CHANT: CHANTS GRÉGORIENS DES TEMPLIERS

De Choubert à Choumann en passant par Choupin

 LA PARTITION DE MA2

    La Partition de MA2
  Musique à deux
SOURCE: LE MONDE DE CLIO

Le chant grégorien, monument culturel et trésor de la musique universelle, constitue surtout le chant propre de la liturgie catholique romaine.
Aussi avons-nous demandé à Dom Hervé Courau, musicologue réputé et père abbé de Notre-Dame de Triors,(Drôme) de nous parler d’une réalité dont il connaît l’histoire et la complexité et qu’il pratique quotidiennement avec sa communauté.

Hervé Courau
Moine bénédictin. Père abbé de Notre-Dame de Triors ( Drôme )

Qu’appelle-t-on chant grégorien ?

À l’énoncé très général de cette question, on peut apporter deux réponses:
L’une d’ordre historique, l’autre d’ordre musical. Le chant grégorien fait référence à l’histoire, puisqu’il inscrit dans son nom une référence à un pape qui vécut à la frontière entre les VIe et VIIe siècles. Saint Grégoire, dit (y compris chez les Orientaux) le Grand, exerça de 590 à 604 : les quelques années de son pontificat furent extrêmement fécondes à divers points de vue, spécialement pour tout ce qui concerne la liturgie.

Musicalement, le grégorien se définit comme un chant monodique :
Les chanteurs y chantent tous la même mélodie, n’usant en outre que de la gamme naturelle. C’est dire que la gamme n’est jamais tempérée par des dièses ou des bémols – seul le si bémol y est toléré. L’outillage musical est donc extrêmement simple, fruste même si on le compare à ce qu’est devenue la musique de nos jours.
L’oreille moderne est tellement habituée à la gamme tempérée, aux accords et à l’harmonisation de diverses voix ou instruments que cette simplicité fait du grégorien une réalité sonore assez originale : on entre dans un univers musical qui semble, pour une oreille moderne, un peu exotique, inédit. Il partage pourtant ces particularités avec la plupart des répertoires antiques.

En reprenant le point de vue de l’historien, on peut dire dans un second temps que cette forme musicale renvoie à un répertoire contenu dans un recueil nommé à partir du VIIe siècle Antiphonaire grégorien. Mais les premiers manuscrits comportant des signes musicaux ne datent, eux, que du IXe siècle – donc, près de trois siècles après le pape Grégoire le Grand.
Aussi les paléographes ont-ils tendance à définir le grégorien (en tant que répertoire bien caractérisé, j’entends) plutôt comme le produit de la fusion, vers cette époque, d’un vieux chant dit romain et du chant dit gallican, pratiqué en Gaule, plus précisément dans le nord-est de la France actuelle.
On s’éloigne donc de la personne de Grégoire, et d’un art contemporain des Mérovingiens pour les temps carolingiens. La parenté avec le saint pape semble disparaître ; cependant la réalité historique est plus complexe qu’il n’apparaît dans ce jugement un peu succinct.

Pour synthétiser,on peut dire : Que le grégorien est le chant propre de la liturgie latine, depuis les siècles passés jusqu’à maintenant, marqué par saint Grégoire d’une façon décisive – le qualificatif de « grégorien » étant un acte de reconnaissance pour le rôle que ce pape a joué dans la mise en forme de la prière chantée officielle de l’Église latine.

La liturgie chrétienne a-t-elle été toujours associée à la musique ?

Le soupçon de saint Jérôme et des premiers moines (des ermites) à l’égard du chant solennel dans l’Église est bien connu. En voici quelques témoignages :
« Quand nous sommes en présence de Dieu, nous devons avoir une grande contrition, et non une voix éclatante… Comment supporter qu’un moine, à l’église ou en cellule, fasse retentir sa voix comme un bœuf ? » (Abba Pambô).
« Chanter un refrain à un psaume est déjà un premier acte d’orgueil, comme si on disait : « c’est moi qui chante » ».

Les muses païennes semblent s’être alliées pour exercer leur pouvoir maléfique dans la musique.
On comprend dès lors les réticences des premiers temps chrétiens. Le culte païen faisait largement usage de la musique dans l’intention superstitieuse d’entrer par elle dans le monde des dieux.
Cet univers musical, le christianisme le dénonce comme envoûté, sous la motion des démons.
De fait, la liturgie chrétienne a longtemps affectionné une sorte de puritanisme.

Saint Augustin dans ses Confessions avoue tour à tour l’attrait dangereux de la musique sur ses sens et le rôle que pourtant elle a joué dans sa conversion à Milan.

  Comment les jeunes vivent ils cette musique..? 

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

Une question a vous poser a vous les Catholiques une personne Athée (comme moi) écoutant ces chants fait t’il une « offense » quelconque à la religion ? Car personnellement de temps en temps j’en écoute…ça me change de ma techno et ça me « ressource »….

– –Écouter des chants de prières ne peut déranger qui que ce soit. Bien au contraire, la prière des hommes vers Dieu qui nous a crées et vers lequel nous espérons retourner, apporte effectivement la paix de l’âme et de l’esprit. Le grégorien est un chant qui élève l’âme vers le ciel.

En tant que pur athée, j’écoute ces chants sans même penser qu’a la base, ils sont adressés à un Dieu.

Ceci n’est pas un chant grégorien, mais un chant latin ancien, c’est à dire qu’il est l’ancêtre du grégorien.

– Personne n’est obligé d’écouter. Mais si on le fait, c’est qu’on ressent quelque chose.

– Oui c’est vrai les chants grégoriens à texte sacré élèvent l’âme de celui qui écoute ,et à condition qu’il ouvre son esprit à la tolérance et à toute idée.

– En tout cas moi,  j’aime aussi ces chants,  je suis chrétien catholique, non pratiquant, mais croyant en l’existence d’un esprit Dieu.

– Personnellement, j’adore tout ce qui est dans ce domaine moyenâgeux mais ce genre de chant m’endort …… je préfère toutefois les chants comme ceux du groupe Era

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs« Je dois reconnaitre qu’il a raison le petit, même sans être Cathare … ni jeune
ERA, je les trouve plutôt CHOUETTE ….! Jugez vous même…. c’est uniquement musical vous pouvez donc soigner votre catarrhe en même temps.


https://amzn.to/2MkOboq

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deuxM A 2      Ma musique à deux
Mise en page et sonorisation réalisée avec la complicité de CHOU BLANC


1237

Share Button

Une réflexion au sujet de « CHANT: CHANTS GRÉGORIENS DES TEMPLIERS »

  1. WALTER

    une révision de nos connaissances musicologiques, bien belles, avant Noel..c’est vrai que ça élève l’âme, même si on est moyennement croyant, ou pas pratiquant…tout ce qui est de qualité a le même effet ! Era, non, c’est comme Rondo Veneziano, par rapport à la vraie musique baroque, c’est de l’erzatz, c’est trop trafiqué…ce n’est pas ma tasse de thé; Comme musique de film peut-être, mais pas autrement. Merci pour cet envoi sympathique !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.