G AIMÉ : La Violetera

G AIMÉ DÉCOUVRE LA VIOLETERA
Statue de La Violetera dans le jardin des Vistillas.En 1915, lors de son séjour à Paris en tant que directeur du Casino, José Padilla demande à Eduardo Montesinos de lui écrire un texte sur une marchande de violettes aveugle.

Raquel Meller en 1929.

La chanson qu’il composera est l’une de ses plus belles compositions et l’une des plus connues.
La première eut lieu à Barcelone, où elle fut interprétée par Carmen Flores.
Cependant, c’est la
chanteuse Raquel Meller qui rendra la chanson célèbre, d’abord en France puis en Espagne et ensuite dans le reste du monde.

 

   LA VIOLETERA EN ESPAGNE

En Espagne, l’interprétation de Raquel Meller a fait la célébrité tant de la chanson comme de la chanteuse.

La version interprétée par Sara Montiel a également eu un grand succès, surtout grâce à la popularité du film homonyme de 1958 réalisé par Luis César Amadori.

 

Como aves precursoras de primavera
En Madrid aparecen las violeteras
Que pregonando parecen golondrinas
Que van piando, que van piando
Llévelo usted señorito
Que no vale más que un real
Cómpreme usted este ramito
Cómpreme usted este ramito
Pa’ lucirlo en el ojal
Son sus ojos alegres, su faz risueña
Lo que se dice un tipo de madrileña
Neta y castiza que si entorna los ojos
Te cauteriza, te cauteriza
Llévelo usted señorito
Que no vale mas que un real
Cómpreme usted este ramito
Cómpreme usted este ramito
Pa’ lucirlo en el ojal
Cómpreme usted este ramito
Cómpreme usted este ramito
Pa’ lucirlo en el ojal
Source : Musixmatch
Paroliers : J. Padilla / E. Montesinos
Trente ans plus tard, Sara Montiel réenregistre la chanson en duo avec Montserrat Caballé pour son album Purísimo Sara.


 Pour rendre plus jolie toute la vie
Pour que tout s’harmonise, se poétise
Des fleurs suffisent
Sans aucun artifice
Elles ravissent, elles rajeunissent

Oh, Señor et Señorita
Des doigts de la carmensita
Acceptez ces violettes
C’est du bonheur qu’on achète
Le bon Dieu vous le rendra

Señor pour vos Señorita
Prenez-moi les fleurs que voilà
Pour faire éclore un sourire
Pour parler sans rien se dire

 

LA VIOLETERA EN FRANCE

En France, La Violetera a figuré au répertoire de Dalida et de Nana Mouskouri, entre autres.

 

 

 

 

 


La Violetera : Sara Montiel (1958)



L’action du film se situe au Nouvel an 1899. Soledad (Sara Montiel) vend des violettes dans une rue animée de Madrid quand elle rencontre l’aristocrate Fernando interprété par Raf Vallone.

Le couple tombe amoureux mais leurs origines sociales différentes menacent la relation.



 Filmographie

Les Lumières de la ville (1931) 

Les Lumières de la ville (1931) : Charlie Chaplin dans la scène de la fleuriste aveugle (Virginia Cherrill).

En 1931, Charlie Chaplin fait de l’air de la chanson le thème musical principal du film.
Il avait proposé le rôle de la Violetera à Raquel Meller mais, après avoir essuyé un refus, il utilisa le thème sans nommer le compositeur.
José Padilla déposa une plainte pour violation de droit d’auteur. En , Charlie Chaplin finit par perdre le procès à Paris et fut condamné à payer à l’auteur-compositeur une indemnité de 15 000 francs avec intérêt dès le jour de la sortie du film.

   La Vie en mauve (All Night Long) : Barbra Streisand, Gene Hackman, (1981).

 

  Le Temps d’un week-end (1992)
(Scent of a Woman)

 La Violetera interprétée par The Tango Project. Cette belle mélodie apparaît sur la bande son “Scent of a woman” (film brillant de 1992 avec une brillante performance d’Al Pacino).

G AIMÉ

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.