Monsieur Bizet… et Madame Carmen….

Print pagePDF pageEmail page

De Choubert à Choumann en passant par Choupin

LA PARTITION DE MA2

La Partition de MA2
(Sortie de son piano, MA2 nous revient)
Musique à deux

Georges Bizet est un exceptionnel pianiste et compositeur -principalement d’opéras- français.
Né à Paris en 1838, il gagne le prestigieux Prix de Rome au jeune âge de 19 ans, en 1857.

Mais en dépit de nombreuses récompenses ses premières compositions sont ignorées du grand public parisien, qui leur préfère les œuvres du répertoire classique.

Déterminé, Bizet continue de composer et crée plusieurs projets dans les années 1860, dont deux succès immédiats :
Les pêcheurs de perles et La jolie fille de Perth.
Son dernier opéra, ‘Carmen’, d’après la nouvelle de Prosper Mérimée, demeure son oeuvre la plus populaire, superbe et originale.
Mais Bizet meurt soudainement d’une crise cardiaque à l’âge de 37 ans, seulement quelques mois après la première de Carmen.
Par là-même il n’est pas témoin de la popularité instantanée et pérenne de cette ultime oeuvre

Carmen, la première impression

En 1845 Prosper Mérimée est déjà un auteur célèbre. 5 années plutôt, il avait écrit « Colomba » et était membre de l’académie Française depuis un an. 1845 sera la date à laquelle la sulfureuse Carmen viendra diaboliser le cœur des hommes qui auront la malchance de l’approcher d’un peu trop près.

Ce roman en quatre chapitres n’est pas à comparer sur tous les points avec le livret que vont en tirer Henri Meilhac et Ludovic Halévy pour l’opéra éponyme de Georges Bizet en 1875.
Certes le fond de l’histoire reste le même, c’est à dire une histoire d’amour et de jalousie qui conduit a une issue fatale.
Certains personnages disparaissent et certaines situations divergent.
Chez Mérimée, Carmen est mariée à Garcia, un des bandits de la troupe de contrebandier du Dancaïre.
Don José tuera Garcia, le Dancaïre mourra dans une embuscade et Carmen aura une relation, non pas avec un toréro prénommé Ecamillo, mais avec un picador appelé Lucas.
Le roman est plus enchevêtré que l’opéra de Bizet, je vais vous laisser écouter l’inégrale de cette femme facile, volage et fatale qu’était Carmen.

Un opéra qui a des comptes à rendre

L’opéra le plus joué au monde commence par un problème de numérologie lié au chiffre 3 !
Nombre premier bien troublant :
Carmen fut créé à l’Opéra-comique le 3 mars 1875,
le 3ème jour du 3ème mois de l’année (1+8+7+5= 21 ; 2+1=3). –
Bizet meurt 3 mois plus tard, le 3 juin 1875, le 3ème jour du 6ème mois (3+3) de cette même année (3+3+3+3 = 12 soit 1+2 = 3).
Bizet meurt au moment ou madame Galli-Marié, qui jouait le rôle de Carmen chantait pour la 33ème fois le trio (3) des cartes dans l’acte 3 scène où elle retournait la carte impitoyable :
« La mort, toujours la mort !« .

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux

Résumé

En Espagne, à Séville. Arrêtée à la suite d’une querelle, Carmen, bohémienne au tempérament de feu, séduit le brigadier Don José, fiancé à Micaëla, et lui promet son amour s’il favorise son évasion.
Don José libère Carmen, et se fait emprisonner à son tour. Il la retrouve deux mois plus tard parmi les contrebandiers. Pour elle, José se fait déserteur, et enchainé à sa passion dévorante pour Carmen, la poursuit de sa jalousie.
La bohémienne finit par le repousser, et seule Micaëla parvient à ramener José au chevet de sa mère mourante.
L’ultime rencontre entre Carmen et Don José se déroule devant les Arènes de Séville : alors qu’elle attend son nouvel amant, le torero Escamillo, José tente, dans une ultime confrontation, de convaincre Carmen de revenir auprès de lui.
Désespéré, Don José supplie, implore, menace, mais elle, brave, refuse net :
il la poignarde, avant de confesser son crime devant la foule. Acte par Acte

Herbert von Karajan – CARMEN  – GEORGES BIZET
L’intégrale – un opéra de 2h 43


LES 4 MORCEAUX CHOISIS :

J’aime pas la musique classique mais ça j’aime ….. !!!

CARMEN (Bizet) – Habanera:
L’amour est un oiseau rebelle

Rita-Lucia Schneider, mezzosoprano in « Carmen » by Bizet.
Aria: « Habanera – L’amour est un oiseau rebelle »

  Carmen – Ouverture

Metropolitan Opera direction James Levine

Elina Garanca « Habanera » Carmen

Elina Garanca –  Baden-Baden, 2008

Carmen de Bizet – L’air du Toréador

SOURCES :
http://ledeblocnot.blogspot.fr/2013/04/carmen-prosper-merimee-et-georges-bizet.html
http://www.opera-online.com/items/works/carmen-bizet-meilhac-1875

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deuxM A 2 Ma musique à deux
Mise en page et sonorisation réalisée avec la complicité de CHOU BLANC

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.