Archives de catégorie : BLOG de CHOU BLANC

les billets de chou blanc …..le spirituel du lot

Merci mémé : Comment elle maltraite mon rhume…!

Print pagePDF pageEmail page

retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité  Le mal maltraité…. Merci Mémé 

 LE RHUME par Chou blanc

 A TES SOUHAITS …..!.. du Calva….. Ah bon pourquoi ?

Ma grand mère Marthe, magnétiseuse avant moi  ne traitait jamais son premier rhume à la légère. Voilà ce qu’elle conseillait:

Ne traitez jamais votre premier rhume à la légère, sinon, vous risquez de le traîner pendant tout l’hiver.

De toutes manières, il y a, avant tout, une chose à ne pas faire :   

Vous droguer à tort et à travers.
Sauf avis de votre médecin, n’absorbez pas d’antibiotiques : ils sont sans effet sur les virus.

atchoum ne connaissait pas ma grand mère Marthe Appliquez plutôt ces quelques moyens simples et naturels :

 – Réchauffez vos oreilles…
–  Frictionnez vos sourcils
–  Respirez du Calvados

 

Réchauffez vos oreilles…

Oui réchauffez vos oreilles. La recette peut vous paraître comique:
Pourtant elle est efficace et garantie.

Des travaux scientifiques récents ont prouvé que dans le pavillon – la partie externe – de l’Oreille, existait un fin réseau nerveux réglant la circulation du sang au niveau des muqueuses de votre nez et de vos sinus. Sous l’action de la chaleur,. ces nerfs sont stimulés, les vaisseaux sanguins se dilatent et il se produit un afflux de globules blancs qui pulvérisent microbes et virus.

Aussi, le soir avant de vous coucher, appliquez sur vos deux oreilles, une compresse de coton imbibée d’eau très chaude. Gardez-la une dizaine de minutes. Au bout de quelques instants, vous sentirez votre nez se dégager et vous pourrez respirer sans difficultés

Frictionnez vos sourcils


– Derrière vos sourcils s’étendent les deux sinus les plus importants du crâne. Communiquant largement avec le nez, ce sont eux qui à tout coup sont envahis par les virus et représentent le point de départ d’interminables sinusites.

Frottez donc vigoureusement trois ou quatre fois par jour durant cinq minutes vos sourcils.
Trempez vos doigts dans un peu d’alcool camphré ou d’eau additionnée d’une pincée de poudre de poivre noir et frictionnez toujours dans le même sens en allant de la racine du nez vers la pointe du sourcil que vous pincerez vigoureusement.
Vous devez éprouver une très nette sensation de brûlure.

 

Respirez du Calvados


– Un bon grog est un moyen agréable de couper le rhume.
Mais attention à votre foie. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de vous alcooliser pour vous soigner.
Le simple fait de respirer, de humer un alcool très parfumé suffit.
Dans l’alcool se trouvent certaines substances – les aldéhydes – qui tuent les microbes.

Le plus efficace à cet égard est le Calvados.

Lorsque vous vous sentez le nez pris, versez dans un grand verre ballon un peu de Calvados et respirez-en le bouquet jusqu’à ce que vous sentiez la muqueuse de votre nez vous picoter.

Reposez-vous quelques minutes.

Puis recommencez l’opération deux ou trois fois de suite et votre rhume s’envolera.

Ma grand mère Marthe ne précise pas ce que l’on doit faire du calvados
restant …….
Chou rouge devrait se dévouer pour vous..!

 

SI CHOU ROUGE EST PAS VOLONTAIRE
MOI JE M’INSCRIS POUR LE CAL..DOS VA..!
VOUI… VOUIII VOUUII..!

  chou blanc est effectivement magnétiseur voir son site   CHOU BLANC

 

Share Button

LE JAUNE DE VAN GOGH: « un soleil, une lumière que faute de mieux je ne peux appeler que jaune »

Print pagePDF pageEmail page

L’’ART
ET LA PALETTE AU CHOU

VISITE DANS LE JAUNE DE VAN GOGH

Van-Gogh est sans doute le peintre le plus emblématique de la couleur jaune, qui l’’a fasciné il donnera notamment au jaune ses lettres de noblesse : dans sa correspondance avec son frère Théo ou il citera la « haute note jaune« .

La petite note jaune de Van Gogh

Au début de son oeuvre picturale, Van Gogh cherche à capter les clairs-obscurs dans les paysages.La petite note jaune n’est encore que le rayon horizontal du soleil couchant.
Puis il éclaircit sa palette: la lumière vibre de toutes les couleurs.
Van Gogh écrit:
« Je sais avec certitude que j’ai le sens des couleurs, et qu’il se développera de plus en plus ».
Il suit la route du soleil et s’installe à Arles.
A la recherche de la «  haute note jaune » Vincent exprima tout son talent en Provence , dans les champs de tournesol, qu’il immortalisa également en peignant de nombreuses et flamboyantes natures mortes.
Depuis sa chambre à l’hôpital de St-Rémy-de-Provence il découvre, « un petit faucheur sous le grand soleil » irradiant de juin 1889, qui lui permet d’exprimer  « cette diable question de jaune«  .

Champs de blé avec un faucheur et soleil, fin juin 1889 Champs de blé derrière l'hôpital St-Paul avec un faucheur, St-Rémy, septembre 1889 Il fera la même année deux répliques de ce strict même motif, ne changeant sauf détails que les couleurs des mois de juillet puis de septembre.
La petite note jaune en profite pour grandir, elle devient soleil, elle est même dans le bleu du ciel, ce qui donne ce coloris vert étonnant.

Champs de blé, Auvers-sur-Oise, juillet 1890
Elle va s’étendre aux champs, à ces immenses champs de blé où le soleil embrase le ciel et la terre comme un incendie.
Elle est la boule de feu du soleil.
Là voilà qui s’attaque aux visages, aux maisons. Une maison couleur soleil!

Coucher de soleil dans les champs de blé, Arles, juin 1888

Van Gogh aime de plus en plus le jaune:
« un soleil, écrit-il à son frère Théo, une lumière que faute de mieux je ne peux appeler que jaune, jaune soufre pâle, citron pâle, or. C’est si beau le jaune! »
LES TOURNESOLSIl va cueillir dans les champs ces grandes fleurs que l’on nomme tournesols parce qu’elles se tournent vers la lumière. Il en fait des bouquets éclatants qu’il peint pour décorer la chambre de son ami Gauguin.
Il poursuit le jaune jusque dans la nuit. Ne raconte-t-on pas que Van Gogh peignait la nuit, des bougies allumées sur son chapeau?
On l’aurait appelé alors « l’illuminé »

Puis le soleil disparait, les nuages d’orage s’accumulent dans ses toiles comme dans sa vie. Ciel lourd, champs désertiques…
Dans sa dernière lettre à son frère, Van Gogh écrit:
 » Eh bien, nous ne pouvons faire parler que nos tableaux… »
Aucun autre tableau n’aura su faire parler le jaune comme les siens.

Source: café-veil.org

Une équipe de chercheurs internationaux a dévoilé le processus chimique à l’origine de la dégradation du jaune de chrome, un pigment très utilisé au XIXe siècle.

 

Les Tournesols de Van Gogh sont en train de faner. La peinture au jaune de chrome, un pigment éclatant très utilisé par le célèbre maître néerlandais, brunit avec le temps. Si le phénomène est connu depuis le milieu du XIXe, le processus chimique à l’origine de cette dégradation restait mal compris.
Une équipe rassemblant des chercheurs italiens, belges et néerlandais vient de lever une partie du mystère grâce au synchrotron européen basé à Grenoble, l’une des sources de rayons X les plus intenses au monde.
Les rayons ultraviolets seraient à l’origine du gain d’électrons des ions chromes contenus dans ce jaune particulier.
La mise en place d’un film ou d’une vitre protégeant des UV devrait en effet permettre de limiter le phénomène.
L’affaire est-elle close ? Pas encore.
Au cours de ces travaux, les chercheurs ont noté que la présence de baryum et de soufre semblait renforcer le phénomène pour une raison encore inexpliquée. Or la peinture blanche contient ces deux éléments et Van Gogh était coutumier de l’ajout de blanc dans ses jaunes pour les rendre plus lumineux.
A terme, les rayons UV qui viennent altérer la partie superficielle de ses tableaux (entre 1 et 3 microns) pourraient conduire à recouvrir d’un voile terne les éclatantes couleurs qui l’ont rendu fameux. Les chercheurs espèrent qu’une nouvelle série de travaux permettra d’analyser un peu plus avant les processus chimiques à l’œoeuvre.

Leur objectif ultime : mettre au point une méthode permettant de corriger ces altérations de teinte et redonner leur éclat de jeunesse à tous les tableaux de l’époque.


SOURCE: figaro.fr

CHOU BLANC
C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac
RETRO :
682

Share Button

LA TENDRESSE… Dans ce monde de brutes – N°10

Print pagePDF pageEmail page

logo-tendresse

LE BLOC NOTE
de
Papy et Mamy
tendresse

90 rue de la tendresse

Un enfant vous embrasse
Parce qu’on le rend heureux
Tous nos chagrins s’effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu…
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos cœurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l’amour
Règne l’amour
Jusqu’à la fin des jours
( La tendresse – Bourvil)
papy-mamy-la-tendresseBien décidés à tenir une rubrique dans la CHOUETTE….. PAPY tendresse et moi, voulions vous parler de la
tendresse… Nous avons vite compris que d’autres avant nous avaient su
vous en parler en chansons, mieux que nous ne saurions le faire….
Nous viendrons donc régulièrement, vous faire
réentendre ou découvrir des chansons qui parle d’elle et de vous …
avec beaucoup de … TENDRESSE ….

A BIENTÔT… REVENEZ NOUS VOIR ….
On vous fera une petite place entre nous deux….!!

La tendresse
On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y’en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas
.
On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l’histoire
Et s’en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n’en est pas question
Non, non, non, non
Il n’en est pas question
.
Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment
.
Le travail est nécessaire
Mais s’il faut rester
Des semaines sans rien faire
Eh bien… on s’y fait
Mais vivre sans tendresse
Le temps vous paraît long
Long, long, long, long
Le temps vous parait long
.
Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l’amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L’amour ne serait rien
Non, non, non, non
L’amour ne serait rien
.
Quand la vie impitoyable
Vous tombe dessus
On n’est plus qu’un pauvre diable
Broyé et déçu
Alors sans la tendresse
D’un cœur qui nous soutient
Non, non, non, non
On n’irait pas plus loin
.
Un enfant vous embrasse
Parce qu’on le rend heureux
Tous nos chagrins s’effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu…
.
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos cœurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l’amour
Règne l’amour
Jusqu’à la fin des jours

Douce France

Il revient à ma mémoire
Des souvenirs familiers
Je revois ma blouse noire
Lorsque j’étais écolier
Sur le chemin de l’école

Je chantais à pleine voix
Des romances sans paroles
Vieilles chansons d’autrefois

(refrain)
Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon coeur!
Mon village au clocher aux maisons sages
Où les enfants de mon âge
Ont partagé mon bonheur
Oui, je t’aime
Et je te donn’ ce poème
Oui, je t’aime
Dans la joie ou la douleur.
Douce France
Cher pays de mon enfance

Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon coeur.

J’ai connu des paysages
Et des soleils merveilleux
Au cours de lointains voyages
Tout là-bas sous d’autres cieux
Mais combien je leur préfère
Mon ciel bleu mon horizon
Ma grande route et ma rivière
Ma prairie et ma maison.
CHARLES TRENET


papy-mamy-la-tendresseMAMY ET MOI VOUS PRÉSENTONS TOUS NOS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE
ANNÉE  2018
Bien sûr nous l’espérons pour vous et votre famille pleine de tendresse….

Share Button