclarer des effets secondaires.
L’effet «nocebo», qui entraîne des douleurs imaginaires, réduit aussi l’efficacité des traitements.
Nous vivons, au troisième millénaire, sur la conception pasteurienne d’une médecine du XIXe siècle, fondée sur l’idée que tout est dans la matière (cellules, virus, bactéries et micro-organismes) et qui, comme on le dit « n’a que faire de l’Esprit ».

Selon ce principe ou, pour mieux dire, ce préjugé, l’esprit n’existe pas et — n’existant pas — n’a bien évidemment pas la moindre influence sur le corps.

Pour cette médecine, le corps n’est qu’un conglomérat de cellules et la « maladie » n’est qu’un dérèglement provoqué que par le contact de micro-organismes (virus, bactéries, etc.) qui provoquent l’infection des cellules.

L’effet placebo dément de la façon la plus formelle et la plus spectaculaire le fondement pasteurien de cette médecine.

L’ EFFET PLACEBO OU LA PUISSANCE DE L’ESPRIT QUI GUÉRIT

Placebo est un verbe latin qui signifie : je plairai. Très vite, il a pris le sens de mensonge, de flagornerie et de flatterie.

Au début du XIXe siècle, les médecins ont commencé à l’employer pour désigner un remède que l’on prescrivait au patient non pas pour le guérir mais pour lui faire plaisir. Le mot est alors entré dans le vocabulaire médical. Et le placebo et ses stupéfiants effets nous plaisent en effet beaucoup.

Voici une personne atteinte d’une forte migraine. On lui dit qu’on va lui administrer un tout nouveau médicament, d’une prodigieuse efficacité contre la migraine et on le lui administre dans un verre d’eau.

Un quart d’heure après, la migraine a disparu.
Interrogée sur l’effet du produit, le malade dit qu’il est remarquablement efficace.

Eh oui, mais le produit qu’on lui a administré n’était que du sucre en poudre !
Tel est le fameux effet placebo !                  

L’EFFET NOCEBO … UN EFFET TROMPEUR DES MÉDICAMENTS

Le concept de placebo, on l’a vu existe depuis des siècles. Ce sont des substances inertes qui vont pourtant réduire les symptômes de nombreuses maladies.
Ces «faux médicaments» agissent en moyenne chez 35% des personnes qui les prennent. Mais cet effet positif possède son côté obscur, c’est l’effet nocebo.

Si on peut soigner avec rien, on peut aussi nuire. Ainsi dans les essais cliniques, certains malades à qui l’on administre le placebo, persuadés de prendre une molécule active, vont déclarer des effets secondaires.

Comme l’ont démontré plusieurs études, cet effet négatif attendu par les patients peut dans le cas de la prise d’un médicament classique altérer l’efficacité thérapeutique, des études ont  montré que l’action d’un antalgique diminuait chez les patients s’attendant à des effets indésirables.
Cette baisse d’efficacité était visualisée par l’IRM. Dans une autre étude, un antimigraineux étiqueté comme placebo perdait ses propriétés pour un certain nombre de personnes.

Les mécanismes de l’effet nocebo sont bien moins connus que celui de l’effet placebo,

Ils peuvent être à l’origine d’un arrêt prématuré des traitements et donc une moins bonne prise en charge des patients.

Ulrike Bingel, du département de neurologie de l’université d’Essen en Allemagne propose une série de stratégies à mettre en place pour l’éviter:
Elle nous éclaire en recommandant :

  • notamment d’améliorer les notices,
  • de commencer par des doses plus faibles
  • d’équilibrer la présentation des effets secondaires et des effets positifs attendus.
  • Elle insiste enfin sur le rôle primordial du médecin

Questionné par le Figaro le docteur Patrick Lemoine, psychiatre confirme.

«La conviction du médecin de l’intérêt d’un traitement va emporter celle du patient et l’on estime qu’elle compte pour un tiers du résultat thérapeutique»,

Pour l’auteur de l’article, tous les professionnels de santé (médecin, pharmacien, infirmière) doivent être conscients de leur responsabilité pour diminuer l’effet nocebo et ses conséquences.

Rendre supportable les effets indésirables

Le prendre en compte ne va pas pour autant faire disparaître les effets indésirables des médicaments:

  • la perte de cheveux ou les nausées liées aux chimiothérapies anticancéreuses,
  • la fièvre induite par l’interféron
  • le diabète provoqué par la prise au long cours de corticoïdes.

Tout ceci est une réalité …!

Questionné par le Figaro le Pr Jean-François Bergmann, professeur de thérapeutique à l’université de Paris Diderot en parle:

«L’effet nocebo se nourrit des effets indésirables. Mais l’information dédramatisante au patient, l’accompagnement, l’empathie, la confiance vont diminuer cet effet nuisible.
À l’inverse, l’inquiétude des soignants ou du malade et l’absence d’information augmentent les effets indésirables»,

En clair, en donnant positivement un médicament, on rend ses effets indésirables mieux supportés et même de transformer l’effet nocebo en avantage

Ce même  médecin affirme:
« C’est cas avec  le métronidazole (un antibiotique antiparasitaire,) donne un goût métallique dans la bouche pendant les 7 à 15 jours du traitement. Si le malade ne le sait pas, il va s’inquiéter, ne pas le supporter et arrêter son traitement. Si le prévient lorsque cela arrive, il se dit “on m’avait averti, ça prouve bien que le médicament agit sur moi” et il n’arrête pas son traitement…», .

EN CONCLUSION:
Pour qu’un traitement fasse son œuvre, il faut en maîtriser le côté obscur…..
ALORS FAITES VOUS ÉCLAIRER PAR VOTRE MÉDECIN TRAITANT OU VOTRE PHARMACIEN

SOURCES:
– Le Figaro.fr Anne Prigent – le 16/07/2014
– les Travaux de Ulrike Bingel, du département de neurologie de l’université d’Essen en Allemagne

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC


RETRO :
C’est du même tabac…..

106

Share Button

L’EFFET PLACEBO OU ….LES FAITS PLACEBO….EH OUI ..! LES FAITS SONT LA

Meilleurs complements alimentaires

apothicaire

Bloc note Choulager
par Chou blanc

L’EFFET PLACEBO

 Nous vivons, au troisième millénaire, sur la conception pasteurienne d’une médecine du XIXe siècle, fondée sur l’idée que tout est dans la matière (cellules, virus, bactéries et micro-organismes) et qui, comme on le  dit  « n’a que faire de l’Esprit ».

Selon ce principe ou, pour mieux dire, ce préjugé, l’esprit n’existe pas et — n’existant pas — n’a bien évidemment pas la moindre influence sur le corps.

 Pour cette médecine, le corps n’est qu’un conglomérat de cellules et la « maladie » n’est qu’un dérèglement provoqué que par le contact de micro-organismes (virus, bactéries, etc.) qui provoquent l’infection des cellules.

L’effet placebo dément de la façon la plus formelle et la plus spectaculaire le fondement pasteurien de cette médecine.

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT QUI GUÉRIT

Placebo est un verbe latin qui signifie : je plairai. Très vite, il a pris le sens de mensonge, de flagornerie et de flatterie.

Au début du XIXe siècle, les médecins ont commencé à l’employer pour désigner un remède que l’on prescrivait au patient non pas pour le guérir mais pour lui faire plaisir. Le mot est alors entré dans le vocabulaire médical. Et le placebo et ses stupéfiants effets nous plaisent en effet beaucoup.

Voici une personne atteinte d’une forte migraine. On lui dit qu’on va lui administrer un tout nouveau médicament, d’une prodigieuse efficacité contre la migraine et on le lui administre dans un verre d’eau.

Un quart d’heure après, la migraine a disparu.
Interrogée sur l’effet du produit, le malade dit qu’il est remarquablement efficace.

Eh oui, mais le produit qu’on lui a administré n’était que du sucre en poudre !
Tel est le fameux effet placebo !

Le placebo démontre que nous sommes capables de nous guérir en très peu de temps de nos maladies par le seul imaginaire, par notre seule imagination !
Le seul fait d’être psychologiquement convaincu qu’on a absorbé un médicament capable de nous guérir peut suffire à nous guérir, en l’absence totale de toute substance médicamenteuse active !

Telle est la puissance de la pensée sur le corps.

Et, si nous sommes capables de guérir nos maladies, c’est parce que nous sommes également capables de nous les incorporer.
Eh oui, il faut être logique : si l’esprit peut débarrasser le corps d’une maladie, d’une infection, ce n’est possible que si l’esprit est le programmateur même de la maladie ou de l’infection.

30 % A 80% D’EFFICACITÉ

Des études ont montré que le processus fonctionne dans 30% des cas. C’est-à-dire que 30% des malades d’une maladie donnée peuvent être guéris apparemment par l’eau sucrée — mais en vérité par leur propre inconscient qui déprogramme la maladie qu’il a programmée — quand les 70% restant ne le seront pas.

RIEN D’AUTRE QUE LA PSYCHOSOMATIQUE 
NE PEUT EXPLIQUER L’EFFET PLACEBO

C’est ce processus de régénération permanente qui fait cicatriser nos blessures, qui reconstitue les os brisés, répare nos petits accidents corporels

Il s’agit là d’un processus biologique naturel bien connu. Mais on aurait tort de croire que l’action psychologique — qui est l’action de l’effet placebo — n’y joue aucun rôle.
Ceux qui ont une excellente santé psychologique et, par voie de conséquence, une excellente santé physique, énergétique et biochimique, réparent leurs accidents ou leurs blessures plus vite que ceux dont la condition mentale et physique est moins bonne.

MOLIÈRE AVAIT RAISON :
IL N’Y A DE MALADIE QU’IMAGINAIRE

LE MALADE IMAGINAIRE PAR HONORÉ DAUMIER

Faute de comprendre que l’esprit peut aussi bien rendre malade que guérir, les chercheurs scientifiques ont presque tout tenté pour comprendre l’efficacité des placebos.

Dans les années 30, deux Américains, Evans et Hoyle, ont étudié pendant deux ans et demi l’action de 15 médicaments contre l’angine de poitrine et placebos prescrits pour la même maladie.

Ils ont constaté que le placebo était efficace et calmait la crise dans 40% des cas.
La conclusion ahurissante de leurs travaux fut donc que 4 seulement des 15 médicaments étaient plus efficaces que le placebo contre l’angine de poitrine !

En ce qui concerne les 11 médicaments restant, les placebos, donc l’eau sucrée ou distillée, étaient tout aussi efficaces !

CONCLUSION :
Le placebo, en déclenchant la croyance que l’on va guérir, c’est-à-dire l’imaginaire — une fonction purement abstraite du cerveau : l’esprit —, fait disparaître la crise. La conclusion qu’en revanche les chercheurs n’ont pas tirée, c’est que, en bonne dialectique, si l’esprit peut guérir une maladie ou réduire une crise, c’est, à l’évidence, parce que la maladie est déclenchée par l’imaginaire !

Si ce n’était pas le cas, l’esprit serait incapable de guérir quelque maladie que ce soit et il n’existerait donc pas d’effet placebo !
Or il existe ! Et, s’il existe, c’est que la maladie est d’abord imaginaire !
Molière avait raison !

LE PLACEBO NE FONCTIONNE QUE SI LE MÉDECIN Y CROIT AUSSI !

Dans les années 50, dans une petite ville des États-Unis, un médecin reçoit une patiente atteinte d’un asthme rebelle à tout traitement.

Il lui offre aussitôt de la traiter avec un tout nouveau produit qui n’est pas encore commercialisé mais qui fait merveille. Et, en effet, les crises de la patiente cessent aussitôt.

Le médecin envoie son rapport au laboratoire qui lui a demandé de tester le produit et il demande en même temps qu’on lui renvoie un placebo, c’est-à-dire une boîte identique contenant de l’eau sucrée. Sitôt dit, sitôt fait.

Il donne — bien sûr sans la prévenir — ce placebo à sa patiente.
Laquelle revient, huit jours plus tard, en disant que, cette fois, le produit a été totalement inefficace.
Le médecin envoie un nouveau rapport au laboratoire disant que le placebo a été inefficace.

Et alors le laboratoire l’informe qu’à la suite d’une erreur il ne lui a expédié que des placebos, dès le premier envoi !

En d’autres termes, la première boîte, qui ne contenait qu’un placebo alors que le médecin croyait que c’était un vrai médicament, a été efficace alors que la deuxième boîte — placebo —, dont le médecin croyait que c’était un placebo, n’a eu aucun effet !

CONCLUSION :
Le placebo est efficace si le médecin prescripteur croit que c’est un vrai médicament et il est inefficace si le médecin prescripteur croit que c’est un placebo ! En d’autres termes, la guérison par placebo ne dépend pas seulement de la croyance du patient dans l’effet curateur du produit, elle dépend également de la croyance du médecin !

On est donc fondé à en conclure que la guérison d’un malade peut aussi dépendre du fait que son médecin le croit guérissable ou non !
Dans ce dernier cas, le psychisme du médecin joue autant que celui du malade dans la guérison ou la non-guérison !

LA RELATION MÉDECIN-PATIENT

S’il est bien difficile d’évaluer scientifiquement la qualité d’une relation humaine, il n’en demeure pas moins vrai qu’un certain nombre d’essais cliniques, qu’il n’est pas possible ici de détailler, montre qu’une attitude bienveillante, explicative et rassurante du médecin génère une réponse placebo plus importante que s’il est froid, distant et peu sûr de lui .

LA PERSONNALITÉ DU PATIENT

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Il n’existe pas de traits de personnalité corrélés à la réponse placebo.
Et les personnalités prétendues hystériques ne répondent pas mieux au placebo qu’un patient présentant d’autres traits de personnalité.
Seule l’étude de Fisher a montré que la réponse placebo était corrélée au degré d’acquiescement du patient. Ce sont peut-être les  » bénis oui-oui » qui répondent le mieux au placebo!

AYONS LA PAROLE JUSTE

C’est dans le climat morbide et  mortifère de l’hôpital, avec un  vocabulaire inadapté , en lui déclarant  :
« Tumeur ! »
qu’on  convainc psychologiquement le malade qu’il est atteint d’une maladie incurable et que, par conséquent, il va en mourir….
C’est aussi  ça  qui tue le malade ! Et au moyen du même effet psychologique qui peut guérir !

Car tout est dans le cerveau !

Au niveau du néocortex, là où se fabrique la conscience et la pensée.

SOURCE : L’Imaginaire crée la « maladie », il peut aussi bien la guérir par Richard Sünder
Une maladie psychosomatique est une maladie que l’esprit crée dans le corps. L’idée qu’il y a des maladies psychosomatiques nous vient de Georg Groddeck (1866-1934)

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC     


RETRO :
C’est du même tabac…..

386

Share Button

POÉSIE ET MUSIQUE : Fait parler au clavier la langue de ton âme

Vos poèmes, vos poèmes préférés …
– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. O
u tout simplement comme aujourd’hui un beau texte à nous faire partager


Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

barre bleue

logo poésie small

« Et si vous êtes là, vous dont la main de flamme
Fait parler au clavier la langue de votre âme  »

 

Bièvre (extrait)

Et si le soir, après mille errantes pensées,
De sentiers en sentiers en marchant dispersées,
Du haut de la colline on descend vers ce toit
Qui vous a tout le jour, dans votre rêverie,
Fait regarder en bas, au fond de la prairie,
Comme une belle fleur qu’on voit ;

Et si vous êtes là, vous dont la main de flamme
Fait parler au clavier la langue de votre âme ;
Si c’est un des moments, doux et mystérieux,
Où la musique, esprit d’extase et de délire
Dont les ailes de feu font le bruit d’une lyre,
Réverbère en vos chants la splendeur de vos yeux ;

Si les petits enfants, qui vous cherchent sans cesse,
Mêlent leur joyeux rire au chant qui vous oppresse ;
Si votre noble père à leurs jeux turbulents
Sourit, en écoutant votre hymne commencée,
Lui, le sage et l’heureux, dont la jeune pensée
Se couronne de cheveux blancs ;

Alors, à cette voix qui remue et pénètre,
Sous ce ciel étoilé qui luit à la fenêtre,
On croit à la famille, au repos, au bonheur ;
Le coeur se fond en joie, en amour, en prière ;
On sent venir des pleurs au bord de sa paupière ;
On lève au ciel les mains en s’écriant : Seigneur !

Victor Hugo (1802-1885)

LE MEILLEUR DE CHOPIN

Douze Etudes Op. 25:
No. 1 « Aeolian Harp » (
00:00) Nocturne in B-flat minor Op. 9 No. 1 (02:27) Nocturne in F# major Op. 15
No. 2 (
07:44) Nocturne in B-flat minor Op. 9
No. 1 (
11:08) Nocturne in B major Op. 32
No. 1 (
16:33) Nocturne in C minor Op. 48
No. 1 (
20:30) Nocturne Op. posth.
No. 20 in C sharp Minor (
25:06) Nocturne in D-flat major Op. 27
No. 2 (
29:02) Nocturne in E-flat major Op. 9
No. 2 (
33:35) Nocturne in E minor Op. 72
No. 1 (
38:18) Nocturne in F# minor Op. 15
No. 2 (
41:43) Nocturne in F# minor Op. 48
No. 2 (
44:27) Nocturne in G minor Op. 15
No. 3 (
50:59) Prelude in E minor Op. 28
No. 4 (
55:33) Prelude in D-flat major Op. 28
No. 15 « Raindrop » (
57:39)
Prelude in A major Op. 28
No. 7 (
1:03:14) Polonaise in A-flat major, Op. 53
« Heroic Polonaise » (
1:04:11) Polonaise in C sharp minor Op. 26
No. 1 (
1:10:38) Prelude in E-flat minor Op. 28
No. 14 (
1:18:29) Prelude in A-flat major Op. 28
No. 17 (
1:19:03) Prelude in F minor Op. 28
No 18 (
1:22:02) Prelude in G major Op. 28
No. 3 (
1:22:50) Prelude in B minor Op. 28
No. 6 (
1:23:52) Prelude in F# minor Op. 28
No. 8 (
1:26:00) Scherzo
No. 2 Op. 31 (
1:27:50) Waltz in F minor Op. 70
No. 2 (
1:37:49) Waltz in A minor Op. 34
No. 2 (
1:40:47) Waltz in D-flat major Op. 64
No. 1 “Minute Waltz” (
1:46:15) Grande Valse Brillante Op. 18 (1:48:00) Waltz in A Flat major, Op. 69 No. 1 (1:50:05)

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button