Archives quotidiennes :

L’EFFET PLACEBO OU ….LES FAITS PLACEBO….EH OUI ..! LES FAITS SONT LA

Meilleurs complements alimentaires

apothicaire

Bloc note Choulager
par Chou blanc

L’EFFET PLACEBO

 Nous vivons, au troisième millénaire, sur la conception pasteurienne d’une médecine du XIXe siècle, fondée sur l’idée que tout est dans la matière (cellules, virus, bactéries et micro-organismes) et qui, comme on le  dit  « n’a que faire de l’Esprit ».

Selon ce principe ou, pour mieux dire, ce préjugé, l’esprit n’existe pas et — n’existant pas — n’a bien évidemment pas la moindre influence sur le corps.

 Pour cette médecine, le corps n’est qu’un conglomérat de cellules et la « maladie » n’est qu’un dérèglement provoqué que par le contact de micro-organismes (virus, bactéries, etc.) qui provoquent l’infection des cellules.

L’effet placebo dément de la façon la plus formelle et la plus spectaculaire le fondement pasteurien de cette médecine.

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT QUI GUÉRIT

Placebo est un verbe latin qui signifie : je plairai. Très vite, il a pris le sens de mensonge, de flagornerie et de flatterie.

Au début du XIXe siècle, les médecins ont commencé à l’employer pour désigner un remède que l’on prescrivait au patient non pas pour le guérir mais pour lui faire plaisir. Le mot est alors entré dans le vocabulaire médical. Et le placebo et ses stupéfiants effets nous plaisent en effet beaucoup.

Voici une personne atteinte d’une forte migraine. On lui dit qu’on va lui administrer un tout nouveau médicament, d’une prodigieuse efficacité contre la migraine et on le lui administre dans un verre d’eau.

Un quart d’heure après, la migraine a disparu.
Interrogée sur l’effet du produit, le malade dit qu’il est remarquablement efficace.

Eh oui, mais le produit qu’on lui a administré n’était que du sucre en poudre !
Tel est le fameux effet placebo !

Le placebo démontre que nous sommes capables de nous guérir en très peu de temps de nos maladies par le seul imaginaire, par notre seule imagination !
Le seul fait d’être psychologiquement convaincu qu’on a absorbé un médicament capable de nous guérir peut suffire à nous guérir, en l’absence totale de toute substance médicamenteuse active !

Telle est la puissance de la pensée sur le corps.

Et, si nous sommes capables de guérir nos maladies, c’est parce que nous sommes également capables de nous les incorporer.
Eh oui, il faut être logique : si l’esprit peut débarrasser le corps d’une maladie, d’une infection, ce n’est possible que si l’esprit est le programmateur même de la maladie ou de l’infection.

30 % A 80% D’EFFICACITÉ

Des études ont montré que le processus fonctionne dans 30% des cas. C’est-à-dire que 30% des malades d’une maladie donnée peuvent être guéris apparemment par l’eau sucrée — mais en vérité par leur propre inconscient qui déprogramme la maladie qu’il a programmée — quand les 70% restant ne le seront pas.

RIEN D’AUTRE QUE LA PSYCHOSOMATIQUE 
NE PEUT EXPLIQUER L’EFFET PLACEBO

C’est ce processus de régénération permanente qui fait cicatriser nos blessures, qui reconstitue les os brisés, répare nos petits accidents corporels

Il s’agit là d’un processus biologique naturel bien connu. Mais on aurait tort de croire que l’action psychologique — qui est l’action de l’effet placebo — n’y joue aucun rôle.
Ceux qui ont une excellente santé psychologique et, par voie de conséquence, une excellente santé physique, énergétique et biochimique, réparent leurs accidents ou leurs blessures plus vite que ceux dont la condition mentale et physique est moins bonne.

MOLIÈRE AVAIT RAISON :
IL N’Y A DE MALADIE QU’IMAGINAIRE

LE MALADE IMAGINAIRE PAR HONORÉ DAUMIER

Faute de comprendre que l’esprit peut aussi bien rendre malade que guérir, les chercheurs scientifiques ont presque tout tenté pour comprendre l’efficacité des placebos.

Dans les années 30, deux Américains, Evans et Hoyle, ont étudié pendant deux ans et demi l’action de 15 médicaments contre l’angine de poitrine et placebos prescrits pour la même maladie.

Ils ont constaté que le placebo était efficace et calmait la crise dans 40% des cas.
La conclusion ahurissante de leurs travaux fut donc que 4 seulement des 15 médicaments étaient plus efficaces que le placebo contre l’angine de poitrine !

En ce qui concerne les 11 médicaments restant, les placebos, donc l’eau sucrée ou distillée, étaient tout aussi efficaces !

CONCLUSION :
Le placebo, en déclenchant la croyance que l’on va guérir, c’est-à-dire l’imaginaire — une fonction purement abstraite du cerveau : l’esprit —, fait disparaître la crise. La conclusion qu’en revanche les chercheurs n’ont pas tirée, c’est que, en bonne dialectique, si l’esprit peut guérir une maladie ou réduire une crise, c’est, à l’évidence, parce que la maladie est déclenchée par l’imaginaire !

Si ce n’était pas le cas, l’esprit serait incapable de guérir quelque maladie que ce soit et il n’existerait donc pas d’effet placebo !
Or il existe ! Et, s’il existe, c’est que la maladie est d’abord imaginaire !
Molière avait raison !

LE PLACEBO NE FONCTIONNE QUE SI LE MÉDECIN Y CROIT AUSSI !

Dans les années 50, dans une petite ville des États-Unis, un médecin reçoit une patiente atteinte d’un asthme rebelle à tout traitement.

Il lui offre aussitôt de la traiter avec un tout nouveau produit qui n’est pas encore commercialisé mais qui fait merveille. Et, en effet, les crises de la patiente cessent aussitôt.

Le médecin envoie son rapport au laboratoire qui lui a demandé de tester le produit et il demande en même temps qu’on lui renvoie un placebo, c’est-à-dire une boîte identique contenant de l’eau sucrée. Sitôt dit, sitôt fait.

Il donne — bien sûr sans la prévenir — ce placebo à sa patiente.
Laquelle revient, huit jours plus tard, en disant que, cette fois, le produit a été totalement inefficace.
Le médecin envoie un nouveau rapport au laboratoire disant que le placebo a été inefficace.

Et alors le laboratoire l’informe qu’à la suite d’une erreur il ne lui a expédié que des placebos, dès le premier envoi !

En d’autres termes, la première boîte, qui ne contenait qu’un placebo alors que le médecin croyait que c’était un vrai médicament, a été efficace alors que la deuxième boîte — placebo —, dont le médecin croyait que c’était un placebo, n’a eu aucun effet !

CONCLUSION :
Le placebo est efficace si le médecin prescripteur croit que c’est un vrai médicament et il est inefficace si le médecin prescripteur croit que c’est un placebo ! En d’autres termes, la guérison par placebo ne dépend pas seulement de la croyance du patient dans l’effet curateur du produit, elle dépend également de la croyance du médecin !

On est donc fondé à en conclure que la guérison d’un malade peut aussi dépendre du fait que son médecin le croit guérissable ou non !
Dans ce dernier cas, le psychisme du médecin joue autant que celui du malade dans la guérison ou la non-guérison !

LA RELATION MÉDECIN-PATIENT

S’il est bien difficile d’évaluer scientifiquement la qualité d’une relation humaine, il n’en demeure pas moins vrai qu’un certain nombre d’essais cliniques, qu’il n’est pas possible ici de détailler, montre qu’une attitude bienveillante, explicative et rassurante du médecin génère une réponse placebo plus importante que s’il est froid, distant et peu sûr de lui .

LA PERSONNALITÉ DU PATIENT

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Il n’existe pas de traits de personnalité corrélés à la réponse placebo.
Et les personnalités prétendues hystériques ne répondent pas mieux au placebo qu’un patient présentant d’autres traits de personnalité.
Seule l’étude de Fisher a montré que la réponse placebo était corrélée au degré d’acquiescement du patient. Ce sont peut-être les  » bénis oui-oui » qui répondent le mieux au placebo!

AYONS LA PAROLE JUSTE

C’est dans le climat morbide et  mortifère de l’hôpital, avec un  vocabulaire inadapté , en lui déclarant  :
« Tumeur ! »
qu’on  convainc psychologiquement le malade qu’il est atteint d’une maladie incurable et que, par conséquent, il va en mourir….
C’est aussi  ça  qui tue le malade ! Et au moyen du même effet psychologique qui peut guérir !

Car tout est dans le cerveau !

Au niveau du néocortex, là où se fabrique la conscience et la pensée.

SOURCE : L’Imaginaire crée la « maladie », il peut aussi bien la guérir par Richard Sünder
Une maladie psychosomatique est une maladie que l’esprit crée dans le corps. L’idée qu’il y a des maladies psychosomatiques nous vient de Georg Groddeck (1866-1934)

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC     


RETRO :
C’est du même tabac…..

386

Share Button

INFO DU JOUR 30 04 2013 – LE CHOURIANT

ENVELOPPE REÇUE AU SM : C’ETAIT DE LA POUDRE ALIMENTAIRE
     29 04 2013

La lettre suspecte reçue par le Syndicat de la Magistrature lundi contiendrait en réalité, selon les informations d’Europe 1 un mélange de poudre d’amande et de cacao. Selon une source judiciaire, il était inscrit sur l’enveloppe que cette poudre est de la ricine.Le Syndicat de la Magistrature avait suscité un tollé la semaine dernière avec son « mur des cons ». Ce panneau, qui visait notamment des personnalités de droite, a suscité une vague d’indignation et l’annonce de plusieurs plaintes.

mini logo chouriant Il faut repeindre le mur de la cuisine avant d’être chocolat …
la crème de cacao ça tache
 ….

Ce mur des cons , discrètement filmé par un magistrat « apolitique » invité dans le local du syndicat, présente un patchwork de portraits de personnalités du monde de la politique ou des médias, agrémentés de commentaires plus ou moins délicats. Un « acte de potache » qui soulève de nombreuses réactions négatives.

Dans  le temps où j’étais bidasse, on faisait le mur quand on ne pouvait pas  partir en « sperme »… !  Moi je trouve que tous ça part plutôt en couille, je dirais même en jeu de couillons…!

Mon père maçon de métier disait…. Fils, pour faire un mur  (Même des cons)

–       Il faut du ciment … je crains fort qu’ici on fasse dans la division

–       Il faut de bonnes fondations …. Là, elles semblaient bonnes

–       Il faut de bons pavés …. Là ils ont été les chercher dans la mare … plutôt dans une fosse à purin

–        Il faut un bon niveau…Là je crois que les mecs, ils ont plus le niveau …… Mémé ajouterait
«  C’est pas la peine d’être aussi intelligents pour être aussi cons »

Heureusement qu’ils n’ont que deux bras: l’un pour le glaive, l’autre pour la balance sinon ils seraient capables de piocher dans la boite à outil de Flamby François pour prendre la faucille et le marteau et tailler à la « serbe »…!

Dura lex sed lex…. Ce pauvre verre en duralex, il devient de moins en moins transparent un jour ou l’autre on prendra avec lui un bouillon  de trop …!
Je crains bientôt que dame Justice ne puisse être que représentée en Circé…. !
Comme  cette magicienne de la mythologie grecque, elle va métamorphoser, comme les  compagnons d’Ulysse,  les juges  en pourceaux et là même Dieu ne reconnaitra pas les siens…… il deviendra impossible de distinguer en leur sein  le grain de l’ivraie.

Les juges si prompts à faire le ménage ont de quoi faire dans leur arrière cuisine …!

SAINT ROBERT DE MOLESME
Abbé, fondateur de Cîteaux (✝ 1110)

Saint Robert de Molesme (v.1029–1110) est un moine réformateur français, fondateur de l’ordre cistercien.

A peine son noviciat terminé, quelques ermites l’invitèrent à se mettre à leur tête et il partit avec eux dans la forêt de Molesmes en Côte d’Or dans des petites huttes de branchages autour d’une petite chapelle…les dons affluèrent et elle devint vite un monastère,

En 1098, Robert obtient de l’autorisation de fonder un nouvel ordre. Renaud, vicomte de Beaune, possède une vallée désolée au cœur d’une forêt profonde ; il la donne à Robert qui fonde alors l’abbaye de Cîteaux avec vingt et un compagnons, partis eux aussi de Molesme, le 21 mai 1098 ; ce sera le berceau de l’ordre cistercien.

outre le rôle social et son influence de premier plan dans les domaines intellectuel ou économique ainsi que dans le domaine des arts et de la spiritualité.

Il doit son considérable développement à Bernard de Clairvaux (1090-1153), homme d’une personnalité et d’un charisme exceptionnels. Son rayonnement et son prestige personnel en ont fait au XIIe siècle le plus célèbre des cisterciens. S’il n’en est pas le fondateur, il demeure le maître spirituel de l’ordre

mini logo chouriant

Les sisterciens …. les sisterschiens… Je vois pas…? On ne m’y reprendra pas de si tôt à jouer au Trivial poursuite….
Sisterchiens … j’y suis…. c’est sans doute ces jeunes filles aux pères abbés  qui font les dames pipi …non le baby sisting auprès des chiottes…. Oui les  petites chiennes …
-AH bon… j’ai  tout faux…?
– BEN OUI…!
– Alors vous me conseillez d’aller voir les cuisses du  » petit robert    »
– Non les QUIZZZ … Des questionnaires… du DICO… pour apprendre
– Du DISOC … OH oui j’adore…!

Soit….. Voici la première question du QUIZZ
Q1. Cellulite c’est une :

Peau d’orange

Couche graisseuse qui enveloppe souvent les femmes mais emballe rarement les hommes

Aller voir le reste seul 

 

 

Share Button