Archives de l’auteur : chou vert

Vous avez demandé la peau lisse … Ne tiquez pas…!


BLOC NOTE VERT

par
Chou vert

LA DINDE AU MARRON

J’ai trouvé dans ma chemise une souris grise
…. dans ma chemise une souris grise
… dans mon pantalon une souris marron…. DINDE

GARDE A VUE … Garde à vous… Gare à vous….!

CHOU VERT

Share Button

Étude sexologique : L’HABITAT RURAL et L’HABITAT URBAIN

portadaimgvert.JPG

BLOC NOTE

par Chou vert

ÉTUDE SEXOLOGIQUE :


L’’HABITAT RURAL
et L’’HABITAT URBAIN


Notre envoyé spécial dans un petit village du Cantal nous donne un premier aperçu de son enquête

Je viens d’être éconduit par la mère LUCHE…

«Mère Luche , que pensez vous de l’’habitat rural et de l’’habitat urbain? »

« Je ne vais pas m’’occuper de celle à ton URBAIN mon gars… !
Parce que tu vois j’’ai déjà bien du souci avec celle à mon MANUEL. »

 

Passez lui le bassin...!Je demande au maire de me conduire vers un couple plus coopératif et il me conduit à une petite fête organisée à la mairie.
On y célèbre les noces de diamant (70 ans) de Joseph et Marie.


C’’est un couple de paysans rustiques mais en pleine forme.


Marie est proche de la centaine tandis que Joseph l’’a déjà dépassée.

 

Joseph et Marie c'est la pêche..! Notre journaliste, étonné par la verdeur du couple, Interviewe Joseph et lui demande de lui raconter ce qu’’il fait dans la journée :


  •   Ben, tous les jours à 7h. on se réveille et Marie me fait un petit truc sexuel ; Alors je me lève je bois le café, puis je vais donner à manger aux poules Et je vais m’’occuper du potager.
  • Vers 10h. Je rentre casser la croûte et là, des fois oui des fois non, Marie me fait un petit truc sexuel. Après je vais au bistrot pour discuter avec les jeunes.
  • A midi, je rentre déjeuner et après je fais la sieste et là aussi Marie me fait un petit truc sexuel.
  • Après je m’’occupe des brebis et vers 16h. Je rentre boire quelque chose de chaud et, pas toujours, des fois oui des fois non, Marie me fait un petit truc sexuel.
  • Ensuite je m’’occupe de rentrer un peu de bois, puis les poules Et on dîne de bonne heure et après Marie, là toujours, me fait un petit truc sexuel.
  • Après on dort. Et voilà c’’est comme ça depuis qu’’on est ensemble »

 

Le journaliste est quand même très étonné et demande à Joseph :

– Est-ce que vous pouvez me dire un peu plus précisément quels petits trucs elle vous fait ?

« Elle me casse les couilles »

CHOU TOUJOURS VERTCHOU VERT ( mes autres rubriques sont dans la catégorie chou vert)

Share Button

C’est sainte Catherine…. Tout bois reprend racine

portadaimgvert.JPGBLOC NOTE
par Chou vert

« L’année dernière les potes âgés se sont plaint que nous n’honorions pas la profession des jardiniers en ayant consacré la publication du jour de la sainte Catherine aux Catherinettes….

Pour cette année si vous n’êtes pas jardinier cliquez la Catherinette
vous serez sur l’article de l’année dernière
bestiole des potagers resistant et inépuisable » – C’est vrai que les deux prenant racine nous nous devions d’y donner accès « 

barre verte

C’est sainte Catherine…. Tout bois reprend racine

La Sainte Catherine est le 25 novembre, et le dicton est bien connu des jardiniers :
« A la Sainte Catherine, tout bois prend racine ! »

En effet, c’est le moment de s’occuper des plantations (arbres à racines nues, arbustes…), De là à planter tout et n’importe quoi, qu’il vente ou qu’il neige, pourvu que le calendrier affiche la date du 25 novembre… il y a un pas qu’il vaut mieux ne pas franchir! Rassurez-vous cela dure tout l’hiver…! En effet, il faut noter que les plantations faites en novembre ou décembre résistent mieux aux sécheresses de l’été suivant car elles ont eu le temps de bien s’enraciner.

En réalité, tout dépend des conditions climatiques de votre région :
il ne faut rien faire lorsqu’il gèle car l’arrosage nécessaire lors des plantations serait contrarié par le gel…
Éviter aussi de planter par temps de pluie.

La majorité des arbustes sont aujourd’hui vendus en container, ce qui permet de les planter une grande partie de l’année.

Conseil d’achat
• Si vous plantez tard dans la saison, surveillez l’état de la plante que vous achetez. Racines, branches et bourgeons peuvent avoir souffert du stockage.
• Quand vous achetez des sujets en container, n’hésitez-pas à attendre des conditions absolument favorables à la plantation : ils sont aussi bien à attendre chez vous qu’à la pépinière !

 LE SAVIEZ VOUS:

AU CANADA

L
e jour de cette fête, on fait cuire une sucrerie à base de mélasse, la tire de la Sainte-Catherine.
La tire d’’érable consiste à faire chauffer le sirop d’érable à 113,5°C (précisément !!!). La tire est ensuite déposée chaude directement sur la neige fraîche, propre et compacte.
On se sert ensuite de spatules en bois (palettes) pour prendre la tire sur la neige et la déguster.

L’ARBRE DE LA LIBERTÉ

 C’est, à l’époque de la Révolution, l’’un des signes symbolisant, entre autres, la liberté.
Plantés, en général dans l’’endroit le plus fréquenté, le plus apparent d’une localité, comme signes de joie et symboles d’’affranchissement, ces végétaux devaient grandir avec les institutions nouvelles.
L’’usage de planter des arbres comme signe de la joie populaire est immémorial. On le trouve chez les Gaulois comme chez les Romains.
Ces arbres eurent pour précurseurs l’’arbre de mai, que l’’on plantait dans beaucoup d’’endroits pour célébrer la venue du printemps

LES PREMIERS ARBRES : 1789 1791

À l’’époque de la Révolution, par imitation de ce qui s’était fait en Amérique à la suite de la guerre de l’’indépendance avec les poteaux de la Liberté, l’’usage s’’introduisit en France de planter avec cérémonie un jeune peuplier dans les communes françaises. L’’exemple en fut donné, en 1790, par le curé de Saint-Gaudent, dans la Vienne, qui fit transplanter un chêne de la forêt voisine au milieu de la place de son village.

Un poteau de la liberté (Liberty Pole en anglais) est un grand poteau de bois, souvent utilisé comme porte drapeau, planté au sol, qui peut être surmonté par une insigne ou un bonnet phrygien.
Ils étaient souvent érigés dans les places avant et pendant la Guerre d’indépendance des États-Unis. Une lutte souvent violente concernant les Poteaux de la liberté érigés par les Fils de la Liberté à New York et périodiquement détruits par les autorités britanniques (puis remplacés à nouveau par les Fils de la Liberté) fit rage pendant 10 ans :
Quand un drapeau était en place (le plus souvent rouge) sur un poteau, c’était un appel aux Fils de la Liberté ou aux citadins afin qu’ils se rencontrent et exprime leurs opinions vis-à-vis des règles britannique.
1793
barre verte

2048

Share Button