MUSICOCHOU : Hommage à HENRI GENES

De Choubert à Choumann en passant par Choupin

 LA PARTITION DE MA2

          La Partition de MA2
(Sortie de son piano, MA2 nous revient)
  Musique à deux

C’est aujourd’hui la Saint Henri
HOMMAGE A HENRI GENES

Coup de
de Louis Fine  écoutez Les ALBUMS
D’ HENRI GENES


Henri Génès, , est un acteur et chanteur français, né le 2 juillet 1919 à Tarbes, Hautes-Pyrénées (France),.

Henri Genès, disparu le 22 août 2005, à l’âge de 86 ans était un méridional bon teint .Il a fait ses études au lycée de la Ville tout en s’intéressant au rugby (il jouait deuxième ligne) et à la chanson. Il remporta régulièrement des concours d’amateur dans sa région natale avant de décider de devenir professionnel malgré les réticences de son père qui aurait voulu le voir devenir professeur de latin.

Son bac dans la poche, il part en vacances à Hossegor où, avec une bande de copains, il participe à des spectacles de variétés.

Sa première spécialité : comique troupier.

Il est remarqué par le baryton Robert Jysor qui se rend à Tarbes pour demander à son père de ne pas contrarier un talent si prometteur.

En effet il partagera par la suite  l’affiche avec Bourvil et Jacques Hélian et son orchestre


Il devait d’ailleurs écrire plusieurs chansons pour ce dernier dont « Joséphine » ou pour son propre compte : « La tantina de Burgos ».


HENRI Genés dans ses oeuvres…. par trizone

Il continue le tour de chant, se spécialisant dans la chanson comique parfois exotique (« Le facteur de Santa-Cruz »).

Carrière cinématographique débute dans les années 1940
Ray Ventura l’engage pour 5 films : La petite chocolatière (1949), Nous irons à Paris (1949, une des rares réussites du cinéma musical français de cette période), Pigalle Saint-Germain-des-Prés (1950), Nous irons à Monte-Carlo (1951) et Femmes de Paris.

Au cinéma, on le verra encore dans Les amants de Bras-Mort (1950, auprès de Nicole Courcel), La reine Margot (1954, auprès de Jeanne Moreau), Trois de la Canebière (1956) et Trois de la Marine (1957) auprès de Marcel Merkès.

Chanson de Henri Génès. Dans les années 1958.

Absent de la scène et des studios de 1958 à 1963 à la suite d’une attaque cérébrale,

Il se rétabli, il repart courageusement en commençant par le tour de chant. Sa santé s’améliorant encore, Il créera Cristobal le magnifique de Lopez (1963).

Sa carrière se poursuivra en province où il interprétera plusieurs opérettes La route fleurie et Mam’zelle Nitouche. Viva Napoli ! C’est pas l’Pérou). il inscrira à son répertoire le rôle de Bistagne dans L’auberge du Cheval Blanc et celui du curé dans Méditerranée.


-SIM ET Henri GENES (1967)- « les carabiniers de… par trizone

On le retrouve au cinéma dans Le Corniaud, La Grande Vadrouille et la plupart des films interprétés par Louis de Funès.

Bien plus tard ce sera Le provincial auprès de Roland Giraud.

À la Télévision, il obtient de bons rôles dont Nans le Berger et Fini de rire fillette.

Il mènera une active carrière de chanteur fantaisiste, d’acteur de théâtre et d’opérette, avec son épouse Jeannette Batti sans  pourtant parvenir à décrocher des rôles importants, préférant collectionner les apparitions clin d’œil.

À partir des années 90, il abandonne les plateaux de cinéma et se consacre pleinement à sa vie privée.

Une carrière bien remplie,

Une carrière bien remplie, un talent d’amuseur certain, même s’il ne faisait pas toujours dans la dentelle. S’il n’a pas accédé à une notoriété comparable à celle de Bourvil ou de Louis de Funès, Henri Genès a connu un succès indiscutable tout au long d’une carrière où sa truculence méridionale a pu s’épanouir librement. 
retour sur la rubrique du même tabacle logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux

M A 2      Ma musique à deux

RETRO :
C’est du même tabac…..

688

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.