Éco-pâturage à la forteresse de Salses (66)

Beauté Cosmétiques

Le Bloc écolo

Perpignan: 450 brebis dans les douves du château de Salses… pour protéger les chauve-souris

INSOLITE 450 brebis prennent chaque hiver possession des douves du château pour entretenir la végétation… et produire les excréments nécessaires à la chaîne alimentaire des chauve-souris…

C’est l’embouteillage au moment de descendre dans les douves pour les brebis de la forteresse de Salses-le-Château — Forteresse de salses-le-Château

Le Centre des monuments nationaux a mis en place un projet d’éco-pâturage à la forteresse de Salses, avec pour finalité d’entretenir la végétation aux abords du site tout en ayant une démarche de développement durable.


Ce projet de pâturage des abords de la forteresse
permettra d’entretenir la végétation tout en apportant les ressources trophiques nécessaires aux insectes coprophages (qui se nourrissent d’excréments) eux-mêmes principales sources d’alimentation des populations de chauves-souris présentes dans le monument.

Qu’est-ce que l’éco-pâturage ?

Cette activité ancestrale d’éco-pâturage fait peu à peu son retour, à l’encontre de moyens plus mécaniques et phytosanitaires.

Il s’agit en fait de la gestion d’espaces verts en mettant à paître des animaux pour conserver des espaces naturels en état sans devoir utiliser des engins mécaniques ou bien des désherbants, polluant les sols.


La présence de ces chauves-souris a permis l’intégration de la forteresse au réseau Natura 2000 visant la préservation des sites d’importance européenne pour ces espèces notamment.

 Scène insolite à Salses-le-Château, l’imposante forteresse située à une vingtaine de kilomètres au nord de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Le monument visible de l’autoroute A9, fut construit au XVe siècle alors à la frontière franco-espagnole, avant de perdre de son importance après le traité des Pyrénées de 1659 et d’être partiellement restaurée par Vauban.

Les hivers elle accueille des habitants inhabituels. Un troupeau de 450 brebis qui  « permettent d’entretenir la végétation », explique Jacqueline Maillé, administratrice de la forteresse, dans le cadre d’un projet d’éco-pâturage.

Et vive les insectes coprophages ! qui se nourrissent de leurs excréments

Mais l’objectif est double. « Ce pâturage va apporter les ressources trophiques nécessaires aux insectes coprophages, qui se nourrissent d’excréments, eux-mêmes principales sources d’alimentation des populations de chauves-souris présentes dans le monument », reprend l’administratrice.

Les brebis ont pris possession des douves de la forteresse de salses-le-Château – Forteresse de salses-le-Château

La présence de ces chauves-souris a permis l’intégration de la forteresse au réseau Natura 2000 visant la préservation des sites d’importance européenne, notamment pour ces espèces.

 
Chassez les ânes du pays catalan…!
Mettez des moutons qui sont plus dociles et le pays sera débarrassé de tous les moustiques

La plupart des chauves-souris mangent des insectes. On les appelle des insectivores. Elles adorent particulièrement manger des moustiques, des papillons de nuit, et des coléoptères. Et elles en mangent énormément !
Elles débarrassent de tonnes de moustiques chaque année.
Lorsqu’elles tournent au-dessus des têtes, assez près souvent, c’est pour consommer le nuage de moucherons ou moustiques qui se développe au-dessus des gens
 A condition que la forteresse puisse encore accueillir plus de chauves souris …
Eh oui …! Elles sont déjà une douzaine d’espèces qui fréquentent le lieu, parmi lesquelles sept sont protégées dans le cadre de la zone Natura 2000 du château de Salses.

SOURCES : 20 minutes

barre verte

Restez svelte 160px

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.