Archives de l’auteur : chou blanc

SAINTS GUÉRISSEURS: ST BENOIT – Fièvres – Maladies des reins

Saint BENOIT
Patriarche des Moines d’Occident (VI siècle)
Fête le 11 juillet

 en savoir plus avec wikipédia * cliquez Invoqué contre le poison, Les maléfices, l’érysipèle, les piqures d’orties, les inflammations, la fièvre,  la gravelle et la pierre.

 Intercède pour que les agonisants trouvent la paix de l’âme

Saint patron : Des fermiers et ouvriers agricoles – ingénieurs – chaudronniers – spéléologues – Des domestiques qui ont cassé les affaires de leur maitre (il aurait  enfant réparé, en priant, un vase cassé par sa nourrice)

Il est le fondateur de l’ordre des bénédictins et a largement contribué à codifier les règles de vie  dans les monastères ( dites règles de Saint Benoit)

 

Après avoir commencé ses études à Rome, Benoit se retira à Bublac, dans un enfoncement de rocher, où un moine, nommé Romain, le nourrit pendant trois ans en lui faisant descendre, dans une corbeille. le morceau de pain qui était son seul aliment.

Des disciples vinrent se ranger autour de lui. Il bâtit, alors, douze monastères, puis se retira au Mont-Cassin qui devint une pépinière de Saints et où il mena, lui-même, la vie la plus édifiante.

Les miracles obtenus en le priant sont innombrables:


On attribue à la médaille qui porte son nom, soit qu’on la place sur soi, soit qu’on la  tienne entre ses mains, soit qu’on l’applique sur la partie malade, soit qu’on boive de l’eau dans laquelle elle a été trempée pendant quelques instants, des effets merveilleux contre les embûches des démons par la préservation dans les dangers et par les secours appliqués aux animaux domestiques eux-mêmes.

Selon toute vraisemblance elle tire son origine d’un dessin figurant dans un exemplaire de l’abbaye de Metten (manuscrit de 1415).

On ne la voit apparaître, cependant, que vers le milieu du XVII » siècle, après un procès intenté en Bavière à des sorcières qui déclarèrent n’avoir jamais eu de pouvoir sur le couvent de Metten qui devait être protégé par la médaille de saint Benoît.

En savoir plus sur la significations de ces inscriptions protectrices
ou se la procurer boutique 1 
boutique 2 (entre autres sites)

barre bleue

           Bénédiction des médailles de saint Benoît    il existe un modèle où la médaille est intégrée dans une croix

                                                PRIONS

(signe de croix) Dieu tout-puissant et éternel, nous supplions votre clémence pour que vous bénissiez (signe de croix)  ce que nous allons bénir et que vous étendiez la droite de votre puissance .sur ce que nous allons faire et qu’à nos humbles prières, par les mérites du très saint patriarche Benoît, les démons s’enfuient et que l’ange de la paix nous arrive. Par Jésus Christ notre Seigneur.
Ainsi soit-il.

    Précédente rubrique :  sainte Eugénie
La ligne éditoriale de cette série est accessible 
  BON COURAGE...!
barre bleue

Chou Blanc est effectivement magnétiseurCHOU BLANC                 retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

3487

Share Button

Saints guérisseurs : Saint Jean Baptiste

UNE SERIES POUR TOUT CONNAITRE SUR NOS SAINTS GUERISSEURS -un par mois

     SAINT   JEAN BAPTISTE     

 1er siècle – fête le 24 juin

« Moi, je vous ai baptisés d’eau; lui, il vous baptisera du Saint Esprit. »

«  Jean est son nom »

SAINT PATRON: Des tisseurs de draps, des aubergistes, des restaurateurs, des charpentiers, des tailleurs , des tripiers, des teinturiers,des ramoneurs

Avec la Vierge Marie qui a plusieurs fêtes au calendrier, il est le seul saint dont nous fêtons la naissance ( 24 juin ) et le martyre ( 29 aout ) à deux dates séparées, alors que tous les autres sont fêtés au jour de leur mort, ».

Exemplaire dans son courage face à Hérode, il est invoqué contre :
La peur

Mais également contre :
Les vertiges, l’épilepsie, les spasmes,
les convulsions, la danse de Saint Guy
Pour les femmes enceintes,
les agneaux, les bestiaux, les animaux domestiques

,L’église fête sa nativité, aussi bien en Orient qu’en Occident le 24 juin, au moment du solstice d’été. Parmi les nombreux rites qui sont associés à cette fête certains semblent venir directement des anciennes grandes fêtes celtes du solstice d’été, lorsque cette nuit était réputée surnaturelle, et les feux cérémoniels.
La pratique des feux de la Saint-Jean reste très vivace dans de nombreuses villes et villages du monde occidental.

 La tradition veut que l’on asperge le feu d’eau bénite et il est chanté ou récité l’ hymne de saint jean « Afin que vos serviteurs puissent chanter les faits merveilleux de votre existence avec une voix pleine et sonore, dégagez leur bouche coupables des liens qui l’enchaînent »…

 Pendant la durée de l’hymne les assistants se tiennent par la main, et tournent autour du feu …..ils s’arrêtent à la fin de l’hymne pour dire ensuite :

 « – Autrefois il y avait un homme qui avait mission de DIEU

   –  et son nom est JEAN »

Cet hymne fut composée au XI ème siècle par Paul DIACRE qui priait Saint Jean de le guérir d’un grand enrouement qu’il avait contracté….sa prière fut pleinement exaucée

 

 LA NAISSANCE DE JEAN ….LE COUSIN DE JÉSUS
« son nom est Jean. » Nom qui signifie, Dieu fait grâce.

 

 L’ange Gabriel dit à Marie au jour de l’annonciation : » Voici qu’Elisabeth, ta parente, en est à son sixième mois. »

 Lorsque MARIE enceinte rendra visite à Elisabeth la mère de jean le bébé reconnu le Christ et tressailli d’allégresse en sa présence. Trois mois après cette annonciation, l’église fête donc la naissance de Jean-Baptiste, le précurseur du Messie.

L’enfance de Jean
« Toi, petit enfant, on t’appellera prophète du Très-Haut; tu marcheras devant le Seigneur pour préparer ses chemins ». Prophétise son père Zacharie, lui qui resta 9 mois muet, en raison de son incroyance à croire la parole de l’ange lui annonçant sa conception.

Pietro Perugino: Battesimo di Cristo.

 PRÉDICATION DE JEAN

 « Jean mena une vie d’ascèse « caché dans le désert », se nourrissant frugalement de « sauterelles et de miel sauvage » et pratiquant le jeûne.
En l’an 27, il s’installe sur les bords du Jourdain, où il commence à pratiquer le « baptême de repentir pour la rémission des péchés » par immersion dans l’eau.
Il réunit autour de lui de nombreux disciples, leur annonçant la venue du Messie :
« Moi, je vous baptise avec de l’eau, pour vous amener à la repentance, mais vient celui plus fort que moi, et je ne suis pas digne de porter ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu »
Selon Mathieu , Jésus vint voir Jean pour être lui aussi baptisé..
quand Saint Jean vit le Sauveur parmi la foule, il le reconnut par une inspiration du ciel, et s’écria : « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui efface les péchés du monde ». Jean qui ne se sentait pas digne de lui accepta de baptiser Jésus et au sortir de l’eau tous virent l’Esprit Saint « descendre comme une colombe et venir sur lui », et une voix venue des cieux dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection ».
Jean Baptiste demanda alors à ses meilleurs disciples de suivre Jésus. en leur annonçant qu’il s’effaçait pour lui laisser la place.
« Voilà ma joie, elle est maintenant parfaite. Il faut qu’il grandisse et que je diminue. »

LA DÉCAPITATION DE JEAN (Tableau du Caravage)

La Décollation de saint Jean-Baptiste, Le Caravage, c. 1608, co-cathédrale Saint-Jean de La Valette.

Quelque temps après, la colère d’Hérode Antipas, tétrarque de Galilée et de Péré, s’abattit sur Jean Baptiste, lequel lui reprochait son mariage avec la femme (Hérodiade) de son demi-frère Hérode Philippe.
Hérode, excédé, fait arrêter Jean et « le fait lier en prison ».
La femme Hérodiade voulait faire tuer Jean mais Hérode Antipas le protégeait, car il le « connaissait pour un homme juste et saint » et « l’écoutait avec plaisir ».

Cependant lors de la fête donnée pour son anniversaire, Salomé, la fille d’Hérodiade, dansa tant que le gouverneur et tous ses convives furent subjugués, et il lui dit : « Demande-moi ce que tu voudras… ce que tu me demanderas, je te le donnerai, fût-ce la moitié de mon royaume ». Salomé demanda pour sa mère la tête de Jean Baptiste présentée sur un plateau.
Hérode fort attristé, envoya cependant un garde décapiter Jean dans sa prison, placer sa tête sur un plateau et la présenter à Salomé, qui l’offrit à sa mère Hérodiade.

Quand cette nouvelle fut annoncée à Jésus, qui la connaissait déjà par sa science divine, Il manifesta une profonde douleur.
Le crime ne resta pas impuni, car Hérode, vaincu par ses ennemis, perdit sa couronne et périt misérablement.
La fin d’Hérodiade et de sa fille ne fut pas plus heureuse. Il est à remarquer que la plupart de ceux qui ont joué un rôle odieux, dans l’Évangile, ont subi dès cette vie le châtiment de leur impiété et de leurs crimes.

DICTON POUR LES POTES ÂGÉS

« Avant la saint Jean, pluie bénite ; après la saint Jean, pluie maudite. »

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC (Les autres saints guérisseurs – faire catégorie SAINT THOL )

Précédente rubrique  :  SAINT ROCH
La ligne éditoriale de cette série est accessible 
  BON COURAGE...!Sommeil plus (mélatonine) 120 gélules

Share Button

FORCE VITALE DE LA NATURE : La légende de l’homme vert

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60pxbarre verte

mémé marthe est l'arrière grand mère de Chou blanc magnétiseuse comme lui ( ou le magnétisme en héritage 3 générations après) BLOC NOTE CHOULAGER
par Chou-Blanc
La  force de l’esprit sur le corps « 

« Il n’existe aucune maladie du corps qui ne soit liée à l’esprit. » (Socrate )

« Tout le monde croit que le fruit est l’essentiel de l’arbre quand, en réalité, c’est la graine. » (Nietzsche)

« Rappelle-toi que tu n’es pas seul au monde. Tu dépends de mille créatures qui font le tissu de ta vie. »  (Faouzi Skali)

barre verte
FORCE VITALE DE LA NATURE :
La Légende de l’homme vert

Il est bien difficile de remonter aux origines du mythe de l’Homme vert tant ce personnage légendaire appartient à l’inconscient collectif.
Symbole des forêts, du rapport aux espaces naturels, du cycle des saisons, des forces cachées de la nature, l’homme vert est probablement tout cela à la fois.

Essayons de faire connaissance….

Son ancêtre dans l’Égypte ancienne…?
Il semble que les premières représentations de l’homme vert sont à rechercher dans l’Égypte ancienne avec la représentation du dieu OSIRIS momiforme coiffé de la couronne Atef composé de tiges végétales et de plumes d’Autruche.
Osiris était communément représenté avec un visage vert représentant la végétation, la renaissance et la résurrection

Ses chairs sont  vertes comme la végétation renaissante, ou noires comme le limon fertile du Nil..
Osiris fut sans doute initialement Dieu des moissons et de la fertilité avant d’être le dieu des morts. Il est le dieu qui représente le renouveau, celui qui ne meurt jamais. Il est une personnification de la terre du Delta fertile et des champs cultivables, il maintient l’équilibre du monde et invite à respecter la loi des cycles.
Dieu de la terre et de la végétation, Osiris permettait aux récoltes de croître.

Dieux grecs ou romains ..divinités païennes, druidiques ou gallo celtes ?
Certains trouvent ses origines dans les vieux dieux  grecs et romains dont vous trouverez dans la planche  ci dessous les représentations d’Okéanos et  Dionysos.
d’autres reconnaissent que  l’origine de l’homme vert n’est pas clairement définie mais il est très probablement gallo-celte, en tous cas bien plus ancien que le monothéisme chrétien venu s?asseoir dessus.

Des dieux païens tels que Sylvanus et d’autres têtes sacrées des druides ont pu avoir une influence sur l’art chrétien notamment dans des têtes celtiques de l’abbaye de DAOLAS ( Finistère) ou la crypte de l’église saint hilaire à Poitiers.
( vous pouvez agrandir cette planche en cliquant dessus)




Sculpture de visages de feuillus en France :

POITIERS –   SAINTONGE-   DORDOGNE

Des mystères de la forêt …… aux saints forestiers

 

Sylvanus, Sylvain dieu de la Rome antique. genius loci tutélaire des forêts.D'ordinaire, le dieu Sylvanus est représenté tenant une serpe, avec une couronne de lierre ou de pin, son arbre favori. Quelquefois la branche de pin qui forme sa couronne est remplacée par une de cyprès, à cause de sa tendresse pour le jeune Cyparisse qui, selon certains auteurs, fut métamorphosé en cyprès, ou parce qu'il a le premier appris à cultiver cet arbre en Italie.La Forêt c’est le domaine du touffu, du cornu, du fourchu. Le Royaume merveilleux, intense et secret de l’année celtique forestière où règne l’Homme Vert.

L’Eglise a voulu christianiser les traditions d’arrivée du printemps  par la fête de saints forestiers :

– Sylvain, l’homme des forêts, de vert vêtu, le 4 Mai

– Sylvestre le géant roux, fêté le dernier jour de l?année quand la Forêt rentre chez nous avec le gui, le houx et les parures de conifères.

– Sans compter, le 4, saint Hubert, archétype du héros forestier.

Sylvain et Sylvestre, sont deux aspects de l’Homme Sauvage rivalisant pour la possession d?une même femme : la Déesse Nature

Du symbole celte païen ….
aux traditions du GREEN MAN

En Europe, la figure du Green Man est un symbole pré-chrétien des Celtes païens dans la forêt de Bretagne qui remonte à 400 avant J.-C.

L’homme vert symbolise la fin de l’hiver et le début du printemps ainsi que la renaissance de la vie en été. Une grande partie de la Grande-Bretagne préhistorique était couverte d’arbres : les Celtes considéraient les arbres comme des divinités

C’est ainsi que des représentations de  l’Homme vert, esprit de la nature aux traits feuillus, dont la bouche laisse jaillir de la végétation, sont disséminées dans l’ensemble des îles britanniques.

En Angleterre, la même fête est nommée « Jack in the Green » (littéralement « Jacques dans le vert »)

En écosse le premier Homme Vert se trouve sur un arrière arc d'embrasure de la Cathédrale Dunfermline . Il est encore souriant comme il l'été à sa création dans les années 1400) .En écosse le premier Homme Vert se trouve sur un arrière arc d’embrasure de la Cathédrale Dunfermline . Il est encore souriant comme il l’était à sa création dans les années 1400) .

Le Feuillu
Répandue dans toute l’Europe « Le Feuillu » est une fête populaire ancienne . marquant le retour du printemps

« Jack in the Green » danse avec le roi et la reine de mai au 18e siècle à Londres

Le Feuillu, aussi écrit anciennement « Folliu  », « Folhiu  » ou « Foeillu », est une fête qui se rattache à l’antique tradition des « quêtes de mai ».
Elle peut également être rapprochée de la « Fête du Fou » (le fou étant dérivé de fagus, hêtre) ainsi qu’à celle des « Maïentzets » ou encore à celle de l’arbre de mai.

Cette fête aurait été à l’origine un rite paysan de type païen, probablement d’origine celtique et dont le but est de célébrer le retour du printemps



Présent dans toutes les mythologies, l’origine de cet esprit de la nature est inconnue.
Il nous a  toutefois donné les plantes médicinales comme gage de son esprit protecteur…!

L’Homme Vert est le plus puissant esprit de la nature ; il représente la force vitale de celle-ci, pouvant la façonner selon sa volonté. En plus d’en être le jardinier il en est aussi le protecteur, pouvant chasser les menaces trop importantes envers elle.
C’est dans ces rares moments que l’on peut l’observer, car il est très discret. On ne peut l’apercevoir que s’il le décide ; l’Homme Vert se montre, mais ne se trouve pas.


Les forces personnifiées des plantes

Comment nos lointains ancêtres faisaient-ils pour découvrir les vertus des plantes médicinales ?

Le plus souvent, la réponse à cette question est que leurs propriétés furent découvertes empiriquement.
Certes, certaines vertus purent être découvertes par expérience ou grâce à de heureux hasards, par exemple en mangeant précisément la plante qu’il fallait au moment où la maladie qu’elle pouvait soigner s’était déclarée.
La connaissance qu’ils en avaient est-elle uniquement due soit au hasard soit à des découvertes empiriques, ou d?autres moyens entraient-ils en jeu


Comment pouvaient-ils savoir quelles plantes utiliser?


Par l?intermédiaire des êtres dotés du don de voyance

Les voyants par leur capacité à voir les corps subtils verront par exemple que chez tel malade du foie, le corps astral de cet organe n’a plus la forme, l’aspect et la couleur normales.
Ils pourront aussi voir parmi toutes les plantes qu’ils rencontrent sur leur chemin que l’une ou l’autre d’entre elles possède un corps astral présentant des caractéristiques proches de celles d’un foie sain.

En recommandant cette plante au malade, le Voyant fournit au foie affaibli les forces dont il a besoin pour recouvrer la santé.

Par l?intermédiaire des forces personnifiées de la nature elle même

Peut être faut il croire aux messages des serviteurs de Dieu s’exprimant par les forces personnifiées de la nature tels que les gnomes, les elfes et les dieux de l’Antiquité.
Ainsi l?attestent de nombreux textes.

«Le Seigneur fait pousser les remèdes dans le sol, et quelqu’un de raisonnable ne les dédaigne pas», peut-on lire dans la Bible

De tout temps, bien des croyants ont certainement été tout à fait prêts à suivre ce conseil, mais comment pouvaient-ils savoir quelles plantes utiliser ?
Si de nombreux chrétiens admettaient facilement que des anges aient pu transmettre la connaissance des vertus des plantes médicinales aux hommes, bien que les témoignages dans ce sens n’abondent pas, très peu accepteraient l’idée qu’elle ait pu être transmise par d?autres serviteurs de Dieu, par les forces personnifiées de la nature tels que les gnomes, les elfes et les dieux de l’Antiquité, comme l’attestent de nombreux textes.

En effet, dans les écrits mythologiques de peuples vivant un peu partout dans le monde, textes qu’ils considèrent comme sacrés, au même titre que nous la Bible , de tels récits sont consignés.
Que l’on pense aux Athéniens qui apprirent:


– d’Athéna l’utilisation de l’olivier.
– d’Aphrodite celle de l’achillée millefeuille.
–  d’Hermès celle de l’ail, etc.

Pour des êtres élémentaux, transmettre un savoir sur les plantes est une chose toute naturelle et logique :
étant responsables de la croissance des plantes, ils savent si elles ont des propriétés médicinales et ils peuvent en informer les humains.
Ils le firent aussi bien dans le passé qu’à notre époque.

 Rappelons un témoignage ancien .

Le récit se déroule à Troie.
De nombreux guerriers troyens, blessés par des flèches empoisonnées qui empêchent la cicatrisation des plaies, sont malades.
Cassandre, la fille du roi Priam, qui est douée de facultés de voyance, est approchée par Asklépios, (Esculape) Dieu de la médecine.
Il lui indique comment soigner ces plaies qu?aucun remède connu jusqu’alors n’est à même de guérir.
Elle tombe en transe et révèle à son entourage ce qui lui est transmis :
« Asklepios me montre une plante. Vous devez la broyer et l’appliquer sur les plaies avec la sève ; alors elles guériront. La plante absorbe le poison, c’est pourquoi il faut renouveler les applications plusieurs fois par jour, et brûler le tout ensuite. Ceux qui n’ont pas de plaie, mais qui dépérissent, doivent boire la tisane faite avec cette plante. »

Peu après, Cassandre accompagnée de deux autres femmes se rend dans la forêt pour chercher cette plante.
– «

Toutes trois virent alors une forme lumineuse. Elle était frêle et transparente, et malgré tout on la voyait très distinctement.
– « Asklépios !» s’exclama inconsciemment Cassandre,«M’apportes-tu la plante ?»
La forme lumineuse désigna une petite plante vert foncé, au feuillage frisé. Cassandre s’empressa de la cueillir, et l’apparition s’évanouit.
La jeune fille se tourna vers les autres :
– «Regardez cette curieuse plante !
»
Elles la considérèrent avec étonnement, sans souffler mot de ce qu’elles venaient de vivre.
Elles n’avaient encore jamais vu une plante pareille, et à présent il leur semblait qu’il en poussait partout.
Toutes joyeuses, elles se les montraient mutuellement.
Elles en cueillirent sans interruption, et leurs paniers furent bientôt remplis?!


Sources: wikipédia et diverses sources du net avec une mention spéciale pour l’excellente étude sur l’homme vert et ses représentations dans les églises d’Europe

L’Homme Vert de Cercles en Dordogne  par  Julianna Lees , Montagrier 2008-06-29 –  qui conclut son propos:
– « Même ceux qui insistent sur le fait que le genre soit purement décoratif ne peuvent pas nier qu?au niveau sous-conscient les images peuvent avoir des significations ignorées du sculpteur.
Finalement, je reste convaincue qu’il n’y avait jamais eu une signification unique et universelle pour toutes les variations de « masque feuillu », même pendant les deux siècles où ils étaient le plus fréquemment sculptés.
et je suis aussi sûre qu’on peut voir la tête comme une sorte d’amulette pour chasser le mal et, aussi peut-être, pour apporter la bonne fortune
 »

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs– «  Les forces de la nature protectrices… qui en aurait douté?… surement pas Mémé Marthe..! »

barre verte

mémé marthe est l'arrière grand mère de Chou blanc magnétiseuse comme lui ( ou le magnétisme en héritage 3 générations après) – Mémé Marthe Tu as eu raison de m’éduquer dans le respect de la nature.
Elle est si grande, si puissante et si vitale qu’il est bon de la personnifier en cette divinité au visage feuillu dont le vert de l’espérance nous place sous sa protection.
Mémé disait aussi :
– Je te  rappelle que le Bon Dieu est le créateur du ciel et de cette terre où la nature, n’est ni plus ni moins, que son habit du dimanche….
et l’homme vert son tailleur…!
– » Alors Mémé, c’est du cousu main depuis des siècles et des siècles..! »

barre verte

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc

 

Share Button