Se tenir par la barbichette


VETEMENTS ET ACCESSOIRES        SANTÉ ET SOINS DU CORPS     VOYAGES VALISES

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques (la maladie est grave… !) on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur donner du vocabulaire de ma grand-mère impotente.

Vu leur sénilité précoce ( non y a que ça qui est précoce ) nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des mots ….. aujourd’hui enrichissons notre vocabulaire

 

 

Se tenir par la barbichette
c’est être contraints à l’entente, en raison de compromissions communes ; procéder à un chantage mutuel.

 

Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette, le premier de nous deux qui rira aura une tapette
(une petite tape ! j’en aperçois certains qui déjà salivent…).

Le jeu de la barbichette est un jeu d’enfants dans lequel les deux adversaires se tiennent par le menton, récitent une comptine (« Je te tiens, tu me tiens par la barbichette, le premier de nous deux qui rira aura une tapette ») et doivent se retenir de rire tout en se regardant dans les yeux.

Métaphoriquement, tenir quelqu’un par la barbichette, c’est posséder sur lui des informations un peu confidentielles qui risqueraient de lui nuire si elles étaient connues.
Du chantage ? Oui, en quelque sorte, à ceci près que le maître-chanteur peut rester muet comme une carpe…
L’autre balise à mort. rien que d’imaginer la découverte du pot-aux-roses…

Faire la barbe (à quelqu’un)
Se moquer (de quelqu’un), le narguer.

L’emporter, avoir l’avantage (sur quelqu’un).

Cette expression tombée en désuétude semble dater du XVIIIe siècle.
Les avis sur son origine diffèrent.

Selon certains elle viendrait des pratiques du Moyen-Âge lorsque les vainqueurs avaient pour habitude de raser la barbe des vaincus pour les humilier et s’en moquer (premier sens) après avoir eu l’avantage sur eux (deuxième sens).

Pour d’autres, le premier sens, d’origine populaire, viendrait d’un geste fait avec le majeur et l’index réunis frottant le dessous du menton (la barbe) du bas vers le haut, geste comparable à celui que les gamins pouvaient faire encore récemment avec le pouce, en l’accompagnant d’un “bisque, bisque, rage !”

À partir du XVe siècle, “faire la barbe” voulait aussi  dire ‘couper la tête’ ou ‘décapiter’.

si on vous barbe arrêtez vous là

sinon voici un cours sur les barbes à papa

La barbiche ou bouc est une barbe ou petite barbe constituée exclusivement d’une touffe de poil sur le menton.

Lorsque la barbiche est courte, on parle de barbichette.

   ci contre
1 : la barbe de trois jours,
2 : la moustache,
3 : la barbiche,
4 : le bouc
 5 : les favoris,
6 : Souvarov,
7 : Impériale,
8 : Complète.

Lorsqu’il s’agit d’une touffe de poils réservée sous la lèvre inférieure, la barbichette est appelée mouche. Adoptée par les officiers de la maison royale de Louis XIII, la mouche est dénommée la Royale.
La même mode, sous Napoléon III, se nomme l’Impériale. Tombée en désuétude, la barbiche a connu une renaissance dans les années 1990 avec l’apparition d’une variante avec une moustache intégrée, le bouc, qui a été popularisée par les chanteurs comme Johnny Hallyday, Pascal Obispo, Florent Pagny, acteurs comme Brad Pitt, Will Smith.

Le “bouc” peut également être porté sans moustache dans différentes variantes, en ligne, en mouchet ou encore en ancre. Le mot « bouc » vient sûrement de la touffe de poil visible sur le menton du bouc adulte.


Dans l’Égypte antique, la barbe postiche des pharaons et des dieux anthropomorphes ressemblait à une longue barbiche (respectivement droite ou recourbée)

POTACHE

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.