Archives quotidiennes :

La transfiguration du Christ ….. et l’enfant épileptique

C’est aujourd’hui la transfiguration du Christ quésaco PAPY..?

PAPY DIS MOI…. ?  C’EST QUOI LA TRANSFIGURATION DU CHRIST…?

 La Transfiguration est le dernier tableau peint par Raphaël, commencé en 1518, inachevé de sa main en 1520, date de sa mort. Il est conservé dans la basilique Saint Pierre

 

La Transfiguration est un épisode de la vie du Christ où son apparence physique change pendant sa vie sur terre, révélant ainsi sa nature divine. Selon la Bible, cet épisode se situe après la multiplication des pains, au moment où les disciples reconnaissent en lui le Messie. Au cours de la fête des tentes, il se serait rendu sur le mont Thabor avec ses disciples Pierre, Jacques et Jean et se serait alors métamorphosé. Son visage changea et ses vêtements devinrent d’un blanc éclatant en présence de Moïse et Élie, à droite, reconnaissable aux tables de la loi qu’il tient entre les bras.

L’ART ET LA PALETTE AU CHOU

HISTOIRE DU TABLEAU DE RAPHAËL

La Transfiguration a été commandée à Raphaël par le cardinal Jules de Médicis (futur Clément VII). Raphaël mourut d’un accès de fièvre en avril 1520. Il n‘eut pas le temps d‘achever le tableau. C‘est donc son atelier (probablement Giulio Romano) qui s‘en chargea. Le cardinal Jules de Médicis fit finalement don du tableau à l’église San Pietro in Montorio de Rome où il resta exposé de 1523 à 1797. Le Pape Pie VI fut contraint de le céder à la France en 1797 par le traité de Tolentino (le traité autorisait les commissaires français à prélever cent œuvres parmi les collections pontificales). Il rejoignit alors le Museum Central des Arts, l’actuel Musée du Louvre, puis fut restitué au Pape Pie VII à la chute de l’Empire. En 1817, il entra à la Pinacothèque du Vatican.

COMPOSITION  DU TABLEAU DE RAPHAËL

Le tableau comporte deux parties narratives distinctes :

La partie supérieure montre la Transfiguration sur le mont Thabor, le Christ flottant devant des nuages illuminés, entre les prophètes Moïse et Élie, au-dessus de Pierre, Jacques et Jean.

JÉSUS THAUMATURGE ET PREMIER GUÉRISSEUR
La partie inférieure montre les apôtres et les croyants, impuissants devant la possession démoniaque d’un garçon. L’apparition du Christ le libère miraculeusement de sa maladie
Cette scène tirée de Mathieu 17, est immédiatement suivie d’une histoire ou il est question de la guérison d’un garçon possédé, et c’est ce que décide de représenter Raphaël dans la partie inférieure.

Si le moment de la scène précédente semble être d’un long silence, les nombreux personnages à droite de la partie basse semblent tous pris de panique aux côtés du jeune garçon possédé et de son père vêtu de vert, qui le supporte. L’enfant adopte une posture bras écartés, un vers le ciel, l’autre vers le sol, les yeux révulsés.
À gauche, les apôtres, qui ne parviennent pas à guérir l’enfant, sont également pris d’une panique lisible dans leurs gestes, regards, mimiques, bras tendus…


L’ENFANT ÉPILEPTIQUE: 

 transfiguration-raphael-detail-partie-basse-enfant-epileptiqueChez les trois évangélistes cet épisode de l’enfant épileptique suit  la transfiguration.

Entouré de Pierre, Jacques et Jean, témoins de sa transfiguration, Jésus voit un attroupement: les neuf disciples dialoguent avec les scribes au milieu d’une grande foule. Surprise de le voir, celle-ci accourut à lui. Elle cherchait une solution au grand problème qui venait de surgir. Ses disciples n’avaient pas su guérir l’enfant.

Le Nouveau Testament décrit une maladie avec un tel luxe de détails les symptômes d’une maladie attribuée à un esprit ou un démon.
C’est un esprit muet et sourd qui empêche l’enfant d’entendre et de parler. Il se saisit de lui, le précipite à terre et le fait entrer en convulsion. Il écume alors, grince des dents et devient tout raide, il tombe parfois  dans le feu ou dans l’eau. On  précise même  que l’enfant était lunatique, c’est-à-dire un de ces malades considérés comme influencés par les phases de la lune. Ce sont là les symptômes patents de l’épilepsie, attribuée à l’emprise d’un démon. Rencontrant les disciples, alors qu’il cherchait Jésus, le père leur avait demandé de guérir son fils unique, mais ils en avaient été incapables. 

Jésus donne un ordre bref qui contient une promesse: « Amenez-le-moi ».

Et dès que l’enfant est en présence du Christ, il est sujet à une violente crise. Crise d’épilepsie aux symptômes décrits plus haut. Mais ce n’est pas un cas d’épilepsie ordinaire.
La crise est déclenchée à l’instant où le gamin apparaît devant le Seigneur et attribuée à l’esprit qui habite en lui.
Il y a donc à la fois épilepsie et possession démoniaque.
Le démon ne supporte manifestement pas la présence du Christ, de celui qui est plus fort que lui et venu pour le vaincre.

Il est clair qu’il est l’auteur de la maladie et l’agent de la crise.

LES DISCIPLES ONT ÉCHOUÉ….. CAR ILS ONT DOUTÉ…!

Ce père qui accompagne son unique enfant  croit en Jésus , mais sa foi est bien faible et il s’adresse à lui en ces termes
. « Si tu peux quelque chose…, si par hasard tu es plus fort qu’eux »
Jésus.
s’est exclamé « Race incrédule« ,. Il ne s’agit pas de savoir si je peux ou non faire ce miracle, mais si ce père a assez de foi pour m’en croire capable. S’il croit et ne doute pas, il obtiendra ce qu’il désire.

Esprit muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant!

Jésus guérit le garçon en chassant le démon qui habitait en lui. Il veut une guérison totale et définitive. L’esprit impur doit sortir et ne plus jamais revenir en lui.
Au moment où il sort, l’enfant est inerte, dans le coma, à tel point qu’on le croit mort.
Mais le Seigneur parachève son miracle. Il le réanime et le relève.
Il rend à son père un garçon instantanément et complètement guéri. 

Pourquoi n’avons-nous pu chasser cet esprit?

Jésus s’entretient ensuite avec ses disciples en insistant sur leur manque de foi, source de leur échec.
Ils ont échoué, alors que le Christ leur avait donné pouvoir sur les démons…… alors qu’il existe une foi dite charismatique ou héroïque qui déplace des montagnes.

Jésus attendait des douze qu’ils fassent des miracles sans douter de leur pouvoir, car il leur avait ordonné d’en faire et les en avait rendus capables.

Mais pour accomplir des prodiges, il faut recourir à la prière. Sans elle, le pouvoir accordé par le Christ reste inopérant.

 » – Merci à CHOU BLANC de nous, avoir convaincus de commenter aussi l’épisode de l’enfant épileptique »wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

Chou Blanc  – « Pour moi en effet , c’est le témoignage que la foi est guérisseuse…. mais le doute paralysant pour nous les magnétiseurs »
(
A Laureen ma petite épileptique… en attente que Jésus vienne me donner quelques leçons et me remplacer auprès d’elle… sans aucun doute aujourd’hui)

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez

Chou Blanc     

1297
RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button