Archives de l’auteur : choublanc

LES POÈTES DE LA RÉCRÉ N°1 : Victor Hugo – Guy de Maupassant

LE BLOG
DE TOM ET DOUCE

Elles existent encore dans mes vieux rêves ces cours de récréation où les enfants déclamaient avec éloquence, et chacun leur tour, des poèmes appris l’heure d’avant…
Des poèmes courts souvent faciles à retenir que
TOM ET DOUCE vous feront revivre de temps en temps histoire de vous dire qu’il n’est pas encore venu le temps des poètes disparus… Écoutez les ..!

 

L’AUTOMNE

L’aube est moins claire, l’air moins chaud, le ciel moins pur
Les longs jours sont passés ; les mois charmants finissent.
Hélas ! voici déjà les arbres qui jaunissent !
L’automne est triste avec sa bise et son brouillard,
Et l’été qui s’enfuit est un ami qui part.

 VICTOR HUGO

 

LA CHANSON DU RAYON DE LUNE

Sais-tu d’où je viens ? Regarde là-haut.
Ma mère est brillante, et la nuit est brune.
Je rampe sous l’arbre et glisse sur l’eau ;
Je m’étends sur l’herbe et cours sur la dune ;
Je grimpe au mur noir, au tronc du bouleau,
Comme un maraudeur qui cherche fortune.
Je n’ai jamais froid ; je n’ai jamais chaud.

GUY DE MAUPASSANT

CHOU BLANC
retour sur la rubrique du même tabac
« La poésie, c’est le sourire du langage »

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

PRÉSENTATION DE MARIE… OK Mais à qui….?

chouette-profLe Blog
de la
Chouette des clochers

AUJOURD’HUI : PRÉSENTATION DE MARIE…
OK Mais à qui….?

 

 

Dieu avait laissé Joachim et Anne sans progéniture jusqu’à un âge avancé.

Comme Joachim était riche et pieux, il ne cessait de s’adresser à Dieu par la prière et de Lui offrir des présents, pour qu’Il les délivre, lui et son épouse, de leur opprobre.

Pendant ce temps, Anne versait elle aussi d’abondantes larmes et élevait de ferventes supplications vers le ciel, dans son jardin.  Dieu, entendit leurs supplications et envoya auprès d’Anne l’Archange Gabriel,pour lui annoncer qu’elle allait concevoir et donner naissance à un enfant, malgré son âge, et que l’on parlerait de cette progéniture par toute la terre.
Elle répondit, pleine de joie et de surprise:
«Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, si j’enfante soit un fils, soit une fille, je le consacrerai au Seigneur mon Dieu, pour qu’il le serve tous les jours de sa vie».

Joachim, lui aussi,reçut la visite d’un Ange qui lui ordonna de se mettre en chemin avec Ses troupeaux pour rentrer chez lui et se réjouir avec sa femme et toute leur maison, car Dieu avait décidé de mettre fin à leur opprobre.
Anne et Joaquim eurent une fille :  MARIE

Avec la célébration de la vierge Marie au temple, l’Église a voulu célébrer cet événement qui ne se trouve pas dans les évangiles, pour manifester la Sainteté de la Vierge Marie dés sa prime enfance. Elle est l’Immaculée Conception, elle a fait don de sa vie à Dieu dés le commencement.

Église Notre-Dame de l’Assomption (Grenade). Présentation de Marie au Temple,par Antoine Rivalz

Cet épisode de la vie de la Vierge Marie ne se trouve pas dans les quatre évangiles, mais dans un livre apocryphe, le « protévangile de Jacques ». La piété populaire et la spiritualité mariale en furent marquées, car elle soulignait bien la disponibilité de la Vierge Marie, à l’égard de la volonté divine.

vitrail de la chapelle la ferriere plumeliau

Tant en Orient qu’en Occident, cette fête connut un grand succès.
Marie est bien prédestinée à devenir le temple vivant de la divinité. La scène est toute simple, selon cet évangile apocryphe: Anne et Joachim voulurent remercier Dieu de la naissance de cette enfant. Ils la lui consacrèrent.

TINTORETTO

Lorsqu’elle eut trois ans, Marie fut conduite au Temple, un prêtre l’accueille par des paroles qui ressemblent au Magnificat et l’enfant s’assied sur les marches de l’autel. « Tout le peuple d’Israël l’aima ».
Cette fête est attestée dès le VIe siècle.

chouette-profLa Chouette des clochers

Share Button

La justice restitue un Pissarro à une Famille spoliée sous l’Occupation

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE  AU CHOU :

Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir pour nous suivre dans la découverte d’un tableau plein d’émotion  et d’histoire :

Le retour à la maison  du tableau :
La Cueillette de Pissarro

Avec le mois de mars fleurissent les nouvelles expositions : un régal et un privilège pour les parisiens épris de peinture. Cette année, « Camille Pissarro, le premier des Impressionnistes » était à l’honneur, à Marmottan
C’est donc une charmante rétrospective de ce peintre de la douceur des paysages champêtres de l’Ile-de-France, des ports de commerce normands, de vues de Paris depuis sa fenêtre.
Plutôt moins souvent cité que ses contemporains impressionnistes, Pissarro (1830 – 1903) a pourtant participé à leurs huit expositions.
Nous voici donc devant 75 tableaux, (peinture et tempera) d’une douceur infinie, où la lumière s’insinue et ondoie … On a particulièrement aimé les paysages des bords de fleuve où s’installe l’industrie, les vues des ports de commerce … et surtout toutes ses vues de la vie paysanne ..!

A nos cotés se trouvait, peut être, ce descendant de la famille Bauer qui venait de retrouver par hasard au cours de sa visite ?…La piste l’une des plus belles toiles de la collection de son grand-père spolié en 1943…!
Quelques mois après justice est rendue …! Ambiance Ambiance

logo lardon DSoixante-quatorze ans après avoir été confisqué sous Vichy, le tableau La Cueillette de Pissarro, acheté légalement par des Américains en 1995, devra être restitué aux descendants d’un collectionneur juif spolié, selon un jugement rendu en novembre 2017.

L’avocat du couple américain, Ron Soffer, a annoncé que ses clients feraient appel. Le tableau devrait donc rester sous séquestre en attendant la conclusion du deuxième procès. La décision a en revanche été saluée par les héritiers du collectionneur spolié : « Jean-Jacques Bauer est heureux. C’est l’une des plus belles toiles de la collection de son grand-père », s’est félicité Maître Cédric Fischer.

Des tableaux confisqués au collectionneur en 1943

Le jugement « ordonne » à l’Établissement public des Musées et de l’Orangerie de remettre l’œuvre aux descendants du collectionneur Simon Bauer, dont les tableaux avaient été confisqués en 1943.
Les époux Toll, qui avaient acheté le tableau 800.000 dollars chez Christie’s à New York en 1995, sont aussi condamnés à payer 8.000 euros à la famille Bauer pour les frais de justice.
La gouache a été peinte en 1887 par l’impressionniste Camille Pissarro. C’était l’un des 93 tableaux de maître de la collection de Simon Bauer, un grand amateur d’art français né en 1862, qui avait fait fortune dans la chaussure.
Une vingtaine de tableaux n’ont toujours pas été récupérés.

Cette collection lui avait été confisquée en 1943 et avait été vendue par un marchand de tableaux désigné par le Commissariat aux questions juives du régime collaborationniste de Vichy.

Interné en juillet 1944 à Drancy, le collectionneur avait réussi à échapper à la déportation. À sa mort, en 1947, il n’était parvenu à récupérer qu’une petite partie de ses œuvres.

Ses descendants ont poursuivi son action pour reprendre possession de la collection. Une vingtaine de tableaux n’ont toujours pas été récupérés, selon Maître Fischer.

SOURCE :
journal 20 minutes –  nov 2017

http://www.bigmammy.fr/archives/2017/03/10/35027247.html

LE logo lardon 1LARDON

Share Button