Archives quotidiennes :

INFO DU JOUR 27 04 2013 – LE CHOURIANT

G.-B. : un billet à l’effigie de Churchill
Whisky ,cigare, et  “no sport”… but Money

Economie 26/04/2013 – 14:28

En 2016, la Banque d’Angleterre (BoE) sortira un nouveau billet de cinq livres sterling à l’effigie de Winston Churchill, le Premier ministre qui symbolisa la lutte du peuple britannique contre l’Allemagne nazie en Europe (…)
Le futur billet portera, outre l’effigie du “Vieux Lion”, remercié par ses électeurs en 1945, son célèbre cri tiré de son discours du 13 mai 1940 aux Communes: “Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur”.

Tous les billets émis par la BoE portent l’effigie de la reine Elizabeth II sur une face, la seconde célébrant une grande personnalité de l’histoire ainsi que du monde des arts, des lettres et des sciences. Winston Churchill, prix Nobel de littérature 1953, rejoindra ainsi Isaac Newton, William Shakespeare, Charles Dickens et le duc de Wellington, honorés sur la seconde face.

COMMENTAIRE DU CHOURIANT
« Les économies, c’est très bien, surtout
si vos parents les ont faites pour vous.
( winston Churchill)

Churchill, mettait un point d’honneur à avoir une vie peu soucieuse des bienfaits « anti-age ». « No Sport ! » disait il,  sachant qu’il ne pratiquait aucun sport et que par ailleurs il avait un gout prononcé pour les cigares et les alcools forts (whiskys par exemple).

Comment expliquer toutefois sa santé de fer et son longévité (il vécut jusqu’90 ans) ?

L’explication peut nous être donnée par le plaisir qu’il prenait et qu’il revendiquait au quotidien. En effet, il est courant de dire que l’épanouissement permet d’accroitre la longévité.
Une dame qui trouvait que ça devait faire un peu long lui dit sur ces vieux jours:

-“Mr Churchill ! si j’étais votre femme je mettrais du poison dans votre thé”
Churchill – ” Madame, si j’étais votre mari, ce thé, je le boirais”
Il a quand même but la tasse à 90 ans

je lui laisse le mot de la fin :
« Je suis prêt à rencontrer mon Créateur…
Quant à savoir s’il est préparé à l’épreuve de me voir, c’est une autre histoire.  »

 SAINTE ZITA
Servante à Lucques (✝ 1278)

Une petite vendeuse de légumes qui s’en allait au marché de Lucques pour ses parents.
A douze ans, elle fut placée dans la famille Fatinelli comme servante, et ne la quitta plus. Pour ne pas déranger son service, elle se levait plus tôt afin d’aller entendre la sainte messe, jeûnait pour donner aux pauvres une part de sa nourriture, supportait avec patience et sourire les jalousies des autres domestiques qui parfois même la dénonçaient avec calomnie.
Sa sainteté fut reconnue après sa mort tant étaient grandes les faveurs que le petit peuple obtenait en lui demandant son intercession.
Par trois fois on ouvrit son tombeau ; la dernière en 1652, quatre siècle après sa mort. Son corps fut trouvé parfaitement intact.

On donne pour attributs à sainte Zita un trousseau de clefs suspendu à sa ceinture et une cruche :
– les clefs rappellent qu’elle fut investie de la confiance de ses maîtres,
– la cruche, le miracle qu’elle fit de changer l’eau en vin au bénéfice des pauvres.
On montre encore à Lucques le puits où elle prit de l’eau pour faire ce miracle.

COMMENTAIRE DU CHOURIANT
« Dieu créateur, aide-nous à faire que tous les hommes aient des conditions de travail qui respectent leur dignité. »

Je suis d’accord avec cette prière à sainte zita moi qui bosse dans le potager  avec pour simple encouragement un verre d’eau tiré du puits…
Si   ma  Germaine n’a rien d’une sainte…   c’est  son côté cruche  qui me laisse espérer un vin miraculeux  un jour … Si c’est du  pin eau  je passe….

Si sainte Zita est la patronne de Lucques ; des servantes et des femmes de charge qui  invoquent sa  spéciale protection, alors je fais de même quand  je bosse…..
Je demande de l’aide à cette chère sainte avec la pensée suivante :
« ZITA pas fini et ZITA encore quelque chose à faire  demande que l’eau se change en vin »
J’avoue que je prie en vain …»
Je vous laisse … Faut que je bosse ma cruche me re…Lucques
et notre dialogue reprends :
–  Qu’est ce que tu as fait aujourd’hui .. ?
– Ben rien…
– Mais tu m’as déjà dis ça hier.. !
– Ben j’avais pas fini.. !

Débit de l'eau, débit de lait by Charles Trenet on Grooveshark

Share Button