CADRES SUR TABLE : LE CINGLÉ DU BOULOT

hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de Choucaline


Capacités de notre cerveau à découvrir
« QUI EST L’AUTRE »

Avec CADRES SUR TABLE, nous inaugurons cette série inédite de portraits de cadres de nos entreprises et administrations, afin que nous ayons un regard amusé en direction de ceux ou celles que nous reconnaitrons….. mais également pour espérer leur faire découvrir leurs qualités et leurs défauts ….
Les portraits sont, comme pour toutes démonstrations, rédigés en grossissant le trait ……. mais si peu diront certains…..!

Tu devrais leur dire que tu vas les « encadrer » les uns après les autres, semaine après semaine, et que tous vont y passer ….
La jeune louve , le petit chef
, le serviteur fidèle, l’animateur, la soliste , le chef d’orchestre, le cinglé du boulot (ce jour), pour finir par le planqué… qui est peut être celui qui a eu le temps de tirer le portrait de ses petits camarades…!!!

PORTRAIT DE L’ENCADRÉ DU JOUR: 
LE CINGLÉ DU BOULOT

cinglé du boulotTechnon s’est donné un mal fou pour décrocher le diplôme censé lui ouvrir en grand les portes du « mandarinat» . Il n’a guère mis moins de temps, ni pris moins de peine pour assimiler les trois ou quatre idées toutes faites qui lui servent de cadre de pensée. Et de règle de conduite! Il s’y accroche avec la fermeté du poulpe à son roc. Il ne saurait en démordre.

Allez vous étonner après cela si, d’aventure, passant un soir près de votre bureau, vous remarquez ­ incongrue – une fenêtre brillant de tous ses feux. Là, crispé derrière un Himalaya de dossiers, notre bûcheur sue comme un beau diable. Le teint blafard, l’œil hagard, au bord du stress, il s’escrime à mettre au point la note précisant – avec un fatras de considérations fumeusement théoriques – les nouvelles procédures de relance.

Il est impossible de faire réellement confiance aux gens

C’est que « il est impossible de faire réellement confiance aux gens ». Ceux-ci. d’ailleurs, seraient bien en peine de concrétiser les projets que Technon tente en vain de clairement exprimer.
Sa marotte?
Instaurer – plus précisément: essayer d’imposer – des méthodes « à l’américaine ».

Efficacité, productivité, rendement… Il rêve d’un monde uniquement axé sur la rentabilité, mené par la technologie.
Seulement, voilà! Totalement dépourvu d’imagination, ce grand réformateur ne sait œuvrer qu’à partir de recettes, de formules, selon des modèles pré-établis. Il les calque, mot à mot, pièce par pièce. Il les extirpe, lourdement, des schémas en vogue dans son «club de réflexion» ou autre groupuscule ratiocinant.

Aussi autoritaire que doctrinaire, Technon colle aux théories les plus banales pour fonder une sorte de bible à l’efficacité, selon lui scientifiquement démontrée. Il entend bien y convertir ses collaborateurs.

Sans aucune nuance. Avec cette obsession : les performances font la loi.

Ses critères de qualité? Le conformisme, le formalisme, la cohérence avec « son» règlement. De quoi vite se noyer dans une mer de détails insignifiants.

Pire. A force de vouloir tout régler par lui-même, il commet des bourdes énormes dont ses collègues préfèrent rire … pour ne pas pleurer sur leurs catastrophiques conséquences.

Innover? Il aimerait bien…. Hélas!

Et quelle panique s’il doit sortir de son savoir monolithique! Innover? Il aimerait bien. Hélas! Il s’y prend toujours à contre-pied, réagissant, le plus souvent, à contretemps. Et pourtant, il s’imagine vivre dans la confidence des dieux grâce aux lettres, points de vue et autres documents « confidentiels» ‘auxquels il s’abonne à prix d’or pour glaner des secrets de Polichinelle.

Surtout, quelle obscurité! Merchandising, management, ratio, billing… tout le franglais y passe.
Employé à tort et à travers. Mais, avec une telle délectation que l’on se demande pourquoi notre jargonneur n’est pas encore parti s’établir à Manhattan, Dallas ou Chicago, afin de faire prospérer sa fameuse « valeur personnelle».

En effet, Technon est convaincu de sa supériorité tout autant qu’il est imbu de ses privilèges. Bien sûr, – à force de se crever à la tâche – il parvient à une compétence certaine dans sa spécialité. Autre qualité : son indéniable esprit de justice. Objectif. impartial, il estime en effet devoir juger les gens sur les résultats et non pas sur ce qu’ils prétendent.

Entier, courageux aussi. il se bat pour leur voir conférer de nouvelles responsabilités et obtenir leur avancement.

Il se refuse à accepter que :
« tout le monde ne se donne pas autant de mal que lui »

Mais, pourquoi ce ton doctoral, sans aucune chaleur? Aussi dépourvu de tact que d’intuition, Technon vit écrasant tranchant. desséchant. Il se refuse à accepter que « » tout le monde ne se donne pas autant de mal que lui ». Il se révèle encore plus maladroit quand il cherche à être cordial. Ou à paraître  « dans le vent « .

Cravates aux couleurs acidulées, vestons agressifs… Il se rue sur les détails les plus vulgaires, s’imaginant ainsi se situer à la pointe de la mode. Sans parler de ses
« américanismes» : cigare pendant au coin des lèvres, pieds sur la table, sandwich que le grand chef – sur occupé bien entendu – se fait monter du « mangeaille-burger» du coin. Pour réellement se décontracter? Ou pour s’en donner l’allure?

Car, ira rarement la mine joyeuse, Monsieur Technon. Et, sa famille ne doit guère s’amuser qu’il ne semble d’ailleurs pas si pressé de rejoindre.

Les malheureux qui subissent sa pesante présence peuvent avoir des surprises.

Mais, ne serait-ce pas là, justement, qu’il trompe son monde?
Et les malheureux qui subissent sa pesante présence peuvent avoir des surprises.
En découvrant par exemple, la patience et la tendresse avec lesquelles il explique à Isabelle-Marie des Neiges et à Ghislain-Joachim que ( non, malheureusement ce soir, il ne pourra pas les accompagner au cirque. Mais, promis, avant d’éteindre ils liront ensemble le Sceptre d’Ottokar ».

Au fond – les miracles restent toujours possibles _ il suffirait peut-être de savoir le prendre, Monsieur Technon. D’ailleurs, est-il vraiment dupe du personnage qu’il s’est fabriqué?

En tout cas, attention! Si d’un coup, lui et ses semblables baissaient leurs gros bras, qui donc se verrait obligé de s’attaquer à leurs montagnes de boulot?

 SOURCE : Extrait de cadres sur table – Document de formation en ressources humaines pour cadres bancaires années 70

LISTE DES ENCADRÉS … EN BOITE

CE TABLEAU RÉCAPITULE LES PRÉCÉDENTS PORTRAITS DÉJÀ PUBLIÉS

LA JEUNE LOUVE
LE PETIT CHEF
LE SERVITEUR FIDÈLE
L’ANIMATEUR
LA SOLISTE
LE CHEF D’ORCHESTRE
LE CINGLÉ DU BOULOT

La Boîte à outils du manager – 3e éd. – 50 fiches pratiques pour piloter son équipe Broché
Manager est un apprentissage quotidien : la singularité de chacun, manager et collaborateur, la multiplication des situations, les transformations numériques… obligent à s’adapter en permanence.
En 51 fiches pratiques, cette 4e édition propose des réponses simples et opérationnelles, et des plans d’action applicables à un grand nombre de situations quotidiennes pour le manager :
. développer et maintenir la motivation de ses collaborateurs ;
. développer leurs compétences ;
. mieux communiquer ;
. mener un entretien annuel ;
. mobiliser l’équipe ;
. exercer son autorité ;
. conduire le changement.
Parce qu’être manager ne s’improvise pas, cet ouvrage s’adresse à tous les managers, débutants ou confirmés, désireux de s’appuyer sur des repères précis, des lignes directrices claires, des témoignages et des auto-évaluations, dans une démarche cohérente et pertinente.
Dans cette 4e édition, outre la question prégnante du digital et son impact toujours plus grand sur le management, l’accent est mis sur le partage d’expérience de terrain, en tant que manager d’équipe mais aussi de soi-même.

retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE

RETRO :
C’est du même tabac…..

Maca extrait 60 gélules

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.