Archives de l’auteur : potache

L’épileptique…. ce « malade de Saint Jean » et son chien

  BLOC Nretrouver régulièrement la rubrique le mal maltraitéOTE CHOULAGER

par Chou blanc

Ma grand mère Marthe, magnétiseuse traitait avant moi l’épilepsie… Aussi quand vint le jour de l’affronter à mon tour…
Ce ne fut pas facile….!
C’était il y a bien des lunes (2005), quand cette maman me proposa de traiter sa petite fille
épileptique.
J’ai préparé durant plusieurs nuits un volumineux dossier documentaire pour connaitre celle que j’allais affronter …. J’étais prêt quand une voix me demanda de me préoccuper de l’accord du père qui, on me l’apprit, était divorcé et s’opposa au traitement de sa petite fille …
Aujourd’hui que vient de me parvenir un témoignage émouvant sur les améliorations que notre magnétisme apporte à une autre épileptique …
Je ne peux m’empêcher de penser à toi qui a du grandir avec ce désordre dans la tête…
Si le Bon Dieu m’entend qu’il sache que je suis prêt à poser, les mains qu’il m’a prêté, sur la tête de ce qui doit être aujourd’hui un belle jeune fille…
Hélas pas tout à fait comme les autres….  Je t’attends….

L’épileptique ce « malade de Saint Jean » et son chien

Quel est le point commun entre Alexandre le Grand, Jules César, Dostoïevski, Flaubert et Mahomet?
Ils étaient épileptiques…..!!!
Tout cela pour dire que l’épilepsie, classée en 2010 par l’Organisation mondiale de la santé comme la maladie neurologique invalidante la plus répandue en Europe, n’a rien d’un handicap mental. C’est pourtant ce que pensent la plupart des gens, à cause des mouvements désordonnés et des attitudes involontairement comiques que déclenche cette pathologie, la plus stigmatisée qui soit.

Au Moyen Age, les « malades de saint Jean», comme on disait à l’époque, étaient considérés comme possédés par le diable, à cause de ces fameuses convulsions, et il en est resté quelque chose.
Les nazis les ont dépistés, fichés, et ont été jusqu’à les éliminer
Aujourd’hui, les épileptiques ont le droit de vivre, mais pas toujours les moyens.
Ils sont un demi- million en France, dont cent mille enfants. On dénombre « 33 000 décès annuels affectant en priorité les jeunes., malgré cela cette maladie ne bénéficie d’aucune prise en charge spécifique de la part des pouvoirs publics français.

Chez les trois évangélistes cet épisode de l’enfant épileptique suit la transfiguration. Entouré de Pierre, Jacques et Jean, témoins de sa transfiguration, Jésus voit un attroupement: les neuf disciples dialoguent avec les scribes au milieu d’une grande foule. Surprise de le voir, celle-ci accourut à lui. Elle cherchait une solution au grand problème qui venait de surgir. Ses disciples n’avaient pas su guérir l’enfant.

Pire encore, elle est la seule aujourd’hui à subir une ségrégation systématique sur le marché de l’emploi. Question de sécurité des citoyens,
D’une manière générale, les métiers de la fonction publique lui sont interdits, sauf dérogation liée à un certificat médical de rémission totale.
Il arrive que les malades suscitent en outre, au sein même du corps médical, une gêne car malgré toute leur science, les spécialistes ne sont pas en mesure de prévoir, d’anticiper la survenue d’une crise.

Seuls des chiens en sont capables…!

Malgré l’impression générale que laissent ses manifestations,l’épilepsie n’est pas une pathologie du désordre.

Elle est liée, au contraire, à un excès d’ordre dans le cerveau. C’est lorsque trop de cellules nerveuses se synchronisent et commencent à fonctionner sur le même mode que se déclenche une crise.

C’est par la télépathie, que le chien peut percevoir par anticipation cette mise en phase intempestive des neurones, laquelle génère une onde électrique interrompant les fonctions du cerveau dans les zones où elle se propage?

 lire l'article : la-transfiguration-du-christ-et-lenfant-epileptique

Pour ceux qui ignoraient ces facultés canines
(ou qui en doutent), il existe sur Internet des vidéos remarquables et poignantes

D’après les vétérinaires comporternentalistes, un chien sur dix ressent, de manière innée, l’imminence d’une attaque d’épilepsie chez son maître et prend aussitôt les mesures adéquates pour donner l’alerte et l’empêcher de se blesser en tombant. Son « instinct» – c’est le mot le plus consensuel – le prévient entre quinze et quarante-cinq minutes avant le déclenchement de la crise.

Le meilleur centre d’élevage de ces chiens détecteurs de crises, aux Etats-Unis, est aujourd’hui. .. une prison pour femmes.

Tout a commencé en 1987. Vicky Doroshenko, suite à une commotion cérébrale lors d’un accident de voiture, est devenue gravement épileptique. Plus de trente crises par jour, des chutes, convulsions et pertes de conscience incessantes.

Elle a dû interrompre ses études, elle ne quitte plus son fauteuil,et il lui faut une assistance médicale constante. On finit par lui conseiller de prendre un chien, pour soulager le personnel soignant.
Un chien dressé à lui ouvrir les portes, à tirer son fauteuil roulant, décrocher son téléphone et ramasser les objets qu’elle laisse tomber.

C’est ainsi qu’un après-midi de 1987, elle se rend au centre pénitentiaire de Perdy, dans l’Etat de Washington, où les prisonnières, encadrées par un dresseur professionnel, forment à ces travaux d’assistance des chiens rescapés de la fourrière.

Vicky vient donc chercher son chien d’assistance, mais ce qui va se passer n’est pas du tout ce qui était prévu.

Une crise très violente la projette par terre en présence de Sue Miller, la détenue formatrice.
Le chien qu’on lui avait réservé contemple la scène, indifférent, et s’éloigne. Harley, un labrador destiné à une malvoyante, se précipite alors spontanément au chevet de Vicky, désobéissant aux ordres de sa dresseuse.
Il s’étend contre la jeune femme secouée de convulsions sur le sol, la lèche paisiblement, la calme par son souffle et sa présence confiante.
Et la crise s’arrête. « Ce chien faisait exactement ce qu’on espérait pouvoir lui apprendre un jour, commente la dresseuse incarcérée. Il le savait d’instinct. »

Vicky pense avoir trouvé le compagnon qui mettra un peu d’humanité dans sa vie de souffrance solitaire. Et, de fait, grâce à Harley, son quotidien s’illumine. Constamment aux aguets, il prévient ses moindres besoins, ses moindres désirs.
Il l’emmène se promener, elle qui ne sortait plus. Elle retrouve le moral, peu à peu. L’envie d’exister quand même.
Les médecins constatent que, dans ce nouveau contexte, la fréquence de ses crises diminue de façon spectaculaire. Eux qui, à un tel degré d’épuisement physique et moral, ne lui donnaient que cinq ou six mois d’espérance de vie, l’autorisent à reprendre ses cours à l’université.
Mise en confiance par la présence vigilante du chien, elle troque son fauteuil roulant contre un déambulateur.

A compter de ce jour, le labrador détectera à l’avance chacune de ses crises

Et puis un jour, en quittant le campus, Harley s’arrête net. Il refuse d’avancer. Il fait face à Vicky, lui barre la route, aboie en la fixant, veut la forcer à retourner dans une salle de cours. Elle se sent très bien, pourtant. Elle ne comprend pas le comportement hystérique du labrador. Néanmoins, elle finit par lui obéir, pour qu’il arrête de troubler le silence de la rue déserte.

Dès leur entrée dans la salle de cours, le chien se calme et va saluer l’agent de nettoyage. C’est là que, deux minutes plus tard, de très violentes convulsions projettent Vicky en avant. Mais Harley, qui ne la quittait pas des yeux, amortit sa chute et l’agent lui porte secours.

A compter de ce jour, le labrador détectera à l’avance chacune de ses crises.
Même signal d’alarme, même mode opératoire.

« Quand j’ai compris qu’il pouvait les sentir arriver, j’ai été sauvée, déclare Vicky.
Ça a complètement changé ma vie. Notre complicité, notre confiance, notre amour et notre interdépendance n’ont fait que grandir. C’est comme si on ne faisait plus qu’un. »

Depuis, Vicky a repris une vie sociale normale. Elle confie la gestion de sa pathologie. à son labrador et, délivrée de l’angoisse permanente de subir une crise, elle en a de moins en moins.

LE CHOURISTESachant que les cinq cent mille personnes souffrant d’épilepsie (dont 30 % de formes pharmaco-résistantes) coûtent trois milliards et demi chaque année à la Sécurité sociale, et que l’amélioration de l’état général des .épileptiques bénéficiant de chiens détecteurs de crise, largement prouvée, fait économiser des millions aux pays anglo-saxons qui les recrutent et les forment, la Fondation française pour la recherche sur l’épilepsie met tout en œuvre, désormais, pour que cette « anomalie» devienne enfin une vraie direction de recherche et d’espoir.

Objectif: le recensement, l’éducation, l’apprentissage de ces assistants canins.
Et, sur le modèle des chiens-guides d’aveugles, la création d’un diplôme national qui officialise leurs capacités.

Pour les millions d’épileptiques de tous pays qui ont découvert sur Internet l’histoire de Vicky, l’espoir est né dans une prison où pour lutter contre l’enfer carcéral, mieux vaut donner aux détenus des compétences d’ange gardien plutôt que les diaboliser.

Ces prisonnières qui se sentent « presque libres, aimées et utiles», grâce aux animaux qu’elles dressent?

Comment expliquer, en un même lieu, un tel taux de sensibilité, de facultés cognitives et d’action spontanée, chez ces chiens sortis tout droit de la fourrière?
Est-ce l’ambiance particulière du centre carcéral où s’effectue leur formation qui décuple un pouvoir inné?
Leur empathie est-elle renforcée par la nature des émotions échangées avec ces prisonnières qui se sentent « presque libres, aimées et utiles», grâce aux animaux qu’elles dressent?
Dès lors que leurs élèves se révèlent aptes à pressentir une crise d’épilepsie, elles les entraînent à effectuer des tâches d’assistance médicale, en cas d’urgence.
Pour ce faire, elles ont bénéficié d’une formation professionnelle accrue, qui les aidera plus tard à se réinsérer.

SOURCE :
Didier van Cauwelaert  » le nouveau dictionnaire de l’impossible  » chez plon

 Chou Blanc est effectivement magnétiseur -voir son siteCHOU BLANC

Share Button

Passer un savon

les potes doivent être éclairés CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques (la maladie est grave… !) on m’a demandé de cultiver les potes âgés ……..
Me parlant tous de leur greluche qui leur passe un savon, nous avons voulu en savoir plus sur cette expression très féminine qui n’est après tout « qu’une réprimande »…
( sauf si vous prenez le savon noir en plein tronche idem si c’est le pain de savon de Marseille)

Musique d’ambiance

PASSER UN SAVON

 SIGNIFICATION DE CETTE EXPRESSION :

Réprimander quelqu’un – sermonner – critiquer -attraper – donner une avoine – donner un galop ( là c’est que c’est vraiment un âne) – donner une danse – houspiller ( chacun se reconnaitra)

UNE ORIGINE TRÈS ANCIENNE

 

L’origine remonterait à l’antiquité païenne.
Afin de se purifier pour avoir commis des fautes, les anciens devaient se laver la tête en s’immergeant dans l’eau.
Avec l’évolution dans le temps,  »passer un savon » est devenu l’expression imagée de laver la faute d’autrui en le réprimandant.

Dans de nombreuses religions la purification passe par l’immersion, il en est ainsi avec le baptême catholique, où on purifie l’individu en lui versant de l’eau sur la tête.

UNE ORIGINE PLUS CONTEMPORAINE

Autrefois, lorsque les femmes se retrouvaient autour du lavoir communal, lieu d’échanges d’informations, de potins et de médisances diverses, elles y faisaient la lessive à l’aide de savon, certes, mais elles s’aidaient aussi souvent d’un battoir, large palette de bois destinée à battre le linge pour en extraire les impuretés.

C’est d’une telle image qu’au XVIIe siècle est venue l’expression « laver la tête (à quelqu’un) » avec d’abord le sens de battre, donner des coups puis simplement de réprimander, action qui précède d’éventuels coups.

Puis dans le prolongement de l’idée, au début du XVIIIe siècle, le mot ‘savon’ a désigné une réprimande, souvent sévère, et a été accompagné non seulement du verbe ‘passer’, mais aussi de ‘donner ou ‘prendre’, selon la situation.

VARIANTES ET AUTRES EXPRESSIONS :

« Se faire remonter les bretelles » survit dans le langage courant, même si les bretelles ne sont plus à la mode…
Aujourd’hui, les expressions les plus courantes sont plutôt dérivées de « se prendre une soufflante » et traduisent, par des termes météorologiques, le fait d’affronter la colère de l’autre comme un élément naturel particulièrement violent : « se prendre un vent » ou « se prendre un brin » (sans oublier le plus médical : « se faire souffler dans les bronches« ).

Mais moi, j’’adore une expression plus musicale, car c’’est celle utilisée par ma greluche à savoir:
« SE FAIRE CHANTER RAMONA » « Y a des jours, où il faut même que je baisse le son…… surtout quand elle me dit que je fais l’’âne pour manger du son »

 ramona -instrumental - André RieuMusique d’ambiance

Expression :
« Il va se faire chanter Ramona ! »

 

Ce qu’elle veut dire : Il s’est fait disputer sévèrement

Origine : « Chanter Ramona », expression apparue dans les années 1930 et inspirée de la chanson de Tino gRossi, « Ramona », a d’abord signifié « faire la cour », puis « faire l’amour » à une femme (sans doute par rapprochement avec le verbe argotique « ramoner », l’une des nombreuses métaphores de l’acte sexuel).
C’est par antiphrase que « chanter Ramona », puis « se faire chanter Ramona », est devenu synonyme de se faire « engueuler ».

LES CONSEILS DU PRO
Savons pas …..Mais savons faire

Anti Taupe

– utiliser du produit à vaisselle pour faire fuir les taupes !
Certains placent des poils de chien dans les galeries ..(même aux galeries Lafayette.).
Mais faut avoir un chien…. qui fait souvent plus de dégâts que les taupes.

Dites le avec des fleurs de saponaire ( excellent pour savonner la planche en cas de rupture)

Si vous n’avez pas de savon prenez des fleurs…je crois à moins que ce ne soit les feuilles… de saponaire. Ça mousse et ça fait les mains toutes douces.
On s’en servait autrefois, en décoction pour délustrer les pantalons noirs. Brillants aux fesses. Quand le mari était notaire, fonctionnaire ou rond de cuir.
Ça marche aussi pour les cheveux. ( enfin quand il en reste)

Un petit truc de marin :

Quand tu veux te baigner au grand large, là qu’il y a plein de requins tapis sous tes pieds, à cent mètres car ils n’aiment pas la lumière qui les aveugle,
– ne fais pas de battements qui pourraient leur faire penser que tu te débats pour ne pas te noyer, auquel cas ils remonteraient en flèche et t’attaqueraient « en aveugle ».
– sécurise ta zone de baignade, en commençant par en savonner l’aire avec un petit verre de liquide vaisselle : ces bestioles en détestent l’odeur (ou le goût, voire les deux), et elles te foutront la paix. En plus, tu ressortiras bien propret de ton bain.

Le Savon noir contre les pucerons

Un anti puceron naturel très efficace et écolo. A utiliser dilué dans de l’eau ( 5 à 10%) puis à pulvériser sur vos plantes pour lutter contre les pucerons,cochenilles, araignées rouges… Cette solution nettoie également les traces de miellat sur les feuilles des plantes.

Pour nettoyer la fumagine : mettre 5 cuillerées de savon et 5 cuillerées d’alcool à bruler pour un litre d’eau.

Pour se débarrasser des cochenilles : dans 1 litre d’eau chaude dissoudre 1 cuillère à soupe de savon noir, ajouter 1 cuillère à soupe d’alcool à brûler et vaporiser 2 fois à 30 minutes d’intervalle. Recommencer 1 fois le lendemain puis la semaine suivante si nécessaire

ANTI CRAMPES
Placez un pain de savon de Marseille dans votre lit pas besoin de le toucher
L’essayer c’est l’adopter …….
foi de chou blanc qui me l’a conseillé

LA DERNIÈRE DE TROUSSE CHEMISE assisté des savants de Marseille


Cette fois c’est sûr, cette expression vient de la marine, car quand on passe un savon, ça « mousse » !

Alors si j’ai bien compris vous ne songez qu’à polluer la mer et le sol avec vos liquides-vaisselle ! J’va-l’dire à Nicolas La Hulotte ou à Noël Tonpère !
Savon qui passe ne mousse pas masse.
Et bière qui roule n’amasse pas mousse

Devinette: Connaissez vous la différence entre un gendarme et un savon
Lavons pas trouvé …..Savons pas…??? Solution au savon noir Il n'y en a aucune.... Ils font tous les deux la police

Une toute petite dernière
savonnette ou sav’honnête ?
retour sur la rubrique du même tabac

pote HPOTE H ( Potache)

RETRO :
C
‘est du même tabac….

Share Button

POTAMOT du POTE H

POTE h contributeurAvis aux armateurs: Le POTE H est un pote contributeur, ami de mafeuilledechou.fr. Il est Habilité à se déchouler, surtout si c’est lui qui a vidé son encre sympathique dans son loco...logo….il sait se mettre en 4 pour se faire aimerDans le fond (de l’encrier) ça lui donne un côté potache qui potasse, on aime…..Il a du potentiel et sait se mettre en quatre.


les potes doivent être éclairésChronique CHOU CROUTE  par le Pote H

Dans mes chroniques (la maladie est grave… !) on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur donner du vocabulaire de ma grand-mère impotente.

Vu leur sénilité précoce ( non y a que ça qui est précoce ) nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser,  et de bien comprendre le sens des mots et ses dériveurs….. aujourd’hui

POTE – POTER – TRIPOT-  TRIPOTER –  TIRLIPOTER


POTE et ses dérives:

Moa qui pourrait être votre pote, je suis un pedzouille de pote âgé parmi les empotés qui n’’arrivent pas à faire correctement ce que leur despote de greluche, qui leur sert d’’épouvantail, leur demande de faire.
Pour ceux qui débarquent de la rose « Aubry » ou qui sont tombés d’’un chou, hier au soir,…… ma greluche à moi, c’’est « selle » qui me sert le potage, le pot au feu et quand je suis sage une potée.. au chou ou plus si affinités avec son potiron !

Dès que le printemps se pointe, il faut sans différer, et sans avoir  le temps de digérer….. Que j’’empote, rempote et  rempote encore  tant et si bien que je n’’arrête pas de rempoter et mal selon elle, qui me surnomme « jardiglande »… !.

Si je ne peux la satisfaire pour cause d’’amygdales anémiées, j’’intrigue pour la tripoter…….Surtout au printemps; où je me ressens quand même d’’un léger faible pour son potiron…, encore qu’’avec l’’âge celui de ma bergère, il est plus que rond…… enfin dans le noir tout le monde est sexy.

Elle affirme qu’’elle n’’a pas le temps et que :  « Sans son épanchement de Sidonie à son genou, elle aurait dépoté plus vite que moi. »

Sur ces « maux », qui n’’ont rien de commun, et comme chaque année… elle va papoter chez sa poterie (WIKI ferme la… j’’ai vérifié – : C’’est le féminin de pote, car potiche, ça fait vase peu communiquant sur le blog)

 la fermer la fermer ouais si je veux...!wikipédiatre :  « zut »

 Enfin…. elle va donc chez sa voisine, avec qui elle est pote pour papoter Benoitement. Je reste avec mes pots, car je viens une fois de plus de me faire baiser et pas de la manière que je souhaitais.
Voilà pourquoi, j’’aimerai être Harry poter –
si vous en avez marre, il faut le dire, je peux vous servir  des Harry covert mais il ne serait pas très fin pour jouer au magicien – qui avec ses talents me permettrait de créer des potomètres, un dans chaque pot, pour que la potomanie de la fleur de ma gisquette, clapote comme un potamot, sans composter de trop.(1)

 SUIS-JE CLAIR.. ! Je sais, c’’est une popote de potache attardé….


Pardon… ?. Je suis un peu dur de la feuille (La foule : « de chou ») …
– Qu’’est ce que vous dites…… ?

Vous voulez appuyer sur les boutons « pause » et « aide »… !
Pour pause, jardiglande il est toujours d’’accord.


« WIKI mon pote de chef….. Je te les laisse, il doit y en avoir dans le lot  plusieurs à rempoter avec pralinage de Racine (Eh j’ai des lettres … !) Moi je reviens une autre fois  parce que  là on ne dépote pas …. !
On vient avec peine de faire POTE et il nous reste POTER – TRIPOT – TRIPOTER – TIRLIPOTER …….
A demain comme disait le manchot
( toute ressemblance avec un personnage en redingote, tenant un tuteur à la main, ne serait que le fruit de l’’esprit d’’un hagard jardinier névrosé ( Wikipédiatre: hagard : mot d’origine  germanique « faucon sauvage » – il doit y en avoir des vrais) 

Wikipédiatre modérateur amicalement epelé pote à mots WIKIPEDIATRE :  (1)
Reprenons les enfants
  « HARRY POTER avec ses talents me permettrait de créer des potomètres, un dans chaque pot, pour que la potomanie de la fleur de ma gisquette clapote comme un potamot, sans composter de trop.
Des potomètres : du grec  « potos »  Boisson – appareils servant à mesurer la quantité qu’absorbe une plante.
La potomanie : habitude de boire souvent de grandes quantités de liquide.
Un potamot : plante vivace aquatique qui vit en partie immergée avec des feuilles flottantes il est aussi  appelé «  l’épi d’eau ».

– « Hé bien voilà c’’est facile… Merci qui
–        bestiole des potagers resistant et inépuisable« Merci mon pote à mots»

Excuse wiki , avant de partir j’allais oublier de leur dire….Qu’est ce qu’un POTE…?
POTE: Ami, copain fidèle Un ami c’est un autre moi ( Pythagore) …surtout s’il picole autant que moi car le verbe POTER existe……c’est prendre un pot avec un ami ….
Voici un avant gout de sa conjugaison que vous trouverez dans ma prochaine chronique….. Je pote – tu potes – il pote….. à tous les trois …..ils tripot
ent ...!

pote H Habilité à délirer avec les potes âgés  POTE H  ( n’oubliez pas la suite au prochain délirium pas très mince… nous poterons ensemble)

Share Button