Archives mensuelles : juillet 2018

L’ÉTÉ EN FRANCE D’AUBIN CHOULESTROPIC – N° 4



LOGO choulestropic

C’EST BEAU LA FRANCE – Mais c’est où ça ?

C est une commune française, située à l’EST de Paris
Elle est la septième commune la plus peuplée de la région

Ses foires du passé (XIIIeme) ainsi que son riche patrimoine architectural et urbain avec ses nombreux édifices protégés au titre des monuments historiques, lui ont permis, d’être désignée Ville d’art et d’histoire

Le petit indice.. C’est moa…

Bizarre .. C’est dingue..!
On dirait un bouchon de champagne qui marque le centre de cette ville…..  cathédrale au centre de la tête du bouchon
ça devrait pétiller dans votre esprit avec ça…!

– S’il faut suivre les grenouilles de bénitier dans les 8 églises
de la ville

On n’est pas arrivés ..!
Mais si on se met en quatre…
On dépassera notre objectif

On vous raconte pas de salades…
Le compte y est…!

– Eh tonton Aubin tout le monde ne court pas après les églises et les monuments
Sauf si tu as un pote qui connait un Chrétien qui soit de la ville en question.

– Il faut plutôt leur dire:

Le textile, développé à partir du XVIIIe siècle est l’un des atouts historiques de son économie  jusqu’aux années 1960 ; elle reste aujourd’hui la capitale européenne des magasins d’usine et de négoce grâce à ses trois centres de marques.

bestiole des potagers resistant et inépuisable – ça fait des tas d’indices … Vous devriez trouver.. vous devriez  trouver …..vous devriez trouver ..
Essayez la méthode  d’Emile COUET …Vous allez trouver..!
Sinon
pour des petits bavards du Midi….
Donner la langue au chat c’est perdre gros…!

 

– Tonton Aubin t’es
d’accord pour qu’on donne
leur langue au chat..?

 

 

JOUER AVEC D’AUTRES VILLES :

C’EST BEAU LA FRANCE – Mais c’est où ça ? N° 123  – 4

 

 

Ils ont un lien avec cette commune
et nous avons aimé..!

Ils veulent offrir :

Le Chevalier de la Charrette

https://amzn.to/2OuSs74

Avec le Chevalier de la Charrette, L’auteur  invente une figure romanesque inédite, celle d’un roman qui cherche à définir la place du fin’amant dans le monde arthurien et celle du chevalier amoureux fou de la reine.
Un couple devenu mythique !   Un chevalier énigmatique, surgi d’une forêt profonde, en quête d’une reine enlevée par un être de l’autre monde ; un auteur qui, tout soucieux qu’il est de complaire à sa mécène, délègue à un autre clerc le soin d’achever son récit ; un titre provocant qui, rattaché à l’univers arthurien, annonce le bouleversement des valeurs établies au nom de l’amour ; un roman déconcertant qui multiplie à loisir les jeux de pistes, brouille à plaisir les repères convenus, ménage des silences…
Avec le Chevalier de la Charrette, l’auteur invente une formule et une figure romanesques inédites, celle d’un roman qui cherche à définir la place du fin’amant dans le monde arthurien et, dans l’ombre de Tristan, celle du chevalier amoureux fou de la reine qui lui donne son identité – et pas seulement son nom – et dicte sa conduite, en soumettant sa carrière héroïque aux exigences de la passion.
Le romancier champenois réunit tous les ingrédients pour créer un couple mythique, dont le Lancelot en prose s’attachera à relater le parcours en plongeant dans les arcanes du désir et de la jouissance.
Share Button

Une larme de Rê créa l’abeille… Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel…!

Propolis 60 gélules

BLOG DE
DAME MIELINE

Le thème s'inspire d'une fable de l'Antiquité grecque : un épisode des Idylles du poète bucolique Théocrite (IIIe siècle avt JC -mais ce chant XIX est parfois attribué à un pseudo-Théocrite). On y raconte que Cupidon/Eros/Amour (dieu du désir) vola du miel à des abeilles qui le piquèrent. Il se plaignit alors à sa mère Aphrodite/Vénus (déesse de l’amour terrestre) qu'il était injuste qu'une si petite créature (l'abeille) provoque autant de douleur. A quoi Vénus lui répond que lui aussi, Cupidon, était petit, mais que ses flèches de l'amour pouvaient, elles aussi, faire très mal. L'amour donc est à la fois douceur sucrée comme le miel (quand il est spirituel et platonique), et amertume et douleur brûlante (quand il est physique et terrestre).

 

C’est comme ça que tout a commencé entre Dame MIELINE et moi...

Un neveu turbulent je devrais dire un cul bidon de banlieue.. Tant tout ce qui dépassait, de ses vêtements trop courts, était tentant pour mes abeilles affolées par son bâton enfoncé dans la ruche..

Je me suis précipité le premier avant sa Taty MIELINE… Béatrice m’avait appris et démontré que la chromothérapie était efficace sur les piqures d’abeilles…
Après 3 minutes de lumière rouge et
30 secondes de vert dans la pénombre de mon sellier et je pouvais me retourner pour voir plus calmement la Taty qui m’observait…
AH la classe… Rien à voir avec son neveu ..
j’étais troublé .. Elle y avait mis les formes …. Mais aussi par un sentiment, qui devint vite certitude, que je l’avais déjà vue maintes fois sur grand écran.. Je… non non..!
On n’est pas à Paris Match ici..
Depuis que nous nous sommes liés d’amitiés… Elle a confirmé son appartenance au PAF venant soigner l’enveloppe de ses nerfs dans le potager du voisin..
Oh bonheur le mien…!
Elle savait jouer la comédie mais pas avec moi .. D’une grande culture… Elle ne savait pas écrire… C’est ce qu’elle croyait car à partir d’aujourd’hui nous lui ouvrons nos colonnes pour une série sur… Devinez :
LE MIEL ET LES ABEILLES … Histoire de se faire pardonner, son cul bidon de banlieue suit notre Déesse Venus pour profiter, et nous aussi, de sa grande culture…..
Cherchez pas… Pour vous et moi, elle s’appelle Mieline …. Sans doute pour mettre de la douceur autour de ses nerfs malades.

La larme de Rê créa l’abeille… Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel

Un mythe égyptien explique la naissance des abeilles et du miel en ces termes :

Le dieu Rê pleura et les larmes de son oeil tombèrent sur le sol ; elles se changèrent en abeille ; l’abeille construisit (ses rayons), son activité s’exerçant sur les fleurs de toutes les espèces végétales ; ainsi naquit la cire, et ainsi naquit le miel, à partir des larmes du dieu Rê.

“Les scènes d’apiculture sont rarement représentées, bien qu’on en trouve depuis l’Ancien Empire. Un homme à genou s’affaire à sortir les rayons de miel qu’il empile dans deux plats, tandis que son aide enfume les abeilles (de Nina de Garis Davies : 1881–1965)” (osiris.net)

Tombe de PasabaLe miel est très apprécié des anciens Égyptiens.

On retrouve notamment trace de leur savoir-faire en apiculture sur un bas-relief de la “Chambre des saisons” dans le temple solaire de Niouserrê, sixième roi de la Ve dynastie, à Abou Ghorab en Basse-Égypte, ainsi que dans les tombes thébaines de Pabasa (TT279), majordome de la divine adoratrice Nitocris, et de Rekhmiré, de la XVIIIe dynastie (TT100).

Les ruches sont constituées de poteries oblongues entreposées horizontalement, ou peut-être de tubes faits de roseaux agglomérés avec de la boue. Pour l’extraction du miel – détail que l’on peut voir dans la tombe de Rekhmiré – les apiculteurs ont recours à la technique de l’enfumage.

Par contre, aucune protection individuelle n’est représentée.

Dans l’Égypte ancienne, le miel trouve plusieurs utilisations.

– Dans l’alimentation tout d’abord,
comme édulcorant pour la fabrication de pâtisseries ou du vin,
– Puis dans la pharmacopée de l’époque :
le miel est alors connu pour ses vertus cicatrisantes (par exemple après une circoncision), antiseptiques (pour soigner les blessures ou les brûlures), anti-inflammatoires (problèmes ophtalmologiques).

– Il est également utilisé comme aphrodisiaque, ou comme spermicide dans une préparation à base d’épines d’acacia finement broyées, mélangées à des dattes.

Est-il par ailleurs utilisé pour la momification ?
Georges Posener (Dictionnaire de la civilisation égyptienne) ne le pense pas, contrairement à ce qu’affirment d’autres sources selon lesquelles le miel et la cire entrent dans la composition d’onguents destinés à oindre le corps du défunt.

De naissance divine, l’abeille ne peut qu’avoir une place de choix dans la mythologie égyptienne.

Le miel “semble jouer un rôle dans des rites associés à la royauté, particulièrement en liaison avec le ‘Per-our’ et le ‘Per-neser’, les deux sanctuaires archaïques de Haute et Basse Égypte ; vu la symbolique attachée à l’abeille, il n’y a là rien de surprenant puisque l’image de l’hyménoptère, qui était évidemment utilisée pour écrire le nom de l’insecte lui-même – ‘bit’ – , l’était aussi pour noter ceux, homophones, du miel et de la couronne rouge, ou encore le mot ‘bity’ – “celui qui appartient à l’abeille” – qui désignait le roi de Basse Égypte, et parfois même le souverain du pays tout entier.” (Jean-Pierre Corteggiani, L’Égypte ancienne et ses dieux, Fayard, 2007)

La spécificité apicole de l’Égypte a étrangement traversé les siècles.

Ainsi, dans sa “Description de l’Égypte contenant plusieurs remarques curieuses sur la géographie ancienne et moderne de ce pays”, Benoît de Maillet, consul de France en Égypte et inspecteur des Établissements français au Levant, observe et écrit en 1740 :

En vous entretenant des oiseaux que produit l’Égypte, je ne dois pas oublier de vous parler des abeilles ou mouches à miel. Il y en a une très grande quantité dans ce pays, et on y conserve encore aujourd’hui un usage introduit par les anciens Égyptiens de les nourrir d’une manière très singulière. Vers la fin d’octobre, lorsque le Nil, en baissant, a laissé aux laboureurs le temps d’ensemencer les terres, la graine de sainfoin est une de celles qu’on sème des premières, et qui rapporte le plus de profit.

 
Comme la Haute Égypte est plus chaude que la Basse, et que les terres y sont de même plus tôt découvertes de l’inondation, le sainfoin y croît aussi plus tôt.
La connaissance que l’on en a fait qu’on y envoie de toutes les parties de l’Égypte les ruches à miel qui s’y trouvent, afin que les abeilles jouissent de meilleure heure de la richesse des fleurs qui naissent dans cette contrée, plutôt qu’en aucun autre endroit du royaume.

Ces ruches, parvenues à cette extrémité de l’Égypte, y sont entassées en pyramides sur des bateaux préparés pour les recevoir, après avoir été toutes numérotées par les particuliers qui les y déposent.

Là, ces mouches à miel paissent dans les campagnes pendant quelques jours ; ensuite, lorsqu’on juge qu’elles ont à peu près moissonné le miel et la cire qui se trouvent dans les environs à deux ou trois lieues à la ronde, on fait descendre les bateaux qui les portent deux ou trois lieues plus bas, et on les y laisse de même à proportion autant de temps qu’il est nécessaire pour moissonner les richesses de ce canton.

Enfin, vers le commencement de février, après avoir parcouru toute l’Égypte, elles arrivent à la mer, d’où l’on repart pour les conduire chacune dans les lieux de leur domicile ordinaire.
Car on a soin de marquer exactement sur un registre chaque quartier d’où partent les ruches au commencement de la saison.

Comment clore ce très rapide survol sans une interrogation :
Née des pleurs de Rê, divinité solaire par excellence, l’abeille a-t-elle également quelque lien, grâce aux vertus stimulantes du produit qu’elle sécrète, avec l’autre astre sous lequel s’abritent toutes les “lunes de miel” ?

Il est peut-être trop beau de l’imaginer…

M C

SOURCE PRINCIPALE DE CET ÉPISODE :

http://egyptophile.blogspot.com/2015/05/le-miel-une-histoire-qui-ne-manque-pas.html
Propolis 60 gélules

MIELINE VOUS PROPOSE SES ARTICLES
PARUS OU A PARAITRE

La larme de Rê créa l’abeille…
Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel
Vénus et Cupidon voleur de Miel de Lucas Cranach l’Ancien– Cupidon voleur de miel dans les gravures d’Albrecht Dürer
– Le miel… Une valeur médicinale démontrée.
Le thème du miel dans l’art
A PARAITRE EN 2018
– Le miracle des abeilles
– Le miel dans l’art contemporain

DAME MIELINE ET CUL BIDON

 

 

Share Button

Patronne des hôteliers… Sainte Marthe vous accueille..!



BLOG  de MAMY KT

– Mamy ne fait pas que du point de croix…

     SAINTE MARTHE Patronne des hôteliers


Sainte Marthe est connue pour avoir donné
hospitalité au christ  et à ses disciples.

Ces actes sont l’origine de son patronage des servantes et des aubergistes et hôteliers


Marthe, ou Sancta Martha, vient du grec Marthas, transcription de l’araméen martâ = maîtresse de maison, hôtesse.

sainte marthe Iconographie: 
Marthe est représentée avec:
La tarasque morte à ses pieds
et tenant un vase d’eau bénite (cliquez pour voir cet épisode dans nos colonnes)
ou comme dans notre gravure en maîtresse de maison avec un trousseau de clés à la ceinture,
.
Vie de sainte Marthe:
Marthe de Béthanie est une femme disciple de Jésus-Christ, sœur de Lazare et de Marie de Béthanie (Marie Madeleine), qui assiste à la résurrection de son frère Lazare ressuscité par  Jésus

tableau de Jan Vermeer van Delft - Sa soeur Marie de Béthanie est dans le culte catholique assimilée à Marie de Magdala (Marie Madeleine) et à la pêcheresse, à l'origine annonyme, dont il est question dans l'évangile selon Saint Luc. C'est le pape Grégoire le Grand qui au VIème siècle décida que ces trois femmes n'en fairaient plus qu'une... Comme si elle était en cuisine …
MAMY KT raconte l’épisode entre Marthe le Christ et Marie de Béthanie

Comme ils faisaient route, Jésus entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison.

Celle-ci avait une sœur appelée Marie, qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Marthe, elle, était absorbée par les multiples soins du service.
Intervenant, elle dit :

 » Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur me laisse servir toute seule ?
Dis-lui donc de m’aider.
« 

Mais le Seigneur lui répondit :

 » Marthe, Marthe, tu te soucies et t’agites pour beaucoup de choses ; pourtant il en faut peu, une seule même.
C’est Marie qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée. « 

                    Jésus ne lui en fait pas grief.
Il lui demande seulement de rester calme et de donner à chaque chose sa valeur.
« Marthe, Marthe, tu t’agites, tu t’inquiètes pour beaucoup de choses…. »
Ce n’est pas l’activité que Jésus condamne, (que s’en consolent les maîtresses de maison), mais l’activisme, l’agitation.
Il vaut mieux recevoir dans la paix du cœur, que de voir la maîtresse de maison sans cesse à la cuisine, venir en éclair à la table, abandonner son hôte et repartir pour que la salade soit au point.
L’essentiel c’est la convivialité, avec un équilibre des réalités.

 

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

La Mort de Sainte MARTHE

Sainte Marthe de église sainte madeleine Troyes Elle créa à Tarascon un couvent de femmes, en honneur de sainte Marie-Madeleine, et elle y mena une vie très rude, ne vivant que de pain et d’eau, une fois par jour, et s’agenouillant cent fois le jour et la nuit pour prier Dieu. »
L’heure de sa mort approchant, elle se fit transporter dehors, afin de pouvoir regarder le ciel ; et elle ordonna qu’on la posât par terre sur de la cendre; ensuite qu’on lui tînt une croix devant elle : et elle fit cette prière :« Mon cher hôte, gardez votre pauvre petite servante ; et comme vous avez daigné demeurer avec moi, recevez-moi de même dans votre céleste demeure. »
Elle se fit ensuite lire la Passion selon saint Luc, et quand on fut arrivé à ces mots :
« Mon père, je remets mon âme entre vos mains »,
elle rendit l’esprit.
Sainte Marthe mourut à Tarascon vers l’an 81.
Une belle légende dit que Jésus lui-même est venu l’accueillir à la porte du paradis.
« Venez, hôtesse chérie, et où je suis, vous y serez avec moi. Vous  m’avez reçu dans votre maison, et moi je vous recevrai dans mon paradis ; ceux qui vous invoqueront, je les exaucerai par amour pour vous. »

A VOIR DANS LA CHOUETTE :
– Sainte Marthe saints guérisseurs                                                

– Mémé Marthe magnétiseuse PROTOCOLE ANTI ZONA             


Déjà publiés
par MAMY KT

C’ est quoi l’assomption Mamy..?

Les femmes sont sur le chemin de croix depuis longtemps

Sainte Véronique et le voile de la sainte face

Sainte Marthe connue pour avoir donné hospitalité au christ

MAMY KT

Share Button