Allez Mamy…! Raconte..! : Le pré aux anges – La fugue d’Agrippine

Code promo veto compagnon

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…!  RACONTE….!  est une nouvelle série pour la préparation de NOËL des petits et des grands enfants..!
Elle est
toujours présente dans la Chouette  et transformera ma Mamy en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches…..

Pour les autres ….??
Ben.. ! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de fumée,  la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire… ça y est.. vous tenez le soufflet bien en main….? Oui.. ! Alors.. ACTION Mamy..!

LE  PRÉ AUX ANGES   
Textes  de Pere GUISSET    (Illustrations  Jean Pierre GUISSET)
Dédié à ses petits-fils THOMAS et BERTRAND

conseil de Jonas
Amis, vous êtes sur l’épisode 1 ….

Y ALLER DIRECTEMENT
Même si les épisodes sont indépendants...
Il est recommandé de lire l’épisode 1 qui présente les personnages du petit mon
de de l’herbe

Pour lire l’épisode 1

Pour lire l’épisode 2

Pour lire l’épisode 3

Pour lire l’épisode 4

Pour lire l’épisode 5

Pour lire l’épisode 6

le pré aux anges logoe pré aux anges, c’est un lieu de promenade pour les habitants de Camperol, Camperol ce petit village, accroché au flanc de la montagne, face au soleil levant, où il fait bon vivre. Les gens de Camperol sont des gens tranquilles, paisibles, souriants, heureux de vivre leur vie, loin des villes et de la pollution.

La haine est inconnue dans ce village charmant, l’amitié et l’amour vivent matrimonialement depuis des années à Camperol !


e pré aux anges, c’est une   humble prairie de montagne,   ainsi nommée à cause des anges  du ciel qui viennent, dès que leurs  occupations le permettent, dès  qu’ils ont un jour de vacances,  danser et s’ébattre, rieurs et  charmants, le soir au clair de lune dans l’herbe verte et tendre, parmi les coquelicots, bleuets et les boutons d’or.

herbes ans un coin de ce pré, près du bavard petit ruisseau, à l’orée du bois des pinsons, baptisé ainsi, parce que tous les pinsons des alentours, perchés sur les branches des vieux châtaigniers, donnent de temps en temps des concerts, dans ce coin de pré, le plus ensoleillé, habite Cricri.

  

 es parents de Cricri, jeune criquet déluré, ont construit leur maison, sous une touffe de genêts, près d’un coquelicot, dans la mousse !
Cricri a bien aidé ses parents, il a ramassé beaucoup de brins d’herbe séchés pour faire un petit matelas bien douillet !
Il a aidé son papa à traîner des feuilles mortes des châtaigniers pour couvrir le toit de la maison, car il pleut souvent sur la montagne, et papa Criquet, ne veut pas que maman Criquet, Cricri et sa petite sœur, née au printemps, se mouillent !

out près de leur maison,  Juste à  côté du ruisseau, Monsieur Noirot, un grillon timide et taciturne, vit seul, tout seul  dans sa maison souterraine et  chaque soir, surtout les soirs d’été,  Monsieur Noirot fait grincer son vieux  violon.

letter02_cll_blue.gifa meilleure amie de Cricri le petit criquet, se nomme Agrippine, c’est une jeune fourmi, dissipée, têtue, une forte tête comme on dit ! n’écoutant jamais, ni les conseils, ni les recommandations de ses parents ou de ses amis.

Agrippine veut vivre sa vie, loin de la communauté où ont toujours vécu ses parents, où soi-disant elle étouffe, où elle a du mal à se plier aux règles, aux lois et aux principes qui la régissent !
La jeune, l’écervelée Agrippine veut quitter le pré aux anges, aller loin, très loin, au delà du bois aux pinsons !

ette petite fourmi, fait le désespoir de ses parents, son papa et sa maman pleurent souvent par sa faute !

Elle désobéit toujours, elle ne supporte plus la vie en famille, ne veut plus dormir dans la fourmilière, elle couche chaque nuit, sous un brin d’herbe, sous l’oeil vigilant de son ami Guilleret.

on ami Cricri, la gronde gentiment, veut lui faire comprendre que nulle part ailleurs, nulle part, elle sera aussi bien qu’ici, dans la fourmilière et avec tous ses amis qui vivent au pré aux anges.
Nulle part au monde, elle ne trouvera un air si pur à respirer, un site aussi magnifique, elle ne retrouvera jamais le charme du bois des pinsons, n’entendra jamais plus leurs chants, le gazouillement joyeux du ruisseau , le crin-crin du violon de Monsieur Noirot, ni le chant plein d’allégresse de
Dame Chansonnette se chauffant au soleil !
Rien, Agrippine n’écoute rien !

Elle vit dans ce rêve, partir !

Cricri a peu que malgré ses conseils, la jeune fourmi ne parte à l’aventure, aussi a-t-il demandé à la vieille Margoton et au bon, au paisible et tranquille Fenlevent, de la sermonner, de la gronder un petit peu. 


argoton , la vieille chenille qui vit dans le creux d’une branche morte est considérée comme étant de bon conseil !
Un peu “rebouteuse”, un peu “guérisseuse”, c’est elle qui soigne les petits bobos et les petites maladies ! Son meilleur, son principal remède, c’est la rosée du matin à boire à jeun Mais elle ordonne aussi quelque fois, une décoction de pollen de fleurs de châtaigniers à prendre le soir, avant d’aller au lit !

Agrippine l’aime bien et Margoton aime bien Agrippine !
La fourmi écouta sagement le sermon de Margoton, mais continua à désobéir, elle ne suivit pas les bons conseils de la chenille, disant qu’elle était d’un autre siècle.
Agrippine la désobéissante, était aussi flemmarde et menteuse ! 

 e qui est très vilain de mentir, Fenlevent le doux et bon escargot lui reprocha un jour ! Un jour où il rencontra Agrippine, assez loin de la fourmilière, presque arrivée au ruisseau et que la vilaine menteuse lui certifia que sa maman lui avait donné son autorisation !
Fenlevent se mit en colère, lui si doux, gronda bien fort et voulu donner une fessée à la jeune fourmi !
Comme Fenlevent traîne sa maison sur son dos, il ne peut aller très vite et Agrippine put s’enfuir.
L’escargot Fenlevent n’est pas un rapporteur, il n’a rien dit à la maman d’Agrippine pour ne pas lui faire de la peine, pour ne pas qu’elle soit malheureuse et triste de savoir la petite fourmi menteuse !
Fenlevent n’a rien dit car il sait très bien que c’est laid et parfois méchant de rapporter !

algré tous les sermons, malgré tous les conseils de prudence de ses amis,
un jour, Agrippine partit ! Un matin, très tôt, avant le lever du soleil, alors que tout le monde dormait encore au pré aux anges ! Elle marcha aussi vite que lui permettaient ses petites et fragiles pattes !
Et la voilà arrivée au bord du ruisseau !
Comment faire pour traverser l’eau ?
Sa maman et son papa lui ont souvent dit que c’était dangereux ! Noirot, Margoton, Fenlevent et même Guilleret, tout comme Cricri, tous lui avaient recommandé de ne pas aller au bord du ruisseau et surtout, surtout de ne pas essayer de le traverser !
Mais l’envie de partir était trop forte !
Notre désobéissante fourmi se risqua à traverser en s’agrippant à la tige d’une fougère qui se penchait sur l’eau !
Elle fut bien punie Agrippine, déséquilibrée par un coup de vent, elle lâcha la tige de la fougère, tomba dans l’eau, et le courant l’emporta !

  Fenlevent, toujours le premier levé au pré aux anges, voyant l’accident, réveilla Monsieur Noirot, Monsieur Noirot réveilla Chansonnette ! et Chansonnette sonna l’alerte, en deux minutes tout le monde fut près du ruisseau !
Agrippine avait disparu ! Tous pleuraient, la maman et le papa, Cricri, les travailleuses fourmis, Noirot, Fenlevent, Margoton, Guilleret, Dame Chansonnette qui n’arrêtait pas de sonner l’alarme et appelait au secours de toutes ses forces !

 épie le baroudeur, l’éternel  voyageur, Pépie l’instable papillon  qui voltige toujours d’une fleur à  l’autre leur racontant ses voyages et  ses exploits ! Pépie le papillon aux  vives couleurs, entendit les appels  de Dame Chansonnette, se rendit  compte du drame, il vit la petite  fourmi dans le ruisseau, prise dans un  tourbillon.
Délaissant la branche où il  avait passé la nuit, Pépie prit son vol  et puis, sans hésitation, ramassa un  long brin d’herbe et le tenant par un  bout, tel un hélicoptère, se tenant  en suspension; immobile au-dessus  du tourbillon, présenta l’autre bout  du brin d’herbe à la fourmi qui s’en  saisit ! L’intrépide Pépie n’eut plus  qu’à la hisser et la porter jusqu’au  pré aux anges !

 La jeune fourmi Agrippine était sauvée, sauvée par Pépie le papillon qui revenait au pays après une longue absence ! Dégoûté à jamais des longs voyages, il revenait avec une antenne estropiée, estropiée au cours d’une bagarre, par Piafon un batailleur moineau, une belle frayeur en mémoire et son aile droite déchirée, souvenirs de sa fuite éperdue devant le filet d’un tenace chasseur de papillons.
Il était revenu, jurait Pépie, pour ne plus repartir. Ce fut lui le baroudeur qui fit comprendre à Agrippine que nulle part on est mieux que chez soi !

grippine la désobéissante jeune fourmi,  avait eu tellement peur de se noyer, qu’elle  ne reparla plus de partir.

   D’ailleurs, elle habite toujours là-haut, au   pré aux anges, avec Cricri le petit criquet,   Monsieur et Madame Criquet, Monsieur Noirot le grillon, Chansonnette la cigale, Guilleret l’écureuil, Margoton la vieille chenille, Fenlevent l’escargot et son sauveur qui est devenu son inséparable ami, Pépie le papillon aux vives couleurs.

Fin de l’épisode       ére    UISSET.

conseil de JonasAmis, vous êtes  sur l’épisode 1
Pour lire  l’épisode 2 


logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est du même tabac…..

Code promo veto compagnon

Share Button

2 réflexions sur « Allez Mamy…! Raconte..! : Le pré aux anges – La fugue d’Agrippine »

  1. Ping : Le roi est mort …… un autre roi est appelé à régner | JOURNAL LA CHOUETTE

  2. Ping : Allez Mamy…! Raconte..! : Le pré aux anges – La follette Marinette | JOURNAL LA CHOUETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.